Concoules

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Concoules
L'église et son clocher à peigne.
L'église et son clocher à peigne.
Blason de Concoules
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton La Grand-Combe
Intercommunalité Alès Agglomération
Maire
Mandat
René Praden
2014-2020
Code postal 30450
Code commune 30090
Démographie
Population
municipale
258 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 23′ 01″ nord, 3° 56′ 20″ est
Altitude Min. 355 m – Max. 1 507 m
Superficie 16,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Concoules

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Concoules

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Concoules

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Concoules

Concoules est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Concoules, paysage cévenol.

Concoules se trouve à 635 mètres d'altitude dans la haute vallée de la Cèze, tout de suite à l'ouest du Mont Lozère qui domine le territoire communal de sa crête qui monte de 1 350 mètres (plateau de la Croix de l'Hermite qui comporte le plus haut col du Gard : le col du pré de la Dame à 1 474 mètres et le second sommet du département au Signal de Costelades à 1 508 mètres après le mont Aigoual) sur la route en direction de la station du Mas de la Barque surplombé par le Pic Cassini (1 685 mètres, en Lozère). Plusieurs ruisseaux passent sur le territoire de la commune, petits affluents et sous-affluents de la Cèze. La route Génolhac - Mas de la Barque constitue d'ailleurs une des plus fortes dénivellations du Massif central avec celle de Valleraugue - le mont Aigoual.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pourcharesses Villefort
Ponteils-et-Brésis
Chambon Rose des vents
Le Pont-de-Montvert (Lozère) N Aujac
O    Concoules    E
S
Vialas (Lozère) Génolhac Sénéchas

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]


Toponymie[modifier | modifier le code]

Occitan Councoulo, du bas latin Concolæ, nom dérivé des petites conques ou réservoirs d'eau que l'on trouve dans cette localité[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Concoules était une dépendance de la seigneurie de Villefort et de la baronnie de Tournel.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Montagne-Concoules[2].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Bertrand Pellet DVD  
2008 en cours René Praden PS Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 258 habitants, en augmentation de 2,38 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
899 502 930 830 833 700 775 790 812
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
743 684 1 346 646 589 584 550 502 498
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
485 473 432 381 357 315 326 324 286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
261 238 262 241 236 256 260 258 258
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse fait partie du diocèse d'Uzès, doyenné de Gravières.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Article connexe : Voie Regordane.

Concoules est situé sur la voie Regordane.

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

Le jardin du Tomple, jardin ornemental aménagé à partir de 1995 sur des terrasses schisteuses, est classé « jardin remarquable ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Concoules est le berceau de la famille d'Alphonse Daudet, son père Vincent Daudet (ou Daudé) est né au hameau de la Bise.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Concoules Blason D'or à la fasce losangée d'argent et de sable[7].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (oc+fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 620, t.1
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Notice no PA00103048, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (notice BnF no FRBNF30500934), p. 64