Aléa naturel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Aléa.
Ne doit pas être confondu avec Risque naturel.
Carte des aléas volcaniques autour du mont Rainier
  • Coulées de laves et coulées pyroclastiques
  • Lahars de grande taille (Type Electron)
  • Lahars de taille moyenne
  • Coulées de boues de petite taille (généralement non associées au volcanisme)
  • Inondations induites par des lahars
  • Zone inondable à la suite de la rupture du barrage Alder
  • Limites de comtés
  • Limites du parc national du mont Rainier

Un aléa naturel[1],[2] est la possibilité qu'un événement naturel non biologique, relativement brutal, menace ou affecte un bassins de risque. C'est donc l'estimation de la réalisation de ce processus.

Définition de l'UNISDR[modifier | modifier le code]

La stratégie internationale de prévention des catastrophes des Nations unies (en) (UNISDR) décrit l'aléa naturel comme un « processus ou phénomène naturel qui peut causer des pertes de vies humaines, des blessures ou d'autres effets sur la santé, des dommages aux biens, la perte de moyens de subsistance et de services, des perturbations socio-économiques, ou des dommages à l'environnement » en précisant que les risques naturels sont caractérisés par leur ampleur, leur intensité, leur vitesse d'apparition ou leur durée. Pour les cas où l'activité humaine augmente l'occurrence de certains risques au-delà de leur probabilité naturelle, l'UNISDR donne le terme d'aléa socio-naturel ainsi défini : « Phénomène qui résulte de l'augmentation de la fréquence de certains risques hydro-météorologiques et géophysiques, tels que les glissements de terrain, les inondations, la sécheresse, en interaction avec des phénomènes naturels tel que la dégradation des terres surexploitées et des ressources de l’environnement »[3].

L'aléa naturel dans l'étude des risques majeurs[modifier | modifier le code]

Ce concept est important dans l'étude des risques majeurs, il est nécessaire dans le domaine de l'aménagement des territoires. L'évaluation de l'aléa (intensité, proximité temporelle, fréquence[4]) en un lieu donné ne préjuge en rien des dégâts éventuels (victimes, destruction d'infrastructures, d'éléments naturels) ou des conséquences économiques possibles.

Liste d'aléas naturels[modifier | modifier le code]

L'aléa de référence[1] est un aléa naturel de niveau choisi de gravité qui permet de concevoir des aménagements techniques, des dispositifs de protection ou des moyens de secours.

En statistique, l'aléa naturel est l'erreur autour du résultat obtenu à partir de données observées[5].

Relation entre aléa naturel et risque naturel[modifier | modifier le code]

Combiné à l'exposition des enjeux et à leur vulnérabilité dans la zone étudiée, l'aléa naturel permet d'y estimer le risque naturel qui la caractérise.

Risque = aléa x exposition des enjeux x vulnérabilité des enjeux

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Marc Antoine, Les mots des risques naturels, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Les Mots de », , 129 p. (ISBN 2810700028), p. 8
  2. Xavier Michel et Patrice Cavaillé, Management du risque pour un développement durable, Dunod, coll. « Technique et ingénierie », , 458 p. (ISBN 2100539191), p. 41
  3. (fr) UNISDR (en), « Terminologie pour la prévention des risques de catastrophe », sur unisdr.org,
  4. Seddik Larkèche, Épistémologie du risque, L'Harmattan, (ISBN 2296455824)
  5. Ric Parent et Jacques Bernier, Le raisonnement bayésien: Modélisation et inférence, Springer, coll. « Statistiques et probabilités appliquées », , 364 p. (ISBN 228733906X), p. 41

Articles connexes[modifier | modifier le code]