Moussac (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moussac.
Moussac
Image illustrative de l'article Moussac (Gard)
Blason de Moussac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Quissac
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Uzès
Maire
Mandat
Frédéric Salle-Lagarde
2014-2020
Code postal 30190
Code commune 30184
Démographie
Gentilé Moussacois
Population
municipale
1 434 hab. (2015 en augmentation de 15,55 % par rapport à 2010)
Densité 194 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 56″ nord, 4° 13′ 48″ est
Altitude Min. 64 m
Max. 151 m
Superficie 7,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Moussac

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Moussac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moussac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moussac
Liens
Site web moussac.fr

Moussac est une commune française située dans le département du Gard en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Sauzet est limitrophe à la commune de Moussac.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur un piton rocheux qui domine le Gardon et son affluent La Droude.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Moussac est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale SCOT du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du Pays Garrigues Costières.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Mozac[1] ou Mozacum en 1169[2], Mociacum en 1228.

Moçac en occitan.

Du nom d'homme gallo-romain Mottius, dérivé probable du gaulois moto-, motu- membre viril, homme[3], suivi du suffixe gallo-romain de localisation et de propriété -acum.

Provençal Moussa, du roman Mozac, du bas latin Mozacum, Mociacum, Mossiacum[4].

Les habitants s'appellent les Moussacois et Moussacoises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Mentionné Mozac en 1169 dans le cartulaire du monastère de Saint-Sauveur-de-la-Font, Mozacum la même année dans une charte du chapitre de Nîmes et Mociacum en 1228 dans le cartulaire de l'abbaye de Psalmodie[5], le village est idéalement situé sur un piton rocheux qui domine le Gardon et son affluent La Droude. Cette situation géographique a permis aux habitants de se protéger au fil des siècles des invasions et des inondations, les Gardonnades. Il a été pillé par les Tuchins en 1382.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Attaqué par Jean Cavalier en 1703, les murailles de Moussac ont été détruites sur ordre de Richelieu.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le village abrita la première fabrique de réglisse en 1836 : la Réglisserie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Denis Rubio    
2008 2014 Maryse Laurent    
2014 en cours Frédéric Salle-Lagarde SE Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2015, la commune comptait 1 434 habitants[Note 1], en augmentation de 15,55 % par rapport à 2010 (Gard : +4,01 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
532 432 474 469 560 569 581 620 599
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
800 660 594 695 658 703 680 688 736
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
740 750 792 715 683 691 748 725 720
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
782 816 864 953 966 1 020 1 147 1 165 1 183
2013 2015 - - - - - - -
1 338 1 434 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête votive : Fête qui à lieu tous les ans au 15 aout. Cette fête dure une semaine. Elle est basée sur le taureau de Camargue qui n'est pas loin de Moussac. Cette fête est composée de bals populaires, de courses à la cocarde (cocarde attributs primés que l'on met entre les cornes des taureaux et que les raseteurs doivent réussir à couper pour remporter la prime), il y a aussi des sorties au pré dans une manades en Camargue et de jeux de boules (pétanques, à la longue).[réf. nécessaire]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

La société Carénou & Tur y fut fondée en 1838, cette réglisserie qui inventa et produisit entre autres du « Car en sac », fut ensuite rachetée par la société Zan en 1962.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Activités de service[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tour seigneuriale de Moussac.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Catalogue Charles Lorin et Cie, années 1930.
Catalogue Charles Lorin et Cie, années 1930.
Article détaillé : Temple protestant de Moussac.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Moussac Blason De sable au pal losangé d'or et d'azur.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le chapitre de Saint-Sauveur-de-la-Font.
  2. Dans le cartulaire de Saint-Sauveur-de-la-Fontaine à Nîmes et dans les archives du chapître de Nîmes.
  3. Xavier Delamarre (préf. Pierre-Yves Lambert), Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental (2e éd. rev. et augm.), Paris, Éd. Errance, coll. « Collection des Hespérides », , 440 p., couv. ill. en coul. ; 24 cm (ISBN 2-87772-237-6, ISSN 0982-2720, notice BnF no FRBNF38972112), p. 229-230
  4. (oc+fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 379, t. 2
  5. Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (notice BnF no FRBNF30500934), p. 148
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Tour seigneuriale », notice no PA30000063, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Ancienne église, actuellement temple protestant », notice no PA00103087, base Mérimée, ministère français de la Culture.