Puechredon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Puechredon
Vue du hameau.
Vue du hameau.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Quissac
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont cévenol
Maire
Mandat
Guillaume Gras
2014-2020
Code postal 30610
Code commune 30208
Démographie
Population
municipale
34 hab. (2014)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 57′ 28″ nord, 4° 02′ 53″ est
Altitude Min. 93 m – Max. 242 m
Superficie 8,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puechredon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puechredon

Puechredon est une commune française située dans le département du Gard en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Histoire[modifier | modifier le code]

église de Puechredon

Le cartulaire de ND de Nîmes mentionne en 959 le leg d'une propriété située entre les paroisses d'Ezas et Bragassargues. La première mention du lieu date de 1156 dans une bulle du pape Adrien IV [1], en 1217 une bulle du pape Honorius III indique que des terres de Puechredon appartiennent à l'abbaye de Mazan.

On sait que le château a été partiellement incendié lors de la guerre des Camisards, que la seigneurie appartint successivement aux familles de Montuzorgues, de Salve, de la Roque, Daguerre de Massanes, Molle[2]. Rivoire mentionne en 1842 une commune de plaines et de coteaux boisés[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1792 Jean-François Cazaly    
1792 1816 Louis Richard    
1816 1859 Auguste Bros    
1859 1877 Alphonse Bros    
1878 1884 Jean-Louis Dombre    
1884 1889 Paul Durand    
1889 1906 Jean Vachalde    
1906 1912 Julien Vachalde    
1912 1924 Justin Durand    
1924 1936 Albain Gras    
1936 1945 René Liautaud    
1945 1983 Arthur Gras    
1983 2014 Jean-Claude Gras SE  
2014 en cours Guillaume Gras SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 34 habitants, en diminution de -8,11 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
72 61 52 52 65 72 56 60 55
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
66 50 49 54 52 43 33 59 38
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
57 55 55 59 86 66 38 65 50
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
40 38 20 30 35 36 37 35 34
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne chapelle Saint-André-de-Puechflavard (vestiges, privée, ne se visite pas).La première mention de cette église relevant du chapitre de Notre-Dame de Nîmes date de 1156.Il reste de l’église le chevet, très abîmé et fendu, et une portion des murs gouttereaux. Le bâtiment est qualifié de magnifique lors d’une visite de l’évêque Cohon au début du XVII e s. L'église est désaffectée depuis le XVIII e s., en ruines au moins depuis 1842[3]. Elle dépendait du chapitre de Notre-Dame de Nîmes[8].
  • Chapelle du mas de Puechredon (privée, ne se visite pas)
  • Charbonnière du bois du Castellas
  • Four à chaux (privé, ne se visite pas): ce four est mentionné par Emilien Dumas dans les années 1870.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Puechredon (Gard).svg

Ce blason est à l'origine celui de la communauté des habitants de Saint André de Puechflavard. Imposé arbitrairement par le roi en vertu de l'édit de novembre 1696. Les armes de Puechredon se blasonnent ainsi : D'or, à la bande fuselée d'argent et de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du Gard, Germer-Durand, 1868.
  2. et Bros. Il existait également sur le territoire de la commune, une coseigneurie qui appartint aux familles Claris puis du Ranc de Bagard. Le Gard de la préhistoire à nos jours, dir. Raymond Huard, éd. Bordessoules, 2003
  3. a et b Statistique du Gard, Hector Rivoire, 1842.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Pierre Clément, Les églises romanes oubliées du bas Languedoc, 1989.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :