Sanilhac-Sagriès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sanilhac.
Sanilhac-Sagriès
Le Château de Sanilhac
Le Château de Sanilhac
Blason de Sanilhac-Sagriès
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Uzès
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Uzès
Maire
Mandat
Guy Crespy
2014-2020
Code postal 30700
Code commune 30308
Démographie
Population
municipale
871 hab. (2014)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 57′ 21″ nord, 4° 25′ 31″ est
Altitude Min. 30 m – Max. 202 m
Superficie 22,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Sanilhac-Sagriès

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Sanilhac-Sagriès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sanilhac-Sagriès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sanilhac-Sagriès

Sanilhac-Sagriès est une commune française située dans le département du Gard en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les informations rédigées ci-dessous sont de apportées avec l'autorisation de Gérard Joyon, auteur de L'Appel de la garrigue, 1989 et édition 1990.

Le village est situé sur la rive gauche du Gardon, entre Nîmes et Uzès. C'est sur les rives de ce cours d'eau que l'on trouve l'altitude minimale : 30 mètres. Sanilhac-Sagriès, possède une limite commune avec Poulx sur la rive droite du Gardon. Le territoire communal traverse le Gardon et englobe, sur quelques centaines de mètres les plateaux surplombant la rivière côté rive droite, aux lieudits La Canelle, La Baume et Ruisseau de Signore. Ces plateaux d'une altitude de 200 mètres sont calcaires.

On trouve de nombreuses cavités naturelles dans les falaises dominant le Gardon. Pendant des millénaires cette rivière coulant d'Ouest en Est a taillé dans les massifs calcaires un magnifique canyon tourmenté par de nombreux méandres. Les falaises ont des aplombs de 50 à 100 mètres. Le Gardon possède des résurgences importantes au lieu-dit La Baume.

La végétation est constituée de garrigues basses de pins et de yeuses. Le climat est de type Méditerranéen et constitue le facteur explicatif de la garrigue. La commune constitue la limite Nord du Camp des Garrigues (limitrophe avec Poulx) sans avoir de terrains dans ce domaine militaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bâti au début du XIIe siècle autour d’un château et entouré de remparts, Sanilhac était protégé par trois tours. De ces constructions il ne reste qu’une tour de défense la « Tourasse », ainsi que le donjon du château. Sagriès distant de 3 km fut rattaché à Sanilhac en 1814.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sanilhac-Sagriès Blason D'hermine à la fasce losangée d'argent et de sinople.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Max Pulinckx    
mars 2008 2014 Bernard Comte DVG Vice-président de la communauté de communes de l'Uzège (2008-2012)
mars 2014 en cours Guy Crespy DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 871 habitants, en augmentation de 2,35 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
422 400 430 703 724 753 672 851 795
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
769 761 716 707 662 627 586 570 541
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
521 537 516 401 365 438 415 362 408
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
401 440 442 525 643 785 826 882 871
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[5][modifier | modifier le code]

  • Les Moulins de la Baume.
  • L'ancien barrage.
  • L'Ermitage de la Baume Saint Vérédème. Il semblerait que ce saint ait logé dans la grotte. Il y aurait été rejoint par Saint Gilles.
  • Une ancienne chapelle se situe à l'entrée de cavité en rive gauche du Gardon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albert Roux : poète félibre né à Sanilhac (1871-1935).
  • Le pilote Charles Baills, à bord de son P47 s'écrase en retour de mission contre l'ennemi, sur la rive droite du Gardon le 26 août 1944 vers 18 h30 en limite exacte Poulx-Sanilhac 43° 55' 51" NORD / 4°25'04" EST[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Ouvrages de Jean Bernard Lidon et Gérard Joyon concernant ce lieu
  6. Historique Camp des Garrigues A/C JOYON


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :