Redessan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Redessan
Redessan
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Redessan
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Nîmes Métropole
Maire
Mandat
Fabienne Richard
2014-2020
Code postal 30129
Code commune 30211
Démographie
Gentilé Redessanais / Redessanaises
Population
municipale
4 115 hab. (2017 en augmentation de 1,76 % par rapport à 2012)
Densité 264 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 49′ 59″ nord, 4° 29′ 51″ est
Altitude 56 m
Min. 54 m
Max. 76 m
Superficie 15,57 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Redessan
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Redessan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Redessan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Redessan

Redessan est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Ses habitants s'appellent les Redessanais et Redessanaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans l'aire urbaine de Nîmes sur la ligne Tarascon - Sète-Ville et l'ancienne route nationale 99 entre Nîmes et Beaucaire.

Les communes de Bezouce, Marguerittes, Manduel, Jonquières-Saint-Vincent, Beaucaire et Meynes sont limitrophes de la commune de Redessan.

Redessan est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du pays Garrigues et Costières de Nîmes.

Hydrographie et Relief[modifier | modifier le code]

La commune est proche du Rhône et de la Provence, non loin du plateau des Costières contre lequel elle s'appuie.

Transports en communs[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 31 du réseau de bus Tango qui relie Nîmes et Redessan.

Axes Ferroviaires[modifier | modifier le code]

Redessan est desservie par des trains TER Languedoc-Roussillon qui circulent entre les gares d'Avignon-Centre et de Narbonne, ou Montpellier-Saint-Roch, ou Nîmes.

Prochainement, une gare TGV (Gare de Nîmes - Manduel - Redessan) se trouvera sur la commune.

Le Contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier se situe lui aussi sur une partie de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme Villa de Rediciano, in comitatu Nemausense (cartulaire de Notre-Dame de Nîmes, chapitre 197) en 909. Le nom de la localité est issu de l'anthroponyme latin Reticius suivi d’-anum, suffixe latin de propriété[1] ou encore du nom de personne gaulois *Reticianus (non attesté), forme masculine du nom de personne féminin Reticiana, pris absolument[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Redessan Blason D'argent à la tour de gueules maçonnée de sable d'où isse un dextrochère armé tenant une épée, le tout de sable, senestré d'un pal de gueules chargé d'ondes d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et société[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 1995 Numa Gleizes[3] PRRRS puis MRG Conseiller général du canton de Marguerittes (1963-1982)
mars 1995 2014 Hervé Giely PRG Vice-président de Nîmes Métropole
mars 2014 En cours Fabienne Richard Sans étiquette Professeure de gestion
Les données manquantes sont à compléter.

Canton[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie du canton de Marguerittes jusqu'en 2015.

Après 2015, la commune fait partie du Canton de Redessan et de la 6e Circonscription du Gard dont elle est le bureau centralisateur.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Nîmes Métropole (CANIM), dont le siège se trouve à Nîmes.

Manifestations culturelles et sociétés[modifier | modifier le code]

La fête votive se déroule chaque année le week-end suivant le 15 août. Elle est l'occasion de festivités durant plusieurs jours. C'est une des principales attractions touristiques du village.

Depuis 2015, Redessan accueille chaque année le "Festival de cinéma argentique en plein air"[4]. Il est organisé par l'association "Jean-Paul Boyer, Culture et Cinéma"[5], en mémoire de ce Redessanais qui fonda en 1959 dans le village un laboratoire cinématographique lié à la Cinémathèque française[6]. L'édition 2019[7] a réuni plus de 1 500 cinéphiles.

La commune organise les célébrations à caractère national (Fête du travail, commémoration des armistices de guerre, Fête de la musique…).

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de Redessan est impliquée dans la vie sportive avec une vingtaine de sports différents (Foot, Tennis, Danse, Boule, Chasse, etc)

Vie associative[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations sont présentes dans le village.

Médias[modifier | modifier le code]

Un correspondant du journal Midi libre est présent dans le village.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2017, la commune comptait 4 115 habitants[Note 1], en augmentation de 1,76 % par rapport à 2012 (Gard : +2,56 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7137417929191 1001 0971 1421 2071 216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3521 5041 6021 4031 2511 0121 0431 1181 153
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1601 1851 1281 1241 1211 1351 1171 1361 145
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 2151 2991 6022 0842 2332 8733 1623 9554 120
2017 - - - - - - - -
4 115--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économies[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Bien que diversifiée (abricotiers, pêchers, oliviers), l'essentiel de l'économie agricole repose sur la vigne. Située dans le terroir de l'AOC « Costières de Nîmes » (anciennement appelées « Costières du Gard »), la commune possède sa propre cave coopérative.

Artisanat et commerces[modifier | modifier le code]

La commune à plus de 100 dans des domaines différents (santé, alimentation, bâtiment, café, restaurant, etc)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Via Domitia (tronçon ; également sur communes de Jonquières-Saint-Vincent et Beaucaire, dans le Gard, et Castelnau-le-Lez, dans l'Hérault). Route (Antiquité), inscription MH 5 février 1987, propriété de la commune. Adresse : sur le chemin vieux de Jonquières, dit chemin romain. Plusieurs bornes milliaires sont ainsi situé le long de cette voix et sont visibles dans la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Boyer (1921-1974) est un restaurateur de films cinématographiques et réalisateur français.
  • Jean-Marie Marconot vit dans la commune et a écrit un ouvrage à son sujet.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Benifairó de la Valldigna (Espagne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6), p. 559b.
  2. Ernest Nègre : Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  3. https://archive.org/stream/EL066L197303030021PFPdfmasterocr/EL066_L_1973_03_030_02_1_PF_pdfmasterocr#page/n7/mode/2up
  4. « Gard : déjà la 5e édition du festival argentique à Redessan », sur midilibre.fr (consulté le 10 décembre 2019)
  5. « Jean-Paul Boyer (réalisateur) », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  6. Bernard Bastide, « « Jean-Paul Boyer : l'urgentiste des images » », La Gazette de Nîmes,‎ , p. 24-27
  7. (en) « Home Page », sur Association Jean-Paul Boyer, Festival de cinéma argentique (consulté le 10 décembre 2019)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :