Montbrun (Lozère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montbrun.
Montbrun
Vue générale de Montbrun.
Vue générale de Montbrun.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Florac
Canton Florac
Intercommunalité Communauté de communes des Gorges du Tarn et des Grands Causses
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Luc Michel
2017-2020
Code postal 48210
Code commune 48101
Démographie
Gentilé Montbrunels
Population 109 hab. (2014)
Densité 3,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 17″ nord, 3° 30′ 16″ est
Altitude Min. 479 m
Max. 1 105 m
Superficie 29,97 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Gorges du Tarn Causses
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte administrative de Lozère
City locator 15.svg
Montbrun

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte topographique de Lozère
City locator 15.svg
Montbrun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Montbrun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Montbrun

Montbrun est une ancienne commune française, située dans le département de la Lozère en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Montbrunels.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village situé sur la rivière Tarn à l'entrée des gorges hyponymes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été créée en 1837 par détachement de Quézac. Le hameau de Montbrun est attesté dès le XIe siècle, époque a laquelle il dépend de la paroisse de Quezac. Sa minuscule seigneurie est partagée entre la famille des chevaliers de Montbrun et celle des écuyers du Puy, établis en la paroisse de Saint Roman. Vassales des Chateauneuf de Randon, une des plus puissantes familles du Gévaudan, puis des évêques de Mende, ces familles se déchirent au moment des guerres de Religion. Plusieurs fois pillée (1562,1567,1579,1587) elle souffre successivement de l'occupation des troupes de Mathieu Merle, qui encaisse la dime et ruine les catholiques, puis des mercenaires du duc de Joyeuse, qui incendient les maisons des protestants. Implantée sur les limites des territoires catholiques et protestants, elle ne se remet que lentement des ravages du XVIe siècle. La révocation de l'Édit de Nantes (1685) porte un coup décisif à sa petite communauté huguenote. Fief catholique, plusieurs de ses habitants participent sous la Révolution aux manœuvres du notaire Charrier qui à la tête de la chouannerie lozérienne, s'empare de Mende. Sous l'Empire, plusieurs conscrits désertent du 28eme léger et sont poursuivis par la gendarmerie. La fin de l'Empire apporte la paix. Commune devenue républicaine, Montbrun perd 24 de ses fils lors de la Grande Guerre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Montbrun[1]
Période Identité Étiquette Qualité
1838 1878 Jean-Baptiste Boudon    
1878 1882 Jean-Baptiste Boutin    
1882 1888 Étienne Saint-Pierre    
1888 1892 Justin Saint-Pierre    
1892 1900 Justin Saint-Pierre    
1900 1903 Mr Rolland    
1903 1910 Mr Boutin    
1910 1911 Louis Delon    
1911 1912 Mr Boudon    
1912 1915 Léon Boutin    
1915 1918 Mr Bazalgette    
1918 1938 Léon Boutin    
1941 1944 Justin Saint-Pierre    
1944 1945 Gaston Grousset    
1945 1947 Abel Saint-Pierre    
1947 1963 Gaston Grousset    
1963 1971 Lucien Delon    
1971 1977 Raymond Boyer    
1977 1995 Michel Fortuné    
1995 2005 Marcel Saint-Pierre    
2005 2015 Régine Gerbail    
2015   Jean-Luc Michel    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 109 habitants, en augmentation de 26,74 % par rapport à 2009 (Lozère : -1,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
400 389 461 498 433 431 431 378 434
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
459 422 402 361 359 385 318 307 305
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
314 226 203 120 88 84 73 72 72
1999 2004 2009 2014 - - - - -
71 84 86 109 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Historique des maires depuis 1838 », sur le site officiel de la commune (consulté le 16 octobre 2016)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Bertrand BEYERN, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche Midi, , 385 p. (lire en ligne), page 102
  7. « Qui repose à Montbrun ? » (consulté le 23 juin 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :