Cannes-et-Clairan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cannes (homonymie).

Cannes-et-Clairan
Cannes-et-Clairan
Blason de Cannes-et-Clairan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Calvisson
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Sommières
Maire
Mandat
Sonia Aubry
2014-2020
Code postal 30260
Code commune 30066
Démographie
Gentilé Canranois
Population
municipale
541 hab. (2016 en augmentation de 5,25 % par rapport à 2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 05″ nord, 4° 05′ 06″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 219 m
Superficie 12,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Cannes-et-Clairan

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Cannes-et-Clairan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cannes-et-Clairan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cannes-et-Clairan

Cannes-et-Clairan est une commune française située dans le département du Gard en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Entouré par les communes de Montmirat, Crespian et Orthoux-Sérignac-Quilhan, Cannes-et-Clairan se trouve à 23 km au nord-ouest de Nîmes.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Elle est située à 74 mètres d'altitude ; la Rivière La Courme, le Ruisseau de Valentine et le Ruisseau de Liquette sont les principaux cours d'eau qui la traversent.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Canranois et les Canranoises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La première mention de Cannes date de 1313, celle de Clairan de 1273[1]. Cannes compte alors un prieuré, dont dépend Saint-Saturnin-de-Clairan. Un château, ou une construction fortifiée, est probablement construit au Moyen Âge, construction qui sera ruinée dès le XVIe siècle.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L'arrivée du protestantisme lie les paroisses de Cannes et de Clairan : faute de paroissiens, elles sont réunies en 1563. Les deux églises sont en ruine au XVIIe siècle. À cette période, le territoire vit d'une polyculture associant élevage, céréales, huile, quelques vignes et de l’exploitation de la garrigue et des bois communaux.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, l'église de Clairan, abandonnée depuis le XVIIIe siècle et ruinée, est vendue, ainsi que les bâtiments ecclésiastiques de l'église de Cannes. Ils ont été rachetés par des particuliers et englobés dans les constructions actuelles du village. L'église est rasée en 1893[2].

Le les communes de Cannes et de Clairan fusionnent[Note 1].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1857 sont édifiés l'école, la mairie et le temple de Cannes. L'histoire de la commune est aussi marquée par la recherche, tout au long du siècle, de l'approvisionnement en eau, qui fait défaut au village et entraîne des conflits avec les propriétaires chanceux qui disposent d’un puits, et en autorisent l'accès à titre onéreux[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 2014 William Seguin PS puis MoDem  
2014 En cours Sonia Aubry DVG - soutien FG[4] Lithographe
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 541 habitants[Note 2], en augmentation de 5,25 % par rapport à 2011 (Gard : +3,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
295275271302311339328310319
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
318322323358332274249265268
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
284304291259274260237206218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
228203174171210309369514541
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Un festival du clown et du burlesque est organisé chaque année dans la commune[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

La viticulture est une des activités principales sur les zones agricoles de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune est proche du parc national des Cévennes, à environ 19 km.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Gard.
Blason de Cannes-et-Clairan

Les armes de Cannes-et-Clairan se blasonnent ainsi :

Tranché : au premier de vair à la fasce losangée d'or et d'azur, au second d'hermine à la fasce losangée d'argent et de sable[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans un ouvrage ancien, Gustave Coste fait remonter la fusion des deux paroisses au XVIe siècle.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du Gard, Germer-Durand, 1868.
  2. Cannes et Clairan. Des origines à la Révolution, par Gustave Coste (1865-1934). Réédition : 1996
  3. Archives départementales du Gard : 2O513
  4. http://www.politiquemania.com/forum/elections-senatoriales-2014-f39/elections-senatoriales-2014-gard-t3526-10.html
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Stéphanie Martin, « Cannes et son festival d’anecdotes... Reportage », sur objectifgard.com, .
  10. « Blason de la commune », sur www.labanquedublason2.com (consulté le 24 février 2015)