Saint-Paul-le-Jeune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Paul.

Saint-Paul-le-Jeune
Saint-Paul-le-Jeune
L'église Saint-Paul.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Les Cévennes ardéchoises
Intercommunalité Communauté de communes Pays des Vans en Cévennes
Maire
Mandat
Raymonde Gauthier
2014-2020
Code postal 07460
Code commune 07280
Démographie
Population
municipale
987 hab. (2015 en augmentation de 13,32 % par rapport à 2010)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 28″ nord, 4° 09′ 15″ est
Altitude Min. 196 m
Max. 451 m
Superficie 14,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Paul-le-Jeune

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Paul-le-Jeune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-le-Jeune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-le-Jeune
Liens
Site web saint-paul-le-jeune.fr

Saint-Paul-le-Jeune est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Saints-Pauliens et Saints-Pauliennes.[réf. nécessaire]

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à l'extrême sud du département de l’Ardèche, Saint-Paul-le-Jeune est un village composé d'un petit bourg et de différents hameaux : les Monèdes, le Frigolet, la Brousse, la Gadilhe, les Sagnes... Ils comportent chacun quelques maisons seulement.

La commune est située à une dizaine de kilomètres de Saint-Ambroix, Gagnières, Bessèges dans le Gard et de Les Vans, Joyeuse, Vallon-Pont-d'Arc dans l'Ardèche.

La grotte de la Cocalière (3e plus belle grotte de France) s'étale sur les communes de Saint-Paul (Ardèche) et de Courry (Gard).

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Malbosc Banne Banne Rose des vents
Gagnières N Banne
O    Saint-Paul-le-Jeune    E
S
Gagnières Gagnières Courry

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Paul-le-Jeune occupe une position très particulière le long d'une faille géologique qui de Saint-Sébastien se poursuit vers Banne et le bois de Païolive et sépare les terrains gréseux du Trias et les terrains calcaires du Jurassique Supérieur.

Les deux terrains qui se côtoient le long de cette faille ont assuré aux habitants pendant des siècles leur nourriture. Notamment à l'aide des sources échappées de la colline gréseuse du bois des Bartres.

Cette faille géologique a marqué l'histoire et le développement du village en favorisant le passage d'une voie de communication qui n'a fait que prendre de l'importance au cours des siècles.

Climat[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1802, sur leur demande, les habitants du Travers de Banne sont autorisés à construire leur église : l'église Saint-Paul, terminée en 1810. Une petite communauté va prendre corps autour de ce point de rencontre et au cours des travaux assumés en commun, un premier pas vers plus d'autonomie.

En 1826, les habitants du Travers de Banne adressent une pétition au Préfet pour être organisés en commune indépendante de Banne.

Le 21 mars 1832, une ordonnance du roi Louis-Philippe érige en commune particulière la paroisse du Travers de Banne sous le nom de Saint-Paul-le-Jeune[1].

Onze hameaux, situés tout au long d'une voie de communication « Banne-Saint-Ambroix et Banne-Gagnières », vont se détacher de la commune de Banne : La Crotte, Mentaresse, Les Rousses, Les Ayres, L'Église neuve, Les Sagnes, La Brousse, Les Monèdes, La Gadilhe, Sauvas, Le Frigolet.

À la suite de l'ordonnance du roi Louis-Philippe du 21 mars 1832, un arrêté du préfet du 11 juillet 1832, nomme Jean Platon maire et Joseph Théodore Lacroix premier adjoint de la nouvelle commune.

En 1876, le train avec la construction de la voie de chemin de fer et la gare de Saint-Paul-le-Jeune, a favorisé le développement du village au détriment de Banne. Ce train, servait à l'origine au transport du charbon vers les hauts-fourneaux de la Vallée du Rhône et vers les usines du Midi. Puis très vite, il a drainé une partie de la population vers les filatures de la Basse Ardèche et vers les mines du Gard.

Le village était desservi, jusqu'en 1971, par la voie ferrée PLM puis SNCF de la ligne du Teil à Alès. L'ancienne gare, toujours visible, est devenue une propriété de la commune, l'ancienne remise des machines est devenue une pharmacie.

La ligne possédait deux tunnels sur Saint-Paul-le-Jeune, qui furent, un temps utilisé pour la culture de champignons de Paris. À la sortie du tunnel sud, vers Gagnières, il existait un embranchement pour desservir les mines de charbon de Banne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
11 juillet 1832 décembre 1840 Jean Platon    
janvier 1841 octobre 1846 Jean Pascal    
novembre 1846 après 1848 Jean Louis Platon    
avant 1861 septembre 1865 Jean Pascal    
septembre 1865 septembre 1870 Jean Platon    
octobre 1870 avril 1871 Joseph Teissier    
mai 1871 vers 1875 Joseph Platon    
1876 après 1887 Jean-Baptiste Roux    
1889 après 1902 Emile Napoléon Lacroix    
mars 1971 mars 1977 Joseph Emile Crégut PCF Exploitant forestier
mars 1977 mars 1983 Guy Lefèbure UDF-PSD Fonctionnaire
Conseiller général
mars 1983 mars 1989 Roger Durand UDF Retraité
mars 1989 mars 2001 Jean Radier PS  
mars 2001 En cours
(au 24 avril 2014)
Raymonde Gauthier[2] PS Retraitée de l'enseignement

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2015, la commune comptait 987 habitants[Note 1], en augmentation de 13,32 % par rapport à 2010 (Ardèche : +2,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
1 3051 3191 4371 3871 4291 4521 4511 5191 340
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
1 2851 3861 1781 1721 2491 2301 1971 0861 012
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
1 019993884956987847854819862
1999 2006 2007 2008 2013 2015 - - -
762832842852975987---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Beaucoup de logements sont des habitations secondaires. L'Ardèche est en effet très touristique. Conséquence : le dynamisme est faible pendant la saison hivernale.

En 1999, il y avait à Saint-Paul-le-Jeune 159 résidences secondaires sur 570 logements au total.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Paul-Le Jeune fait partie de l'Académie de Grenoble. Les élèves débutent leur scolarité dans l'école primaire du village[7].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Saint-Paul-le-Jeune sera ville étape du Tour cycliste féminin international de l'Ardèche 2019.

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Les personnes de confessions catholiques disposent d'un lieu de culte, l'église Saint Paul[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Saint-Paul-le-Jeune fait partie de la zone d'appellation de plusieurs produits agricoles :


Commerces[modifier | modifier le code]

Le marché dominical de la commune a lieu le vendredi[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Paul-le-Jeune possède une médiathèque ouverte au public du vendredi au mercredi (horaires). Elle possède de nombreux de chemins de randonnée thématiques : Les Dolmens, Les Mines, La Claysse,...

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le viaduc du Doulovy, ancien pont du chemin de fer des mines de Banne (à cheval sur les communes de Banne et Saint-Paul-le-Jeune).
  • Grotte de la Cocalière.
  • Église paroissiale Saint-Paul : en 1845, l'église primitive est remplacée par un édifice de style néo-roman plus grand. De forme ogivale, l'église est composée d'une nef et bas côtés, d'un chœur voûté en cul de four et d'un clocher en façade. Deux imposantes colonnes aux chapiteaux sculptés supportent une corniche et encadrent le portail et la Serlienne. Le clocher carré est surmonté d'une flèche polygonale, il renferme un puissant bourdon de 2,5 tonnes une des plus grosses cloches de l'Ardèche.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

En 1896, l'instituteur Chiron un des premiers préhistoriens de l'Ardèche écrit sur l'existence de la nécropole dolménique des Buissières, près de la goule de Sauvas, sur la commune de Saint-Paul-le-Jeune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]