Tourtour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tourtour
Vue d'ensemble de Tourtour
Vue d'ensemble de Tourtour
Blason de Tourtour
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Draguignan
Canton Salernes
Intercommunalité Communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon
Maire
Mandat
Pierre Jugy
2014-2020
Code postal 83690
Code commune 83139
Démographie
Gentilé Tourtourain
Population
municipale
583 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 35′ 25″ N 6° 18′ 11″ E / 43.590278, 6.30305643° 35′ 25″ Nord 6° 18′ 11″ Est / 43.590278, 6.303056  
Altitude Min. 375 m – Max. 904 m
Superficie 28,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tourtour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tourtour

Tourtour est une commune française située dans le département du Var en région française Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Son implantation sur le haut d'une colline, au nom évocateur de Beau Soleil[1], lui vaut son appellation de « Village dans le ciel »[2],[3]. Le village s’est construit sur le passage des eaux de source[4] qui alimente huit fontaines et un moulin à huile toujours en activité ; la source principale s’appelle le Saint-Rosaire[5]. Du village, on voit le moyen Var jusqu'à la montagne Sainte-Victoire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Aups Vérignon Ampus Rose des vents
Aups N Ampus
O    Tourtour    E
S
Villecroze Villecroze Flayosc

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 869 hectares ; son altitude varie entre 360 et 903 mètres[6].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicités dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de 61 communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la Montagne Sainte-Victoire, au Massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département (qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

Dans le Var, 82 communes sont classées en risque négligeable (zone 0), 50 en zone de sismicité très faible mais au risque non négligeable (Ia), et 21 en zone de sismicité faible (Ib).

Tourtour est classée en zone Ia[7],[8].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Fontaine à Tourtour Nathalie Armand

Tourtour est alimenté par la source de la chapelle du Saint Rosaire située au nord/nord-est du village à environ 700 mètres d’altitude, son débit moyen est de 20 l/s.

Le vieux lavoir du village est remarquable et son eau est toujours fraîche aussi bien l’été que l’hiver puisqu’il n’y a que 3° de différence entre ces saisons.

Les 8 fontaines qui coulent dans le cœur du village ont un attrait incontestable auprès des photographes ou des peintres.

À quelque deux kilomètres à l’est du village naît la Florièye au lieu-dit Fonfiguière. Cette rivière passe sous un pont médiéval près des ruines de l’abbaye de Florièye sur la commune de Tourtour et conflue vers l’Argens 26 km plus loin.

Deux kilomètres au nord ouest de Tourtour jaillit la source des Moulières dans un cadre naturel près d’une bastide en ruine. Cette source qui ne tarit pas même en été rejoint Villecroze par la combe d’Aillaud.

Enfin, au sud-est de la commune de Tourtour on rencontre différents ruisselets comme ceux des vallons des Buerges, celui du vallon de la Rouvière qui se poursuit dans le ruisseau de Thuéry, ainsi que ceux du vallon de Bessoune et du vallon des Treilles qui donnent le vallon des Mandins.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat tempéré et chaud de Tourtour est considéré comme l’un des plus agréable de France. Tout au long de l’année, les températures maximales sont de 5 à 6°C supérieures aux moyennes nationales. L’ensoleillement y est pratiquement une fois et demie plus important que la moyenne française.

On dénombre 7 à 9 jours de pluie par mois sauf en été où il ne pleut que 3 jours par mois en moyenne. La vitesse maximale des vents ne dépasse pas les 100 km/h.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Abri bus à St Pierre de Tourtour

Tourtour se trouve au carrefour de deux routes départementales : la D51 qui relie Salernes à Châteaudouble et la D77 qui va d’Aups à la commune de Flayosc. Deux ronds-points se trouvent de part et d’autre du village. Le rond-point de Sainte Anne est à l’est et le rond-point d’Aups se trouve à l’ouest. Le centre du village à voie unique est réglementé par des feux tricolores. Il est fermé à la circulation automobile en été. Le contournement de Tourtour se fait par le nord en empruntant la route d’Ampus, le chemin du Saint Rosaire et le chemin de la Barrière.

Deux arrêts de bus se trouvent sur la commune de Tourtour, l’un au niveau du rond-point de Sainte Anne et l’autre au hameau du domaine Saint Pierre de Tourtour. Jusqu'à l'été 2014, l'ex ligne d’autobus n° 1109 desservait le village de Tourtour tous les jours sauf les dimanches et jours fériés. Elle reliait Saint Pierre de Tourtour à Salernes où une correspondance était assurée avec la ligne n°1201 qui rejoint la gare SNCF Les Arcs-Draguignan. Deux autres lignes d’autobus ne fonctionnent qu’en période scolaire, la n°2121 relie Saint Pierre de Tourtour et Tourtour à Aups et la n°1225 relie Tourtour à Lorgues.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune comporte trois hameaux : celui des Mandins, celui constitué par le Domaine des Treilles et le Domaine de Saint-Pierre de Tourtour[9],[10].

Article détaillé : Domaine des Treilles.
Plan général du Domaine de Saint Pierre de Tourtour

Le plus important, le hameau dit Domaine Saint Pierre de Tourtour[11], est un ensemble résidentiel, à cheval sur les communes de Tourtour et d'Ampus, intégré dans un site forestier avec un lac artificiel avec plan d'eau d'une superficie de près de deux hectares, trois petits étangs, une piscine, des courts de tennis… Créé par Adrien Beaumont à partir de 1963, inventeur des Issambres, le domaine Saint-Pierre est situé sur les territoires des communes de Tourtour, au sud, et d'Ampus, au nord, en bordure, de part et d'autre, dans sa partie nord, du chemin départemental no 51 à 3,5 km à l'Est de Tourtour et à 3,5 km à l'Ouest d'Ampus. Sa superficie d'ensemble est d'environ 136 hectares, dont 92 hectares 38 ares et un centiare sur la commune de Tourtour et 43 hectares 61 ares et 99 centiares sur Ampus.

Article détaillé : Domaine Saint Pierre de Tourtour.

Plan d'occupation des sols[modifier | modifier le code]

La commune dispose actuellement d'un plan d'occupation des sols (POS)[12] et a engagé la procédure d'élaboration d'un plan local d'urbanisme (PLU). La première phase d'étude, le diagnostic, a fait l'objet d'une réunion publique le mardi 11 juin 2013[13],[14].

Elle ne dispose pas d'un périmètre de schéma de cohérence territoriale (SCOT), mais est membre de la communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon depuis le 1er janvier 2014.

L'assainissement collectif et non collectif[modifier | modifier le code]

La communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon exerce désormais la collecte, le traitement et la valorisation des déchets ménagers et assimilés. Dans ce cadre la Communauté de Communes se substituera de plein droit aux communes membres du Syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM du Haut Var). - Gestion du PIDAF[15]. La communauté L.G.V aura également en charge l’instruction des dossiers de réalisation et contrôle de l’assainissement autonome avec le SPANC (Service public d'assainissement non collectif).

L'assainissement du village historique

La gestion du service de l'eau potable du village historique est assurée directement par la collectivité (« régie », plutôt appelée gestion directe)[16].

La Régie de l’Eau et de l’Assainissement de Tourtour[17] de Tourtour (R.E.A.T .) est dotée de l’autonomie financière[18], les budgets de fonctionnement et d’investissement pour les services correspondants sont distincts de celui de la commune[19],[20],[21].

Le réseau d'assainissement du village historique de Tourtour est raccordé à la station d'assainissement de Salernes[22],[23].

L'assainissement du domaine Saint Pierre de Tourtour

Il s'agit d'une zone naturelle classée IINA au plan d'occupation des sols, constituée par le Domaine de Saint-Pierre de Tourtour qui a connu une urbanisation dans la proportion des 3/4 environ du programme initialement prévu dans les années 60 à 80 sous forme d'un ensemble résidentiel en copropriété.

Les eaux et matières usées des villas sont obligatoirement reçues et traitées dans des fosses septiques où stations conformes à la réglementation en vigueur[24]. Les effluents de ces fosses ainsi que les eaux ménagères (après dégraissage et décantation) sont évacués dans des drains réglementaires. Les eaux pluviales sont acheminées dans les fossés en bordure des voies. Cette eau de pluie contribue, avec la source, à alimenter le lac et les étangs.

Quelques lots ont également un "systèmes d’assainissement autonome regroupé" (44 lots) ou "collectifs de proximité" (6 lots sur la commiune de Tourtour et 8 lots sur la commune d'Ampus)[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Issu du mot celtique Tur qui désigne un point culminant. Tourtour est situé sur deux sommets : l’église Saint-Denis à l’est et le vieux château médiéval à l'ouest, ce qui a donné Tör Tör, devenu Tourtour.

Cité au IVe siècle ; Pontus Tortori ; Tortor au XIIe siècle. D'après certains auteurs, le nom du village viendrait des tortures que les Romains infligeaient aux criminels.

Tourtour s'écrit Tortor en provençal de norme classique.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1500[modifier | modifier le code]

La présence du Néolithique est attestée à Tourtour par les nombreux vestiges découverts à Arquinaud (poteries, fonds de cabanes, outils).

À l'âge du fer, cinq oppidums et un poste de vigie occupaient la vallée de Florieyes.

Non loin de la Via Julia Augusta - branchement de la Voie Aurélienne allant de Forum Julii (Fréjus) à Forum Reii (Riez) - les Romains construisirent de nombreux établissements de plaine au quartier Saint-Pierre, à l'Evoue, aux Treilles, au Colombier. Leur présence est attestée jusqu'au Ve siècle ap. J.-C., époque des invasions barbares[26].

Après avoir arrêté les Arabes à Poitiers, Charles Martel aurait rencontré les Sarrasins en 739, dans la région de Tourtour. En 973, le comte Guillaume Ier de Provence y remporta une victoire sur les Sarrasins venant de leur base de Fraxinet à l'actuelle Garde Freinet.

Article détaillé : Bataille de Tourtour.

Grâce à l'appui de Bertrand II de Castellane, des Cisterciens de Mazan, dans le Vivarais, appelés par Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse et marquis de Provence, s'établissent le 14 avril 1136 au quartier de Florieille. Les restes de la Chapelle Notre-Dame de Florielle constituent les derniers vestiges de l’Abbaye de Florièyes témoignant de la présence des moines cisterciens. Dix ans plus tard, ces moines se fixent au Thoronet.

En 1235, Raimond Bérenger IV de Provence cède à de Blacas d'Aulps ses droits sur Tourtour et Fox-Amphoux contre la seigneurie de Séranon.

La seigneurie passe ensuite aux Puget avant d'être partagée au XVIIe siècle entre cinq co-seigneurs dont les De La Tour, les Castellane, les Raphaelis et les Fabry.

De 1500 à 1900[modifier | modifier le code]

En 1638, Anne d'Autriche, se rendant en pèlerinage d'action de grâce à Cotignac, s'arrête à Tourtour. À cette occasion deux ormeaux sont plantés sur la place du village.

À la suite du coup d’État du président Louis-Napoléon Bonaparte, le 2 décembre 1851, la répression de l’insurrection varoise le 10 décembre 1851, à Tourtour et Aups, a été terrible. Comme le rappelle René Merle, les femmes qui s’étaient mobilisées n’ont pas été épargnées[27].

XXe et XXIe siècles[modifier | modifier le code]

En 1944, deux Résistants du maquis du Haut-Var sont exécutés par les Allemands[28].

Tourtour est aussi une ville où se sont installés de nombreux artistes, dont Bernard Buffet, peintre français né le 10 juillet 1928 à Paris. Il s'est donné la mort le 4 octobre 1999 dans ce petit village qui présente deux sculptures de l’artiste représentant un scarabée et un papillon[29].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
février 1790   Vincent Bernard[30]    
mai 1884   Antoine Collomb[31]    
1947 1965 Troin    
1965 1976 De Bonnefoy    
1976 1983 Henri Buffa    
1983 1989 Brieugne    
1989 1995 Etienne Laurent DVD  
mars 1995 mars 2008 Jean Lainé PS  
mars 2008 en cours Pierre Jugy Sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Après avoir vainement espéré son rattachement à la Communauté d'agglomération dracénoise (CAD), la commune de Tourtour a contribué à la constitution d'une communauté de communes du Haut-Var[32] « Lacs et Gorges du haut-Verdon (LGV) » qui comprend 11 communes : Aiguines ; Artignosc-sur-Verdon ; Aups ; Baudinard-sur-Verdon ; Bauduen ; Moissac-Bellevue ; Les Salles-sur-Verdon ; Régusse ; Tourtour ; Vérignon ; Villecroze[33]. Chaque commune de moins de 1000 habitants élit deux Conseillers communautaires et trois pour les communes de plus de 1000 habitants. Soit 25 conseillers pour les 11 communes.

Son président en exercice est Jean Bacci, maire de Moissac-Bellevue[34] : il est secondé par cinq vice-présidents. Le premier vice-président est Pierre Jugy, maire de Tourtour, chargé du développement économique et numérique[35] .

Un Projet de périmètre de schéma de cohérence territoriale (SCOT) Var Ouest concernant Sillans, Salernes, Villecroze, Tourtour, Aups, Moissac, Régusse, Artignosc, Bauduen[36] avait été envisagé mais n'a pas eu de suite, du fait du rattachement à la CAD de Saint-Antonin-du-Var; Salernes; Sillans-la-Cascade et des perspectives de la constitution de la communauté de communes Lac et Gorges du Verdon.

Le champ d'intervention de la communauté des 11 communes, essentiellement rurales, est structuré par trois catégories de compétences[37]. En application de l’article L.5214-16 du CGCT, la communauté de communes exercera de plein droit en lieu et place des Communes membres, les compétences suivantes :

Aménagement de l’espace communautaire

  • Élaboration, approbation, suivi et révision d’un SCOT et schémas de secteur garantissant le développement harmonieux de chaque commune.
  • Les zones d’aménagement concerté nouvelles sont d’intérêt communautaire.
  • Constitution de réserves foncières à des fins d’aménagement d’intérêt communautaire.
  • Études de marché afin d’assurer des prestations d’intérêt communautaire.

Action de développement économique intéressant l’ensemble de la communauté

  • Aménagement, entretien et gestion de zones d’activité industrielle, commerciale, tertiaire, artisanale ou touristique nouvelles sont d’intérêt communautaire.
  • Actions de développement économique d’intérêt communautaire.
  • En matière de Tourisme : L’accueil et l’information ainsi que les aménagements et équipements restent de la compétence des communes ; La promotion, les aides à la commercialisation, l’animation, les statistiques et études deviennent de la compétence communautaire.
  • Aménagement numérique du territoire : La création et la gestion d’infrastructures en vue de l’établissement d’un réseau de communications électroniques et toutes les opérations nécessaires pour y parvenir ; L’exploitation de ce réseau et toutes les formes d’actions tendant à y parvenir ; La fourniture de services de communications électroniques aux utilisateurs finaux en cas d’insuffisance de l’initiative privée.

Elle exercera dans les mêmes conditions des compétences optionnelles relevant d’au moins un des groupes suivants

  • Construction ou aménagement et entretien des équipements sportifs d’intérêt communautaire. Le gymnase d’AUPS actuellement géré par un SIVU est déclaré d’intérêt communautaire.
  • Protection et mise en valeur de l’environnement
  • Collecte, traitement et valorisation des déchets ménagers et assimilés. Dans ce cadre la Communauté de Communes se substituera de plein droit aux communes membres du SIVOM du Haut Var. - Gestion du PIDAF[15].
  • Instruction des dossiers de réalisation et contrôle de l’assainissement autonome avec le SPANC (Service public d’Assainissement Non Collectif)[38].

Action sociale d’intérêt communautaire

  • Création, aménagement et gestion des crèches et d’un relai d’assistance maternelle.
  • Création aménagement et gestion d’une maison médicale.
  • Actions en faveur de l’emploi et de l’insertion en partenariat avec la Mission Locale et la plateforme de formation.
  • En matière de culture la communauté assure l’harmonisation du calendrier et la promotion des manifestations proposées par les communes.

Budget et fiscalité de la commune[modifier | modifier le code]

Les comptes 2005 à 2013 de la commune[39] s’établissent comme suit[40],[41],[42]

Évolution financière.
Postes 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Produits de fonctionnement 917 000 € 1 059 000 € 919 000 € 1 007 000 € 954 000 € 1 067 000 € 1 105 000 € 1 074 000 € 1 094 000 €
Charges de fonctionnement 839 000 € 848 000 € 921 000 € 926 000 € 900 000 € 929 000 € 982 000 € 1 043 000 € 1 085 000 €
Ressources d’investissement 401 000 € 451 000 € 662 000 € 344 000 € 268 000 € 274 000 € 423 000 € 233 000 € 150 000 €
Emplois d’investissement 531 000 € 550 000 € 549 000 € 313 000 € 254 000 € 236 000 € 272 000 € 357 000 € 197 000 €
Dette 831 000 € 804 000 € 785 000 € 719 000 € 657 000 € 592 000 € 524 000 € 460 000 € 393 000 €
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[43]

Globalement la dette a donc été ramenée à 393 000 €uros en 2013, au lieu de 831 000 €uros en 2005... au détriment des emplois d'investissement ramenés à 197 000 €uros au lieu de 531 000 €uros en 2005.

Éléments de fiscalité locale 2013.
Postes en milliers d’€uros en €uros par habitant Moyenne de la strate
Taxe d’habitation (y compris THLV) : taux voté :18,99 % 531 € 916 € 316 €
Taxe foncière sur les propriétés bâties : taux voté : 12,50 % 233 € 402 € 214 €
Taxe foncière sur les propriétés non bâties : taux voté : 114,72 % 35 € 61 € 20 €
Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : taux voté : 35,33 % 6 € 10 € 2 €
Cotisation foncière des entreprises[44] : taux voté : 26,03 % 53 € 91 € 138 €
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[45]

En 2013, les produits des impôts locaux encaissés par la commune de Tourtour, se montaient à 848 000 €uros[46] pour 599 habitants de Tourtour, soit 1416 € par habitant en moyenne.

À compter du 1er mars 2012, la Taxe d'Aménagement (T.A.), s'est substituée à la taxe locale d'équipement, la taxe départementale des espaces naturels sensibles, la participation pour aménagement d'ensemble et la taxe départementale pour le financement des conseils d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (CAUE). Le champ d'application de la taxe d'aménagement recouvre la construction, reconstruction ou agrandissement des bâtiments ou aménagements de toutes natures; cependant certaines catégories de constructions, installations sont exonérées de la dite taxe[47].

Le montant total des dettes de la commune est, en 2013, de 393 000 € pour 599 habitants, soit 656 € par habitant

Sur les 599 habitants, que compte Tourtour en 2013, le domaine Saint Pierre contribue donc à un apport de près de la moitié des recettes de la commune avec ses 233 constructions.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les « Tourtourains » et « Tourtouraines ».

Historiquement, Tourtour comptait 860 habitants en 1305, et 689 habitants selon le recensement du 21 février 1790[48].


En 2011, la commune comptait 583 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
648 726 778 795 806 733 722 676 682
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
616 608 563 537 515 507 460 442 399
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
406 383 351 272 274 230 235 219 186
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
168 260 311 384 472 472 519 533 589
2011 - - - - - - - -
583 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[49] puis Insee à partir de 2004[50].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune adhère à l'association « Les Plus Beaux Villages de France »[51]. La visite culturelle organisée par l'Office de tourisme de Tourtour[52] vous fera découvrir le patrimoine architectural, mobilier, pittoresque et naturel de Tourtour. On pourra aussi apprécier les nombreuses fêtes et manifestations diverses tout au long de l’année : fête de l’œuf, du village, de la Musique, les Expositions au Moulin à huile, le Marché potier des Métiers d'Art du Var, la Brocante, Journées du Patrimoine en septembre, Marché de Noël,…

Un village animé durant toute l'année

*Les activités de Tourtour sont surtout axées sur le tourisme (hôtellerie, restauration, gîtes). La production d'huile d'olive y perdure. Le moulin à huile a été rénové en 1934 puis de nouveau en 1949. Après son abandon par la coopérative oléicole locale, il est devenu moulin communal, mais a conservé tout son matériel : roue hydraulique, cuve du broyeur. Le moulin, mû par une roue hydraulique, est l'un des derniers du genre en Provence. La salle du moulin est utilisée, entre juin et septembre, en tant que galerie d'exposition d'art.

  • Depuis l'Esplanade une vue imprenable du golfe de Fréjus jusqu'au Mont Ventoux, passant par les Maures, la montagne Sainte-Victoire et le Luberon.
  • Le vieux village[53] : vestiges médiévaux, XIIe siècle au-delà duquel le village s'est développé, au XVIIe siècle, autour d'une place se terminant par un jardin en terrasses ; passages voûtés ; vieilles maisons provençales ; tour de l'horloge ; moulin à huile du XVIIe siècle ; place du village plantée de deux ormeaux (1638) dits de Sully disparus en 1990 et remplacés par deux oliviers centenaires importés du nord de l'Italie.

Animations[modifier | modifier le code]

  • Piano dans le ciel[54], début août.
  • La fête de l’œuf[55], durant le week-end de Pâques.
  • Festival "CourtsCourts", courts métrages, fin juillet.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs lieux et objets remarquables[56],[57] : un lieu répertorié sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques (le domaine des Treilles)[58], trois cloches classées en tant qu'objet mobilier protégé au titre des monument historique (France)[59] ainsi que trois lieux et monuments répertoriés sur l'inventaire général du patrimoine culturel[60],[61]

Le patrimoine religieux

  • L’abbaye de Florièyes dont la naissance est étayée par la donation des terrains en 1136[62], à l'origine de la création de l'abbaye du Thoronet[63]. En effet, selon le service régional de l'inventaire, l'abbaye aurait peut-être été fondée sur le territoire d'Arquinaut[64],[65].
  • L’église Saint Denis. L’église romane Saint-Domnin, dite St-Denis de Tourtour[66] avec ses 2 cloches du XVIIIe siècle (un sol et un la)[67],[68],[69], a d’original sa position dans le village. Isolée auprès du cimetière sur un site perché, elle n’est pas intégrée au tissu urbain. Elle remplace une première église mentionnée dès le Moyen Age ; la date de sa construction n’est pas établie. Des pégaus (petits pichets du XIe au XIIIe siècle) ont été retrouvés dans des sépultures fouillées à proximité permettant de dater la première église. À l’intérieur, un tableau montre l’intervention de l’abbé St Isarn contre le seigneur de Tourtour – Pandulfe - en 1058. Elle a été restaurée en 1874 et 1932[70].
Chapelle dite de la Sainte Trinité
  • 8 chapelles : La Chapelle du Saint-Rosaire[71] ; La Chapelle Saint Joseph[72] ; Le Petit St Denis ou « chapelle des pauvres » (près du stade) ; La Chapelle Sainte-Madelaine ; La chapelle Sainte-Catherine; La chapelle de la Sainte-Trinité, construite en 1670 grâce à une donation de l'Abbé Serres, que compléta la communauté de Tourtour, avait été confiée à l'origine à la Confrérie de pénitents blancs. Sous le pavement se trouvent d'ailleurs plusieurs des membres de la Confrérie ainsi que des seigneurs de Tourtour[73]. Vendue comme bien à la révolution elle a été rendue au culte en 1806[74]. Un tableau "le couronnement de la Vierge", de 1709, surmonte l'autel.
  • L’oratoire de Tourtour, "Ste Anne" réalisé en hommage à la chapelle Sainte-Anne détruite lors des aménagements de l’entrée du village[75].
  • Le monument aux morts[76].
  • Stèle commémorative[77],[78].

Les Châteaux

La Tour de Grimaud (tour Grimaldi)
  • L'ancien Château de "Raphélis" : XVIe siècle qui abrite aujourd'hui la Poste et la mairie. L'école communale y était également installée jusque dans les années 1970[79].
  • Le Château vieux : vestiges et remparts.
  • Le vieux château : Galerie d'art actuellement fermée.
  • Le Château (bastide) de la Baume[80] : Au nord-est du village, avec chapelle et pigeonnier et une cascade. C'est la dernière demeure de Bernard Buffet et sa femme Annabel.

Autres types de patrimoine

Le patrimoine contemporain et le musée

Le patrimoine rural

  • Le moulin à huile[88],[89] possède une presse et 3 chapelles (sans presses). C’est probablement la dernière presse à bras de la région.

. En période de production, à l'automne, 5 000 litres d'huile sortent de ses cuves, et démontrent l'importance encore vivace de la tradition oléicole dans la région. En période estivale, le moulin abrite des expositions de peintures.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune de Tourtour bénéficie d’un site d’importance communautaire, avec la Zone Natura 2000 (Sources et tufs du Haut Var[95]) et d'une ZNIEFF (Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique)[96]. La viticulture et les oliveraies contribuent également à la protection et mise en valeur des espaces :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Le Domaine des Treilles[97] (chemin des Treilles), créé par Anne Gruner Schlumberger[98],[99] a bénéficié d'une protection au titre des monuments historiques par arrêté du 17 juillet 2009. Ont été inscrits sur l'inventaire supplémentaire : la totalité de l'ensemble bâti et paysager correspondant à la zone agricole (1 NC) du plan d'occupation des sols des communes de Tourtour et Flayosc, y compris trois œuvres de Yassilakis Takis intitulées Onze symboles agricoles, ensemble de quatorze sphères et le Jardin des sondes[100].
  • Le domaine viticole "Château Thuerry"[101], avec sa majestueuse bastide dont les origines remontent aux Templiers[102], déploie plus de 300 hectares de terre sur les communes de Villecroze, Flayosc et Tourtour.
  • Le Domaine du "Château de Taurenne" (espace représenté par lee périmètre de protection du château de Taurenne, monument qui se situe, lui, sur la commune d’Aups)[103], producteur d’huile d’Olive, s’étend sur 253 hectares, à cheval sur les communes de Tourtour et Aups, avec son château-bastide du XVe siècle agrandi aux XVIe et XVIIe siècles et récemment restaurée[104]. La tradition fait état d’une commanderie ayant existé au Domaine de Taurenne, mais aucune preuve sérieuse ne corrobore cette thèse car aucune donation de cette terre qui appartenait à la famille de Blacas n’a été retrouvée.
  • Une grotte de 50 mètres de profondeur (non visitable)[105].

Personnalités liées à la commune[106][modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Tourtour (Var).svg

Les armoiries de Tourtour se blasonnent ainsi :

D'azur aux deux tours d'argent rangées en fasce, chacune surmontée d'une étoile d'or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France au Moyen Âge, Strasbourg, éditions Publitotal,‎ 1978, reprint 1991, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Tourtour : Page 1180
  • Bernard Falque de Bezaure, Sur les traces des Templiers du Var, des Alpes-Maritimes, Domaine de l’Olympe, Les Milles (13290), Provençalement Vôtre,‎ 2000, 183 p. (ISBN 2-914438-05-2)
    Tourtour p.94-95
  • Guy Désirat[109], Tourtour, Monographie et Vie quotidienne, Nice, Serre Éditeur, Collection Les régionales,‎ 12 juillet 1997, 335 p. (ISBN 2-86410-269-2, ISSN 0248-353X2)
  • André et Nicole Cabau, Tourtour, Chroniques d'un village du Haut Var, Nice, Collection Les Régionales - Éditions Serre, Volume XXIV,‎ 1989, 335 p. (ISBN 2-86410-125-4)
  • Les cahiers de doléances de Tourtour[110].
  • Le village dans le ciel : Tourtour, Office de Tourisme de Tourtour, 20 p.
    Brochure de support des visites guidées : Sommaire : Histoire du village, L'abbaye Sainte-Marie de Florièyes, L'église Saint-Denis, Les confréries et chapelles, L'olive et l'olivier, Le moulin communal, La flore, La faune, Le musée des fossiles, Sculptures de Bernard Buffet
  • Les documents déposés aux A.D. de Draguignan, ou consultables en mairie de Tourtour :
    • Archives de l'Administration antérieures à 1790 : archives déposées aux A.D. (Draguignan) : Seigneurie des Blacas, puis divers co-seigneurs dont familles Raphelis et Fabry au XVIIe ; biens ecclésiastiques nombreux dont possessions de Saint-Victor; église Saint-Denis et abbaye de Notre-Dame-de-Florielle (vestiges de la première communauté cistercienne fondée en 1136 par des moines venus de l'abbaye de Mazan, en Ardèche, puis déplacée en 1146 au Thoronet)
    • Archives de l'Administration postérieures à 1790 : archives contemporaines consultables en mairie; (pièces sur le hameau de Saint-Pierre-de-Tourtour, crée en 1965)
    • Les index : Index lieux sujet des documents : Draguignan ; Notre-Dame-de-Florielle (abbaye de), voir Tourtour et Thoronet (Le) ; Saint-Pierre-de-Tourtour, voir Tourtour ; Saint-Victor, abbaye de ; Thoronet (abbaye du), voir Thoronet (Le) ; Tourtour

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ouvrage de André et Nicole Cabau, Tourtour, Chroniques d'un village du Haut Var p. 5, et p. 17 et 81 Origine du nom du village
  2. Tourtour, village dans le ciel, et son patrimoine architectural et paysager
  3. Tourtour, Village dans le ciel (Réalisation:Luc Baiwir)
  4. L'eau dans la commune : Tourtour : Surveillance des eaux de surface ; Surveillance des eaux souterraines ; Surveillance des eaux destinées à la consommation ; Pollution et prélèvements sur la commune ; Caractéristiques des masses d'eau impactées par la commune
  5. Gorges du Verdon et Lac de sainte Croix : Tourtour
  6. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  7. Le risque sismique dans le Var
  8. Communes soumises au risque séisme
  9. L’écriture des plans locaux d’urbanisme de montagne
  10. Constituant une copropriété au sens de la Loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis
  11. Site officiel du domaine de Saint-Pierre de Tourtour
  12. 83139 a) Tourtour POS 20110722, Document d’urbanisme : POS Modification Simplifiée du 22 juillet 2011 Cahier des charges. , 83139 b) Tourtour POS 20110722, Document d’urbanisme Territoire communal Modification Simplifiée du 22 juillet 2011 : Carte des zonages actuels de la commune, 83139 – c) Tourtour Texte, Pièces écrites Territoire communal, 83139 – d) Tourtour, Données géographiques Territoire communal. Cartographie, Tourtour, Servitudes d’utilité publique Protection des bois et forêts soumises au régime forestier, Monuments historiques inscrits, Protection des Eaux, Voisinage des cimetières, Liste des Servitudes, Cartographie de Tourtour (Téléchargeable) (Pdf) Janvier 2004 Plan d’urbanisme sur le territoire communal de Tourtour, Plan d’occupation des sols généralisé échelle 1/10 000e
  13. PLU Phase 1 : Diagnostic : "Etat des lieux" ; Compte rendu de réunion
  14. Compte rendu de la réunion d’information du 11 juin 2013 Plan Local d’Urbanisme de Tourtour. Réunion des Personnes Publiques associées – Réunion n° 1. Diagnostic : état des lieux
  15. a et b Le SIVOM du Haut Var assurera la gestion de l'élimination et la valorisation des déchets ménagers de toutes les communes regroupées, ainsi que le Plan Intercommunal de Débroussaillement et d'Aménagement des Forêts (PIDAF) sur le territoire
  16. Voir : Eau potable en France
  17. Gestion intercommunale de l'assainissement, DDTM83
  18. Les services d’eau et d’assainissement
  19. Régie de l’Eau et de l’Assainissement : Règlement du service de l'eau ; Règlement du service de l'assainissement
  20. Conseil d’administration de la régie des eaux et de l’assainissement de Tourtour (R.E.A.T.), Séance du 6 juillet 2012*Participations pour le financement de l'assainissement collectif (PAC) : Constructions nouvelles à compter du 1er juillet 2012 : 2 954,12 €; Pour les constructions existantes : 1 050,09 €
  21. Conseil d’administration de la régie des eaux et de l’assainissement de Tourtour (R.E.A.T.), Séance du 11 septembre 2013. Tarifs 2013 HT : Abonnement annuel : 10 361,72 €; Traitement des eaux usées : 0,4352 € / m3
  22. Station d'épuration à laquelle Tourtour est raccordée : Station d’épuration de Salernes : Code station : 06 09 83121 001
  23. Situation au 31/12/2011 des stations de traitement des eaux usées : La station d’épuration de Salernes
  24. 83139 - b) Tourtour : Document d'urbanisme Territoire Communal ; 83139 - c) Tourtour : Texte : Pièces écrites Territoire Communal ; 83139 - d) Tourtour : Cartographie : Données géographiques Territoire Communal. Document n+ 3 Règlement. Chapitre II Dispositions applicables à la zone IINA. : Section I - Nature de l’occupation et de l’utilisation du sol : desserte des réseaux. 2. Assainissement : 2.1. Eaux usées : Toute construction ou installation nouvelle à usage d'habitation ou abritant des activités existantes à la date de publication du présent P.O.S. doit être raccordée au réseau public ou collectif d'assainissement. En l'absence de réseau collectif d'assainissement, l'assainissement individuel est autorisé, les eaux et matières usées doivent alors être dirigées sur des dispositifs de traitement : fosses septiques ou appareils équivalents et évacuées conformément aux exigences des textes réglementaires en vigueur. L'évacuation des eaux et matières usées dans les fossés, caniveaux ou réseaux pluviaux est interdite.
  25. Il s’agit de systèmes mis en place dans un secteur où le raccordement à un réseau collectif n’est pas réalisable et où la surface des parcelles ne permet pas d’assurer l’implantation et le bon fonctionnement d’un système individuel. Ainsi les eaux usées de plusieurs villas sont regroupées et traitées communément.
  26. « Tourtour notre village », site personnel consacré au village de Tourtour : L'histoire de Tourtour : "La voie romaine"
  27. René Merle, “L’insurrection varoise de 1851, documents”, Bulletin de l’Association 1851-2001, 2, 1998, p.5-10 L’insurrection varoise de 1851 : Chronologie
  28. 1er-2 août 1944 : nouvelle expédition allemande dans la région d’Aups (2 FTP fusillés à Tourtour, des arrestations). Action contre le Haut-Var et la région d’Aups en particulier poursuivie les 6 et 12 août (plusieurs arrestations).
  29. Les deux premières sculptures de Bernard buffet sont exposées au Musée Bernard Buffet au Japon, les deux suivantes dans le square Annabel et Bernard BUFFET de Tourtour
  30. Guy Désirat nous rappelle (p.70 de son ouvrage Tourtour, Monographie et Vie quotidienne qu’en décembre 1789, la commune ayant 689 habitants, il est prévu six officiers municipaux. La première élection de la révolution s’est faite le 21 février 1790. Le président de l’assemblée a été le curé Joseph Taxil. Le maire élu Vincent Bernard
  31. André et Nicole Cabau rappellent dans leur ouvrage Tourtour, Chroniques d'un village du Haut Var que c'est la première élection du maire au sufrage universel
  32. Le Haut-Var d’antan
  33. Gorges du Verdon et Lac de Sainte Croix fr
  34. Site officiel de la Communauté de Communes Lacs et Gorges du Verdon
  35. Délibération n°45-05-2014 : Compétence du Président et attribution des délégations aux vice-présidents
  36. Schéma de cohérence territoriale, Etat d’avancement dans le département du Var
  37. Le conseil municipal de Tourtour approuve, le 28 juin 2013, les conditions de création d’une Communauté de communes
  38. SPANC Société d’Etudes & de Gestion de l’Environnement & des Déchets (SEGED), chargée du Service public d’assainissement non collectif
  39. Tourtour adhère à l'EPCI à fiscalité propre suivant : communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon
  40. Les Comptes des Communes, Analyse des équilibres financiers fondamentaux Les comptes des communes, Chiffres Clés - Fonctionnement - Investissement - Fiscalité - Autofinancement – Endettement : La Commune de Tourtour
  41. Proxiti Provence-Alpes-Côte d’azur : Informations locales concernant la Commune de Tourtour
  42. Tourtour : la dette en 2012
  43. Les comptes individuels des communes et des groupements à fiscalité propre (Tourtour : années 2000 à 2013)
  44. La taxe professionnelle a été transformée en 2010 par :
    • la contribution économique territoriale (CET) composée :
      • d'une cotisation foncière des entreprises (CFE), assise sur les valeurs locatives foncières, dont le taux est déterminé par les communes ou les EPCI
      • et d'une cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), prélevée selon un barème progressif et due uniquement à partir de 500 000 € de chiffre d'affaires.
    La CET est plafonnée à 3% de la valeur ajoutée.
  45. Les comptes individuels des communes et des groupements à fiscalité propre (année 2013)
  46. Fiscalité : Taxe d'habitation (y compris THLV) : 562 000 € ; Foncier bâti : 244 000 € ; Foncier non bâti : 36 000 € ; Foncier non bâti (Taxe additionnelle) : 6 000 €. Ensemble 848 000 € (non compris Cotisation foncière des entreprises : 53 000 €)
  47. Taxe d’aménagement Année 2014 - Part communale : Tourtour, Base d’imposition Taux TA 2014 : 5,00 % - Stationnement : 2 000 €
  48. Guy Désirat, Tourtour, Monographie et Vie quotidienne, Nice, Serre Éditeur, Collection Les régionales,‎ août 1997, 335 p. (ISBN 2-86410-269-2, ISSN 0248-353X2)
    La population pp. 121 à 182
  49. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  50. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  51. Les plus beaux villages de France, Paris, Bruxelles, Montréal, Zurich, Sélection du Reader’s Digest,‎ 1999, 152 p. (ISBN 2-7098-0655-x)
    Guide officiel de l’association Les Plus Beaux Villages de France créée en 1982, Tourtour, p. 136
  52. Visite culturelle
  53. Découverte de Tourtour
  54. Piano dans le ciel
  55. Fête des oeufs 2012 – Tourtour
  56. Tourtour : Régions, Architecture, Mobilier, Images, Vocabulaires, Collections, Bibliographie sur le site du ministère de la Culture
  57. Base archéologie « Patrimages » Drac Paca : Calamantran ; Arquinault ; Les Treilles (Age du Fer ; Moyen Âge)
  58. « Liste des monuments historiques de la commune de Tourtour », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  59. « Liste des monuments historiques de la commune de Tourtour », base Palissy, ministère français de la Culture.
  60. « Liste des lieux et monuments de la commune de Tourtour à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  61. Monuments historiques et bâtiments protégés de Tourtour
  62. Guy Desirat, dont nous rappelons l'ouvrage extrémement précis en bibliographie, estime - lui aussi - que la date de 1146 est la confirmation de la donation de 1136 des terrains de Florièges
  63. L’abbaye de Florièyes
  64. « Notice no IA83001293 », base Mérimée, ministère français de la Culture Bourg castral d'Arquinaut Lieu-dit Calamantran. Dans les cadastres de 1816 et de 1791, l'ancien castrum fait partie du domaine de Florièyes
  65. a et b Raymond Boyer, Guy Desirat, Un habitat médiéval inédit : Arquinaut (commune de Tourtour, Var). Travaux d’approche, Fédération historique de Provence,‎ 1985
  66. Tourtour - Saint Denis
    St Denis de Tourtour
  67. Cloche en bronze décorée d'un petit relief du Calvaire sur le site officiel du ministère français de la Culture (base architecture et patrimoine), archives de la médiathèque de l'architecture et du patrimoine (objets mobiliers) et vue de l’église de Gérard Sauzade, SRA
  68. « Notice no PM83000652 », base Palissy, ministère français de la CultureTourtour, église Saint-Domnin dite Saint-Denis Cloche de 450 kg, classée au titre objet par arrêté du 07 octobre 1981
  69. « Notice no PM83000651 », base Palissy, ministère français de la CultureTourtour, église Saint-Domnin dite Saint-Denis, Cloche de 325 kg, classée au titre objet par arrêté du 07 octobre 1981
  70. Carnet de découverte du Verdon
  71. Chapelle du Saint-Rosaire
  72. Chapelle Saint Joseph
  73. La famille de Blacas, seigneurs de Tourtour
  74. Sources en bibliographie, par Nicole et André Cabau (pp. 182 à 184), et Guy Désirat (pp. 265 et 308 à 310)
  75. la chapelle Sainte-Anne
  76. Synthèse des morts pour la France à Tourtour (Monument aux morts)
  77. Stèle commémorative Tourtour
  78. Tourtour en 1939-1945
  79. La mairie château
  80. « Notice no IA83000421 », base Mérimée, ministère français de la Culture Parc du château de la Baume
  81. « Tourtour : cloche (un la) classée au titre objet de patrimoine par arrêté du 07 octobre 1981 », base Palissy, ministère français de la Culture
  82. La Tour de Grimaud (tour Grimaldi)
  83. Étienne Garcin, Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne, Éditions Bernard, 1835.
  84. Joseph Toussaint Reinaud, Invasions des Sarrazins en France, Éditions Dondey-Dupré, 1836.
  85. Base archéologie « Patrimages » Drac Paca : Calamantran ; Arquinault ; Les Treilles (Age du Fer ; Moyen Âge)
  86. Le Musée des fossiles
  87. Collectif, Suivez le Guide, Le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur présente 200 Musées, Marseille, Office Régional de la Culture, 86 p.
    Tourtour, Musée des Fossiles, p. 77
  88. « Notice no IA83001392 », base Mérimée, ministère français de la Culture Moulin à huile, puis coopérative agricole (coopérative oléicole), actuellement moulin à huile
  89. Le moulin à huile
  90. Le genèvrier et les fes Fours à cade
  91. Les fours à cade à Tourtour à la fin du XIXème siècle
  92. Le vieux lavoir
  93. Les fontaines de Tourtour
  94. Le four banal (à pain) de Tourtour
  95. Barrages de tufs calcaires et cascades dans le Centre-Var : rapport avec les eaux des sources karstiques, historique et déclin actuel : IV - Le déclin des sites, 1) La fin des grandes accumulations holocènes
  96. Site de la Direction Régionale de l’Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) et Inventaires et protections réglementaires de l'environnement Région Provence Alpes Côte d'Azur
  97. « Notice no PA83000021 », base Mérimée, ministère français de la Culture Domaine des Treilles (également sur commune de Flayosc)
  98. Fondation des treilles, Centre d’études du bassin méditerranéen, Le domaine des Treilles
  99. La Grande Maison d’Anne Gruner Schlumberger.
  100. Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2009 : Communes de Tourtour et Flayosc (JORF n°0084 du 10 avril 2010 p. 6840)
  101. Château Thuerry
  102. La comanderie du Ruou
  103. Le Domaine de Taurenne
  104. « Notice no IA83001202 », base Mérimée, ministère français de la Culture Bourg castral de Taurenne
  105. Fichier des cavités du Var : Grotte de Tourtour
  106. Célébrités à Tourtour
  107. Les célébrités et la mort : Bernard Buffet
  108. Célébrités de Tourtour
  109. Le livre de Guy désirat
  110. Les cahiers de doléance de Tourtour