Cogolin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cogolin
Un aperçu du port.
Un aperçu du port.
Blason de Cogolin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Arrondissement de Draguignan
Canton Canton de Grimaud
Intercommunalité Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez
Maire
Mandat
Marc-Étienne Lansade
2014-2020
Code postal 83310
Code commune 83042
Démographie
Population
municipale
11 119 hab. (2011)
Densité 398 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 15′ 09″ N 6° 31′ 48″ E / 43.2526, 6.5343° 15′ 09″ Nord 6° 31′ 48″ Est / 43.2526, 6.53  
Altitude Min. 0 m – Max. 390 m
Superficie 27,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Cogolin

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Cogolin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cogolin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cogolin

Cogolin (Cougoulin) est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, entre Saint-Tropez et Sainte-Maxime.

Ses habitants sont les Cogolinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Grimaud Port-Grimaud Rose des vents
Collobrières pas limitrophe N Saint-Tropez
O    Cogolin    E
S
La Môle La Croix-Valmer Gassin

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Plan de Cogolin.

La commune s’étend d'Ouest en Est sur toute la vallée, depuis le pied du Massif des Maures, où se trouve le village proprement dit, jusqu'à la mer Méditerranée (avec ses deux ports de plaisance : les Marinas de Cogolin et Port-Cogolin). Le village se situe à environ 6 km des plages.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cogolin est traversée par la Giscle, ainsi que par l'un de ses affluents, le ruisseau de Grenouille[1].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune jouit d'un climat méditerranéen, doux l'hiver et chaud l'été.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une légende tenace voudrait que son nom vienne d'une légende liée à celle de Saint-Tropez. Le saint, Torpes, a été décapité en Italie et mis sur une barque avec un chien et un coq. L'embarcation accosta sur les rives tropéziennes (d'où le nom de la ville balnéaire) et le coq alla se poser dans un champ de lin à quelques kilomètres de là. Le coq au lin donna Cogolin. Dans ce cas-là, la ville devrait s'appeler Gau-au-lin, que les francophones prononceraient Gaou-oou-ling !

La réalité est beaucoup plus simple et n'échappe pas aux locuteurs provençaux : Cogolin est un promontoire s'avançant sur une plaine ; c'est ce genre de colline, que l'on appelle en provençal " cuquihon - couquihoun ", qui a donné son nom à Cougoulin-Cogolin ! Pour que Cogolin puisse dériver de " coq au lin ", il faudrait que le français ait été parlé ici il y a plus de mille ans !

Anciennes mentions du nom: Cucullinus (1055), Cugullino (1079), Cogolino (vers 1200).

Histoire[modifier | modifier le code]

Seigneurie des vicomtes de Marseille, puis de la famille de Cuers. En 1579, la ville fut mise à sac par les soldats du comte de Carcès.

Débarquement de la 3e division d'infanterie américaine

Cogolin est libéré le 15 août 1944 au moment du débarquement de Provence par la 3e division d'infanterie américaine venant par la route de Cavalaire.

Mais l'évènement le plus mémorable est sans doute le débarquement de la prestigieuse 3e division d'infanterie algérienne (3e DIA) du général de Monsabert sur la plage de La Foux le 16 août 1944, qui marque le retour de l'armée française d'Afrique en métropole. De Monsabert (3e DIA) et De Lattre (armée B) établissent leur PC à Cogolin.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Cogolin (83).svg

Les armoiries de Cogolin se blasonnent ainsi :

Partie : au premier d'azur au coq contourné d'or sur une terrasse cousue de sinople mouvant de la pointe, au second d'argent à la plante de lin terrassée de sinople, fleurie de pourpre

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 juin 1995 Patrick Glo PS Conseiller général
juin 1995 mars 2014 Jacques Sénéquier Sans étiquette Président de la communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez (depuis 2013)
mars 2014 en cours Marc-Etienne Lansade FN  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Localisation des villes jumelées avec Cogolin.
Localisation de la ville
Cogolin

Drapeau de l'Allemagne Bad Wildbad (Allemagne) depuis 1981[2]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 11 119 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
978 726 1 015 1 205 1 289 1 300 1 373 1 534 1 590
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 609 1 689 1 854 1 930 1 935 2 065 2 079 1 872 2 054
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 304 2 268 2 157 1 928 2 233 2 255 1 972 2 017 2 092
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 665 3 292 4 577 5 639 7 976 9 079 10 984 11 066 11 108
2011 - - - - - - - -
11 119 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Elle possède plusieurs écoles (dont Fontvieille, Malaspina, Chabaud et dernièrement le Rialet) et deux collèges (le collège Gérard Philipe et le collège Assomption).

Santé[modifier | modifier le code]

Pôle de santé à Gassin, seul centre hospitalier du secteur.

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse Saint-Sauveur de Cogolin dépend du diocèse de Fréjus-Toulon, doyenné de Saint-Tropez[5].

Sports[modifier | modifier le code]

Une ville où le sport est accessible à tous et les activités nombreuses : voile, foot (la ville a son équipe), équitation, tennis...

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Côtes-de-provence.

Une grande partie de la commune est composée de terres agricoles, notamment pour la productions de vins de Provence.

Commerces et artisanat[modifier | modifier le code]

Cogolin est mondialement connue par deux de ses nombreux savoir-faire : d'une part, avec la fabrication des pipes, taillées, sculptées dans la bruyère du Massif des Maures - la fabrique de pipes, maison familiale, est l'une des plus anciennes du genre au monde[6] ; d'autre part, grâce à la Manufacture de tapis, où les tapis et tapisseries sont encore "fait main". Les plus belles pièces ont été conçues pour le paquebot Normandie, ou encore pour la Maison-Blanche ou l'Élysée (ainsi que le fort de Brégançon)[7],[8].

Cogolin est également réputé pour la fabrication des anches.[réf. nécessaire]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

  • Salle de cinéma, attenante au Musée Raimu.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Sauveur, bâtie en 1087
  • Musée Raimu[9]
  • Chapelle Notre-Dame de La Salle (ruine)
  • Château Trémouriès
  • La Chapelle Saint-Roch
  • Le chateau Saint-Maur
  • Stèle de la 1e armée française, square Jean moulin

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Livre d'or de la 3e division d'infanterie algérienne, Imprimerie Nationale, 1948
  • Capitaine Heurgon, La victoire sous le signe des trois croissants la vie, les peines et les gloires de la troisième division d'infanterie algérienne, P. Vrillon, 1946
  • De Lattre de Tassigny, Histoire de la première armée française, Plon, 1949

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]