Vinon-sur-Verdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vinon.
Vinon-sur-Verdon
Débouché de la vallée du Verdon dans celle de la Durance, à Vinon-sur-Verdon
Débouché de la vallée du Verdon dans celle de la Durance, à Vinon-sur-Verdon
Blason de Vinon-sur-Verdon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Canton Rians
Intercommunalité Communauté d'agglomération Durance Luberon Verdon

Pays de Haute-Provence

Maire
Mandat
Claude Cheilan
2014-2020
Code postal 83560
Code commune 83150
Démographie
Population
municipale
4 200 hab. (2011)
Densité 117 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 32″ N 5° 48′ 45″ E / 43.7255555556, 5.812543° 43′ 32″ Nord 5° 48′ 45″ Est / 43.7255555556, 5.8125  
Altitude Min. 254 m – Max. 450 m
Superficie 36,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Vinon-sur-Verdon

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Vinon-sur-Verdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vinon-sur-Verdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vinon-sur-Verdon

Vinon-sur-Verdon est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé aux portes du parc naturel régional du Verdon : www.parcduverdon.fr

Communes voisines[1][modifier | modifier le code]

Rose des vents Corbières
(Alpes-de-Haute-Provence)
Corbières
(Alpes-de-Haute-Provence)
Gréoux-les-Bains
(Alpes-de-Haute-Provence)
Rose des vents
Beaumont-de-Pertuis
(Vaucluse)
N Saint-Julien-le-Montagnier, Gréoux-les-Bains
(Alpes-de-Haute-Provence)
O    Vinon-sur-Verdon    E
S
Saint-Paul-lès-Durance
(Bouches-du-Rhône)
Ginasservis Saint-Julien-le-Montagnier

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe 3 zones de sismicité dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la Montagne Sainte-Victoire au Massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département, qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale, concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Vinon-sur-Verdon est en zone sismique de faible risque Ib[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Le secteur des commerces et services jouit à Vinon-sur-Verdon d'une bonne vitalité, grâce notamment à la proximité du pôle de recherche de Cadarache (5000 emplois directs et indirects) et à la construction attenante du centre ITER (centre de recherche sur la fusion Thermonucléaire : International Thermonuclear Experimental Reactor) qui attire une population internationale.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vinon-sur-Verdon s'écrit Vinon-sus-Verdon en provençal selon la norme classique et Vinoun-sus-Verdoun selon la norme mistralienne.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Du XIIe au XVe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possédait l’église rurale Sancte Marie de Tuscis (actuelle Notre-Dame-de-Durance, en ruines), dont elle percevait les revenus[3].

Bataille de Vinon[modifier | modifier le code]

Lors des guerres de religion, une bataille a lieu à Vinon, en 1591 : voir bataille de Vinon.

Révolte des mulets du sel[modifier | modifier le code]

En 1710, la commune est le lieu d’une révolte contre la gabelle.

Après la très dure année 1709, où la récolte a été très mauvaise car les semences ont gelé dans la terre durant l’hiver 1708-1709, la situation du peuple est critique. Ceux qui ont un mulet tentent de se refaire, et le louent, comme cela était fréquent, à des faux sauniers, qui vont chercher du sel à Nice pour le revendre en contrebande, sans gabelle, en France. Ces mulets et le sel sont saisis par des gabelous entre Moustiers et Riez, puis emmenés à Gréoux. Menacés de perdre leur seul petit bien, essentiel à la culture, mais aussi utilisé pour transporter les marchandises d’autrui, les paysans, souvent journaliers, propriétaires de ces mulets, se regroupent, et rattrapent les gabelous à Vinon.

Ceux-ci se retranchent dans l’auberge. Le siège est mis par les paysans pendant trois jours, avec la complicité de tout le village, curé et consuls y compris, les habitants collaborant même parfois activement. Alors qu’ils allaient négocier le rachat des mulets avec les gabelous peu scrupuleux, l’arrivée des archers du roi entraîne la dispersion des rebelles, dont quelques-uns sont faits prisonniers et condamnés aux galères.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Vinon-sur-Verdon fait partie:

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 juin 1995 Yves Guis    
juin 1995[4] mars 2008[4] Dominique Joubert[4] UMP  
mars 2008   Claude Cheilan Divers gauche[réf. nécessaire] agriculteur (grandes cultures)[5]

En mars 2002, une section syndicale CGT a été créée au sein des employés de la mairie.

Environnement et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté d'agglomération Durance Luberon Verdon.

La commune dispose d'une déchèterie.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 200 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
913 959 1 051 1 146 1 131 1 119 1 110 1 127 1 232
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 211 1 227 1 317 1 273 1 139 1 174 1 124 1 083 1 072
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 079 1 034 1 031 875 842 792 843 875 810
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 204 1 672 1 832 2 196 2 752 2 992 3 734 3 946 4 200
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'aérodrome accueille le premier Centre de vol à voile (planeurs) de France.
  • Le Moulin de saint André, ancien moulin aujourd'hui rénové sur les bords du Verdon. Il s'y trouve un gîte de groupe (55 places) géré par l'Office municipal de Tourisme, une salle de spectacle pour théâtre, cinéma, concerts gérés par la Communauté Luberon Durance Verdon.

Le pont qui franchit le Verdon dans le bourg est construit en 1780. Les piles étroites supportent trois arches surbaissées ; des avant et d'arrière-becs triangulaires protègent les piles des remous et des débris charriés par la rivière lors de ses crues[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Vinon-sur-Verdon.svg

Blasonnement :
D'azur à la croix de Malte d'argent chargée en abîme d'un cœur de gueules surchargé du mot VINON en lettres capitales d'or.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Piégay, Les Mulets du sel : une rébellion paysanne dans le pays du Verdon en 1710, Les Alpes de Lumière, Mane, 1998
  • Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean,‎ 1986, 559 p.

Sur la révolte de 1710 :

  • René Pillorget, Les Mouvements insurrectionnels en Provence entre 1596 et 1715, Paris, CNRS, 1975
  • l’épisode de la révolte des mulets du sel est utilisé de manière romancé par dans le roman Mirabeau, roman d’une terre de France

Autres sur Vinon :

  • Jacques Piégay, La Vie et la Révolution à Vinon : 1789-1800
  • Jacques Piégay, 1591 : Vinon, la victoire oubliée
  • Jacques Piégay, La Traversée du Verdon, Association d’Histoire et d’Archéologie, Vinon-sur-Verdon, 1996
  • Jacques Piégay, Les terroirs de Vinon, 1996
  • Jean Marie Beynet, "Vinon, l'aventure d'un aérodrome. 260 pages, Aix-en-Provence 2004 (réédition). Histoire de la création de l'aérodrome de Vinon sur Verdon.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN, Géoportail, consultation à l’échelle Ville + 1/4, le 12 décembre 2008
  2. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  3. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Xe au XIIIe siècle », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 233
  4. a, b et c « Vinon-sur-Verdon affiche sa différence dans un duel de maires », La Provence, 30 janvier 2014, p. 7.
  5. Laure Gareta, « À Vinon, Claude Cheilan repart pour les municipales », La Provence, 7 décembre 2013, p. 8.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  8. Notice qui lui est consacrée par Guy Barruol in Guy Barruol, Philippe Autran et Jacqueline Ursch, D'une rive à l'autre : les ponts de Haute-Provence de l’Antiquité à nos jours, Les Alpes de Lumière no 153, Forcalquier 2006, p 127