Châteaudouble (Var)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châteaudouble.
Châteaudouble
Image illustrative de l'article Châteaudouble (Var)
Blason de Châteaudouble
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Arrondissement de Draguignan
Canton Canton de Callas
Intercommunalité Communauté d'agglomération dracénoise
Maire
Mandat
Georges Rouvier
2014-2020
Code postal 83300
Code commune 83038
Démographie
Gentilé Châteaudoublains,Châteaudoublaines[1]
Population
municipale
456 hab. (2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 35′ 50″ N 6° 27′ 01″ E / 43.5973, 6.450343° 35′ 50″ Nord 6° 27′ 01″ Est / 43.5973, 6.4503  
Altitude Min. 210 m – Max. 1 039 m
Superficie 40,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Châteaudouble

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Châteaudouble

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteaudouble

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteaudouble

Châteaudouble est une commune française située dans le département du Var en région française Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Châteaudouble est accessible par la route départementale D51, depuis la D54 entre Figanières et Montferrat, ou par la D49 à Ampus. la route départementale D955 entre Draguignan et Châteaudouble s'étant effondrée à la suite de la crue du 15 juin 2010.

La sortie de l'autoroute A8 la plus proche est la sortie 36 Le Muy.

La gare TGV la plus proche est celle de Arcs en Provence. Les aéroports les plus proches sont ceux de Aéroport de Nice-Côte d'Azur et Aéroport de Toulon-Hyères.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Rebouillon

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Châteaudouble
Trigance
Ampus Châteaudouble Montferrat
Draguignan Figanières

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe 3 zones de sismicités dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la Montagne Sainte-Victoire, au Massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département (qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Chateaudouble est en zone sismique de très faible risque "Ia" [2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les gorges de Châteaudouble, profondes, très sinueuses et verdoyantes, sont creusées par la Nartuby, affluent de l'Argens.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme la plus ancienne est castel duplo, attestée en 1038, dérivant de castrum duplum. Ce toponyme indique la présence de deux castrum en ce lieu[3]. La commune se dénomme Castèudouble en provençal de norme mistralienne et Castèudoble en provençal classique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un Rostagni (?-v.1341) était connu pour être seigneur de Châteaudouble (1324) et de La Garde-Freinet (1327)[4]. Il reçut donation de l'albergue de ces deux villages[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'Aire urbaine de Draguignan.

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 réélu en 2008 Georges Rouvier    
         

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Châteaudouble est l'une des 16 communes de la Communauté d'agglomération dracénoise[7].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Châteaudouble en 2009[8]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 11,00 % 0,00 % 6,15 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 13,25 % 0,00 % 7,43 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 98,00 % 0,00 % 23,44 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 19,87 % 0,00 % 8,55 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[9]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 456 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
990 947 943 962 1 016 960 989 956 963
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
907 938 870 826 839 888 710 695 668
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
653 668 617 402 378 371 317 293 280
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
247 238 194 271 322 381 459 476 465
2011 - - - - - - - -
456 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Une crêche[12], DO. RÉ. MI, accueille les enfants en bas âge. Les élèves commencent leurs études dans l'école maternelle[13] et l'école primaire[14] du village. Afin de développer l'éveil des élèves à l'informatique, l'école primaire est munie de diverses installations numériques[15]. Le collège le plus proche est celui de Figanières. Le lycée le plus proche est celui de Draguignan.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Notamment durant la saison estivale, le village de Chateaudouble organise de nombreuses manifestations (concerts...), mais les plus importantes sont tout de même l'aïoli chaque premier week-end d'août, et la fameuse soupe au pistou.

Santé[modifier | modifier le code]

Aucun médecin n'est installé sur la commune, les plus proches se trouvant à Figanières, Ampus, ou Draguignan. La commune dépend du centre hospitalier de Draguignan.

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse de l'Annonciade, de culte catholique, dépend du Diocèse de Fréjus-Toulon, doyenné de Draguignan[16].

Économie[modifier | modifier le code]

Artisanat[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Huile de Provence AOC

L'huile d'olive de Provence est protégée par une appellation d'origine contrôlée (AOC) à la suite d'une enquête diligentée par l'INAO, dont les conclusions ont été déposées auprès de la commission le 26 octobre 2006, réunie à Arles, et la signature du décret paru au Journal officiel le 14 mars 2007[17].

Pour pouvoir postuler à l'AOC, l'huile d'olive de Provence doit être élaborée à base des variétés aglandau, bouteillan, cayon, salonenque ainsi que celles dénommées localement brun, cayet, petit ribier et belgentiéroise. Il faut au moins deux de ces variétés principales présentes au sein de l'oliveraie[17],[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame de l’annonciation
  • Tour de garde datant du XIe siècle
  • Gorges de Châteaudouble, sur la Nartuby, affluent de l'Argens, comprenant notamment 3 grottes préhistoriques[19] : la grotte Mouret, la grotte des chèvres et la grotte des chauves-souris
  • Les ruines du château de la Garde
  • La chapelle St-Michel de Favas
  • La chapelle St-Pierre

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Chateaudouble 83.svg

Les armoiries de Châteaudouble se blasonnent ainsi :

De gueules fretté de six pièces, entresemé de quatre besants ordonnés en croix, à la fleur de lys brochant sur le tout, le tout d'or

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Tiry, Lou Païs Dei Gimerri,‎ 1987 (ISBN 2-950 1971-08)
  • Charles-Laurent Salch, Atlas des villes et villages fortifiés en France, Début du Ve siècle à la fin du XVe siècle, Strasbourg, Editions Publitotal,‎ 1er novembre 1987, 495 p.
    Châteaudouble p. 441 et Carte n°14 Provence-Alpes-Côte d'azur, B.38.688.87

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]