Bagnols-en-Forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bagnols.
Bagnols-en-Forêt
vue sur le village
vue sur le village
Blason de Bagnols-en-Forêt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Arrondissement de Draguignan
Canton Canton de Fréjus
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Fayence, depuis septembre 2012
Maire
Mandat
Michel Tosan
2014-2020
Code postal 83600
Code commune 83008
Démographie
Gentilé Bagnolais
Population
municipale
2 503 hab. (2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 17″ N 6° 41′ 52″ E / 43.538, 6.697843° 32′ 17″ Nord 6° 41′ 52″ Est / 43.538, 6.6978  
Altitude Min. 56 m – Max. 561 m
Superficie 42,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Bagnols-en-Forêt

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Bagnols-en-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bagnols-en-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bagnols-en-Forêt
Liens
Site web bagnolsenforet.fr

Bagnols-en-Forêt est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

La commune porte ce nom depuis 1929, auparavant elle se dénommait Bagnols[1].

Ses habitants sont appelés les Bagnolais[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Bagnols-en-Forêt est située sur les contreforts de l'Esterel. Son nom illustre bien son environnement car la commune est entouré par 4 290 hectares de forêt. D'un point de vue administratif, elle dépend du canton de Fréjus, ville dont elle est distante de 18 kilomètres environ.

Accès[modifier | modifier le code]

Bagnols-en-Forêt est accessible par la route départementale D4, depuis Fréjus, ou Saint-Paul-en-Forêt, ainsi que par la route départementale D47 depuis La Bouverie et La Motte.

La gare TGV la plus proche est celle de Saint-Raphaël-Valescure. L'aéroport le plus proche est celui de Nice-Côte d'Azur.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs lieux-dits : Bon Pin, Les Granges, La Verrerie, Plan Pinet.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bagnols-en-Forêt
Forêt domaniale de Callas Saint-Paul-en-Forêt Callian, Montauroux
Forêt domaniale du Le Muy Bagnols-en-Forêt Les Adrets-de-l'Esterel
La Bouverie (Roquebrune-sur-Argens) Puget-sur-Argens Fréjus

Relief[modifier | modifier le code]

Le village, situé sur une colline, domine la plaine du Blavet, à l'ouest. Cette plaine est entourée de plusieurs sommets, culminant entre 400 et 450 mètres, pour déboucher sur les gorges du Blavet. Elle forme un plateau, qui surplombe la vallée de l'Argens.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicité dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la montagne Sainte-Victoire au massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque, le plus élevé du département mais qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale, concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Bagnols-en-Forêt est en zone sismique de très faible risque « Ia »[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs cours d'eau traversent la commune de Bagnols-en-Forêt[4] :

Le Blavet, qui prend sa source à Bagnols-en-Forêt et qui se jette dans l'Argens sur la commune de Roquebrune-sur-Argens, au sud de La Bouverie[5], ainsi qu'une grande partie de ses affluents.

Le Reyran, torrent éphémère de moins de 27 km de long qui prend également sa source dans la commune[6].

La Grande-Garonne, qui prend sa source à proximité de Bagnols-en-Forêt[7].

La commune a connu de 1992 à 2010 trois inondations et coulées de boue, ainsi que des mouvements de terrain qui ont été reconnus catastrophes naturelles avec publication d'arrêtés de reconnaissance de catastrophe naturelle publiés au Journal Officiel[8].

Type de catastrophe Début Fin Arrêté Parution au J.O.
Inondations et coulées de boue 21 septembre 1992 23 septembre 1992 23 juin 1993 8 juillet 1993
Inondations et coulées de boue 26 septembre 1992 27 septembre 1992 23 juin 1993 8 juillet 1993
Mouvements de terrain 5 novembre 2000 6 novembre 2000 6 juillet 2001 18 juillet 2001
Inondations et coulées de boue 15 juin 2010 16 juin 2010 21 juin 2010 22 juin 2010

Climat[modifier | modifier le code]

Bagnols-en-Forêt jouit d'un climat très agréable durant les saisons intermédiaires. Son climat, adoucit en été par la brise marine, vous rafraîchit lorsque vous êtes attablés aux terrasses des restaurants, sur la place centrale ombragée par les platanes séculaires et sur la place de l’église sous les marronniers.

La commune est située sur la Côte d'Azur et bénéficie d’un climat méditerranéen aux étés chauds et secs et aux hivers doux et humides. Le mistral souffle parfois bien que la commune soit abritée par les massifs des Maures et de l’Esterel, elle peut être plus exposée au levant ou au sirocco qui surviennent heureusement rarement mais qui empruntent parfois la vallée peu encaissée de l’Argens. La vitesse record relevée a été établie le 30 janvier 1986 avec des rafales à 140 km/h. En moyenne annuelle, la température s’établit à 15 °C avec une moyenne maximale de 24,2 °C et une minimale de 7,1 °C. Les températures nominales maximales et minimales relevées sont de 31 °C en juillet-août et 2 °C en janvier et février, valeurs douces grâce à la présence de la Méditerranée. L’ensoleillement record s’établit à 2 748 h/an avec une pointe à 355 heures en août. Autre valeur importante, caractéristique du climat méditerranéen, les précipitations totalisent 500 millimètres sur l’année, très inéquitablement réparties avec moins de treize millimètres en juillet et plus de 77 millimètres en octobre. Le record absolu de précipitations relevées en vingt-quatre heures s’établit à 130,2 millimètres le 13 octobre 1973.

Bagnols-en-Forêt n'ayant pas de station météorologique la station le plus proche est celle de Puget-sur-Argens[9]

Données climatiques à Puget-sur-Argens.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,3 4,5 7,2 11,2 14,7 17,2 16,9 13,6 11,5 6 3 9,2
Température moyenne (°C) 7,1 8,1 10,6 13,1 17,3 21,3 24,2 24 20 16,2 10,8 7,7 15
Température maximale moyenne (°C) 12,2 13,8 16,7 19 23,5 27,9 31,3 31 26,4 21 15,6 12,4 20,9
Ensoleillement (h) 147,8 148,9 203,2 252,1 234,9 280,6 310,3 355,5 319,5 247 201,5 145,5 2 748,1
Précipitations (mm) 52,9 23,2 25,2 47,3 37,8 22,4 12,9 27,7 65,5 77,6 66,4 41,3 500,2
Source : Climatologie mensuelle à la station de Puget-sur-Argens de 1948 à 2002[10].


Transports[modifier | modifier le code]

Des lignes de bus sont organisées pour le transport scolaire, tant vers Le Muy, que vers Puget-sur-Argens[11].

Une ligne de transport en commun, par bus, assure la liaison quotidienne vers Fréjus et la gare routière de Saint-Raphaël, avec deux allers retours par jour[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Bagnols-en-Forêt comptait 1 606 logements en 2007 (contre 1 247 en 1999). Les constructions neuves sont bien plus présentes que la moyenne française : en 2007, 28,2 % des résidences principales dataient de 1990 et plus, contre 10,4 % en France. En revanche, la commune connaît un important déficit de constructions des années 1950 aux années 1970 qui s'explique par l'exode rural.

Les résidences principales représentent 958 logements (soit 59,7 % du parc) contre 539 logements (soit 33,5 %) qui sont des résidences secondaires. On compte 83,9 % de maisons individuelles (93,6 % en 1999) et 15,2 % d'appartements (respectivement 56,1 % et 42,4 % en France métropolitaine). 77,8 % des habitations principales comportent 4 pièces et plus[13]. Les propriétaires de leurs logements constituent 76,4 % des habitants contre 20,5 % qui sont locataires (respectivement 57,4 % et 39,8 % en France métropolitaine).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bagnols-en-Forêt s'écrit Banhòus provençal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des traces d'habitat ont été mise à jour, notamment dans les gorges du Blavet (résultat de fouilles au musée de Roquebrune-sur-Argens), et à l'Oppidium (visible au musée de Bagnols-en-Forêt).

Antiquité[modifier | modifier le code]

Après la création de Fréjus par Jules César, de nombreux romains s'installent près du nouveau port agrandi sous l'empereur Octave. La présence de marécages, mal assainis, à Fréjus, poussent certaines familles à s'installer à Bagnols-en-Forêt[14].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Xe siècle : il existait un village dès 909, d'après des documents de l'Abbaye de Cluny[14]

XIe siècle : la chapelle Saint-Denis est construite sur une ancienne villa gallo-romaine. Elle est classée par les monuments historiques. Une fresque du XIe siècle retrace le repeuplement du village.

XIVe siècle : l'abbaye de Lérins parle du « Castrum de Banholis » détruit en 1392. La même année, Raymond de Turenne rase le village, comme d'autres dans la région. Le village ne sera repeuplé qu'environ 80 plus tard, par l'arrivée de populations ligures.

Renaissance[modifier | modifier le code]

XVe siècle : Urbano de Flisco (famille italienne des Fieschi), nommé Évêque de Fréjus par le Pape Sixte IV, fait venir 30 familles de Pieve di Teco (Province d'Imperia). L'acte juridique "Acte d'habitation" datant du 9 mars 1477 marque le début de la reconstruction de Bagnols-en-Forêt.

XVIe siècle : la chapelle Notre-dame est construite en 1560 sur les restes d'une villa gallo-romaine du Ier siècle. Depuis 1729, les habitants font une procession et célèbrent la vierge Marie.

Période moderne[modifier | modifier le code]

XVIIe siècle : la chapelle Saint-Antoine est construite en 1660 sur un emplacement appelé « les thermes ». Une source irrigue le quartier environnant.
La chapelle Sainte-Anne est construite en 1654 par Jean Vigneron en remerciement à Louis XIV pour avoir été naturalisé français.

XVIIIe siècle : l'église paroissiale de Saint-Antonin est construite en 1704 sur une ancienne chapelle consacrée à ce saint et se trouve au sommet du village. À cause d'une chute d'une grande partie de la voûte, elle est achevée en 1707.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 19 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[15]). Lors du scrutin de 2008, il y eut deux tours (sept élus au premier tour et douze au second) et Michel Tosan a été élu conseiller municipal au premier tour avec le meilleur total de 613 voix, soit 48,88 % des suffrages exprimés. La participation a été de 74,16 % et 73,27 % aux deux tours. Il a ensuite été élu maire par le conseil municipal[16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

De 1789 à 1799, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour 2 ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune, contribuables payant une contribution au moins égale à 3 journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt au moins équivalent à dix journées de travail.

De 1799 à 1848, La constitution du 22 frimaire an VIII (13 décembre 1799) revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus pour six ans.

Du 3 juillet 1848 à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour cinq ans à partir de 1855.

Depuis 1871, les maires sont élus par le conseil municipal à la suite de son élection au suffrage universel.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Michel Tosan PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Bagnols-en-Forêt en 2009[17]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 9,18 % 0,00 % 6,15 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 12,55 % 0,00 % 7,43 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 47,22 % 0,00 % 23,44 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 16,36 % 0,00 % 8,55 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[18]).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Localisation des villes jumelées avec Bagnols-en-Forêt.
Localisation de la ville
Bagnols-en-Forêt

Bagnols-en-Forêt est jumelée avec Drapeau de l'Italie Pieve di Teco (Italie) depuis 1990, commune italienne de la province d'Imperia dans la région de Ligurie qui compte 1 447 habitants au 31 décembre 2009[19].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2012, alors que la commune ne faisait, jusqu'à présent, partie d'aucune intercommunalité, Bagnols-en-Forêt a rejoint la Communauté de communes du Pays de Fayence[20].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une déchèterie, quartier Valère, ouverte 3 matinées par semaine. Elle est accessible aussi bien aux particuliers, qu'aux professionnels[21]. Le tri sélectif et le compostage est organisé par la municipalité[22].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 503 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
852 838 760 696 750 819 829 839 867
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
876 958 1 004 997 971 921 902 900 803
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
742 812 751 610 620 582 477 445 540
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
560 562 682 889 1 274 1 672 2 146 2 283 2 503
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[23].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (29,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (27,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 18 %, 15 à 29 ans = 11,4 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 29,7 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 17,1 %, 15 à 29 ans = 11,8 %, 30 à 44 ans = 19,7 %, 45 à 59 ans = 22,2 %, plus de 60 ans = 29,1 %).
Pyramide des âges à Bagnols-en-Forêt en 2007 en pourcentage[24]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
0,6 
8,7 
75 à 89 ans
9,1 
20,6 
60 à 74 ans
19,4 
21,0 
45 à 59 ans
22,2 
19,8 
30 à 44 ans
19,7 
11,4 
15 à 29 ans
11,8 
18,0 
0 à 14 ans
17,1 
Pyramide des âges du département du Var en 2007 en pourcentage[25]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
8,1 
75 à 89 ans
11,3 
16,7 
60 à 74 ans
17,3 
20,3 
45 à 59 ans
20,4 
19,5 
30 à 44 ans
19,1 
17,2 
15 à 29 ans
14,9 
17,7 
0 à 14 ans
15,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Bagnols-en-Forêt sont accueillis dans la commune, qui dispose d'une école maternelle et d'une école primaire publique[26]. Les collégiens doivent se rendre collège Gabrielle Colette[27] à Puget-sur-Argens. Les lycéens suivent leurs cours au lycée Polyvalent Régional du Val d'Argens au Muy[28].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune a fait installer par la société The Edge basée à Rennes, un Skate Park composé de cinq modules accessibles aux skateboard, roller, BMX et trottinette[29].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose de deux médecins généralistes[30], d'une pharmacie[31]. La commune dépend du Centre Hospitalier Intercommunal Fréjus Saint Raphaël distant de 12 km[32]

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique en l'église Saint-Antonin de Bagnols-en-Forêt[33].

Pour le culte protestant, les bagnolais doivent se rendre à l'église reformée de l'Est-Varois à Saint-Raphaël.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité des ménages[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 23 567 € pour 1 373 foyers fiscaux, seul 54,0 % de ces foyers sont imposés avec un revenu net de 26 095 € représentant un impôt moyen de 1 970 € [13].

Population active[modifier | modifier le code]

La population âgée de 15 à 64 ans s'élevait en 2007 à 1 356 personnes (1 006 en 1999), parmi lesquelles on comptait 67,5 % d'actifs dont 60,6 % ayant un emploi et 6,9 % de chômeurs (contre 13,4 % en 1999)[34].

La répartition par catégories socioprofessionnelles de la population active de Bagnols-en-Forêt[Note 3] fait apparaître une sous-représentation des « cadres et professions intellectuelles », « professions intermédiaires » et une sur-représentation des « artisans et commerçants » (presque quatre fois plus) et des « agriculteurs » par rapport à la moyenne de la France métropolitaine.

Répartition de la population active par catégories socioprofessionnelles (recensement de 2007)

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Bagnols-en-Forêt 4,7 % 20,7 % 4,5 % 26,4 % 23,5 % 20,1 %
Moyenne nationale 2,1 % 5,9 % 15,8 % 24,8 % 28,5 % 22,9 %
Sources des données : INSEE[34]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2007 on comptait 338 emplois dans la commune. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 833, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 4] est de 38,0 % (contre 47,3 % en 1999), ce qui signifie que la commune offre un peu plus d'un tiers d'emploi aux bagnolais actifs[34].

La répartition par secteurs d'activité des emplois à Bagnols-en-Forêt fait apparaître l'importance de la construction (deux fois la moyenne nationale). L'emploi tertiaire ne représente que 70 % du total à Bagnols-en-Forêt, contre plus de 75 % en France métropolitaine.

Répartition des emplois par domaines d'activité (recensement de 2007)

  Agriculture Industrie Construction Commerce,
transports,
services divers
Administration publique,
enseignement,
santé, action sociale
Bagnols-en-Forêt 5,8 % 13,0 % 11,3 % 40,1 % 29,9 %
Moyenne nationale 3,1 % 14,8 % 6,8 % 45,1 % 30,3 %
Sources des données : INSEE[34]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Principaux commerces[modifier | modifier le code]

  • 5 restaurants et un livreur de pizzas,
  • 1 salon de coiffure,
  • 1 bureau de tabac,
  • 2 boulangeries,
  • 2 épiceries,
  • 1 pharmacie,
  • 1 cave vinicole.

Industrie et artisanat[modifier | modifier le code]

Une dizaine d'artisans sont installés à Bagnols-en-Forêt, notamment dans des secteurs d'activités liés au bâtiment et travaux publics. La commune compte également plusieurs artistes peintres et céramistes.

La plus grosse entreprise de Bagnols-en-Forêt est la société Fiorucci Restauration avec un chiffre d'affaires en 2007 de 412 621 euros et employant sept personnes[35].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La situation géographique centrale de Bagnols-en-Forêt, entre Méditerranée et Haut Var, permet l'accès à de nombreuses activités touristiques :

Trois chambres d'hôtes sont installés sur la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'office de tourisme propose un guide de nombreuses balades dans les forêts ainsi que de nombreux sites touristiques :

  • Gorges du Blavet
  • Cascade de Gourbachin
  • Anciennes Tailleries de Meules : la roche de l'Estérel a permis une production de meules [Note 5] dès l'âge de fer, la période gallo-romaine jusqu'au Moyen Âge avec une interruption en 1393,
  • Habitat fortifié de sommet (Oppidum) de la Forteresse : située à 380 m d'altitude, c'est le site le plus important de taille de meule. Il contrôle le col de la pierre du coucou,
  • Barrage de Malpasset (le barrage ruiné est situé sur la commune voisine de Fréjus, mais l'ancien lac s'étendait sur le ban de Bagnols-en-Forêt)
  • Lac de Meaulx,
  • Lac du Rioutard, etc.

Le Musée archéologique retrace la culture du liège et de l'olive : présentation de fouilles de 1967 à 1988. Visite du musée au premier étage de l'office de tourisme.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philippe Séguin, homme politique français, ancien ministre de la République, premier président de la Cour des comptes depuis 2004, y a été inhumé le mercredi 13 janvier 2010 après des hommages nationaux rendus aux Invalides.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason de Bagnols-en-Forêt

Les armes de Bagnols-en-Forêt se blasonnent : D'azur aux trois fasces ondées d'argent

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. Y compris les actifs sans emploi
  4. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'INSEE
  5. Pour les moulins à huile et à blé

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fiche de Bagnols-en-Forêts sur le site de Cassini », EHESS
  2. « Habitants de Bagnols-en-Forêt », sur habitants.fr.
  3. [PDF] « sismicité du Var sur le site de la préfecture », Préfecture du Var
  4. « Hydrographie de Bagnols-en-Forêt », sur annuaire-mairie.fr
  5. « Fiche cours d'eau Le Blavet (Y5310540) », SANDRE
  6. « Fiche rivière le Reyran (Y5320500) », SANDRE
  7. « Fiche cours d'eau La Grande Garonne (Y5320600) », SANDRE
  8. « Arrêtés de reconnaissance de catastrophe naturelle », sur le site de la Direction générale de la prévention des risques / Ministère du Développement Durable en partenariat avec Réseau Ideal, Sciences Frontières Production et l´Institut francais des formateurs risques majeurs éducation.,‎ 14 janvier 2011
  9. « Station météo la plus proche », sur meteo.msn.com
  10. « Climatologie mensuelle à Puget-sur-Argens », sur meteo.msn.com
  11. « Transports scolaires de Bagnols en Forêt », sur bagnolsenforet.fr
  12. « Horaires des bus entre Bagnols en Foret et Saint Raphaël », sur bagnolsenforet.fr
  13. a et b [PDF] « Chiffres clés de Bagnols-en-Forêt », Insee
  14. a et b « Histoire de la commune de Bagnols en Foret », Office du tourisme de Bagnols-en-Forêt
  15. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  16. « Résultats élections municipales 2008 à Bagnols-en-Forêt », sur linternaute.com
  17. « Impots locaux à Bagnols-en-Forêt », taxes.com
  18. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  19. (it) « Popolazione residente e bilancio demografico », ISTAT.
  20. intercommunalité - article Var Matin
  21. « Déchèterie de Bagnols sur le site de la commune », sur bagnolsenforet.fr
  22. « Organisation des ordures ménagère à Bagnols en Forêt », sur bagnolsenforet.fr
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  24. « Évolution et structure de la population à Bagnols-en-Forêt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 mai 2011)
  25. « Résultats du recensement de la population du Var en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 mai 2011)
  26. « Scolarité à Bagnols-en-Forêt », sur bagnolsenforet.fr
  27. « Site du collège Grabrielle Colette », sur college-colette.fr
  28. « Site du lycée du Val d'Argens », Académie de Nice
  29. « Skate Park de Bagnols-en-Forêt », sur bagnolsenforet.fr
  30. « Médecin à Bagnols-en-Forêt », sur pagesjaunes.fr
  31. « Pharmacie à Bagnols-en-Forêt », sur pagesjaunes.fr
  32. « Hopital proche de Bagnols-en-Forêt », sur pagesjaunes.fr
  33. « Église Saint Antonin », sur www.diocese-frejus-toulon.com
  34. a, b, c et d « Résultats du recensement de la population - 2007 », sur site de l'INSEE
  35. « Fiorucci Restauration », sur verif.com