Balazuc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Balazuc
Vue générale de Balazuc
Vue générale de Balazuc
Blason de Balazuc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Vallon-Pont-d'Arc
Intercommunalité Communauté de communes des Gorges de l'Ardèche
Maire
Mandat
Bernard Constant
2014-2020
Code postal 07120
Code commune 07023
Démographie
Gentilé Balazucain(es)
Population
municipale
348 hab. (2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 30′ 34″ N 4° 22′ 24″ E / 44.5094444444, 4.3733333333344° 30′ 34″ Nord 4° 22′ 24″ Est / 44.5094444444, 4.37333333333  
Altitude Min. 113 m – Max. 379 m
Superficie 18,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Balazuc

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Balazuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Balazuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Balazuc

Balazuc est une commune française, située dans le département de l’Ardèche en région Rhône-Alpes, labellisée Village de caractère et adhérant à l'association Les Plus Beaux Villages de France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Balazuc est situé à 7 kilomètres de Vogüé et à 18 kilomètres d’Aubenas. C’est, depuis des millénaires, un site de gué sur l'Ardèche qui fut une place forte gauloise, d’après son nom Baladunum de bal, le rocher et dunum, la hauteur fortifiée en gaulois (voir Verdun, la forteresse principale…).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Balazuc est limitrophe de sept communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Vinezac Lanas Saint-Maurice-d'Ardèche Rose des vents
Uzer N Lagorce
O    Balazuc    E
S
Chauzon Pradons

Histoire[modifier | modifier le code]

Balazuc possède des restes de l’homme de Néandertal venu chasser le bouquetin il y a plus de 50 000 ans au début de la dernière glaciation[2]. Puis les agriculteurs sont arrivés au Néolithique vers 3000 av. J.-C. pour élever chèvres et moutons, cultiver le fond des dolines et placer leurs morts dans des tombes collectives en coffres de pierres.

À l'âge du Bronze final, vers 750 av. J.-C., le gué sous le village était utilisé. Les Gaulois, dont on n’a aucune trace, lui ont donné son nom : Baladunum. Les Gallo-Romains cultivent la plaine des Salles où passe la grande voie romaine entre le Rhône et Nîmes. Il y fut découvert un sarcophage paléochrétien dont les hauts reliefs figurent des scènes bibliques (un fac similé est exposé sous la mairie). Du Moyen Âge le village possède une église des XIe et XIIIe siècles et un château des XIe et XIIIe siècles, dans une enceinte datant, elle, du XIIe siècle et très agrandie au XIIIe siècle avec un donjon carré. Remparts, donjon, maisons nobles et fortes sont bien conservés.

Le village subit ensuite les évolutions des maisons durant des siècles mais garde son originalité et son caractère de village médiéval avec ses ruelles, ses « callades ».

Pons de Balazuc [3],fils de Géraud de Balazuc, un des premiers seigneurs connu, a fait la première croisade et fut tué juste avant la prise de Jérusalem en 1099, au siège du château d'Archos près de Tripoli (Liban actuel).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Balazuc

Les armes de Balazuc se blasonnent ainsi :
Palé d'argent et de sable de six pièces ; au chef de gueules, chargé de trois étoiles d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2012 2020 Bernard Constant Sans Etiquette  
2001 2012 Josiane Delsart Sans Etiquette  
1995 2001 Guy Boyer Sans Etiquette  
1977 1995 Aimé Mouraret Sans Etiquette  
1971 1977 Pierre Berre Sans Etiquette  
Les données manquantes sont à compléter.


Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 348 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
550 586 670 762 787 800 780 881 905
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
892 878 843 818 802 694 718 705 680
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
605 576 563 456 469 447 419 347 301
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
248 218 213 275 277 337 331 330 348
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bords de l’Ardèche à Balazuc.
  • Village médiéval pittoresque avec remparts, donjon et château, XIe et XIIIe siècles
  • Église romane Sainte-Madeleine, XIe et XIIIe siècles
  • La copie du sarcophage de Balazuc, sarcophage paléo-chrétien de la fin du IVe ou du début du Ve siècle, trouvé au hameau des Salles, visible sous la mairie
  • Chapelle funéraire en ruine, XIIIe siècle
  • Maison forte du XIIIe siècle
  • Église de la fin du XIXe siècle
  • Site d'escalade des Barasses
  • Village coopératif du Viel Audon

Zones naturelles protégées[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ghuilhem de Balaun ou de Balazuc, troubadour de langue d'oc du XIIIe siècle.

L’association de la Roche-Haute organise depuis 1982 dans l'église romane des concerts et des expositions de peintures dont celles remarquées : Guillaume Beaugé, Jacques Dromart, Erik Levesque… Les vitraux de l'église Sainte Marie-Madeleine sont du peintre Yankel.

John M. Merriman , professeur d'Histoire et Géographie françaises à l'université de Yale (États-Unis), a écrit un livre sur l'histoire de Balazuc : The Stones of Balazuc (Norton Press) traduit en français Mémoires de pierres (Taillandier éditeur).

Aimé Bocquet, préhistorien, a publié en 2011 une histoire synthétique du village depuis les temps les plus anciens, en insistant sur la vie au Moyen Âge à partir d'un document fiscal de 1464 : Balazuc, village médiéval du Vivarais (Éditions Plumes d'Ardèche).

Panoramas[modifier | modifier le code]

Vue de l'Ardèche à Balazuc.

Vues de Balazuc[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr,‎ 2007 (consulté le 11/03/2012)
  2. Aimé Bocquet, « Balazuc l'un des plus beau village de France » (consulté le 9 juin 2009)
  3. abbé Fillet, « Ponce de Balazuc », imprimerie centrale du Vivarais,‎ 1895
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011