Castelnou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castelnou (homonymie).
Castelnou
Le village et le château
Le village et le château
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Perpignan
Canton Thuir
Intercommunalité Communauté de communes des Aspres
Maire
Mandat
Jean Cherez
2014-2020
Code postal 66300
Code commune 66044
Démographie
Gentilé Castelnouvois(e)
Population
municipale
360 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 37′ 14″ N 2° 42′ 11″ E / 42.6205555556, 2.70305555556 ()42° 37′ 14″ Nord 2° 42′ 11″ Est / 42.6205555556, 2.70305555556 ()  
Altitude Min. 111 m – Max. 444 m
Superficie 19,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Castelnou

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Castelnou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Castelnou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Castelnou
Liens
Site web Site web de Castelnou

Castelnou est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Castelnou est situé à 5 kilomètres à l'ouest de Thuir, dans les premiers contreforts des Aspres. Le village est construit à flanc de colline et dominé par son château vicomtal et une ancienne tour de guet.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Castelnou[1]
Saint-Féliu-d'Amont Saint-Féliu-d'Avall
(par un quadripoint)
Camélas Castelnou[1] Thuir
Caixas Montauriol Sainte-Colombe-de-la-Commanderie,
Terrats

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Castellnou dels Aspres[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'agglomération de Castelnou se développa autour du château de Castelnou, mentionné dès la fin du Xe siècle. Ce castrum novum ou castellum novum (qui devint en catalan Castell Nou, le « château neuf ») est le siège du pouvoir des vicomtes de Castelnou. Le château est pris d'assaut par les troupes de Jacques II de Majorque en 1286, puis à nouveau en 1483 par celles du gouverneur du Roussillon.

Aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle, le château fut laissé à l'abandon et le village périclita, jusqu'à être quasi-déserté au XIXe siècle. À la fin du XIXe siècle le château fut racheté et une restauration — qu'on peut presque qualifier de reconstruction — fut menée. Le développement du tourisme au XXe siècle suscita l'engouement pour le site de Castelnou et le village fut relevé de ses ruines. Aujourd'hui il vit principalement du tourisme et est classé parmi les plus beaux villages de France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste de maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1971 Joseph Faliu    
1971 1995 René Mayneris    
1995 2006 Jean-Louis Mayneris    
2006 en cours Jean Cherez[3]    
http://www.castelnou.com/index.html

Jean-Louis Mayneris a parrainé la candidature de Jean Saint-Josse à l'élection présidentielle de 2002[4].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1359 1365 1378 1470 1515 1553 1709 1720 1730
85 f 54 f 38 f 24 f 11 f 10 f 34 f 34 f 52 f
1767 1774 1789 - - - - - -
381 H 52 f 71 f - - - - - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS,‎ 1986, 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Note :

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

Les habitant(e)s s'appellent des Castelnouvois(es)[5].

En 2011, la commune comptait 360 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
386 384 422 395 417 475 460 459 467
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
478 395 366 334 340 326 316 346 350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
323 309 315 271 273 240 205 183 183
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
186 173 159 152 277 331 373 366 365
2011 - - - - - - - -
360 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fêtes patronales : 5 février et 15 août[8].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 31 663 €[9].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château vicomtal[modifier | modifier le code]

Le village, dominé par le château vicomtal

L'origine du château de Castelnou remonte à la fin du Xe siècle, date à laquelle furent sans doute construites les premières fortifications. Pendant tout le XIe siècle, les vicomtes de Castelnou ont été des personnages influents dans la région. Au XIVe siècle le château passe sous le giron des rois de Majorque. La seigneurie passe alors entre les mains de plusieurs familles au cours des siècles qui suivent.

Le château, déserté au XVIIIe siècle, tombe en ruine. Ses pierres servent aux habitants des environs pour construire leurs maisons. Racheté à la fin du XIXe siècle, il est alors intégralement restauré (rétablissement du crénelage de l'enceinte, reconstruction des bâtiments ruinés) et peu à peu modernisé. Ravagé par un incendie en 1981, qui causa alors de gros dégâts aux bâtiments, il est de nouveau restauré pour être ouvert au public en 1990. Le château possédait une chapelle patronnée par Saint-Pierre, qui a servi d'église paroissiale au village jusqu'à la fin du XIIe siècle, quand l'église Sainte-Marie du Mercadal fut construite extra-muros. La chapelle castrale est dotée à partir de 1091 d’un collège de chanoines augustins. L'édifice a disparu au XIVe siècle lors de l'établissement de la grande salle du château. L'édifice présente une particularité remarquable (repérable sur la photo figurant en tête d'article) : ses murailles renferment une couronne de bâtiments qui entoure non pas une cour intérieure, mais le sommet du mamelon sur lequel il est édifié, petit morceau de montagne resté à l'état brut.

Le village[modifier | modifier le code]

Comptant parmi les plus beaux villages de France, le village de Castelnou, construit à flanc de colline au creux des Aspres, dominé par son château, est très pittoresque. Le village est organisé autour de deux rues parallèles : la carrer d'avall et la carrer del mig, plusieurs rues en escalier permettant de passer de l'une à l'autre. On remarquera également la présence des fours à pains, de forme semi-circulaire, et greffés sur les façades de plusieurs maisons. Au niveau du débord de certains toits, on pourra voir des génoises peintes sur le revers des tuiles. Plusieurs maisons possèdent également de belles pierre bien taillées, provenant vraisemblablement du château. Les fortifications subsistent en grande partie, la partie la plus notable étant la Porte de Millars au nord du village, flanqué de deux tours.

L'église Sainte-Marie du Mercadal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Sainte-Marie du Mercadal.

La Tour de Castelnou[modifier | modifier le code]

Située sur un sommet de colline au nord-ouest du village et du château de Castelnou, cette tour faisait partie du système de défense du lieu. Il s'agit d'une petite tour cylindrique qui est restée en assez bon état et dont le plan est semblable à d'autres tours de guet du Roussillon, notamment la Torre del Far (Tautavel) ou la Torre del Mir de Prats-de-Mollo.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Castelnou

Les armes de Castelnou sont celles des vicomtes de Castelnou, ce sont d'ailleurs des armes parlantes, et elles se blasonnent ainsi :

« De gueules au château d'argent, maçonné de sable, ouvert et ajouré du champ. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Albert Cazes, Le Roussillon Sacré, Conflent, 1990.
  • Géraldine Mallet, Églises romanes oubliées du Roussillon, Les Presses du Languedoc, 2003. ISBN 2-85998-244-2.
  • Roger Justafré-Parent, Castellnou : Sempre i encara !, Mairie de Castelnou, 2003.
  • Guide manuscrit du village autrefois vendu par l'office du tourisme.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone,‎ 2007 (lire en ligne)
  3. Réélection 2014 : « Maires », sur le site de la Préfecture du département des Pyrénées-Orientales (consulté le 20 avril 2014).
  4. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2002
  5. habitants.fr, « Pyrénées-Orientales > Castelnou (66300) » (consulté le 22 juillet 2012)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  8. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France »,‎ 1990 (ISBN 2-7399-5066-7)
  9. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).