Solliès-Pont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Solliès-Pont
La place du village et la fontaine Saint-Jean-Baptiste
La place du village et la fontaine Saint-Jean-Baptiste
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Toulon
Canton Solliès-Pont (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Gapeau
Maire
Mandat
André Garron
2014-2020
Code postal 83210
Code commune 83130
Démographie
Population
municipale
11 568 hab. (2011)
Densité 652 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 28″ N 6° 02′ 30″ E / 43.1911111111, 6.04166666667 ()43° 11′ 28″ Nord 6° 02′ 30″ Est / 43.1911111111, 6.04166666667 ()  
Altitude Min. 39 m – Max. 343 m
Superficie 17,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Solliès-Pont

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Solliès-Pont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Solliès-Pont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Solliès-Pont

Solliès-Pont est une commune française, localisée dans le département du Var de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, située à 12 km au nord de Toulon.

Ses habitants sont appelés les Solliès-Pontois.

Elle est chef-lieu de canton et regroupe les villages de Belgentier, la Farlède, Solliès-Toucas et Solliès-Ville dont elle est aussi le centre administratif et commercial.

Solliès-Pont est aussi l'une des « capitales » de la figue, avec Caromb dans le Vaucluse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Solliès-Pont se situe à l'ouest de la vallée du Gapeau, au pied de la Forêt de Font-Blanche, et à l'est du Massif de la Sainte-Baume. La ville de Toulon au sud-ouest est éloignée de 12 km, et la ville de Hyères au sud-est est éloignée d'environ 20 km.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Au sud de Solliès-Pont se trouve la commune de La Farlède, tandis que Solliès-Ville surplombe à l'ouest; Au nord-ouest se situe Solliès-Toucas, nichée au creux de la Vallée du Gapeau et à l'est la commune de Cuers.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par le fleuve Le Gapeau qui permet l'irrigation des terres cultivables se trouvant tout autour de la commune. Ce fleuve provient du nord puisqu'il passe notamment par les communes de Solliès-Toucas et Belgentier.

Climat[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom provençal de la ville est Soulié(s) (ou encore Souliés-Pouant) selon la graphie mistralienne, Solièrs Pònt selon la norme classique de l'occitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le canton de Solliès-Pont a pour origine la localité de Solliès-Ville (autrefois Solliès-le-Haut), édifiée à l'époque gallo-romaine.

La petite ville est née du morcellement de ce qui fut le territoire de Solliès-Ville et Solliès-le-Haut, localité dépendante de la seigneurie des famille Forbin, située sur l’éperon rocheux dominant la vallée du Gapeau.
Grâce à cet emplacement, lors de la longue période barbaresque, les habitants se réfugiaient sur les sommets pour échapper aux raids sarrasins.

Vers la fin du Moyen Âge on construisit les premières habitations près du pont sur le Gapeau. En 1480, un certain Forbin acheta le territoire qui devint Solliès-Pont, nom adopté dès la Révolution française, dont le sens dérive de « soleil » en langue provençale. En 1797, la commune obtint l’indépendance tant désirée.

Le 8 avril 1799, le territoire des Solliès et trente hameaux qui ne forment qu'une seule communauté est partagé en quatre communes : Solliès-Ville, Solliès-Pont, Solliès-Toucas et La Farlède (autrefois Solliès-Farlède).

La seigneurie de Solliès appartient successivement aux vicomtes de Marseille, aux comtes de Provence, à la famille de Forbin et divers particuliers.

Le comte Geoffroy donne Solliès au vicomte de Marseille, Solliès appartient ensuite à la famille Piégut et à la famille Riquier, de Morance, de Beauveau, de Forbin (dit "le Grand"), Les Des Porcellets, encore aux Forbin, ensuite à la famille Barben, de Beaux, de Blois, de Dreux, de Tarente, de Gonsalve de Morance et à ses successeurs qui, jusque sous Louis XIV ont été gouverneurs de Toulon.

Le château de Solliès-Pont reçut la visite de Charles IX, Catherine de Médicis, Louis XIV. Sous la Révolution française, des soldats cantonnés dans le château y mirent le feu; il fut reconstruit en 1862.

Vers la fin du XVIe et au commencement du XVIIe siècle, Solliès-Pont a été sans cesse exposée au fléau de la peste.

La ville fut mainte fois pillée et saccagée pendant les guerres de Religion, et par les troupes du duc de Savoie en 1707.

Au XIXe siècle, on y cultivait des citrons, des oranges et des pommes; il y avait d'importantes tanneries et des filatures de soie.

Aujourd'hui, Solliès-Pont est spécialisée dans la production de chocolat, de nougat, de confitures... ainsi que dans la réalisation de précieuses céramiques et émaux. La ville présente également une cave vinicole,et célèbre la fête de la figue à la fin du mois d'août.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Solliès-Pont
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2001 André Duhamel Démocratie Libérale Trésorier principal
2001 2005[Note 1] Gérard Capifali SE  
2005 2008 Jean Rassat    
2008 en cours André Garron SE  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La municipalité a mise en place plusieurs actions de protection de l'environnement : prévention des risques naturels, notamment crues et incendies, propreté, tri sélectif et lutte contre les dépôts sauvages de déchets[1].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Peveragno (Italie) depuis 2000

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Solliès-Pont appartient à la Communauté de communes de la Vallée du Gapeau.Celle-ci a été créée en 1995 autour des communes du canton plus celle voisine de La Crau. En 2010, La Crau quitte la CCVG pour rejoindre l'agglomération Toulon Provence Méditerranée.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 11 568 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 693 2 609 2 526 3 430 3 493 3 277 3 171 3 210 2 980
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 961 2 961 2 792 2 692 2 905 2 891 2 662 2 705 2 701
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 784 2 867 2 757 2 689 2 666 2 790 2 868 2 979 3 109
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
4 021 4 214 4 549 5 492 9 525 10 820 10 788 11 568 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Solliès Pont débutent leurs études dans les écoles de la commune[4] :

Cycle Établissement public Établissement privé
Maternelles École maternelle Alphonse Daudet
École maternelle Frédéric Mistral
École maternelle Jules Rimbaud
École maternelle Houard Sauvat
École maternelle Notre-Dame
Primaires École primaire Alphonse Daudet
École primaire Frédéric Mistral
École primaire Jean Moulin
École primaire Émile Astoin
École primaire Notre-Dame
Collèges Collège La Vallée du Gapeau
Collège Lou Castellas
-

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Célébration de la Saint-Maur depuis 1505 (janvier)
  • Festival des chapelles (avril)
  • Fête du printemps (mai)
  • Tournoi de football des cerises (Pentecôte)
  • Nocturnes lyriques (fin juin)
  • Festival du château (juillet)
  • Fête patronale de la Sainte-Christine (juillet)
  • Festival International de piano "Musique à la Cour" (août)
  • Fête de la figue de Solliès (Dernier week-end d'août)

Toute l'année

  • Expositions mensuelles au château par le Comité des Fêtes et de la Culture
  • Conférences trimestrielles d'égyptologie

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La ville dispose des équipements sportifs suivants :

  • Le stade Jean Murat pour des compétitions de football, de rugby et l’athlétisme.
  • Le gymnase Saint-Cast.
  • Les courts de tennis du Tennis club (4 de plein air et 2 couverts).
  • Le mini stadium. Terrain de football (14 x 28 mètres) entièrement équipé de filets pare-ballons et aménagé près du boulodrome.
  • Le skate-park de l’avenue des Oiseaux.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Des vignobles, des oliveraies, des champs de légumes et des plantations de fruits constituent la plus grande part de l'économie de la ville. Solliès-Pont était autrefois célèbre pour ses cerises, aujourd'hui c'est la culture de la figue qui a pris le pas sur celle de la cerise.
Solliès-Pont se désigne elle-même comme capitale de la figue et possède depuis peu une AOC qui labellise sa production.

Les vins de qualité portent le label de qualité AOC Côtes de Provence. Des coopératives existent pour la commercialisation du vin, des fruits et des légumes.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Solliès-Pont (château de Forbin), actuellement siège de la mairie, avec son parc botanique et son étang.
  • Son église Saint-Jean-Baptiste avec son orgue Callinet (1846) classé Monument historique[5] et sa place ombragée
  • La chapelle Sainte Christine (Patronne de la commune) qui surplombe le territoire
  • Les berges du Gapeau au niveau du quartier de l'enclos
  • Ses fours à cade qui ne se dévoileront qu'aux plus curieux
  • L'ancienne commanderie des Hospitaliers au lieu-dit « Le Grand Beaulieu »[6],[7].
  • Ses vastes plantations de figuiers
  • Ses festivals : Les Nuits du Château en juillet et Musique à la Cour en août
  • Le Castellas

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Solliès-Pont (Var).svg

Les armoiries de Solliès-Pont se blasonnent ainsi :

D'azur au pont d'or maçonné de sable, accompagné de deux soleils aussi d'or rangés en bande, un en chef et un en pointe.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Capifali, maire, meurt en 2005
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. protection de l'environnement
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. écolesà Solliès Pont
  5. http://www.varmatin.com/ra/gapeau/172490/sollies-pont-l-orgue-de-sollies-pont-en-pleine-restauration
  6. Joseph-Antoine Durbec (préf. Jacques Juillet), Templiers et Hospitaliers en Provence et dans les Alpes-Maritimes, Grenoble, Le Mercure Dauphinois,‎ 2001, 430 p. (ISBN 978-2-9138-2613-7, résumé), p. 345-346
  7. Damien Carraz (préf. Demurger), L'Ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312) : Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Collection d'histoire et d'archéologie médiévales / 17 »,‎ 2005 (ISBN 978-2-7297-0781-1, lire en ligne), p. 16