Saint-Céneri-le-Gérei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Céneri-le-Gérei
Le pont sur la Sarthe.
Le pont sur la Sarthe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Canton Alençon-1
Intercommunalité Communauté urbaine d'Alençon
Maire
Mandat
Florence Mauny Uhl
2014-2020
Code postal 61250
Code commune 61372
Démographie
Population
municipale
124 hab. (2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 48″ N 0° 03′ 10″ O / 48.38, -0.05277848° 22′ 48″ Nord 0° 03′ 10″ Ouest / 48.38, -0.052778  
Altitude Min. 115 m – Max. 193 m
Superficie 3,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Céneri-le-Gérei

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Céneri-le-Gérei

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Céneri-le-Gérei

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Céneri-le-Gérei
Liens
Site web www.saintceneri.org

Saint-Céneri-le-Gérei est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 124 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Céneri représente un bastion avancé de la Normandie aux confins des départements de l’Orne, de la Sarthe et de la Mayenne.

Dans un méandre de la Sarthe qui arrive d’Alençon et s’écoule vers Le Mans, Saint-Céneri est hissé sur un piton rocheux granitique et irrégulier. Les maisons à l’est surplombent la Sarthe alors qu’elles se superposent en terrasse sur le flanc ouest.

À une dizaine de kilomètres au sud-ouest d’Alençon, Saint-Céneri se trouve au nord-est des Alpes Mancelles[1], dans le parc naturel régional Normandie-Maine.

Saint-Céneri-le-Gérei est relié à la ville voisine d’Alençon, chef lieu du département, par la route départementale 101. La commune est desservie par le réseau de bus Alto. Ce réseau fait partie des Transports urbains de la communauté urbaine d'Alençon. Saint-Céneri-le-Géreï fait partie des lignes Iténéo 4 et Iténéo Access.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme S. Serenicus en 1050[2]. Le déterminant complémentaire -le-Gérei fait référence à la famille Gérei[3], autrement dit la famille Giroie. Le conseil général de l'Orne a fait simplifier la graphie usuelle des toponymes, dont le graphe -y noté par le simple -i en finale des noms propres, contrairement à l'usage général du français pour les noms propres (sauf Henri). Le nom de la commune était autrefois écrit Saint Cénery le Gérey. Gérei ou Girei est la forme de l'ouest, transcrite par Giroie en français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un ermite italien Céneri, de son nom latin Serenicus (ou Genericus), a vécu à Saint-Céneri-le-Gérei au VIIe siècle. Il finit par accepter des disciples et, à sa mort, un monastère restera en construction avec une église dédiée à saint Martin de Tours. Ce monastère fut détruit par les Vikings en 903. L'église restera une dépendance de l’abbaye de Saint-Évroult.

Le village de Saint-Céneri-le-Gérei a été établi une première fois en 1044. Son fondateur, Guillaume Giroie, a construit un château dont seuls demeurent, à l’époque actuelle, des pans de murs. Le château de Saint-Céneri-le-Gérei fut assiégé par Guillaume le Conquérant en 1060 avant d'être pris par Robert Courteheuse en 1088. Pendant la guerre de Cent Ans, Ambroise de Loré parvint à défendre la forteresse jusqu’à sa mort en 1434.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de L'Isle-sur-Sarthe[4].

Depuis le XIXe siècle, la beauté de l’endroit a stimulé l’inspiration de beaucoup d’artistes qu’elle a attirés[5]. Le village a même son propre festival qui célèbre tous les ans les peintres qui sont venus ou ont vécu à Saint-Céneri-le-Gérei. Classé dans « les plus beaux villages de France », il attire actuellement beaucoup de touristes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
années 1970 mars 2001 Jacques Hébert SE Éleveur
mars 2001 mars 2014 Kenneth Tatham NC Chef d'entreprise
mars 2014[6] en cours Florence Mauny Uhl SE Architecte
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 124 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Saint-Céneri-le-Gérei[7]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
310 261 388 283 343 308 298 318 348
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
333 332 304 321 274 260 262 242 229
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
203 195 171 152 157 160 148 144 140
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
121 122 136 152 122 140 143 126 124
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L’économie de Saint-Céneri-le-Gérei, en raison de son environnement pittoresque et calme, repose essentiellement sur le tourisme.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Activité, labels et manifestations[modifier | modifier le code]

Saint-Céneri-le-Gérei est un des plus beaux villages de France.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le territoire "Alpes Mancelles"
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 590b
  3. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Presses Universitaires de Caen, 1996 (ISBN 2-905461-80-2), p. 218a
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Céneri-le-Gérei », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 30 juillet 2012)
  5. Grâce à Auguste Poulet-Malassis (éditeur alenconnais de Charles Baudelaire) et ses amis écrivains, poètes, musiciens et peintres
  6. « Florence Mauny-Uhl élue maire dans une ambiance conviviale », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 décembre 2014)
  7. Date du prochain recensement à Saint-Céneri-le-Gérei, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. « Eglise », base Mérimée, ministère français de la Culture : classement par arrêté du 12 juillet 1886.
  10. « Chapelle de Saint-Ceneri », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Ancien hôtel Legangeux, devenu Auberge des Peintres », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Ancienne auberge de Moisy », base Mérimée, ministère français de la Culture.