Curemonte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Curemonte
Vue d'ensemble du village
Vue d'ensemble du village
Blason de Curemonte
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Corrèze
Arrondissement Brive
Canton canton de Meyssac
Intercommunalité Communauté de communes des Villages du Midi Corrézien
Maire
Mandat
Marie-Claude Pécouyoul
2014-2020
Code postal 19500
Code commune 19067
Démographie
Gentilé Curemontois
Population
municipale
215 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 00″ N 1° 44′ 27″ E / 44.9999, 1.740945° 00′ 00″ Nord 1° 44′ 27″ Est / 44.9999, 1.7409  
Superficie 8,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de Corrèze
City locator 14.svg
Curemonte

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de Corrèze
City locator 14.svg
Curemonte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Curemonte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Curemonte

Curemonte (Curamonta en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Limousin.

Ses habitants sont appelés les Curemontois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur une colline.

Carte de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’existence de Curemonte est attestée dès 860.

C'est au XIe siècle que le village prend son essor, passant dans la mouvance des vicomtes de Turenne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Curemonte Blason D'argent à trois jumelles de gueules en bande.
Détails (armes des Plas de Curemonte) Blason voté le 30 mars 1987.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008[1] Jean Claude Raynal    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 215 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
729 774 744 798 565 1 157 1 130 1 204 1 157
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 113 1 107 1 067 1 020 1 007 1 008 966 945 959
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
841 768 712 591 543 528 458 425 362
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
351 311 248 231 203 225 217 216 215
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Spécialités gastronomiques[modifier | modifier le code]

Un apéritif à base de fleurs de pissenlit vendu sous le nom commercial Lou Pé dé Gril (occitan lo pé de grilh, le pied de grillon, nom d’un lieu-dit de la commune où l’on récolte les fleurs de pissenlit sauvage, au mois d’avril. Elles sont mises à fermenter et un vrai travail de chai est alors effectué. Il en résulte un apéritif au côté floral très développé allié à un côté doux.

La commune produit également des pâtisseries à base de noix, des confitures diverses, des sirops.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Plusieurs films et séries ont été tournés dans la commune en particulier :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. « Notice no PA00099759 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Châteaux de Saint-Hilaire et des Plas
  5. « Notice no PA00099754 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Château de la Johannie
  6. Christian Corvisier - Le castrum de Curemonte. Les maisons fortes de Plas et de Saint-Hilaire - p. 131-155, dans Congrès archéologique de France. 163e session. Corrèze. 2005 - Société Française d'Archéologie - Paris - 2007
  7. « Notice no PA00099756 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Église Saint-Barthélemy
  8. Corrèze romane : Curemonte
  9. « Ancienne église Saint-Hilaire », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Corrèze romane : Saint-Hilaire-La-Combe