La Bastide-Clairence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bastide.
La Bastide-Clairence
La place de la mairie
La place de la mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton La Bastide-Clairence
(chef-lieu)
Intercommunalité communauté de communes du pays d’Hasparren
Maire
Mandat
François Dagorret
2014-2020
Code postal 64240
Code commune 64289
Démographie
Gentilé Bastidot
Population
municipale
1 010 hab. (2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 25′ 42″ N 1° 15′ 19″ O / 43.4284, -1.25523143° 25′ 42″ Nord 1° 15′ 19″ Ouest / 43.4284, -1.255231  
Altitude Min. 7 m – Max. 192 m
Superficie 23,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
La Bastide-Clairence

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
La Bastide-Clairence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Bastide-Clairence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Bastide-Clairence
La place des arceaux
Maison Garralda
Dans le village

La Bastide-Clairence est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Bastidot[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Classée parmi les "Plus Beaux Villages de France", cette bastide navarraise se situe dans la province basque de Basse-Navarre.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée[2] par la Aran (ou Joyeuse), l'Arbéroue et par l'affluent de ce dernier, le ruisseau de Jouan de Pès.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme La Bastide-Clairence apparaît sous les formes la Bastida nueva de Clarenza (1312[3], titres de la Camara de Comptos[4]), la Bastide de Clarence (1364[3], titres de Navarre[5]), la Bastide et la Bastida de Clarença (respectivement 1380[3] et 1398[3], collection Duchesne volume CXIV[6]), la Bastide de Clarensse (1422[3], notaires d'Oloron[7]), Bastida de Clarencia (1513[3], titres de Pampelune[8]), la Bastide de Clarence (1650[3]), la Bastide de Clerance (1665[3], règlement des États de Navarre[9]) et Beata Maria de la Bastide de Clerence (1767[3], collations du diocèse de Bayonne[10]).

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Agnescous est un hameau mentionné en 1863 dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[3].

Pessarou est noté Pessarrou par Paul Raymond[3].

Graphie en langues locales[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Bastida[11] (ou Bastida Arberoa[11]) et son nom occitan gascon est La Bastida Clarença.

Le gentilé est Bastidot, bastidòt en gascon et Bastidar[11] en basque).

Histoire[modifier | modifier le code]

La forge

Cette bastide navarraise a été fondée créé en 1288 par Claire de Rabastens, sur un coteau en bordure de la rivière Aran, d'où son nom gascon Bastida de Clarença.

800 réfugiés venant principalement de Bigorre, se voient octroyer une charte en juillet 1312, par Louis I de Navarre, futur Louis X le Hutin. La naissance de ce village correspond à une nécessité pour la Navarre de créer une ville forte dans cette zone frontière boisée. La Bastide-Clairence, ainsi que son nom l'indique, est une ville forte. L'historien Paul Broca y voit encore les restes de son ancienne et puissante forteresse en 1875.

La Bastide-Clairence accueille peu à peu une population commerçante venue du sud-ouest de la France puis de réfugiés d'Espagne fuyant l'inquisition, et des Basques des villes et villages aux alentours. Une autre version concernant l'origine de la ville existe. Celle-ci aurait été peuplée de colons issus d'horizons divers et notamment de pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle appelés les francos.

Vers 1700, la population est de 2 000 communiants. Les habitants vivent de l'industrie de la clouterie, de la confection de lainages et de la bonnèterie et de l'agriculture. Des foires de 12 jours assurent la prospérité de la ville.
Si au XVIe siècle les habitants ne parlent pas le basque, mais le gascon, peu à peu ils adoptent la langue et les coutumes basques. La ville compte au XVIIe siècle 320 maisons et des moulins. De 1575 à 1789, La Bastide de Clairence dépend des seigneurs de Gramont.
La ville compte une importante communauté juive après l'expulsion des juifs portugais.
Aujourd'hui encore, la place des Arceaux et ses maisons à colombages accueillent de nombreux artisans d'art. Parmi ces maisons très typiques, on distingue deux tendances architecturales :

La Bastide-Clairence s'est vu attribuer le label des plus beaux villages de France, décerné par une association indépendante visant à promouvoir les atouts touristiques de petites communes françaises riches d'un patrimoine de qualité.

La commune, autrefois dénommée Labastide-Clairence, a été rebaptisée La Bastide-Clairence le 25 juin 1988.

La communauté israélite[modifier | modifier le code]

Cimetière israélite de La Bastide-Clairence

Elle a existé environ 200 ans, du début du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle.

Réfugiés venus d’Espagne et surtout du Portugal, des Israélites séfarades s’installèrent à la fin du XVIe siècle à Bayonne, d’où ils essaimèrent dans les trois petites villes de Peyrehorade (où les accueille le seigneur d’Aspremont), de Bidache et de La Bastide-Clairence où les protège le duc de Gramont.

Souvent appelés « Portugais », les Israélites comptèrent dans la bastide de l’ordre de 70 à 80 familles au XVIIe siècle. Ils y vécurent en une communauté relativement autonome désignée par l’expression de « Nation juive » sur les registres du Corps de Ville et disposèrent d’un cimetière distinct du cimetière chrétien qui fut ouvert au début du XVIIe siècle.

Les inscriptions portées sur les tombes, au nombre de 62, ont été relevées de 1962 à 1964 par le professeur Gérard Nahon. La plus ancienne tombe date de 1620, la plus récente de 1785. Sur 18 d’entre elles, la date du décès est exprimée dans le calendrier hébreu. À partir de 1659, tous les prénoms sont bibliques : Jacob, Isaac, Benjamin, Esther, Sarah, Rebecca. Parmi les noms de famille figurent Dacosta, Henriquez, Lopez, Nunez, Depas, Alvares.

Le nombre des Israélites diminua nettement au milieu du XVIIIe siècle, où l’on ne compte plus qu’une quinzaine de familles juives. Il n’en restait plus que six en 1798.

Le cimetière appartient au Consistoire israélite de Bayonne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Losangé d'or et de gueules à la fasce d'or brochant sur le tout; l'écu sommé d'une couronne murale (non représentée ici)[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014 Léopold Darritchon UDF
puis SE
Conseiller général
2014 en cours
(au 2014)
François Dagorret SE  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune participe à neuf structures intercommunales[13] :

  • la communauté de communes du pays d’Hasparren Hazparneko Lurraldea ;
  • le syndicat AEP de l’Arbéroue ;
  • le syndicat d’assainissement Adour - Ursuia ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour la gestion du centre Txakurrak ;
  • le syndicat intercommunal pour la zone artisanale d'Ayherre ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque ;
  • le syndicat mixte études pour élaboration et suivi du SCOT de l’agglomération de Bayonne et sud des Landes ;
  • le syndicat pour la zone artisanale Etxecolu à Bardos.

La Bastide-Clairence accueille le siège du syndicat d'assainissement Adour - Ursuia.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 010 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 071 1 948 2 043 2 061 2 003 2 209 2 097 2 019 1 836
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 695 1 578 1 529 1 450 1 472 1 470 1 408 1 325 1 364
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 341 1 333 1 241 1 054 1 021 1 101 1 132 946 825
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
874 821 844 759 852 881 990 1 010 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'activité de la commune est principalement agricole. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'ancien jeu de paume.
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption
  • Courses pédestre en mai
  • Fêtes locales avec encierro fin juillet.
  • Marché potier en septembre.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • l'ancien jeu de paume, actuel trinquet Gartxot, inscrit aux monuments historiques[16] en 2011.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • l'ancien cimetière juif[17] ;
  • l'église Notre-Dame de l'Assomption[18] du XIVe siècle avec un porche roman ouvrant sur un cimetière-préau. Cette église renferme un tableau[19] du XVIIIe siècle, montrant la Vierge et l'Enfant Jésus honorés par saint Jean-Baptiste, saint François-d'Assise et deux autres saints.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose de deux écoles primaires.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Site du Sandre sur La Bastide-Clairence
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Titres publiés par don José Yanguas y Miranda - Diccionario de Antiguedades del reino de Navarra ; 1840 ; Pampelune
  5. Titres du royaume de Navarre - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Collection Duchesne, volumes 99 à 114, renfermant les papier d'Oihenart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  7. Notaires d'Oloron - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Titres publiés par don José Yanguas y Miranda
  9. Collection manuscrite de 11 volumes de délibérations (1606 à 1789) - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. Manuscrits du XVIIe et du XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  11. a, b et c - Académie de la langue basque
  12. GASO la banque du blason
  13. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 8 juin 2014)
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  16. « Notice no PA64000078 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Notice no PA00084415 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Notice no PA00084416 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Notice no PM64000491 », base Palissy, ministère français de la Culture
  20. Armorial du Pays basque, ou, Recueil des notices et armoiries des maisons, familles, villes et communautés de Basse-Navarre, Labourd et Soule, des vallées du Baztan, Cinco Villas, Santesteban, Erro, Aezkoa, Urrobi, Salazar et Roncal, des villes d'Irún, Fontarabie, Saint-Sébastien et de la vallée ..., Hubert Lamant-Duhart, H. Lamant, J & D, 1997, p.64 et 150.