Fontaine (bassin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontaine.

Une fontaine est une construction — généralement accompagnée d'un bassin — d'où jaillit de l'eau. Une fontaine peut être naturelle au sens d'être alimentée par une source.

Les fontaines ont été un des facteurs d'hygiène, en limitant le risque de choléra ou de maladies véhiculées par les puits risquant d'être contaminés par les excréments et eaux usées. Certaines fontaines jouaient aussi le rôle d'abreuvoir.

En Europe, le fontanier ou fontainier parfois désigné par la population était chargé de l'entretien, des réparations ou de dégeler la fontaine en hiver.

L'eau qui coule, évoquée par la chanson « À la claire fontaine… », le bruit du jet d'une fontaine avait la réputation d'apaiser celui qui l'entendait. « Il fait grand bien aux fiévreux de voir des peintures représentant fontaines, rivières et cascades. Si quelqu'un, la nuit, ne peut trouver le sommeil, qu'il se mette à contempler des sources et le sommeil viendra » a écrit l'architecte Leon Battista Alberti dans De re aedificatoria. C'est un élément encore utilisé comme tel dans certains parcs et jardins et en ville.

La fontainerie classique distingue les fontaines des jets d'eau, nappes d'eau et cascades

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Représentation probable de la fontaine Ennéacrounos, sur un vase à figures noires.

Les civilisations antiques construisent des bassins de pierre pour capter et retenir l'eau potable, bien précieux. Un bassin en pierre sculpté, datant d'environ 2000 avant J.-C., a été découvert dans les ruines du temple de Ningirsu dans l'ancienne cité sumérienne de Lagash[1]. Les Égyptiens avaient des systèmes ingénieux pour hisser l'eau du Nil pour l'alimentation en eau des populations et pour l'irrigation, mais n'ayant pas de sources en eau élevées, aucune fontaines n'a été retrouvée.

Les Grecs anciens sont apparemment les premiers à utiliser des aqueducs alimentant en eau des fontaines par gravité[2] à partir de sources et de rivières. Selon les historiens anciens, des fontaines existaent à Athènes, Corinthe, et d'autres villes grecques au VIe siècle av. J.-C.[3].

Les Romains construisent un vaste réseau d'aqueducs conduisant l'eau des montagnes et des lacs pour les fontaines et les thermes romains et pour irriguer les campagnes. Les ingénieurs romains utilisent des tuyaux de plomb au lieu du bronze et sont capables de réaliser des jets d'eau par charge hydraulique. Les fouilles de Pompéi révèlent des fontaines sur pieds et des bassins (monolithes ou constitués de plaques de pierre fixées entre elles par des agrafes métalliques) placés à intervalles réguliers le long des rues de la ville, alimentées par siphonnage à partir de tuyaux de plomb sous la rue. Elles révèlent également que les maisons des Romains les plus riches disposent souvent d'une petite fontaine dans l'atrium.

La Rome antique était une ville de fontaines. Selon le consul Frontin, Rome avait 39 fontaines monumentales (certaines construites pour faire honneur aux personnes célèbres ou pour marquer les grands évènements) et 591 bassins publics alimentées par 9 aqueducs, sans compter l'eau fournie aux fontaines de la famille impériale, aux thermes et aux propriétaires de villas. Chacune des plus grandes fontaines sont alimentées par deux aqueducs différents, au cas àù l'un est arrêté pour maintenance[4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, les puits (captage des eaux souterraines) et les citernes (captage de l’eau de surface ou de l’eau tombée des toits qui est parfois clarifiée par un citerneau et amenée par des conduites à des structures creusées dans le roc ou maçonnées) sont plus courants que les fontaines. En effet, les aqueducs romains sont progressivement tombés en ruines, entraînant la disparition de nombreuses fontaines à travers l'Europe, seules subsistent des fontaines présentes sur des sites pourvus de sources naturelles, dans des monastères (appelées lavabos, elles sont destinées aux ablutions et surtout présentes dans les cloîtres censés être une réplique du jardin d'Éden) ou dans des jardins de palais (notamment dans les jardins d'amour propices à l'amour courtois)[5].

Les fontaines médiévales, à l'instar des cathédrales, sont illustrée de scènes bibliques, de l'histoire locale et des vertus de l'époque, telle la Fontana Maggiore dont les registres représentent les mois de l'année, des figures allégoriques (des arts libéraux, de la Bible, de l'Histoire de Rome, des scènes des fables d'Ésope…), de personnages bibliques et mythologiques (les points cardinaux, les figures tutélaires de la ville, comme Chiusi, le lac de Trasimène, les saints patrons…) et de didascalies[6].

Les fontaines médiévales peuvent également servir de distraction. Les princes à l'occasion de grandes fêtes font dresser des fontaines éphémères d'où coulent de l'hypocras. En 1295, Robert d'Artois fait aménager un jardin contenant toutes sortes de divertissements extraordinaires, « les merveilles d'Hesdin »[7]

La croissance démographique impose à partir du XIVe siècle de canaliser l’eau des sources vers les villes au moyen de conduites à pression réalisées avec des troncs de bois excavés, aboutissant à des fontaines avec bassin et pilier (borne). Ces bassins sont équipés d'un trop-plein qui se déverse dans les caniveaux des rues par une rigole, permettant de nettoyer celles-ci[8].

Renaissance (XVe siècle au XVIIe siècle)[modifier | modifier le code]

Les fontaines à eau apparaissent surtout à la Renaissance. Au XIVe siècle, les humanistes italiens redécouvrent les textes romains oubliés : les ouvrages sur l'architecture de Vitruve, sur l'hydraulique par Héron d'Alexandrie, les descriptions des jardins et des fontaines romaines par Pline le Jeune, Pline l'Ancien et Varron sont traduits. Le traité d'architecture, De re aedificatoria, de Leon Battista Alberti, qui décrit en détail les villas romaines, les jardins et fontaines devient le guide de référence pour les constructeurs de la Renaissance[9].

Fontaines baroques (XVIIe siècle au XVIIIe siècle)[modifier | modifier le code]

Le XVIIe siècle et XVIIIe siècle est l'âge d'or pour les fontaines monumentales qui déploient des sculptures luxueuses et des effets les plus variés, notamment par les innombrables jets d'eau, l'élément par excellence des fontaines. Les fontaines de Rome, notamment les mostra, fontaines conçues pour marquer la fin d’un aqueduc, celles du Parc de Versailles et du Grand Palais de Peterhof en sont les représentantes les plus caractéristiques.

Néanmoins, les fontaines de villes sont encore rares. Pour faire face à la croissance démographique urbaine, sont aménagées des fontaines à Paris et en province, telle la grande fontaine à Nîmes qui jusitife l'élaboration d'un vaste jardin[5].

Parallèlement, les petites fontaines de villages et de campagne subsistent, telles les fontaines à dévotion.

Fontaines au XIXe siècle et au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Une fontaine de village datant de 1864.

Dès le début du XIXe siècle, face à leur explosion démographique, Londres et Paris construisent des aqueducs et de nouvelles fontaines pour approvisionner en eau potable leur population, telle la fontaine du Palmier commandée en 1806 par Napoléon Ier. Ce dernier remet en service d'anciennes fontaines, telle la Fontaine Médicis, en fait construire qui servent de château d'eau (Fontaine du Château d'eau) ou qui ont uniquement une fonction décorative (fontaine Place des Vosges).

L’approvisionnement de la population en eau potable et en eau destinée à l’usage artisanal ou industriel se fait presque exclusivement par les fontaines jusqu'au XIXe siècle qui voit la construction des réseaux de canalisations d’eau entraînant la suppression ou le déplacement de nombreuses fontaines, surtout dans les villes[8].

Composants d'une fontaine[modifier | modifier le code]

La fontaine, isolée ou adossée, est constituée de[8] :

  • fondation : fondement de lattes ou soubassement de dalles
  • chèvre[10] ou borne à goulot : pilier vertical (souvent sous forme d'une colonne à chapiteau) comprenant la conduite d’alimentation[11] et le goulot (parfois orné d'une rosette, il est généralement en laiton)
  • un ou plusieurs bassins (ou auges) superposés. Faisant office de réservoir, ils comportent un écoulement et un trop-plein (régulation par une soupape de trop-plein généralement en laiton, à filetage ou à clavette). Une vasque est un bassin arrondi (typiquement la vasque de débordement)
  • piédestal souvent scupté et orné de cartouches

Fontaines célèbres[modifier | modifier le code]

Avant l'adduction d'eau potable, les fontaines étaient décoratives, mais aussi fonctionnelles. Ici : double fontaine de St-Veit (Autriche) en 1898.
Fontaine de Dauborn (de) (Hesse)

Proverbes ou expressions populaires[modifier | modifier le code]

  • Ne jamais dire « Fontaine, je ne boirai pas de ton eau »
  • À celui qui me dit: « Je suis de tel pays », je réponds : « De quel arbre ? Et de quelle fontaine ? »[12]
  • « Je meurs de soif auprès de la fontaine… - Rien ne m'est sûr que la chose incertaine »[13].
  • « Les obsessions sont des fontaines de jouvence. Elles épouvantent la mort »[14].

Quelques photographies[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Illustration du bassin
  2. Le principe du siphon est également utilisé.
  3. Hérodote, Histoires, livre 1, 59
  4. Frontin, Les Aqueducs de la ville de Rome, traduction et commentaire de Pierre Grimal, Société d'édition Les Belles Lettres, Paris, 1943, 114 p.
  5. a et b Jean-Pierre Néraudau, Dictionnaire d'histoire de l'art, PUF,‎ 1996 (ISBN 2130477569), p. 224
  6. Agnès Fontvieille, Philippe Wahl, « Propagande de l'eau, la fontaine de Pérouse (1275-1278) » in Nathalie Sarraute, du tropisme à la phrase, Université de Lyon II 2003, p. 172 [1]
  7. Le Guide Vert Nord Pas-de-Calais, Picardie, Michelin,‎ 2007, 448 p.
  8. a, b et c Gregor Frehner, Moritz Flury-Rova, Heinz Pantli, « Fontaines », Aide-mémoire de l’Office fédéral de la protection de la population, Protection des biens culturels
  9. (en) Helena Attlee, Italian Gardens, A Cultural History, Frances Lincoln,‎ 2012, p. 11–12
  10. Par analogie avec la chèvre.
  11. On peut y accéder par le puisard de régulation.
  12. Gilles Vigneault
  13. François Villon, in "Ballade du concours de Blois"
  14. Louise Weiss, dans Dernières voluptés (1979)