Besse-sur-Issole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Besse.
Besse-sur-Issole
Le Beffroi.
Le Beffroi.
Blason de Besse-sur-Issole
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Canton Besse-sur-Issole
Intercommunalité Communauté de communes Cœur du Var
Maire
Mandat
Claude Ponzo
2014-2020
Code postal 83890
Code commune 83018
Démographie
Population
municipale
2 980 hab. (2011)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 20′ 59″ N 6° 10′ 38″ E / 43.3497, 6.1772 ()43° 20′ 59″ Nord 6° 10′ 38″ Est / 43.3497, 6.1772 ()  
Altitude Min. 230 m – Max. 637 m
Superficie 37,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Besse-sur-Issole

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Besse-sur-Issole

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Besse-sur-Issole

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Besse-sur-Issole

Besse-sur-Issole est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Besse-sur-Issole est accessible par la route départementale 15, depuis Flassans-sur-Issole à l'est, ou Forcalqueiret à l'ouest, ainsi que par la route départementale 13, depuis Carnoules. L'accès à l'autoroute A57 se fait par la sortie sortie 10.

La gare TGV la plus proche se trouve à Toulon, l'aéroport le plus proche est l'aéroport de Toulon-Hyères.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Besse-sur-Issole
Camps-la-Source Flassans-sur-Issole Flassans-sur-Issole
Sainte-Anastasie-sur-Issole Besse-sur-Issole Flassans-sur-Issole
Puget-Ville Carnoules Pignans

Relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Besse-sur-Issole est en zone sismique très faible.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune doit une partie de son nom à l'Issole, cours d'eau qui la traverse d'ouest en est.

Climat[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bessa d'Issòla en provençal de norme classique et Besso-sus-Issolo selon la norme mistralienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le prieuré Saint Pierre de Besse, donné en 1030 à l'abbaye de Montmajour et Correns, est acheté en 1221 par l'abbaye de la Celle. En 1045, Besse est un village qui devient indépendant au cours du XIIe siècle. En 1246, le castrum de Besse appartient à la collégiale de Pignans à laquelle est unie en 1380 l’église Saint Pierre, qui fait partie du diocèse d' Aix. Mises à part une porte de ville et la chapelle du cimetière, il ne reste pas de vestiges antérieurs au XVIe siècle.

Besse aux XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

En 1707, Besse est ravagé par les impériaux. En 1720, 387 habitants meurent de l’épidémie de peste. L’église paroissiale est reconstruite au milieu du XVIIe siècle, le château au début du XVIIIe siècle.

Peu avant la Révolution française, l’agitation monte. Outre les problèmes fiscaux présents depuis plusieurs années, la récolte de 1788 avait été mauvaise et l’hiver 1788-89 très froid. L’élection des États généraux de 1789 avait été préparée par celles des États de Provence de 1788 et de janvier 1789, ce qui avait contribué à faire ressortir les oppositions politiques de classe et à provoquer une certaine agitation[1]. C’est au moment de la rédaction des cahiers de doléances, fin mars, qu’une vague insurrectionnelle secoue la Provence. Une émeute frumentaire se produit à Besse les 27 et 28 mars[2]. Des paysans[3], menés par un élément de la bourgeoisie, le négociant Jean Tourtour (ce qui est exceptionnel)[4], se révoltent contre les prix trop élevés du grain, et probablement aussi contre de vieilles injustices. Elle parvient à obtenir la destitution du greffier de la communauté et le viguier du seigneur. Le château est pillé. Enfin, le conseil municipal est contraint d’organiser une délégation auprès du seigneur, chargée de défendre les demandes populaires et le pillage du château[5]. Dans un premier temps, la réaction consiste dans le rassemblement d’effectifs de la maréchaussée sur place[6]. Une garde bourgeoise est aussi créée, pour pallier une éventuelle nouvelle insurrection[7]. Puis des poursuites judiciaires sont diligentées, mais les condamnations ne sont pas exécutées, la prise de la Bastille comme les troubles de la Grande peur provoquant, par mesure d’apaisement, une amnistie début août[6].

Le village est prospère au XVIIIe siècle et continue à s’étendre au XIXe siècle, en particulier au sud-ouest et tout le long de la route Flassans-sur-Issole - Carnoules. En 1812, Besse compte 344 maisons, 52 écuries, 15 écuries et greniers, 1 écurie, 5 caves et bergeries, 2 hangars, 10 fabriques d’eau de vie, 2 moulins à huile à eau et 1 moulin à farine à eau, 1 pressoir à vis, 3 fours à pain publics, 94 jardins et 29 cours.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Besse-sur-Issole (Var).svg

Les armoiries de Besse-sur-Issole se blasonnent ainsi :

De gueules à la fasce d'argent chargée du mot BESSE en lettres capitales de sable, accompagnée en chef de deux pommes de pin d'or et en pointe d'un croissant aussi d'argent

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 1989 en cours Claude Ponzo sans étiquette Président départemental du centre de gestion de la fonction publique territoriale du Var
Président de la Communauté de communes Cœur du Var
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Besse-sur-Issole est l'une des 11 communes composant la Communauté de communes Cœur du Var[8].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Les comptes 2005 à 2012 de la commune s’établissement comme suit [9],[10],[11]:

Évolution financière.
Postes 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Produits de fonctionnement 1 670 000 € 1 731 000 € 1 871 000 € 1 883 000 € 2 201 000 € 2 314 000 € 2 299 000 € 2 630 000 €
Charges de fonctionnement 1 413 000 € 1 490 000 € 1 748 000 € 1 677 000 € 1 779 000 € 1 821 000 € 1 890 000 € 1 909 000 €
Ressources d’investissement 981 000 € 1 566 000 € 878 000 € 509 000 € 625 000 € 801 000 € 1 287 000 € 270 000 €
Emplois d’investissement 1 447 000 € 1 140 000 € 606 000 € 493 000 € 254 000 € 1 074 000 € 982 000 € 804 000 €
Dette 1 410 000 € 1 794 000 € 1 629 000 € 1 489 000 € 1 353 000 € 1 450 000 € 1 345 000 € 1 237 000 €
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[12].

Fiscalité 2012

  • Taux d’imposition Taxe d’habitation : 15,13 %
  • Taxe foncière sur propriétés bâties : 12,39 %
  • Taxe foncière sur les propriétés non bâties : 68,53 %
  • Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 35,33 %
  • Cotisation foncière des entreprises : 30,05 %
  • Montant total des dettes dues par la commune : 1 237 000 €. Population légale : 2894 habitants, soit 428 € par habitant.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 980 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 153 1 578 1 548 1 724 1 750 1 750 1 720 1 632 1 658
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 643 1 702 1 752 1 720 1 563 1 251 1 237 1 161 1 145
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 167 1 130 1 068 909 951 930 904 809 829
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
829 821 756 1 040 1 342 1 779 2 630 2 980 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’inventaire du patrimoine a été réalisé par le service régional[15], [16], [17], [18] .

  • Les nombreuses fontaines :
    • fontaine de l'oratoire du XIXe[19].
    • Fontaine de l'abreuvoir (rue de l'Abreuvoir) [20].
    • Fontaine publique place de la Mairie[21].
    • Fontaine rue Jean Aicard du XIXe[22].
    • Fontaine, Monument du Centenaire de la Révolution Française[23], [24].
    • Fontaine Saint-LouisXIXe [25]?
    • Fontaine dite lavoir de la Croix vieille[26].
    • 1re fontaine place Noël Blache de 1542[27],[28].
    • 2e fontaine place Noël Blache[29].
    • Fontaine Saint-Jean[30].
  • Les édifices cultuels :
    • Église paroissiale, de 1643, dédiée à Saint Pierre[31] et qui a pour patrons Sainte Marie-Madeleine et saint Quinis - une statue Notre-Dame du Purgatoire.
    • Chapelle Saint-Étienne-des-Prés[32].
    • Chapelle Sainte-Croix[33].
    • Chapelle Sainte-Agathe, Notre-Dame-d'Abondance[34] .
    • Chapelle Saint-Pierre[35].
    • Chapelle de Saint-Quinis[36], [37].
    • Trois Oratoires dédiés à Saint Quinis[38].
  • Espaces publics et lieux de mémoire :
    • Jardin public[39].
    • Monument aux Morts de la Guerre de 1914-1918[40], [41], [42],[43].
    • Pont de Besse-sur-Issole du XVIIIe siècle[44].
  • Château[45].
  • Fortification d'agglomération[46].
  • Campanile classé du XVIIIe siècle basé sur la théorie de Corpernic et classé dans les campaniles astronomiques (rare). Le beffroi porte les dates 1655 et 1834 pour la façade sud[47], [48], [49].
  • Croix pattée très rare au-dessus de la porte du presbytère
  • Patrimoine rural et artisanal :
    • Moulin à huile de Coopérateurs[50].
    • Moulin à huile Chemin de Blanquefort[51].
    • Coopérative vinicole dite l'Emancipatrice, puis le Cellier de Gaspard[52] .
    • Fournil, four à pain public, actuellement "Exposition permanente : Gaspard de Besse"[53].
    • Colombier 17e siècle (?)[54].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Voie ferrée[modifier | modifier le code]

Dépôt de l'ATTCV à Besse sur Issole

La commune de Besse-sur-Issole est traversée par la voie ferrée qui va de Carnoules à Gardanne. Cette voie ferrée avait un important trafic marchandises :

  • de bauxite avec les points de chargement du Cannet-des-Maures, de Besse-sur-Issole, de Brignoles, des Cenciers, pour alimenter l'usine de production d'alumine de Gardanne.
  • dans le sens inverse, il y avait un important trafic de charbon provenant des mines de Gardanne en direction de Carnoules, afin d'alimenter en charbon les machines à vapeur à Carnoules, seul point d'échange obligatoire de locomotives à vapeur entre Marseille et Nice.
  • la ligne servait également à l'expédition dans toute la France des vins du Var. En gare de Besse, une voie était spécialement dédiée au chargement des wagons-foudre. On peut encore y voir le chemin de roulement des tonneaux.

Le trafic voyageur, faible dans cette région agricole, a été suspendu en 1938 et le trafic marchandises a été arrêté en 1980.

La ligne ayant été classée stratégique défense, elle n'a pas été déferrée, mais abandonnée par la SNCF jusqu'à la constitution d'une association d'amoureux des chemins de fer en 1994. Autorisée enfin à exploiter la ligne entre Carnoules-Platanes et Brignoles, le 15 août 2001, l'Association du Train Touristique du Centre Var a choisi le débord de la gare de Besse-sur-Issole pour y établir son dépôt.

Les aiguilles ont été rétablies grâce au travail conjugué de la SNCF et de l'association. Quelque 600 mètres de voies de débord sont utilisées pour garer le matériel de l'Association. La section de voie de Carnoules à Brignoles est louée par l'Association à RFF (Réseau ferré de France).

La halte de Besse pourra être rouverte dès que la commune aura établi un quai pour la montée et la descente des voyageurs. Par contre, une liaison ferrée est en service au départ de la gare de Carnoules, avec 6 départs quotidiens vers Puget-Ville et Toulon[55].

Autres transports publics[modifier | modifier le code]

La municipalité organise 2 mode de transports, par bus : les transports scolaires et la mise à disposition de minibus aux associations de la commune. Une ligne régulière dessert Besse sur Issole, depuis Gonfaron, vers Brignoles, via Carnoules[56].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Besse sur Issole suivent leurs études sur la commune jusqu'à la fin du collège[57] : d'abord dans la crêche «O comme 3 pommes», puis à l'école maternelle et l'école primaire de la rue Paul Bert, enfin au Collège Frédéric Montenard. Le lycée le plus proche se trouve à Brignoles.

Santé[modifier | modifier le code]

Le professionnels de santé sont présents sur la commune, dans plusieurs disciplines[58] : 2 médecins généralistes, 2 infirmiers, 2 kinésithérapeuthes, 1 pharmacie. L'hôpital le plus proche se trouve à Brignoles (environ 10 km).

Services publics[modifier | modifier le code]

En plus des services municipaux, la commune dispose de plusieurs services publics[59] : La Poste, Le Trésor Public.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique Saint Pierre de Besse-sur-Issole dépend du diocèse de Fréjus-Toulon, doyenné de Brignoles[60].

Sports[modifier | modifier le code]

Le village de Besse-sur-Issole a une très riche diversité sportive. Le club du Trail Athlétisme Bessois (abrégé TAB), fort de ses 118 adhérents (des éveils de six ans aux vétérans de 60 ans) en est le parfait exemple. Avec pas moins de 30 déplacements par an, c'est l'association bessoise qui s'est le plus déplacée à travers et en dehors du département du Var. En 2012, le club entamera sa cinquième saison, et visera plusieurs titres varois, et pourquoi pas régionaux. Les entraînements, se déroulant sur la piste au sein même du Collège Frédéric Montenard, ont lieu le mardi et le vendredi soir.

Environnement[modifier | modifier le code]

Suite à une réorganisation, la commune gère elle-même la collecte des ordures ménagères[61], depuis le 1er janvier 2011. La déchèterie la plus proche se trouve à Flassans-sur-Issole.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gaspard Bouis, dit "Gaspard de Besse". Bandit de grand-chemin ayant vécu au XVIIIe siècle. D'après la légende, il détroussait les agents du Trésor Royal et les nobles locaux dans le Massif des Maures et de la Sainte Baume pour distribuer son butin aux pauvres.
  • Frédéric Montenard, peintre de la Royale né à Paris en 1849 et décédé à Besse en 1926. Ses toiles ornent d'une façon lumineuse les musées de la marine française. On retrouve quatre superbes toiles dans la chapelle de l'hostellerie à la Sainte-Baume… Il était appelé le peintre ensoleillé du midi.
  • Victor Quintius Thouron, écrivain et traducteur

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Axel Graisely, Itinéraires de Mémoire, éditions Daric (ISBN 291602705X)
    préface du maire de Cabasse
  • Axel Graisely, La légende est éternelle, éditions Daric (ISBN 2951666144)
    Un ouvrage en mémoire du Papet (Daniel Degrandy) décédé en 2000
  • Jacques Seillé, Histoire de Besse et de gaspard de Besse, Brignoles, Imprimé par Sovacom,‎ juillet 1990, 207 p.
  • Axel Graisely, La querelle des cloches, editions Un Autre Regard Provence d'Antan

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Monique Cubells, « Les mouvements populaires du printemps 1789 en Provence », Provence historique, volume 36, no 145, 1986, p. 309
  2. M. Cubells, op. cit., p. 310 et 312.
  3. M. Cubells, op. cit., p. 313.
  4. M. Cubells, op. cit., p. 315.
  5. M. Cubells, op. cit., p. 320.
  6. a et b M. Cubells, op. cit., p. 322.
  7. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées cubells320.
  8. ]http://alize2.finances.gouv.fr/communes/eneuro/tableau_gfp.php?icom=018&dep=083&type=BPS&param=0&exercice=2010&siren=248300550&nomdep=VAR&param=0 Lesz comptes des groupements à fiscalité propre (CFP) : CC Cœur du Var]
  9. Les Comptes des Communes, Analyse des équilibres financiers fondamentaux Les comptes des communes, Chiffres Clés - Fonctionnement - Investissement - Fiscalité - Autofinancement – Endettement : La Commune de Tourtour
  10. Proxiti Provence-Alpes-Côte d’azur : Informations locales concernant la Commune de Besse-sur-Issole
  11. Besse-sur-Issole : la dette en 2011
  12. Finances locales 2012 sur la base Alize du ministère des Finances.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  15. Le patrimoine architectural et mobilier de la commune sur le site du ministère de la Culture (France) (Bases Mérimée, Palissy, Palissy, Mémoire, ArchiDoc), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (archives photographiques) diffusion RMN, et service régional de l'inventaire général de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
  16. « Notice no IA00127189 », base Mérimée, ministère français de la Culture présentation de la commune de Besse-sur-Issole
  17. « Notice no IA00127192 », base Mérimée, ministère français de la Culture Village, pré-inventaire normalisé Village, pré-inventaire normalisé
  18. « Notice no IA83001213 », base Mérimée, ministère français de la Culture bourg castral de Blanquefort
  19. « Notice no IA83000772 », base Mérimée, ministère français de la Culture fontaine de l'oratoire
  20. « Notice no PA00081543 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine publique rue de l'Abreuvoir : inscription par arrêté du 24 septembre 1941
  21. « Notice no PA00081544 », base Mérimée, ministère français de la Culture inscription par arrêté du 22 décembre 1941
  22. « Notice no IA00127209 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine rue Jean Aicard inscrite MH le 34-09-1941
  23. « Notice no IA00127208 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine avenue Aristide Briand érigée en septembre 1891
  24. « Notice no IM83000716 », base Palissy, ministère français de la Culture fontaine monumentale, monument (monument commémoratif), du centenaire de la république française
  25. « Notice no IA83000780 », base Mérimée, ministère français de la Culture 2e fontaine rue Jean Aicard
  26. « Notice no IA83000771 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine de 1939
  27. « Notice no IA00127210 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine inscrite MH par arrêté du 22-12-1941
  28. « Notice no IM83000715 », base Palissy, ministère français de la Culture fontaine monumentale place Noël Blache
  29. « Notice no IA00127211 », base Mérimée, ministère français de la Culture 2e fontaine place Noël Blache
  30. « Notice no IA83000782 », base Mérimée, ministère français de la Culture rue de la République ; rue Victor Hugo
  31. « Notice no IA00127193 », base Mérimée, ministère français de la Culture Église paroissiale Saint-Pierre
  32. « Notice no IA83000790 », base Mérimée, ministère français de la Culture chapelle Saint-Étienne-des-Prés de 1646
  33. « Notice no IA00127233 », base Mérimée, ministère français de la Culture Chapelle Sainte-Croix 1re moitié 16e siècle (?)
  34. « Notice no IA00127231 », base Mérimée, ministère français de la Culture Chapelle Sainte-Agathe, Notre-Dame-d'Abondance, 14e siècle (?) ; 19e siècle
  35. « Notice no IA00127218 », base Mérimée, ministère français de la Culture Chapelle Saint-Pierre, 12e siècle (?), lieu-dit le Laque
  36. Chapelle SaintQuinis à Besse-sur-Issole
  37. Barre et chapelle de SaintQuinis
  38. Un illustre prélat de la Gaule mérovingienne : Saint Quinis
  39. « Notice no IA83000373 », base Mérimée, ministère français de la Culture jardin public, pré-inventaire (jardins remarquables ; documentation préalable)
  40. « Notice no IA00127194 », base Mérimée, ministère français de la Culture Monument aux Morts de la Guerre de 1914-1918, Chemin de Sillans-la-Cascade
  41. « Notice no IM83000717 », base Mérimée, ministère français de la Culture monument aux morts
  42. « Notice no IA00127220 », base Mérimée, ministère français de la Culture Monument aux Morts de la Guerre de 1914-1918 lieu-dit le Laque
  43. « Notice no IM83000718 », base Palissy, ministère français de la Culture monument aux morts, de la guerre de 1914-1918, sculptures
  44. « Notice no IA00127227 », base Mérimée, ministère français de la Culture Pont au lieu-dit le Pont Neuf de 1713
  45. « Notice no IA00127198 », base Mérimée, ministère français de la Culture Château 1er quart 18e siècle
  46. « Notice no IA00127197 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fortification d'agglomération rue du Petit Jeu de Paume ; place de l'Horloge
  47. « Notice no IA00127195 », base Mérimée, ministère français de la Culture Beffroi, Campanile en ferronnerie, 1655 ; 1834 Beffroi, Campanile en ferronnerie, 1655 ; 1834
  48. « Notice no PA00081542 », base Mérimée, ministère français de la Culture Beffroi (ancien) inscrit Mh le 04-10-1941
  49. « Notice no PM83000118 », base Palissy, ministère français de la Culture Cloche collectivité tour de l'horloge de 1655
  50. « Notice no IA00127207 », base Mérimée, ministère français de la Culture Moulin à huile de Coopérateurs 4e quart 18e siècle
  51. « Notice no IA00127216 », base Mérimée, ministère français de la Culture Moulin à huile Chemin de Blanquefort, 2e moitié 18e siècle (?)
  52. « Notice no IA00127206 », base Mérimée, ministère français de la Culture Coopérative vinicole dite l'Emancipatrice, puis le Cellier de Gaspard
  53. « Notice no IA83000776 », base Mérimée, ministère français de la Culture fournil, four à pain public
  54. « Notice no IA00127230 », base Mérimée, ministère français de la Culture Colombier 17e siècle (?)
  55. Transports à Besse sur Issole
  56. Bus à Besse sur Issole
  57. écoles de Besse sur Issole
  58. Santé à Besse sur Issole
  59. Services publics à Besse sur Issole
  60. Paroisse Saint Pierre
  61. collectes et tri séléctif