Villecroze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villecroze
La chapelle Saint-Victor
La chapelle Saint-Victor
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Draguignan
Canton Flayosc
Intercommunalité Communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon
Maire
Mandat
Rolland Balbis
2014-2020
Code postal 83690
Code commune 83149
Démographie
Gentilé Villecroziens
Population
municipale
1 349 hab. (2012)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 56″ N 6° 16′ 33″ E / 43.58234925, 6.2757797243° 34′ 56″ Nord 6° 16′ 33″ Est / 43.58234925, 6.27577972  
Altitude Min. 229 m – Max. 520 m
Superficie 20,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Villecroze

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Villecroze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villecroze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villecroze
Liens
Site web www.mairie-villecroze.com

Villecroze est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Les habitants sont appelés les Villecroziens.

Géographie[modifier | modifier le code]

À 22 km au nord-ouest de Draguignan, 20 km au sud des gorges du Verdon et à 7 km au sud-est d'Aups, Villecroze est situé à une altitude de 350 mètres. Le village est adossé aux premiers contreforts des Alpes, entouré d'un cirque de montagnes couvert de pins et de chênes verts qui abrite du mistral.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicité dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la Montagne Sainte-Victoire au Massif de l'Esterel ;
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque, le plus élevé du département (qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Villecroze est en zone sismique de très faible risque « Ia »[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Villecroze s'écrit « Vilacròsa » en provençal selon la norme classique ou « Vilocroso » selon la norme mistralienne.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

La préhistoire est ici présente en de nombreux lieux (station néolithique), au quartier du Castellet, aux Espèces, à Font-Marthe, à Saint-Jean et au Vallon de la Fey.

L'agglomération gallo-romaine se situait dans la plaine à proximité de la via Julia qui reliait de Fréjus (Forum Julii) à Riez (Forum Reii). Un vétéran des légions romaines y aurait construit une villa dans un « creux », détruite lors des raids sarrasins.

Dès le XIe siècle, Villecroze est coseigneurie des Castellane et de l'Abbaye de Saint-Victor de Marseille qui y installe un monastère bénédictin.

Bâtiment de l'ancienne commanderie templière du Ruou

Vers 1150-1155, les seigneurs de Salernes, Entrecasteaux, Tourtour et Flayosc donnent aux Templiers le domaine de Ruou, Salgues et Salguettes, à cheval sur le territoire de Villecroze et des seigneuries pré-citées. Le 17 juin 1157, dix seigneurs de Flayosc donnent à la Maison du temple de Ruou des terres avec la faculté d'en prendre le bois, l'eau et les pierres nécessaires à la communauté. Les biens de Flayosc furent remis entre les mains du frère templier Peire de Rovira qui était alors maître de la province de Provence et parties des Espagnes[2]. La commanderie du Ruou eut pour premier commandeur Hugues Raimond, et comptait quatorze frères en 1195. Lors de la dislocation de l'ordre, la commanderie de Ruou possédait 240 terres à Lorgues, Draguignan, Montfort, Entrecasteaux, Flayosc, Tourtour, Callas, Roquebrune, Comps, La Motte et Figanières.

Tous ces biens échurent aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. En partie détruite au XIVe siècle, la commanderie fut transférée à Montfort-sur-Argens, puis à Saint-Jean de Marseille au XIe siècle[pas clair].

En 1626, l'unique héritière des Castellane épouse Louis de Galian des Issarts dont la famille posséda Villecroze en coseigneurie avec l'abbaye de Saint-Victor de Marseille et l'Ordre de Malte jusqu'à la Révolution.

Le 25 avril 1943 la milice commandée par Leproux envahit la mairie aidée par un véhicule italien,et vole deux bustes de la république, celui de la salle du conseil et la statue près de l’église. Après le désaveu du chef départemental de la milice, des excuses, et la restitution des bustes, l’affaire en restera là.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Villecroze (Var).svg

Les armoiries de Villecroze se blasonnent ainsi :

De gueules aux deux villes sur des terrasses isolées d'argent passées en sautoir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1935   Jean Coulomp   confie ses pouvoirs pendant sa mobilisation à son adjoint Léandre Guers
    Léandre Guers   nomination sans droit suite au « raid » des miliciens *
1944   Jean Coulomp   démissionne le 30 juin mais reprends ses fonctions à la Libération
         
2001 2007 M. Georges Carlini   décédé en janvier 2007
2007 2008 Mme Ticot   remplaçante provisoire
2008 2014 M. Rolland Balbis    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 349 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 384 1 122 1 139 1 209 1 153 1 090 1 047 1 046 1 066
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 036 1 070 1 091 1 028 1 037 1 048 921 848 816
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
832 816 709 664 678 704 667 649 638
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
617 637 700 867 1 029 1 087 1 093 1 094 1 349
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Les comptes 2005 à 2013 de la commune s’établissement comme suit[5],[6],[7]:

Évolution financière (en euros)
Postes 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Produits de fonctionnement 1 041 000 1 096 000 1 168 000 1 186 000 1 180 000 1 349 000 1 400 000 1 478 000 1 489 000
Charges de fonctionnement 980 000 1 040 000 1 074 000 1 172 000 1 131 000 1 085 000 1 162 000 1 275 000 1 203 000
Ressources d’investissement 496 000 1 363 000 322 000 624 000 959 000 1 341 000 730 000 699 000 965 000
Emplois d’investissement 493 000 1 382 000 349 000 514 000 1 063 000 1 335 000 600 000 524 000 1 094 000
Dette 174 000 403 000 374 000 344 000 762 000 1 143 000 1 074 000 1 003 000 929 000
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[8]:

Fiscalité 2013

  • Taux d’imposition Taxe d’habitation : 17,50 %
  • Taxe foncière sur propriétés bâties : 13,60 %
  • Taxe foncière sur propriétés non bâties : 74,22 %
  • Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 35,33 %
  • Cotisation foncière des entreprises : 26,24 %
  • Montant total des dettes dues par la commune : 929 000 euros, soit 758,99 €uros par habitant

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Finalement, onze communes ont décidé de constituer une « communauté de communes du Haut-Var « Lac et Gorges du Verdon (LGV) » qui comprendra : Aiguines ; Artignosc-sur-Verdon ; Aups ; Baudinard-sur-Verdon ; Bauduen ; Moissac-Bellevue ; Les Salles-sur-Verdon ; Régusse ; Tourtour ; Vérignon ; Villecroze. Chaque commune de moins de 1 000 habitants va élire deux Conseillers communautaires et trois pour les communes de plus de 1 000 habitants. Soit 25 conseillers pour les onze communes.

Son président en exercice est Jean Bacci, maire de Moissac-Bellevue[9] : il est secondé par cinq vice-présidents. Le deuxième vice-président est Rolland Balbis, maire de Villecroze, chargé de la collecte, le traitement et la valorisation des déchets : PIDAF et SPANC[10] .

Un Projet de périmètre de schéma de cohérence territoriale (SCOT) Var Ouest concernant Sillans, Salernes, Villecroze, Tourtour, Aups, Moissac, Régusse, Artignosc, Bauduen[11] avait été envisagé pour orienter la constitution d’une communauté de communes du Haut-Verdon, mais celui-ci n'a pas eu de suite, du fait du rattachement à la CAD de Saint-Antonin-du-Var; Salernes; Sillans-la-Cascade et des perspectives de la constitution de la communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon[12]. Mais un nouveau projet est en cours de réflexion concernant le Verdon Var Ouest[13].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le vieux village a conservé :

  • son caractère médiéval avec ses arcades, ses rues étroites et ses sept fontaines ;
  • son campanile (l'ancien donjon qui jouxte le château) ;
  • la tour de l'horloge[14] ;
La cascade, le parc et les grottes troglodytiques.
  • la Commanderie du Ruou, commanderie de templiers, puis usine de céramique dite Usine de la Tour du Ruou (fabrique de tomettes et de malons vernis[15]), aujourd'hui domaine privé non visitable ;
Article détaillé : Commanderie du Ruou.
  • la chapelle Saint-Victor du XIIe siècle. Chaque année, des concerts sont organisés par l'Académie internationale de musique dans la chapelle des Templiers[16],[17] ;
  • une ancienne magnanerie, ainsi que plusieurs maisons alentour, accueillent les activités de l'« Académie internationale de musique »[18], fondée par Anne Gruner Schlumberger et inaugurée en octobre 1989 ;
  • le prieuré Notre-Dame-des-Anges, dont l’histoire de la vie monastique est attestée depuis 1007[19],[20] ;
  • l'église romane des XIe et XIIe siècles[21],[22],[23] ;
  • une plaque funéraire d'un prêtre mort en 1278[24] ;
  • la Coopérative vinicole de Villecroze[25] ;
  • les grottes troglodytiques de Villecroze[26] et la cascade de 35 mètres de hauteur[27] qui surplombe un magnifique parc de 2,5 hectares[28],[29].

Commerces et activités touristiques[modifier | modifier le code]

En dépit de sa taille modeste, le village dispose de plusieurs commerces :

  • Une boulangerie-pâtisserie-salon de thé, avec notamment des spécialités allemandes ;
  • Une boucherie-charcuterie-traiteur ;
  • Une maison de la presse-souvenirs, Espace Cadeaux ;
  • Une épicerie (vente de produits locaux) ;
  • Une agence immobilière ;
  • Un magasin d'antiquités ;
  • Un artisan bijoutier céramiste ;
  • La "Poterie du Soleil", installée depuis 1990 à Villecroze dans les locaux restaurés d'une ancienne poterie datant du 18ème siècle[30] ;
  • Une bibliothèque municipale[31] ;
  • Deux galeries d'art ;
  • Un salon de coiffure ;
  • De nombreux bars et restaurants ;
  • Des chambres d'hôte, un "bed & breakfast" ;
  • Quatre domaines viticoles et quelques autres exploitations (Château Thuerry[32], Domaine Saint-Jean de Villecroze, Domaine de Valcolombe[33] (Coteaux-varois-en-provence), Château de Majoulière[34]) ;
  • Le marché tous les jeudis ;
  • Une station service.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nadia Boulanger et Lili Boulanger, témoignages et études, Académie musicale de Villecroze (Editeur scientifique), Alexandra Laederich (Directeur de publication)
  • Bernard Falque de Bezaure, Sur les traces des Templiers du Var, des Alpes-Maritimes, Domaine de l’Olympe, Les Milles (13290), Provençalement Vôtre,‎ , 183 p. (ISBN 2-914438-05-2)
    Ruoa-Ruah sur la commune de Villecroze : pp. 101 à 106
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France du Moyen Âge en France, Strasbourg, éditions Publitotal,‎ 1978, reprint 1991, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Pages 1238-1239 : Villecroze
  • Office de tourisme, Villecroze, Les Grottes, 8 p.
    Petite histoire de la commune; Villecroze pratique; Loisirs & Culture ; Les trésors de Villecroze (le vieux village) ; Les fontaines ; Le parc de Villecroze ; La chapelle Saint-Victor du XIIème siècle ; Les grottes troglodytiques ; La Commanderie du Ruou ; Tout autour de Villecroze

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le risque sismique dans le Var - Dossier départemental sur les risques majeurs dans le Var, préfecture du Var [PDF] (voir archive)
  2. Damien Carraz (préf. Demurger), L'Ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312) : Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Collection d'histoire et d'archéologie médiévales / 17 »,‎ (ISBN 978-2-7297-0781-1, lire en ligne), p. 93, lire sur Google Livres
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  5. Les comptes des communes, Chiffres Clés - Fonctionnement - Investissement - Fiscalité - Autofinancement – Endettement : La Commune de Villecroze
  6. Proxiti Provence-Alpes-Côte d’azur : Informations locales concernant la Commune de Villecroze
  7. Le budget de la Commune de Villecroze
  8. Les comptes individuels des communes et des groupements à fiscalité propre (années 2000 à 2012)
  9. Site officiel de la Communauté de Communes Lacs et Gorges du Verdon
  10. Délibération n°45-05-2014 : Compétence du Président et attribution des délégations aux vice-présidents
  11. Schéma de cohérence territoriale, État d’avancement dans le département du Var
  12. Le Haut-Var d’antan
  13. SCOT Verdon Var Ouest
  14. « Notice no PM83000690 », base Palissy, ministère français de la Culture Cloche de la tour de l’horloge de 1509
  15. « Notice no IA83000500 », base Mérimée, ministère français de la Culture commanderie de templiers, puis usine de céramique dite Usine de la Tour du Ruou
  16. Gorges du Verdon et Lac de sainte Croix : Villecroze
  17. « Notice no PA00081776 », base Mérimée, ministère français de la Culture Chapelle des Templiers
  18. L'Académie internationale de musique fondée par Anne Gruner Schlumberger
  19. Prieuré Notre-Dame-des-Anges à Villecroze
  20. Prieuré Notre-Dame des Anges, Congrégation des soeurs apostoliques de Saint-Jean
  21. « Notice no PA00081777 », base Mérimée, ministère français de la Culture Église (ancienne)
  22. « Notice no PM83000692 », base Palissy, ministère français de la Culture Cloche de l’église Notre-Dame de Pitié
  23. « Notice no PM83000691 », base Palissy, ministère français de la Culture Cloche de l’église Notre-Dame de Pitié
  24. « Notice no PM83000689 », base Palissy, ministère français de la Culture plaque funéraire d'un prêtre mort en 1278
  25. « Notice no IA83001398 », base Mérimée, ministère français de la Culture Coopérative vinicole de Villecroze
  26. Fichier des cavités du Var : Grotte de Villecroze
  27. Fiche cours d'eau : Vallon des Oussiayes (Y5201060). L'eau a sa source sur la commune de Tourtour
  28. « Notice no IA83000416 », base Mérimée, ministère français de la Culture parc, devenu parc public pré-inventaire (jardins remarquables ; documentation préalable)
  29. Parc de Villecroze - merveilles-du-var.net
  30. La poterie du soleil à Villecroze
  31. Bibliothèque municipale
  32. Château Thuerry
  33. « Domaine de Valcolombe », AOP coteaux varois en Provence – Villecroze
  34. Château de Majoulière