La Farlède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Farlède
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Toulon
Canton Solliès-Pont
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Gapeau
Maire
Mandat
Raymond Abrines
2014-2020
Code postal 83210
Code commune 83054
Démographie
Gentilé farlèdois, farlèdoise
Population
municipale
8 591 hab. (2011)
Densité 1 034 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 10′ 07″ N 6° 02′ 37″ E / 43.1686, 6.0436 ()43° 10′ 07″ Nord 6° 02′ 37″ Est / 43.1686, 6.0436 ()  
Altitude Min. 41 m – Max. 640 m
Superficie 8,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
La Farlède

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
La Farlède

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Farlède

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Farlède
Liens
Site web http://www.lafarlede.fr/

La Farlède est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois, la Farlède s'appelait Solliès-Farlède et faisait partie des 4 bourgs dépendants de la Seigneurie de Solier, avec Solliès-Pont, Solliès-Toucas ainsi que Solliès-Ville. Devenue commune à part entière sous l'action de l'abbé Rigouard, curé-député du clergé à l'assemblée constituante, c'est en 1789 que pour mieux marquer son indépendance, elle abandonne le nom de Solliès-Farlède et devient officiellement la Farlède.

Sa devise "Dou Souléu Tou Bén" qui signifie "du soleil tout vient", rappelle son terroir où les cultures de toute nature représentaient et représentent encore pour une moindre part aujourd'hui, l'origine de sa prospérité. Ses fruits, ses fleurs, ses olives et ses vins sont fort appréciés.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Farlède (83).svg

Les armoiries de La Farlède se blasonnent ainsi :

D'azur aux sept épis de blé d'argent, liés de gueules, surmontés d'un soleil d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1974 Roger Mistral PS  
1974 décembre 2003 François Pantalacci Div D  
janvier 2004 mars 2008 Charles Rodolphe Div D  
mars 2008 En cours Raymond Abrines UMP Médecin (retraité)

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 8 591 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
919 1 018 1 052 1 035 1 052 1 004 1 007 1 009 965
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
984 984 1 412 1 027 967 950 923 931 942
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 011 1 012 940 1 050 1 121 1 203 1 194 1 533 1 874
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
2 540 3 027 4 472 6 491 6 877 6 898 6 952 8 135 8 591
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre Dame construite en 1751 et achevée 1755, de style roman avec une façade en pierres de taille et une porte à deux vantaux de chêne initialement prévue pour la Basilique de St Maximin. On y trouve un retable de 1755. L'église devient une paroisse indépendante 24 ans après sa construction en 1779. Son premier curé est Joseph Rigouard, prêtre célèbre de la Farlède.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle Marius Gensollen
  • École maternelle Marie Curie
  • École élémentaire Jean Aicard
  • École élémentaire Jean Monnet
  • Collège André Malraux

Sports[modifier | modifier le code]

  • Salle omnisports François Pantalacci
  • Stade Léo Lagrange

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011