Callas (Var)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Callas.
Callas
Gorges de Pennafort.
Gorges de Pennafort.
Blason de Callas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Draguignan
Canton Callas
Intercommunalité Communauté d'agglomération dracénoise
Maire
Mandat
Daniel Maria
2014-2020
Code postal 83830
Code commune 83028
Démographie
Population
municipale
1 823 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 35′ 35″ N 6° 32′ 18″ E / 43.593, 6.5383 ()43° 35′ 35″ Nord 6° 32′ 18″ Est / 43.593, 6.5383 ()  
Altitude Min. 60 m – Max. 811 m
Superficie 49,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Callas

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Callas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Callas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Callas

Callas est une commune française située dans le département du Var en région française Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Relief[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune se décompose en 3 zones : 2 zones vallonnées, une au nord, et une au sud, séparée par une plaine. Dans la zone vallonnée du sud, traversée par l'Endre, la rivière a formé des gorges, les Gorges de Pennafort, d'environ 2,0 km. Le point culminant de la commune, au nord-est du village est à 712 mètres d'altitude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bassin dans les gorges de Pennafort.

La commune de Callas est traversée par l'Endre[1], cours d'eau de 28,5 km, affluent de l'Argens, ainsi que par plusieurs de ses affluents.

Transports[modifier | modifier le code]

La desserte routière de la commune se fait par la route départementale 25, entre Draguignan et Bargemon. Les gares TGV les plus proches sont à Saint-Raphaël et aux Arcs. Les aéroports les plus proches se trouvent à Toulon et Nice.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montferrat Bargemon Claviers Rose des vents
Figanières N Seillans
O    Callas    E
S
Figanières La Motte Seillans

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Var.

Callas n'ayant pas de station météo sur la commune, les données les plus proches sont celles de Draguignan, avec quelques légères modifications des températures, liées à une altitude un peu plus élevée.

Le climat de la ville correspond aux normes du climat méditerranéen, les nuits de gels étant peu nombreuses (une dizaine par an, mais les journées sans dégel sont quasi inexistantes), faibles (le minimum annuel se situe aux alentours de -5, -6 °C) et brèves. Ainsi les hivers sont doux et humides, et les étés chauds et secs, car la ville est protégée des vents par le Malmont et le massif occidental des Selves. Durant l'été les précipitations sont extrêmement faibles ; à l'inverse, l'automne est une période soumise à des pluies fréquentes.

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Draguignan 2561 734 1 29 1
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74
Relevé météorologique de Draguignan (Normales 1975-2005 et Records)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 5,2 5,7 6,9 9,8 13,4 16,9 22,4 22,1 17,4 9,6 8,3 5,5 11,5
Température maximale moyenne (°C) 11,6 13 14,1 15,4 19,6 24,1 28,1 28,7 24,9 15,2 14,8 11,9 18,8
Record de froid (°C) -11,8 -8,8 -6,3 5,1 6,2 9,3 14,5 16,1 4,7 3,8 -1,2 -9,6 -9,5
Record de chaleur (°C) 21,6 23,8 25,5 26,1 29,7 37,6 38,9 39,4 33,4 24,9 21,3 20,7 35,4
Précipitations (mm) 89,9 66,2 70,8 69 52,3 32,7 20,5 28,9 70,1 101,2 98,1 88,4 834,7
Source : Météo France


Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe 3 zones de sismicités dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la Montagne Sainte-Victoire, au Massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département (qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Callas, est en zone sismique de très faible risque "Ia" [2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est habité depuis la Préhistoire. Des traces d'occupation ont été retrouvées près des Gorges de Pennafort.

Du XIe au XVIe siècle, le village appartient la la maison des Pontevès. La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Puis, Aix se soumet en octobre 1387, ce qui précipite le ralliement des carlistes, dont le seigneur de Callas, Foulque Flotte. Alors qu’il soutenait Charles de Duras depuis plusieurs années, il rejoint le camp angevin et obtient un « chapitre de paix » de Marie de Châtillon le 2 janvier 1388 et prête hommage à Louis II d'Anjou, âgé de dix ans[3].

Durant les guerres de Religion, une révolte de paysans part de Callas, en 1579. Le vicomte de Bargême est assassiné par ses paysans, son château pillé. La jacquerie se répand, soutenue par les protestants[4].

En 1607, la seigneurie est vendue au comte de Sault, puis revendue au duc de Lesdiguière en 1625, pour être transférée par héritage en 1687 au duc de Villeroy.

En 1718, la commune rachetant la seigneurie, en fait don à Louis XV. Callas devient alors ville royale.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason de Callas

Les armes de Callas se blasonnent : ...

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
         
1995 2014 Françoise Barre[réf. nécessaire]    
2014 en cours Daniel Maria[réf. nécessaire]   Informaticien

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Callas fait partie de la Communauté d'agglomération dracénoise.

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Callas en 2009[5]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 11,98 % 0,00 % 6,15 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 10,71 % 0,00 % 7,43 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 50,11 % 0,00 % 23,44 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 17,24 % 8,55 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[6]).

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune n'a actuellement pas d'accord de jumelage.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 823 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 018 2 108 1 969 1 966 2 268 2 322 2 125 2 098 2 185
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 046 2 006 1 961 1 820 1 666 1 812 1 468 1 523 1 346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 210 1 120 1 015 748 761 627 646 600 570
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
538 608 708 945 1 276 1 388 1 713 1 759 1 823
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le petit ribier est aussi appelé Plant de Callas ou Callasen. Les oliveraies de la commune produisent de l'huile d'olive de Provence AOC.

Commerces - Artisanat[modifier | modifier le code]

De nombreux commerces sont implantés sur la commune, tant dans le secteur alimentaire (épicerie, boulangerie, produits du terroir), que dans les secteurs de services (coiffeur, maison de la presse, immobilier, assurance). Les artisans et petites entreprises de la commune sont essentiellement dans le secteur du bâtiment et travaux publics.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La situation géographique de la commune permet un développement du tourisme, tant vers le bord de mer, que vers les gorges du Verdon. L'hébergement touristique est très varié : 2 hôtels et 2 campings sont complétés par des meublés et des gîtes ruraux.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église de Callas, de culte catholique, dépend de la donneyé de Fayence, diocèse de Fréjus-Toulon[9]. La paroisse est confiée aux religieux de Saint-Victor, par une bulle papale de Pascal II, en 1114.

Environnement[modifier | modifier le code]

Une déchèterie, et des points de tri sélectif sont implantés sur la commune. La mairie a mis en place un plan de débroussaillement, en vue de la lutte contre les incendies.

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Services publics[modifier | modifier le code]

En plus des services municipaux (médiathèque, école de musique), les services publics sont représentés par la Poste, avec un bureau permanent.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Une ligne de bus régulière[10] du réseau Varlib, entre Fayence et Draguignan, dessert la commune de Callas, à un seul arrêt.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Callas suivent leurs premières années scolaires sur la commune, à l'école primaire communale. Leurs études se poursuivent ensuite au collège de Figanières, puis au lycée de Draguignan.

Santé[modifier | modifier le code]

En plus d'un médecin généraliste, un infirmier, et d'un dentiste, une clinique est installée sur la commune. L’hôpital le plus proche se trouve à Draguignan.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les gorges de Pennafort
  • Chapelle de la Trinité (vestiges, sur une propriété privée). Inscrits sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 24 mai 1974.
  • Chapelle Saint-Laurent (en restauration)
  • Chapelle Saint-Auxile

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de l'Endre sur le site du SANSRE
  2. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  3. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 408 (note 33).
  4. Jacques Cru, Histoire des Gorges du Verdon jusqu’à la Révolution, coédition Édisud et Parc naturel régional du Verdon, 2001, ISBN 2-7449-0139-3, p. 201
  5. « Impots locaux à Callas », taxes.com
  6. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  9. Fiche de l'église de Callas sur le site de l'église catholique du Callas
  10. Ligne de bus Fayence-Draguignan, via Callas