Limeuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Limeuil
Au bord de la Dordogne, le village de Limeuil.
Au bord de la Dordogne, le village de Limeuil.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Sainte-Alvère
Intercommunalité Communauté de communes du Pays vernois et du terroir de la truffe
Maire
Mandat
Jean-Claude Hervé
2014-2020
Code postal 24510
Code commune 24240
Démographie
Gentilé Limeuillois
Population
municipale
331 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 10″ N 0° 53′ 23″ E / 44.8861111111, 0.88972222222244° 53′ 10″ Nord 0° 53′ 23″ Est / 44.8861111111, 0.889722222222  
Altitude Min. 45 m – Max. 200 m
Superficie 10,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Limeuil

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Limeuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Limeuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Limeuil

Limeuil est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine.

Elle fait partie de l'association Les Plus Beaux Villages de France. Ses habitants sont appelés les Limeuillois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le confluent de la Vézère et de la Dordogne

Commune située au confluent de la Dordogne et de la Vézère, elle fait partie de l'association Les Plus Beaux Villages de France[1].

L'orme a donné son nom au village de Limeuil. D'origine gallo-romaine, le préfixe lim vient du terme lemo qui signifie orme. Et euil dérive du terme ialo désigne un espace découvert, une clairière. Limeuil pourrait donc être traduit par « clairière plantée d'ormes ».

Limeuil est située dans le Périgord pourpre, à la frontière du Périgord noir. Le village fait partie du Pays des Bastides et Cités médiévales.

Les villes importantes les plus proches sont Sarlat-la-Canéda (36 km), Bergerac (41 km) et Périgueux (47 km).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Limeuil
Le Bugue
Paunat Limeuil
Alles-sur-Dordogne Saint-Chamassy

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Limuèlh[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La préhistoire à Limeuil[modifier | modifier le code]

L'ancienneté du village est attestée par de nombreuses traces de l'occupation des magdaléniens qui ont été retrouvées à Limeuil. Ils ont laissé de nombreux objets : des poinçons, des aiguilles, des hameçons, des harpons, des bâtons décorés de figures de rennes et de poissons. Un lot de gravures a été découvert, présentant des rennes, des chevaux, des cervidés, quelques bouquetins, des bœufs, des ours... L'une des gravures représente un « renne broutant » (au musée de Saint-Germain-en-Laye, mais une copie est visible au musée national de Préhistoire des Eyzies).

Isabeau de Limeuil[modifier | modifier le code]

Le village possède sa célébrité : Isabeau de Limeuil, qui rapporte une histoire d'amour au XVIe siècle. Elle faisait partie de "l'escadron volant" de la reine Catherine de Médicis (ses demoiselles d'honneur).

Limeuil, centre de batellerie[modifier | modifier le code]

Limeuil était un important centre de la batellerie aux XVIIIe et XIXe siècles. Le village fut une cité florissante au XVIIIe et à la fin du XIXe siècle. Limeuil comptait alors près de 80 artisans. Le confluent invitait en ces temps là, prospérité et richesse. Les restaurants l'Ancre du Salut et le Chai sont le témoignage de cette période. L'Ancre du Salut était le bureau de déclaration et le syndic des bateliers, tandis que le Chai servait de lieu de stockage des marchandises.

Les rivières étaient navigables au printemps et à l'automne (en périodes de crues et de fonte des neiges). Les bateliers disaient alors que la rivière était marchande ou de voyage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Limeuil a, dès 1790, été rattachée au canton de Limeuil qui dépendait du district de Belvès jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX (28 janvier 1801) portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Saint-Alvère (devenu canton de Sainte-Alvère en 1972), dépendant de l'arrondissement de Bergerac[3].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Limeuil intègre la communauté de communes de Cadouin et la quitte en 2010 pour rejoindre la communauté de communes du Terroir de la truffe. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes du Pays vernois et du terroir de la truffe.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 mars 2008 Francis Hervé    
mars 2008 avril 2014 Guy Thomasset DVD Retraité
avril 2014[4] en cours Jean-Claude Hervé   Enseignant et directeur d'école (à la retraite en juillet)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, Limeuil comptait 331 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2005, 2010, 2015, etc. pour Limeuil[5]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
823 748 778 806 929 859 880 904 910
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
828 856 817 840 804 793 757 802 641
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
604 534 572 449 429 431 414 383 415
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
430 350 317 351 335 315 337 343 325
2011 - - - - - - - -
331 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque été, pendant un week-end, se tient le marché des potiers (17e édition en 2014[7]).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les jardins panoramiques de Limeuil offrent une vue sur le confluent Dordogne-Vézère. Ils se situent à l'emplacement de l'ancien château fort du village, qui se dressait sur un éperon rocheux. Ils présentent un jardin à l'anglaise ponctué de panneaux d'interprétation. En juillet et en août, différents ateliers sont proposés (tissage, vannerie, teinture, feutre, feuillard, land art).
  • Il ne reste que peu de vestiges du château de Limeuil. Seuls se dressent encore la tour carrée, la tour canonnière et le puits. Le château fut racheté en 1902 par le docteur Linarès (médecin du Sultan du Maroc), époque à laquelle furent créés les jardins à l'anglaise. À la mort du docteur, les jardins furent laissés à l'abandon. La commune les a rachetés en 1997 et les à confiés en 2007 à l'association Au Fil du Temps, pour les faire revivre et leur redonner leur cachet d'antan.

Texte de la dédicace de l'église consacrée en février 1194 :

ANNO AB INCARNATIONE DOMINI MILLESIMO CENTESIMO
NONAGESIMO QUARTO INDICTIONE DUODECIMA CONCURRETE QUINTA EPACTA
XXVI TERCIO E FEBROARII DIE DOMINICA LUNA QUARTA DEDICATA EST
hEC ECCLESIA ET ALTARE A DOMINO ADEMARO PETRAGORICENSI EPISCOPO IN
HONORE SANCTE TRINITATIS ET SANCTE MARIE VIRGINIS ET BEATI MARTINI
EPISCOPI ET CONFESSORIS ET BEATI PA( )POSTPLI ET BEATI HTOME
ARCHIEPISCOPI ET MARTIRIS ET SANCTE CATERINE VIRGINIS ET MARTIRIS ET
OMNIUM SANCTORUM DEI HEBRARDO DE VILARS hUIUS ECCLE DIACONO
EXISTENTE CELESTINO PAPA SANCTE ROMANE hECCLESIE PRESIDENTE
PhILIPO REGE FRANCORUM IMPERANTE RIChARDO REGE ANGLIE
DUCATUM AQUITANIE TENENTE hELIAM TALIARANDUM PETRAGORIUM
COMITEM IN METROPOLICA BURDEGALENSI hELIA RESIDENTE

Traduction :

L’AN DE L’INCARNATION DU SEIGNEUR MILLE CENT
QUATRE VINGT QUATORZE INDICTION DOUZIÈME CONCURRENT CINQUIÈME ÉPACTE
XXVI LE TROISIÈME DES CALENDES DE FÉVRIER JOUR DU SEIGNEUR LUNE QUATRIÈME A ÉTÉ DÉDIÉE
CETTE ÉGLISE ET L’AUTEL PAR LE SEIGNEUR ADÉMAR ÉVÊQUE DE PÉRIGUEUX EN
L’HONNEUR DE LA SAINTE TRINITÉ ET DE SAINTE MARIE VIERGE ET DU BIENHEUREUX MARTIN
ÉVÊQUE ET CONFESSEUR ET DU BIENHEUREUX PAUL APÔTRE ET DU BIENHEUREUX THOMAS
ARCHEVÊQUE ET MARTYR ET DE SAINTE CATHERINE VIERGE ET MARTYRE ET
DE TOUS LES SAINTS DE DIEU HÉBRARD DE VILLARS ÉTANT DIACRE DE CETTE ÉGLISE
CÉLESTIN PAPE PRÉSIDENT À LA SAINTE ÉGLISE ROMAINE
PHILIPPE ROI DES FRANÇAIS EXERÇANT LE POUVOIR RICHARD ROI D’ANGLETERRE
TENANT LE DUCHÉ D’AQUITAINE HÉLIE DE TALLAIRAND (ÉTANT) DE PERIGORD
COMTE HÉLIE OCCUPANT LE SIÈGE MÉTROPOLITAIN DE BORDEAUX

L'église est dédiée à saint Thomas Becket et à saint Martin. Elle a été construite à la demande de Richard Cœur de Lion. Thomas Becket avait été assassiné pendant le règne de son père, Henri II.
Sont cités sur l'inscription, le pape Célestin III, Philippe Auguste, roi de France, Richard Cœur de Lion, roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine, Hélie V de Talleyrand, comte du Périgord, Hélie de Malemort, archevêque de Bordeaux et Adhémar Ier de La Torre, évêque de Périgueux, Hébrard de Villars, diacre de l'église (son épitaphe a été placé sur le mur extérieur à droite du portail, datant de 1230).
L'église Saint-Martin était devenue la seconde église paroissiale de Limeuil en 1276. Elle avait l'avantage d'être située sur un chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle et d'être facilement accessible par les bateliers naviguant sur la Dordogne et la Vézère. En 1791, la Révolution limite le nombre d'églises paroissiales à une seule à Limeuil. L'église Saint-Martin est vendue comme bien national. La pierre de dédicace est alors transportée à l'église du bourg. À la suite d'un conflit sur la cloche de l'église Saint-Martin, une ordonnance royale en fait une église annexe, en 1841. La pierre de dédicace retrouve l'église Saint-Martin en 1856, mais brisée en plusieurs morceaux. La pierre de dédicace est classée en 1905. L'église est classée monument historique en 1965[10]. À partir de 1966, l'Association des Amis de Saint-Martin relève alors l'église de ses ruines.
L'église s'ouvre à l'ouest par un portail à quatre voussures surmontées d'une archivolte sculptée de damiers avec une clé représentant un lion poursuivant un caprin. Elle comprend une nef de 14 m de longueur couverte d'un lambris, un avant-chœur, qui était la croisée du transept, voûté d'une coupole sur pendentifs et portant le clocher puis l'abside en hémicycle voûtée en cul-de-four. L'église avait un transept dont il ne subsiste plus que le croisillon nord. L'abside est couverte de lauzes.
L'église était autrefois entièrement peinte. Les peintures ont été retrouvées en 1960 sous l'épaisse couche d'enduits. Des peintures sont encore visibles sur l'abside (adoration des rois mages, fuite en Égypte, Crucifixion, descente de la croix). Dans le croisillon nord, on peut voir un ange et une fresque représentant un évêque et un moine. Des litres avaient été peintes avec les armoiries des familles nobles : La Tour d'Auvergne, de Boulogne, de Turenne et de Bouillon.
Des vitraux réalisés par le maître verrier Gérard Hermet, de Chartres, ont été commandés en 2000 par les Amis de Saint-Martin.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • L'église Sainte-Catherine devint officiellement l'église paroissiale de Limeuil au XIXe siècle, détrônant ainsi la chapelle Saint-Martin. Elle date des XIVe et XVe siècles mais repose sur des bases du XIIe siècle et son portail date du XIXe siècle. À l'intérieur se trouve la vierge noire des bateliers.
  • Limeuil présente toutes les caractéristiques des villages médiévaux, son enceinte, ses portes, ses maisons, ses échoppes, ses latrines, ses andronnes (canaux d'écoulement entre deux maisons proches)....
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Distinctions culturelles[modifier | modifier le code]

Limeuil est membre de l'association Les Plus Beaux Villages de France.

Limeuil fait partie des communes ayant reçu l’étoile verte espérantiste, distinction remise aux maires de communes recensant des locuteurs de la langue construite espéranto.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Limeuil sur le site Les Plus Beaux Villages de France, consulté le 10 décembre 2012.
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 7 mars 2014.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 21 août 2014.
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 7 mars 2014)
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. Jessica Guglielmi, Un week-end de festivité, Sud Ouest édition Dordogne du 26 juillet 2014, p. 20h.
  8. Jean Secret - Périgord roman - pp. 22-23 - Éditions Zodiaque (collection "la nuit des temps") - La Pierre-qui-Vire - 1968
  9. Dictionnaire des églises de France, Belgique, Luxembourg, Suisse- Guyenne (Tome III-B), Robert Laffont, Paris (France) ; pp. 89
  10. « Notice no PA00082614 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Église Saint-Martin