Villefranche-de-Conflent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villefranche.
Villefranche-de-Conflent
Vue de Villefranche depuis le Fort Libéria
Vue de Villefranche depuis le Fort Libéria
Blason de Villefranche-de-Conflent
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Prades
Intercommunalité Communauté de communes du Conflent
Maire
Mandat
Huguette Teulière
2014–2020
Code postal 66500
Code commune 66223
Démographie
Gentilé Villefranchois(e)
Population
municipale
238 hab. (2011)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 35′ 17″ N 2° 22′ 07″ E / 42.5880555556, 2.36861111111 ()42° 35′ 17″ Nord 2° 22′ 07″ Est / 42.5880555556, 2.36861111111 ()  
Altitude Min. 390 m – Max. 1 395 m
Superficie 4,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Villefranche-de-Conflent

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Villefranche-de-Conflent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villefranche-de-Conflent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villefranche-de-Conflent
Liens
Site web Site officiel

Villefranche-de-Conflent (Vilafranca de Conflent en catalan) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont les Villefranchois et les Villefranchoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Villefranche-de-Conflent est située en Conflent, au confluent de la Têt et du Cady.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villefranche-de-Conflent[1]
Conat Ria-Sirach
Serdinya Villefranche-de-Conflent[1] Corneilla-de-Conflent
Fuilla

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Villefranche-de-Conflent a une superficie de 446 hectares. Son altitude varie de 390 à 1 395 mètres[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par la route nationale 116, qui la relie à Prades et Perpignan à l'est et à la Cerdagne et Andorre à l'ouest.

De plus, c'est à la gare de Villefranche - Vernet-les-Bains que s'effectue le changement entre la ligne à voie normale venant de Perpignan et la voie métrique du Train Jaune (ligne de Cerdagne). La ville est donc reliée par un service de TER (Train Express Régional) à la Cerdagne et à la plaine littorale.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Vilafranca de Conflent[3].

Le nom originel de la commune est Villefranche. Le nouveau nom de Villefranche-de-Conflent est adopté le 28 août 1893[2],[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La cité construite en marbre rose (dit de Villefranche car extrait de carrières des environs) est toujours entourée par son enceinte fortifiée, d'origine médiévale et grandement remaniée au fil des siècles, notamment au XVIIe siècle par Vauban, qui fait bâtir le fort Libéria qui domine toujours la ville. Ses rues ont conservé leur caractère médiéval, avec de nombreux bâtiments remontant à cette période.

Le village est classé parmi les plus beaux de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

La capitale du Conflent[modifier | modifier le code]

Signalisation bilingue en français et en catalan à l'entrée de la ville et du fort Libéria.


Les connaissances sur le village de cette époque sont proches de la vulgate. Il est sûr que les habitants ont fui devant les multiples et très dévastatrices razzias Maures. D'ailleurs, l'existence des villages refuges, désormais désertifiés de Campille et Belloch, sous-tendent cette réalité. Seule la nécessité a pu conduire les gens à s'installer dans des lieux si loin de tout et si inhospitaliers.

C'est lors de cette période, vers la fin du haut Moyen Âge, au début de la reconquête que Charlemagne fait appel à la famille des Guillems, futurs comtes de Cerdagne ; pour diriger le pays. En 790 sont construites les premières Tours à signaux, dont celle de Badabanys, qui ne survivra pas aux conceptions stratégiques de Vauban.

Guillem réorganise son comté puis le cède à ses héritiers en 806, année où il se retire dans le comté de Lodève et fonde Saint-Guillem-du-Désert. Dès lors, le Conflent appartiendra jusqu'en 1117 aux comtes de Cerdagne, à l'exception de la décennie 860-870 ou le Maure Salomon s'empare du Pays.

C'est le très fameux Guifred le Poilu qui reprend le territoire en 870 et participe à la reconquête de Barcelone. Il devient le Chef suprême de la Marche d'Espagne. La légende veut qu'il soit le fondateur de la Catalogne (Marche d'Espagne) grâce à sa bravoure au combat contre les Normands aux côtés de Charles le Chauve. Mortellement blessé, c'est son sang qui permit au Roi de tracer de ses doigts les quatre pals horizontaux sur l'écu doré de Guifred. Mais contrairement à cette légende Guifred ne meurt pas lors de ce combat, puisqu'il ne devient marquis que par la suite. Le comte avait alors sa résidence à Corneilla-de-Conflent et voulait faire de Villefranche sa nouvelle capitale. Le site est d'ailleurs particulièrement bien choisi : au fond du défilé de la Têt, à la confluence de celle-ci avec le Cady, la ville contrôle alors l'accès aux terres principales du Conflent. La ville devient effectivement la capitale du Conflent (et siège d'une viguerie) au plus tard en 1126. Elle le reste jusqu'au XVIIIe siècle[5].

En septembre 1263, le roi d'Aragon Jacques Ier ordonne la construction de trois ponts sur la Têt. Ces trois constructions furent sévèrement endommagées, voire détruites, par la terrible inondation de 1421, et seul le pont Saint-Pierre fut rétabli[6].

Au cours des XIIIe siècle, XIVe siècle et XVe siècles les fortifications de la ville sont sans cesse remaniées et complétées. L'ensemble est reconstruit au XIVe siècle d'après de nouveaux plans, comme l'atteste un texte de 1411 rapportant cette reconstruction[7],[8].

La forteresse Vauban[modifier | modifier le code]

Le fort Libéria vu de la gare.

La ville est assiégée et prise par les Français en 1654 ; les fortifications sont alors démantelées pour qu’elles ne puissent pas servir aux Espagnols. La construction de nouvelles fortifications est entreprise à partir des plans de Vauban en 1669, qui visite le chantier dix ans plus tard[9]. Le Fort Libéria est alors construit à flanc de montagne, dominant la ville au nord. Les travaux se poursuivent pendant tout le XVIIIe siècle (porte de France en 1783, porte d'Espagne en 1791)[10].

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

Le chemin de fer arrive à Villefranche en 1885 : la ville est alors reliée à Perpignan et Prades par une voie à écartement normal. Il faut attendre 1909 pour que le premier tronçon de la ligne à voie métrique de Cerdagne soit mise en service jusqu'à Mont-Louis, puis 1911 jusqu'à Bourg-Madame et enfin 1927 jusqu'à Latour-de-Carol, où la ligne est en correspondance avec la ligne internationale transpyrénéenne (dite Transpyrénéen oriental)[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Villefranche-de-Conflent

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1894 1899 Bernard Bernard ... ...
1899 1899 Louis de Noël ... ...
1899 1912 Bernard Bernard ... ...
1912 1914 Michel Py ... ...
1914 1919 Jean Sola ... ...
1919 1925 François Mir ... ...
1925 1929 Michel Olibe ... ...
1929 1929 Joseph Rigole ... ...
1929 1935 Etienne Jeay ... ...
1935 1937 François Mir ... ...
1937 1939 Laurent Moréra ... ...
1939 1941 Louis Fournols ... ...
1941 1944 Jacques Lafage ... ...
1944 1965 Jean Teulière ... ...
1965 1995 Jean-Pierre Lannelongue ... ...
1995 2001 Jean Cambou ... ...
2001 2002 François Galte[12] ... ...
2003 2008 Rose-Marie Soria ... ...
2008 2009 Guy Raffalli[13] ... ...
2009, réélue en 2014[14] en cours Huguette Teulière ... ...

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1355 1359 1365 1378 1424 1470 1515 1553 1709
341 f 411 f 341 f 171 f 127 f 64 f 69 f 66 f 133 f
1720 1767 1774 1789 - - - - -
143 f 556 H 591 H 148 f - - - - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS,‎ 1986, 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 238 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
566 584 656 666 670 721 712 757 813
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
889 756 681 635 584 645 648 572 496
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
863 561 641 719 657 597 608 631 666
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
580 507 435 294 261 225 238 237 232
2011 - - - - - - - -
238 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2004[16].)
Histogramme de l'évolution démographique


Note : la paroisse de Belloc semble avoir été supprimée durant le XVIIIe siècle et ses habitants dès lors recensés avec ceux de Villefranche-de-Conflent, tel que signalé en 1789.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'édition 2013 du Raid Centrale Paris est passée par le Fort Libéria et la ville au cours de sa deuxième étape reliant Vernet-les-Bains à Prades le 7 mai.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 14 000 €[18].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La ville est membre du Réseau des sites majeurs de Vauban et est classée dans la prestigieuse liste des Plus Beaux Villages de France.

Le 7 juillet 2008, le Comité du Patrimoine mondial de l'UNESCO a inscrit au Patrimoine Mondial de l'Humanité son ensemble fortifié, comprenant l'enceinte, la citadelle du fort Libéria et l'ensemble des grottes Cova Bastera, créés grâce au génie du maréchal de Vauban dans la seconde moitié du XVIIe siècle.

L'église paroissiale Saint-Jacques[modifier | modifier le code]

Dès la fondation de la ville, ou dans les années qui ont suivi, l'autorisation est donnée par l'évêque d'Elne aux habitants de procéder à la construction d'une église[19].
La partie la plus ancienne de l'édifice remonte au début XIIe siècle. L'ensemble est remanié au XIIIe siècle[20]. Puis, à la fin du XVIIe siècle lors du remodelage des fortifications de la ville, les abords de l'église paroissiale sont totalement modifiés[21].

Les fortifications[modifier | modifier le code]

La ville est entourée d'une enceinte de forme rectangulaire allongée, intégralement conservée. Elle présente des éléments médiévaux mêlés aux reconstructions et adjonctions des XVIIe siècle et XVIIIe siècles.
De l'époque médiévale subsiste notamment la tour du Diable, attenante à l'église (angle sud-est). Elle porte par ailleurs l'inscription "Elle fut commencée l'an 1441 et finie l'an 1454" (inscription originale : catalan : Comensada fo lany MCCCCXXXXI he finida lany MCCCCLIIII). De plus il reste la majeure partie de la courtine sud, flanquée de deux tours semi-circulaires (du XIVe siècle, antérieures à la tour du Diable). Cette courtine et ces tours furent renforcées au XVIIe siècle par l'installation de trois bastions et d'un nouveau chemin de ronde. La première de ces tours est englobée dans le bastion de Corneilla (angle sud-est), la deuxième est quant à elle entre la tour du Diable et le bastion de la Reine (angle sud-ouest). Une troisième tour de même plan s'élève à l'angle nord-ouest, englobée dans le Bastion du Roi.
De cette période subsistent également la porte du Roussillon et la porte de France (la nouvelle porte du XVIIIe siècle a été construite à sa gauche, respectant ainsi l'édifice médiéval), de même qu'une partie de la porte ouvrant sur le Pont Saint Pierre.
Au XVIIe siècle, Vauban fait donc reconstruire et renforcer les fortifications médiévales, il fait notamment édifier un fort détaché communiquant par un souterrain. De nouveaux bastions sont édifiés (notamment ceux cités ci-dessus) : le bastion du Roi (angle nord-ouest), le bastion de la Reine (angle sud-ouest), le bastion du Dauphin (angle nord-est), le Bastion de Comellà (angle sud-est) et le bastion de la Boucherie (courtine nord, sur le pont Saint-Pierre).
À la fin du XVIIIe siècle on reconstruit la Porte de France (en 1783, sur le front est) et la Porte d'Espagne (en 1791), située à l'ouest de la ville, à l'emplacement de l'ancienne tour-porte[22],[23].

La ville[modifier | modifier le code]

Outre l'église Saint-Jacques et les fortifications, la ville possède plusieurs bâtiments dignes d'intérêt, notamment de remarquables exemples de l'architecture civile médiévale.
L'espace urbain à l'intérieur de l'enceinte est organisé autour de deux rues parallèles est-ouest : la rue Saint-Jacques au sud et la rue Saint-Jean au nord.
L'ancienne viguerie[24], aujourd'hui siège de l'hôtel de ville, est sise rue Saint-Jean, à l'angle avec la place de l'église. Le bâtiment remonte au XIIe siècle, de même que la tour-beffroi qui le flanque[25], surmonté par une pyramide en maçonnerie en 1623[7].
L'hôpital de Villefranche (rue Saint-Jean), fondé par Pons de Sarabeu en 1225, comporte un corps de logis remanié surmonté de merlons, et une haute tour quadrangulaire dont le sommet est surmonté de corbeaux[25].
Presque toutes les maisons remontent au Moyen Âge. La plupart ont été remaniées et présentent donc des traces, des empreintes des différentes époques. Au rez-de-chaussée, elles comportent quasiment toutes une ou plusieurs grandes arches en plein cintre. Certaines façades présentent encore des fenêtres géminées, comme par exemple la demeure sise au 75 rue Saint-Jean (deuxième moitié du XIIIe siècle) ou des fenêtres à meneaux, comme aux 24-26 rue Saint-Jean (vers 1500)[25].

Vue panoramique du village fortifié de Villefranche-de-Conflent.

Autres curiosités[modifier | modifier le code]

Le petit train jaune au départ de Villefranche-de-Conflent

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La spécialité culinaire de la ville est la "bougnette" (ou "bunyete" en catalan) qui se présente comme une crêpe solide ou un beignet très fin et sucré.[réf. nécessaire]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs empoisonneuses impliquées dans l'affaire des poisons, dont Anne Guesdon, la femme de chambre de la marquise de Brinvilliers, furent enfermées au fort Libéria, qui surplombe Villefranche[26].
  • François Boher (1769-1825), peintre, sculpteur, écrivain né à Villefranche-de-Conflent.
  • Henri Galau (1897-1950), joueur de rugby à XV né à Villefranche-de-Conflent.
  • Albert Cazes (1924-2012) : historien et curé de Villefranche-de-Conflent de 1948 à 2006.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villefranche-de-Conflent Blason D'azur à l'étoile de huit rais accostée de deux tours et soutenue d'une divise ondée, le tout d'argent, surmontée d'un écusson du champ chargé de trois fleurs de lys, bordé et surmonté d'une couronne royale fermée, le tout d'or, le grand écu à la bordure d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Film tourné en partie à Villefranche-de-Conflent :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Géraldine Mallet, Églises romanes oubliées du Roussillon, Montpellier, Les Presses du Languedoc,‎ 2003, 334 p. (ISBN 978-2-8599-8244-7, résumé)


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Notice Cassini
  3. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone,‎ 2007 (lire en ligne)
  4. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS,‎ 1986, 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  5. Albert Cazes (abbé), Villefranche-de-Conflent, Guide Touristique Conflent, page 5
  6. Albert Cazes (abbé), op. cit., page 4
  7. a et b CAZES Albert (abbé), Villefranche-de-Conflent, Guide touristique Conflent, page 6
  8. BAYROU Lucien, Entre le Languedoc et le Roussillon, 1258-1659, fortifier une frontière ?, Ed. Amis du Vieux Canet, 2004, page 273
  9. Lucien Bayrou, op. cit., 2004, page 273.
  10. Albert Cazes (abbé), page 9
  11. Piere Cazenove, Le Train Jaune de Cerdagne, Ed. Loubatières, 1992, pages 5-7
  12. F. Galte a parrainé la candidature de Jean-Pierre Chevènement à l'élection présidentielle de 2002, cf. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2002
  13. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  14. [PDF]« Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2104 », sur http://la-clau.net
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  17. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France »,‎ 1990 (ISBN 2-7399-5066-7)
  18. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté en 1er février 2013).
  19. CAZES Albert (abbé), Villefranche-de-Conflent, Guide touristique Conflent, page 19
  20. Mallet 2003, p. 208
  21. CAZES Albert (abbé), Villefranche-de-Conflent, Guide touristique Conflent, page 8
  22. CAZES Albert (abbé), Villefranche-de-Conflent, Guide touristique Conflent, pages 6-8
  23. BAYROU Lucien, Entre le Languedoc et le Roussillon, 1258-1659, fortifier une frontière ?, Ed. Amis du Vieux Canet, 2004, pages 273-275
  24. TOSTI Jean, Villefranche-de-Conflent, (page consultée le 27 décembre 2007). < http://jeantosti.com/villages/villefranche.htm >
  25. a, b et c GARRIGOU-GRANDCHAMP Pierre, Inventaire des édifices domestiques des XIIe, XIIIe et XIVe siècles à Villefranche-de-Conflent, (page consultée le 27 décembre 2007). <http://www.societes-savantes-toulouse.asso.fr/samf/grmaison/geomm/france/66/vilfrcfl/vilfr01.htm >
  26. LEBIGRE Arlette, 1679-1682, l'affaire des poisons