Ollières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ollières
Image illustrative de l'article Ollières
Blason de Ollières
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Arrondissement de Brignoles
Canton Canton de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
Intercommunalité Communauté de communes Sainte-Baume Mont-Aurélien
Maire
Mandat
Jeannine d'Andréa
2014-2020
Code postal 83470
Code commune 83089
Démographie
Population
municipale
631 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 58″ N 5° 49′ 46″ E / 43.4829, 5.8295 ()43° 28′ 58″ Nord 5° 49′ 46″ Est / 43.4829, 5.8295 ()  
Altitude Min. 311 m – Max. 621 m
Superficie 39,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Ollières

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Ollières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ollières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ollières

Ollières est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe 3 zones de sismicités dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la Montagne Sainte-Victoire, au Massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département (qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Ollières est en zone sismique de très faible risque "Ia" [1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ollières s'écrit en occitan provençal Olièra selon la norme classique et Oulièro selon la norme mistralienne.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le 5 juin 1316, Raymond Gaufridi était seigneur d'Ollières[2]. En 1317, Raymond se disputa avec son frère Isnard, relatif à la succession de leur père[3]. En 1361, une certain Hugues Giraudi, d'Ollières, est écuyer de Jacques d'Agoult d'Ollières[4]. En 1383, Antoine Olerii, d'Apt, fut châtelain d'Ollières et juge de Guiran de Simiane[5].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Puis, Aix se soumet en octobre 1387, ce qui précipite le ralliement des carlistes, dont le co-seigneur d’Ollières. Il obtient un « chapitre de paix » de Marie de Châtillon le 2 janvier 1388 et prête hommage à Louis II d'Anjou, âgé de dix ans[6]. La communauté villageoise soutenait elle-aussi Charles de Duras, et même au-delà de 1386[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Ollières (83).svg

Les armoiries de Ollières se blasonnent ainsi :

De gueules à la bande d'argent chargée du mot OLLIÈRES en lettres capitales de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2006 M. Marcel Jean Doriac PS  
2006 2008 René Caire PS  
2008 en cours Jeanine D'Andrea SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune d’Ollières comptait 631 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres chiffres sont des estimations.

Aux XIVe et XVe siècle, Ollières est particulièrement touchée par la crise démographique provoquée par la Peste noire et la guerre de Cent Ans : la communauté finit par disparaître. Elle n’est reconstituée par une charte de fondation qu’en 1527[8].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
330 285 353 360 382 406 362 390 383
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
346 334 300 303 311 279 243 236 219
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
205 200 203 164 173 193 209 142 170
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
166 138 151 200 331 446 602 624 631
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Services publics[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone de production des Coteaux-varois-en-provence[11].

Commerces et artisanats[modifier | modifier le code]

Industries[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Foire aux chiens le premier dimanche de juillet

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  2. Gérin-Ricard, Actes, p. 200
  3. Ibid, p.201
  4. Gérin-Ricard, actes, p. 222.
  5. AD du 13, série B1428, parche.
  6. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 408 (note 33).
  7. Geneviève Xhayet, op. cit., cartes p. 417-418 et p. 419.
  8. Gabrielle Demians d’Archimbault, Michel Fixot, « L’organisation de la campagne en Provence occidentale : indices archéologiques et aspects archéologiques (XIe)-XVe siècles », Provence historique, tome 27, no 107, 1977, p. 17.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  11. Chateau-Ollières, domaine viticole]
  12. histoire du château