Artignosc-sur-Verdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Artignosc-sur-Verdon
Le village côté sud.
Le village côté sud.
Blason de Artignosc-sur-Verdon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Canton Tavernes
Intercommunalité sans
Maire
Mandat
Jean-Marie Garron
2008-2014
Code postal 83630
Code commune 83005
Démographie
Gentilé Artignoscais
Population
municipale
300 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 14″ N 6° 05′ 28″ E / 43.7039, 6.0911 ()43° 42′ 14″ Nord 6° 05′ 28″ Est / 43.7039, 6.0911 ()  
Altitude Min. 401 m – Max. 600 m
Superficie 18,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Artignosc-sur-Verdon

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Artignosc-sur-Verdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Artignosc-sur-Verdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Artignosc-sur-Verdon
Liens
Site web artignosc-sur-verdon.fr

Artignosc-sur-Verdon est une commune française du département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est bâtie à 515 mètres d’altitude, avec des maisons tassées au pied du château, dans d'étroites ruelles[1]. Étagée sur une éminence, elle s'inscrit dans un paysage vallonné, à proximité des gorges du Verdon et du lac de Sainte-Croix. La superficie de la commune est de 1 853 hectares.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Laurent-du-Verdon Rose des vents
Quinson N Baudinard-sur-Verdon
O    Artignosc-sur-Verdon    E
S
Montmeyan Régusse

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Artignosc se trouve sur un plateau jurassique calcaire entaillé par de petits vallons qui descendent vers le Verdon au nord. Dans le quartier de Fontayne, un calcaire gris foncé, dur et caverneux renferme de nombreux mollusques fossiles[2],[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d'Artignosc est composé du gentilice d'origine gauloise Artinius et du suffixe de tradition ligure -oscu[4]. Selon d'autres sources, Artinius est le nom d'un ancien soldat romain qui a établi une ferme sur ces terres[5].

L'appellation castrum de Artignosco apparaît en 1232 dans la liste des localités du diocèse de Riez, puis on retrouve le castrum de Artijosco rattaché à l'évêché de Fréjus en 1246[4].

Le nom de la commune devient Artignosc-sur-Verdon en 1937[6]. Ses habitants sont appelés les Artignoscais.

Artignosc-sur-Verdon s'écrit Artignosc-sus-Verdoun en provençal de norme mistralienne et Artinhòsc de Verdon en provençal classique[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les vestiges d'un oppidum proto-historique ont été retrouvés à proximité du premier bourg castral d'Artignosc[7] . Ce bourg castral a laissé des traces visibles sur le site de Saint-Estève[4].

En 1036[8], la famille de Pontevès fait don du prieuré de Sainte-Marie-Madeleine à l'abbaye de Saint-Victor de Marseille[9]. En 1113, l'abbaye marseillaise cède ce prieuré au monastère de Lérins[10]. En 1304, l'évêque de Riez revendique et obtient la possession de l'église Sainte-Marie-Madeleine[11],[12].

En 1385, la reine Jeanne, comtesse de Provence, confie la juridiction de ce fief à Foulques de Pontevès. La peste et les guerres de succession qu'ont entraînées la mort de cette dernière dévastent entièrement le premier bourg castral. Abandonné au début du XIVe siècle, un nouveau village est construit à l'emplacement actuel à la fin du XVe siècle ; il est repeuplé par des familles génoises et espagnoles[13]. En 1632, Jean Antoine de Thoron, conseiller au parlement de Provence[14],[15] issu d'une famille originaire de Digne, achète les terres et devient le premier seigneur du nom[16]. À sa mort, il se fait inhumer dans l'église paroissiale, sous l'autel Saint-Clair.

À la suite du coup d’État du 2 décembre 1851, Artignosc fait partie des communes insurgées[17],[18] et une cinquantaine d’hommes arrivent à Aups le 8 décembre 1851. Vingt-six républicains Artignoscais sont arrêtés et condamnés. Ils sont indemnisés par la République en 1882[19],[20].

Durant la Seconde Guerre mondiale, neuf Artignoscais composent le Comité local de libération qui s’occupe des tâches de résistance et prépare la libération[21]. Le pont Saint-Laurent sur le Verdon est saboté par les FTP le 20 juillet 1944, avant d'être bombardé par l'aviation alliée en août 1944[22].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[23].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 en cours Jean-Marie Garron sans étiquette  

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

Évolution financière[24], [25], [26].
Postes 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Produits de fonctionnement 646 000 € 562 000 € 624 000 € 589 000 € 600 000 € 575 000 € 636 000 € 607 000 €
Charges de fonctionnement 310 000 € 447 000 € 352 000 € 373 000 € 425 000 € 370 000 € 437 000 € 420 000 €
Ressources d’investissement 642 000 € 447 000 € 670 000 € 952 000 € 853 000 € 665 000 € 273 000 € 205 000 €
Emplois d’investissement 446 000 € 412 000 € 1 068 000 € 437 000 € 554 000 € 408 000 € 465 000 € 481 000 €
Dette 4 000 € 2 000 € 4 000 € 4 000 € 7 000 € 5 000 € 11 000 € 14 000 €
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[27].

Fiscalité 2012[modifier | modifier le code]

  • Taux d’imposition Taxe d’habitation : 16,12 %
  • Taxe foncière sur propriétés bâties : 5,10 %
  • Taxe foncière sur les propriétés non bâties : 94,69 %
  • Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 35,33 %
  • Cotisation foncière des entreprises : 32,55 %
  • Montant total des dettes dues par la commune : 14 000 €uros pour 306 habitants , soit 46 €uros par habitant.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 300 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
453 400 443 453 457 453 423 445 429
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
415 390 372 388 370 333 338 314 291
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
270 240 208 202 207 205 190 182 161
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
160 173 181 187 201 221 237 238 293
2011 - - - - - - - -
300 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2004[29])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Artignosc-sur-Verdon, qui tire ses ressources de l’agriculture, de l’élevage et du tourisme, fait partie du territoire Haut-Var Verdon.

Plusieurs structures d’hébergement existent sur la commune : un hôtel, deux campings situés aux portes du village, des gîtes ruraux et des chambres d’hôtes. Le sentier de grande randonnée 99 (GR 99), allant de Quinson à Baudinard-sur-Verdon, passe par le village d'Artignosc.

La base nautique du plan d'eau d'Artignosc sert de point d’embarquement pour explorer les basses gorges du Verdon entre les barrages de Sainte-Croix et de Quinson-Montmeyan : la location de kayaks, canoës ou bateaux à moteur électrique y est devenue une activité importante. Un centre équestre est installé sur la commune.

Une petite maison d'édition est installée à Artignosc : les éditions Parole.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Finalement, onze communes ont décidé de constituer une « communauté de communes du Haut-Var « Lac et Gorges du Verdon (LGV) » qui comprendra : Aiguines ; Artignosc-sur-Verdon ; Aups ; Baudinard-sur-Verdon ; Bauduen ; Moissac-Bellevue ; Les Salles-sur-Verdon ; Régusse ; Tourtour ; Vérignon ; Villecroze[30]. Chaque commune de moins de 1000 habitants va élire deux Conseillers communautaires et trois pour les communes de plus de 1000 habitants. Soit 25 conseillers pour les 11 communes.

Un Projet de périmètre de schéma de cohérence territoriale (SCOT) Var Ouest concernant Sillans, Salernes, Villecroze, Tourtour, Aups, Moissac, Régusse, Artignosc, Bauduen[31] avait été envisagé mais n'a pas eu de suite, du fait du rattachement à la CAD de Saint-Antonin-du-Var; Salernes; Sillans-la-Cascade.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château : Le château est aujourd'hui partagé entre plusieurs propriétaires, la commune en ayant conservé la partie centrale, avec les locaux de la mairie[32] et des logements sociaux.

L'église paroissiale Saint-Pierre : L'église paroissiale Saint-Pierre (anciennement église Sainte-Marie-Madeleine) est une église romane du XIe siècle qui a été agrandie au fil des siècles ; elle présente des voûtes en plein-cintre et un clocher carré qui abrite une cloche classée objet monument historique[33]. La pratique ancestrale du jeu de paume sur le fronton de cette église, la Festa della pauma[34], demeure une particularité de la commune.

La fontaine : Sur la place du village se trouve la fontaine ronde à bulbe, datée du XVIIIe siècle ; bien que dotée d’un bassin octogonal, cette fontaine appartient au type des fontaines à plan carré. Ornée à l'origine d’une pigne (pomme de pins), elle fut modifiée en 1889 afin d’y installer une Marianne en bronze au sommet de la colonne.

Le lavoir couvert : Arès la fontaine, l’eau passe dans le lavoir par un siphon. Le lavoir est couvert en 1844 ; c’est un lavoir haut et on y lave en position debout.

Le bassin et le moulin : Au bout de la rue du Pesquier se trouve un grand bassin où est stockée l’eau qui est sortie de la fontaine, puis est passée par le lavoir. Jadis cette eau servait à entraîner les meules des moulins et irriguer les jardins.

L'ancien four à pain : Situé derrière le château, l'ancien fournil donne lieu chaque année à une fête du pain.

Les chapelles : La commune possède quatre chapelles qui ont été restaurées : Saint-Christophe, Sainte-Euphémie, Sainte-Trinité et Notre-Dame La Brune.

La ferme fortifiée de Fontayne : La ferme fortifiée du domaine de Fontayne[35], avec ses deux pigeonniers-tours, a jadis appartenu aux Templiers.

La coopérative vinicole Le Verdon[36].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

La commune d’Artignosc-sur-Verdon porte :

D'azur à la fontaine d'argent accostée en chef de deux besants d’or.


La fontaine rappelle les belles eaux que l’on trouve dans cette commune, et les besans, la famille de Thoron, qui possédait cette terre et qui porte des besans dans son blason[37].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeannine Neri et Francis Mora, Un cantoun en Provence, Haut-Var, Éditions Spot, 1994.
  • Collectif et Fédération Française de la Randonnée Pédestre (FFRP), Parc naturel régional du Verdon, à pied, à VTT, à cheval, Maison du Parc, Domaine de Valx, 04360 Moustiers-Sainte-Marie, ADRI / Parc naturel régional du Verdon,‎ juin 2002, 191 p. (ISBN 2-906924-28-8)
    Guide de découverte par les chemins … 60 parcours de randonnées : Plateau de Valensole, Haut-Var et Basses gorges du Verdon, Lac de Sainte-Croix, Grandes gorges du Verdon, Artuby, Montdenier, Massifs préalpins : Artignosc-sur-Verdon : pp. 60-75-76

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Constans et Paul Sialelli, Artignosc, Mairie d'Artignosc, 1994.
  2. Mémoires de la Société géologique de France, Volumes 103 à 104, Centre national de la recherche scientifique, 1965.
  3. C. Gouvernet, G. Guieu et C. Rousset, Provence, Éditions Masson, 1971.
  4. a, b et c Élisabeth Sauze, Inventaire général du patrimoine culturel d'Artignosc, Direction régionale de la culture et du patrimoine Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille, 2002.
  5. Paul-Louis Rousset, Les Alpes et leurs noms de lieux, Éditions P. Rousset, 1988.
  6. Notice communale d'Artignosc-sur-Verdon sur le site EHESS Cassini.
  7. « Notice no IA83001242 », base Mérimée, ministère français de la Culture bourg castral d'Artignosc
  8. Canton d’Aups : Aups, Bauduen, Aiguines, Les salles-sur-Verdon, Baudinard-sur-Verdon, Vérignon, Régusse, Sillans-la-Cascade, Artignosc-sur-Verdon, Moissac-Bellevue, Vexillologie Provençale.
  9. Antoine de Ruffi, Histoire de la ville de Marseille, Éditions Henri Martel, 1696.
  10. J.J.M. Féraud, Souvenirs religieux des églises de la Haute Provence, Éditions Vial, 1879.
  11. Honoré Fisquet, La France pontificale, histoire des archevêques et évêques, Éditions Étienne Repos, 1864.
  12. Victor Saxer, Le culte de Marie Madeleine en occident, Société des Fouilles Archéologiques et des Monuments Historiques, 1959.
  13. Édouard Baratier, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle, École pratique des Hautes-Études, 1961.
  14. Prosper Cabasse, Essais historiques sur le Parlement de Provence, Éditions Pihan Delaforest, 1826.
  15. Henri Gourdon de Genouillac et le marquis de Piolenc, Nobiliaire du département des Bouches-du-Rhône, Éditions E. Dentu, 1863.
  16. Guillaume de Bellabre, Histoire et généalogie de la famille de Thoron, 2011, sur le site Les Fradins de Bellabre.
  17. Maurice Agulhon, La République au village : les populations du Var de la Révolution à la Deuxième République, Éditions Plon, 1970.
  18. Frédéric Négrel, Décembre 1851 à Artignosc, Verdon n° 1, 1999.
  19. Noël Blache, Histoire de l’insurrection du Var en décembre 1851, Éditions Le Chevalier, Paris, 1869.
  20. Yannick Rossignol, Les insurgés Varois de 1851 à travers leur indemnisation, Éditions Serre, 2004.
  21. Angelin German, Les chemins de la mémoire : 65 ans au service social de la Résistance, Éditions Bonnaud, 2007.
  22. Jean-Marie Guillon, Les années de guerre dans le pays du Verdon varois, Verdon n° 6, 2001.
  23. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  24. Les Comptes des Communes, Analyse des équilibres financiers fondamentaux Les comptes des communes, Chiffres Clés - Fonctionnement - Investissement - Fiscalité - Autofinancement – Endettement : La Commune de Artignosc-sur-Verdon]
  25. Proxiti Provence-Alpes-Côte d’azur : Informations locales concernant la Commune de Artignosc-sur-Verdon
  26. Artignosc-sur-Verdon /ville-83005 Artignosc-sur-Verdon: la dette en 2011
  27. Les comptes individuels des communes et des groupements à fiscalité propre (années 2000 à 2012)
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  30. Gorges du Verdon et Lac de Sainte Croix fr
  31. Schéma de cohérence territoriale, Etat d’avancement dans le département du Var
  32. Gorges du Verdon et Lac de sainte Croix : Artignosc-sur-Verdon. L'ancien château des Thoron (XIVe et XIIe siècles).
  33. « Notice no PM83000019 », base Palissy, ministère français de la Culture Cloche de l’église Saint-Pierre-Sainte-Magdeleine
  34. Jeannine Neri et Francis Mora, Un cantoun en Provence, Haut-Var, Éditions Spot, 1994.
  35. Vue de la ferme fortifiée de Fontayne sur le site de Google Maps.
  36. « Notice no IA83001299 », base Mérimée, ministère français de la Culture coopérative vinicole Le Verdon
  37. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, Éditions Bachelin-Deflorenne, Paris, 1866, [lire en ligne].