Les Issambres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Issambres est le quartier maritime de la commune de Roquebrune-sur-Argens dans le Var.

Les Issambres, depuis la plage de San Peïre.

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé en bord de mer, avec 8 km de côtes, Les Issambres forment le quartier le plus au Sud de la commune, le long de la Route nationale 98. A l'Ouest du village, de Sainte-Maxime, jusqu'au Cap des Issambres, la côte est orientée au Sud face au Golfe de Saint-Tropez. A l'Est du village, du Cap des Issambres, jusqu'à Saint-Aygulf, la côte est orientée à l'ouest face au Golfe de Fréjus. Le littoral Sambracitain est marqué par une succession de larges plages naturelles et de calanques bordées de pins parasols, de palmiers et de chênes lièges. Le hameau de San Peire en contrebas du Col du Bougnon concentre la majorité de l'offre commerciale des Issambres.

Origines du nom[modifier | modifier le code]

Le nom en provençal est lei Sambro, toponyme usuel qui signifie "creux de rocher"[1].

D'autres origines sont par ailleurs évoquées. Le nom Issambres, es-sambres, pourrait venir de l'ancien français samart/somart, aussi présent en provençal, signifiant "jachère d'été". Ce mot est habituellement donné comme descendant du gaulois samaro, "estival".

Pour d'autres, mais moins sûrement, ce nom proviendrait des Cimbres, peuple venu de l'Europe du nord qui fut écrasé par Marius à Aix en 102 avant J.C. Les Romains auraient à partir de là nommé l'actuel golfe de Saint-Tropez sinus sambracitanus. De nos jours, ce golfe est d'ailleurs parfois appelé « golfe sambracitain ».

Sites pittoresques[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Personnage(s) lié(s) à la commune[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Raymond Bedouce[modifier | modifier le code]

Raymond Bedouce (né le 12 mai 1897 à Marseille, mort aux Issambres en 1971) s'était installé aux Issambres en 1920. Ancien Conseiller municipal, il a contribué dans une large mesure au développement de cette fraction de côte varoise, et fut propriétaire de la villa "les Issambrettes" et de la quasi-totalité de ce qui est aujourd'hui le village des Issambres. Il était administrateur de la Société civile immobilière des Issambres.

Par ailleurs il fut Chevalier au titre militaire lors de la Première Guerre mondiale, pour sa belle attitude sur le front de Verdun en 1916 puis lors de la Bataille des monts de Champagne en 1917. La Croix de guerre et de nombreuses citations attestèrent du comportement du Lieutenant Raymond Bedouce. En 1939, il repartait aux armées, cette fois comme Capitaine, sur le front d'Alsace. Gravement blessé, il est interné en Suisse où il demeura du 20 juin 1940 au 5 février 1941. Il repose aujourd'hui dans le cimetière roquebrunois, avec son épouse Julienne Cappe.

Aujourd'hui il existe le "Parc Raymond Bedouce", près de la Villa "Les Issambrettes", à quelques pas de la Pointe des Issambres.

Raymond Bedouce était le fils d'Albert Bedouce, maire de Toulouse (1906), mais aussi député socialiste de la Haute-Garonne, ministre des Travaux publics du Front Populaire, dans le premier gouvernement Léon Blum et candidat malheureux à l'élection présidentielle de 1939, battu par Albert Lebrun.

Surtout porté autrefois dans le Tarn-et-Garonne, le nom Bedouch est en principe une variante (attestée par Frédéric Mistral) de l'occitan vesog (ou besog), qui désigne une serpe, une faucille, surnom possible pour l'utilisateur de cet outil. Le nom Bedouce en est une déformation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Petit dictionnaire des lieux-dits de Provence, Librairie contemporaine 2003, page 23.
  2. « Notice no PA00081702 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. navettes maritimes