Forcalqueiret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Forcalquier.
Forcalqueiret
Image illustrative de l'article Forcalqueiret
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Arrondissement de Brignoles
Canton Canton de Roquebrussanne
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Issole
Maire
Mandat
Pierre Gautier
2014-2020
Code postal 83136
Code commune 83059
Démographie
Population
municipale
2 547 hab. (2011)
Densité 247 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 20′ 14″ N 6° 04′ 53″ E / 43.3372, 6.0814 ()43° 20′ 14″ Nord 6° 04′ 53″ Est / 43.3372, 6.0814 ()  
Altitude Min. 284 m – Max. 528 m
Superficie 10,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Forcalqueiret

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Forcalqueiret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Forcalqueiret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Forcalqueiret

Forcalqueiret est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Forcalqueiret est arrose par l'Issole.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Forcalqueiret est accessible par la route départementale RD43, entre Brignoles, au nord, et Cuers au sud, ainsi que par la RD54 depuis Garéoult et la RD15 depuis Sainte-Anastasie-sur-Issole, à l'est.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Ruines du Castellas

Les terres de Forcalqueiret appartiennent aux vicomtes de Marseille qui en font don, dès le XIe siècle à l'abbaye de Saint-Victor. Le fief comprenant les actuelles communes de Rocbaron, Forcalqueiret et Sainte-Anastasie est reconstitué au XIIIe siècle par Geoffroy Reforciat, vicomte de Marseille et seigneur de Trets. La seigneurie passe ensuite par alliance à la puissante famille d'Agoult pendant plus de trois siècles. C'est à l'époque des d'Agoult que le castellas prend son aspect quasi définitif, très probablement au XVe siècle. Le fief de Forcalqueiret est plus tard transmis par alliance à la famille de Montauban qui ajoute à son nom celui d'Agoult, puis à celle de Garde de Vins, à laquelle appartient Hubert de Vins, seigneur de Forcalqueiret, chef de la Ligue en Provence, tué à Grasse en 1589.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1729, la seigneurie est reçue en héritage par Louis-Palamède de Forbin, seigneur de Solliès, marquis de Pont-à-Mousson, cousin de Jean de Garde de Vins, mort sans postérité, qui la vend, le 26 octobre 1742, à son cousin Louis-Sauveur de Villeneufve, ambassadeur à Constantinople et conseiller d'État, pour lequel elle est érigée en marquisat par lettres patentes du mois de février 1743. En 1759, à la mort de son fils unique, Joseph-Rollin de Villeneufve, vicomte de Pourrières et second marquis de Forcalqueiret, la seigneurie (qui comprend toujours Rocbaron et Sainte-Anastasie) est donnée à ses quatre gendres : Jean-Baptiste d'Audiffret, marquis de Gréoux, Joseph de Ginestous, comte de Vernon, Jean-Louis d'Hesmivy, baron de Moissac, intendant de la Guadeloupe, et Jean-Louis de Roux, seigneur de Navacelles et viguier d'Avignon. Ils en deviennent co-seigneurs. Le 10 mai 1768, le titre de marquis est relevé par Jean-Louis de Roux, lors de son hommage rendu au roi, tandis que sa nièce, Marguerite d'Hesmivy, baronne de Barrel de Pontevès, hérite de la propriété des terres, conservées par ses descendants pendant plus d'un siècle.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Forcalqueiret (83).svg

Les armoiries de Forcalqueiret se blasonnent ainsi :

De gueules à la bande d'or, à l'écu en cœur d'azur au four à chaux d'argent allumé de gueules, sur une terrasse de sinople avec cette devise : FORCALQUEIRET

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Benjamin Philip DVD  
mars 2008 mars 2013 Jean-Claude Peda    
avril 2013 en cours Pierre Gautier    


Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Forcalqueiret est jumelée avec la ville de Chiani en Italie dans la province de Pise.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 547 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
212 241 250 281 298 312 335 320 355
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
347 434 409 377 378 335 298 324 274
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
293 303 293 263 248 258 239 215 213
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
163 215 315 744 1 313 1 665 2 039 2 547 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château ruiné du castellas, ancien village de Forcalqueiret du XIIe au XIVe siècle, monument remarquable de la Provence verte.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011