La Roquebrussanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Roquebrussanne
L'église Saint-Sauveur
L'église Saint-Sauveur
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Canton Roquebrussanne
Intercommunalité c. c. du Val d’Issole
Maire
Mandat
Michel Gros
20082014
Code postal 83136
Code commune 83108
Démographie
Population
municipale
2 499 hab. (2011)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 20′ 28″ N 5° 58′ 37″ E / 43.3411, 5.9769 ()43° 20′ 28″ Nord 5° 58′ 37″ Est / 43.3411, 5.9769 ()  
Altitude Min. 311 m – Max. 827 m
Superficie 37,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
La Roquebrussanne

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
La Roquebrussanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Roquebrussanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Roquebrussanne

La Roquebrussanne est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de la Roquebrussanne est situé sur les contreforts de la Sainte-Baume et au pied de la Loube, en pays de la Provence Verte.

Histoire[modifier | modifier le code]

De l’âge du fer aux occupations romaines, La Roquebrussanne recèle de nombreux[évasif] vestiges archéologiques.[précision nécessaire]

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. La communauté de soutient les Duras jusqu’en 1386, puis change de camp pour rejoindre les Angevins grâce aux négociations patientes de Marie de Blois, veuve de Louis Ier et régente de leur fils Louis II. La reddition d’Aix a également pu jouer un rôle dans la volte-face de la communauté[1].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr La Roquebrussanne (Var).svg

Les armoiries de La Roquebrussanne se blasonnent ainsi :

D'azur à la transfiguration de Jésus Christ surmontant un mont mouvant de la pointe, accosté d'Élie et de Moïse affrontés, le tout d'or.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Paul Caporali Sans étiquette  
avril 2008 en cours Michel Gros PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 499 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 500 1 436 1 494 1 518 1 505 1 473 1 411 1 529 1 322
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 312 1 320 1 218 1 232 1 119 954 740 784 728
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
787 794 809 685 644 621 603 574 614
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
638 710 662 809 1 235 1 672 1 973 2 061 2 324
2011 - - - - - - - -
2 499 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Notre-Dame-de-l’Inspiration
  • Lacs d’effondrement uniques en Europe de par leur faune[réf. nécessaire]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Jauffret né le 6 décembre 1781 à La Roquebrussanne était une personnalité du Premier Empire
  • Jean-Baptiste Reboul (° 1862 à La Roquebrussanne –† 1926 à Marseille) auteur en 1897 du livre La Cuisinière provençale, référence pour les cuisiniers : il y propose 1 120 recettes simples et complètes, 365 menus (un pour chaque jour de l’année). Frédéric Mistral demanda à Jean Baptiste Reboul d’ajouter les noms provençaux des recettes à ce livre qui est écrit en langue française, ce qui fut fait en sa sixième édition. L’édition du livre n’a jamais cessé.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, cartes p. 417-418 et p. 419.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011