Roue à aubes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La roue à aubes est une roue de construction particulière, munie de pales[1], permettant de créer ou de restituer un mouvement rotatif d'axe au départ d'un mouvement linéaire de fluide. Initialement simples et de construction très facile, elles ont évolué au fil du temps, avec les progrès de l'hydro et de l'aérodynamique pour devenir les turbines d'aujourd'hui.

Triple roue (Wassilij Polenow, 1880).

La roue qui capte et transmet l'énergie de l'eau[modifier | modifier le code]

Utilisation d'une roue à aubes pour fabriquer des boulets de canon.

La première exploitation mécanique de la roue à aubes fut la création de moulins « au fil de l'eau ». Leurs applications furent diverses, du moulin à grain jusqu'aux industries mécaniques.

Nombre des engrenages en bois puis en métal des moulins ont préfiguré les pièces mécaniques de machines et véhicules actuels.

Une autre extension fut la noria, combinaison de réceptacles et de pales, qui permet d'irriguer largement les abords des fleuves. En Syrie, les grandes norias de Hama peuvent mesurer jusqu'à 21 mètres de diamètre. Elles peuvent être alimentées par le courant ou par une force animale, humaine ou un moteur.

La roue motrice[modifier | modifier le code]

L'application inverse fut l'invention du bateau à vapeur, transmettant le mouvement (Système bielle-manivelle) d'une machine à vapeur chauffée au bois (puis au charbon) à de grandes roues à aubes, soit une de chaque côté[1], soit une sur l'arrière. Ainsi fonctionnent les bateaux à roues à aubes. La faiblesse du rendement[note 1], l'encombrement (et donc le coût) et la prise au vent, alliés à une fragilité importante (surtout pour les navires militaires), les fit abandonner au profit des hélices sauf dans des cas particuliers de faible tirant d'eau (bateaux sur le Mississippi, par exemple).

Certains pédalos fonctionnent sur le même principe.

Une grande roue à l'arrière[2]
Deux roues de part et d'autre du bateau[1]

Utilisation du symbole de la roue à aubes[modifier | modifier le code]

  • En héraldique, pour la ville de Mulhouse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le rendement décroît dans les eaux agitées où les mouvements du bateau et les vagues perturbent les aubes. En eaux très calmes, la roue à aubes peut avoir un meilleur rendement que l'hélice.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Principe de la roue à aubes des bateaux « Belle Epoque » de la CGN Sur le site bateaux-du-leman.ch
  2. bateau roue à aubes vancouver Sur le site dailymotion.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Rivals, « Histoire d’un patrimoine », FFAM, Route d'Avenay Cidex 22, 14210 Evrecy (www.moulinsdefrance.org Présentation FFAM)
  • Revue Moulins de France, revue spécialisée trimestrielle [1]
  • « Roues hydrauliques », de Alain Schrambach, Ed. FFAM, mai 2009, 160 pages ; n° spécial 22 de Moulins de France, illustrations, plans, croquis ; FFAM Route d'Avenay Cidex 22, 14210 Evrecy.
  • Terry S. Reynolds, Stronger Than a Hundred Men: A History of the Vertical Water Wheel, Johns Hopkins University Press, 1983, 2002 ; ISBN 0801872480, ISBN 9780801872488 [2]

Articles connexes[modifier | modifier le code]