La Garde (Var)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Garde.
La Garde
La Garde, vue de nuit.
La Garde, vue de nuit.
Blason de La Garde
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Toulon
Canton La Garde chef-lieu
Intercommunalité Communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée
Maire
Mandat
Jean-Louis Masson
2008-2014
Code postal 83130
Code commune 83062
Démographie
Gentilé Gardéens
Population
municipale
25 613 hab. (2011)
Densité 1 648 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 07′ 32″ N 6° 00′ 39″ E / 43.1255555556, 6.01083333333 ()43° 07′ 32″ Nord 6° 00′ 39″ Est / 43.1255555556, 6.01083333333 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 206 m
Superficie 15,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
La Garde

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
La Garde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Garde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Garde

La Garde est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Gardéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La Garde se situe dans le Var, à l'est de Toulon, entre Marseille et Nice, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Relief[modifier | modifier le code]

La Garde est une commune du littoral varois, ayant une façade maritime sur la Rade de Toulon. Elle s'étale depuis le lieu-dit « Pierrascas » au nord, où se situe son culmen (206 m), jusqu'à la mer au sud, sa façade maritime étant délimitée par les anses de Magaud et de San Peyre.

Son territoire qui s'étend sur 1 554 hectares, comprend :

  • 3 km de côte
  • 75 km de voirie
  • 642,5 hectares d’urbanisation
  • 21,4 hectares de forêts
  • 400 hectares d’espaces verts urbains.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Eygoutier[1], est le principal cours d'eau. Long de 15,2 km, il prend sa source sur La Crau et traverse la commune puis celle du Pradet, avant de se jeter à la mer au Mourillon (Toulon), à l'est du Fort La Croix. Il est canalisé en partie au sud de La Garde, sépare la commune avec le Pradet. À l'est du territoire communal, il reçoit les eaux du ruisseau de Réganas[2] (ou Regana), et du ruisseau de Lambert[3].

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Voies d'accès et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

L'autoroute A57 traverse la commune au nord où existe un échangeur (A5702) à la jonction de l'A7 avec la A570. Plusieurs routes départementales traversent également La Garde. Elles sont, du nord au sud : la D97, D67, D98, D29, D559 et D42.

Transports[modifier | modifier le code]

Des lignes de la SNCF traversent la commune, la desservant par deux gares :

Le port de commerce le plus proche est celui de Toulon, l'aéroport le plus proche, celui de Toulon Hyères à 12,63 km[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Valette-du-Var La Farlède La Farlède Rose des vents
Toulon N La Crau
O    La Garde    E
S
Mer Méditerranée Mer Méditerranée, Le Pradet Carqueiranne

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vue des quartiers Ouest

Le territoire communal, proche de la métropole toulonnaise, est divisé en deux dans un axe orienté NE-SO et représenté géographiquement par une ligne de la SNCF. La moitié Nord-ouest est fortement urbanisée alors que la zone au sud de la voie des chemins de fer nationaux, à partir du lieu-dit « Le petit pont », ne l'est pas car elle est en zone inondable.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La commune de la Garde tient son nom de son rocher qui, au Moyen Âge, a servi de poste de guet.

La Garde possède des vestiges de l'Antiquité et de la période romaine, notamment un pressoir à huile proche du campus de l'Unversité. Saint Maur, patron de la commune, est, selon la légende locale, un dénommé Maur qui passa par là en 542. Affamé lorsqu'il entra dans le village, une vieille femme lui donna pour du pain et des oignons. Maur les bénit et décida qu'à partir de ce jour, les oignons de La Garde auraient la douceur de la pomme.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La vieille ville.

Cité en 1056 sous le nom de Guarda, le château fut fief des évêques de Toulon au XIIIe siècle, de la seigneurie de Castellane au XVe, puis de la seigneurie des Glandevès et enfin des Thomas. Aujourd'hui, il n'en reste que la chapelle et une tour d'angle.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Vigie de Toulon au Moyen Âge, La Garde a subi de nombreuses invasions mais aussi les guerres de religion. Elle fut saccagée en 1707 par les troupes de Savoie alors qu'elle était connue sous le nom de La Garde lès Toulon.

Pour « punir » la ville de Toulon de s'être livrée aux Anglais, Napoléon Bonaparte transféra le quartier de Ste Marguerite au village de La Garde. C'est pourquoi il y a une mairie annexe dans ce quartier, un peu éloigné du centre-ville administratif de la commune. En revanche, au XIXe le quartier du Le Pradet se détacha de La Garde et devînt une commune indépendante. Jean Aicard, poète et lettré provençal, vécut à La Garde.

Du rocher d'andésite (un ancien dyke excavé par l'érosion) on a extrait les pavés de Toulon à la fin du XIXe. Au début du XXe, en 1927, Abel Gance tourna une partie de son film « Napoléon » à La Garde.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, La Garde a reçu en novembre 1942 une petite garnison italienne à la gendarmerie : elle s'en retira en octobre 1943 et la commune fut occupée par les forces allemandes. Des combats eurent lieu les 23 et 24 août 1944, pendant l'offensive Alliée entre les forces allemandes (Kriegsmarine et Wehrmacht) et alliées (9e DIC et Commandos d'Afrique), notamment autour du rocher et au Thouar.

Ancien centre agricole prospère, la Garde est devenue banlieue ouvrière de Toulon à partir du milieu du premier tiers du XXe. Dans les années qui ont précédé et suivi la seconde guerre mondiale, la municipalité est restée longuement de gauche (mandats de Michel Zunino et Maurice Delplace), puis, devenant de plus en plus résidentielle grâce à la multiplication des lotissements, a basculé en 2001, d'autant que de graves dissensions internes avaient affaibli la gauche quatre années auparavant. C'est aujourd'hui une commune universitaire grâce à la présence de l'USTV, prospère grâce à la zone d'activités de Toulon-Est.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1860 1868 Marius Olive    
1871 1900 Eugène Blanc    
1900 1931 André Charlois    
1931 1941 Michel Zunino SFIO Conseiller général et Député (1931-1941)
1941 1944 George Elluin    
1944 1958 Michel Zunino PCF  
1958 mars 1959 Maurice Delplace PCF  
mars 1959 1962 Louis Masson   ( père de Jean-Louis Masson )
1962 septembre 1997 Maurice Delplace PCF Conseiller général du Canton de la Valette-du-Var (1973-1985)
septembre 1997 mars 2001 Yvon Robert PCF Conseiller général du Canton de la Garde

(1998-2004)

mars 2001 en cours Jean-Louis Masson UMP Conseiller général du Canton de la Garde depuis 2004

[5] [6]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 25 613 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 050 2 263 2 288 2 329 2 353 2 572 2 321 2 429 2 875
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 568 2 572 2 695 2 852 2 986 2 864 3 104 3 418 2 398
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 791 2 961 3 037 2 827 3 048 3 095 3 792 4 066 5 021
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
6 273 9 629 15 506 19 805 22 412 25 329 25 621 25 613 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2010, la commune de La Garde a été récompensée par le label « Ville Internet @@@@ » et par le label « Ville Fleurie » avec ses 3 fleurs.

Elle est aussi récompensée par les labels « Bien vieillir, vivre ensemble » et « Ville amie des enfants ».

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le campus.
  • Le campus de l'Université du Sud Toulon-Var est situé dans la commune de La Garde
  • Le lycée général et technologique du Coudon est situé dans la commune de La Garde

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par deux ZNIEFF de 2e génération :

Plans de la Garde et du Pradet

Le plan de La Garde constitue en fait une vaste cuvette ceinturée par un ensemble de petits massifs. Ce site validé en 2010 couvre 277 ha. La zone qui concerne les communes de Garde et du Pradet, fait l'objet de la fiche ZNIEFF 930012494 - Plans de la Garde et du Pradet[9] à l'Inventaire national du patrimoine naturel.

Pointe Sainte-Marguerite

La zone qui bénéficie d’un microclimat particulier, est un lieu privilégié ayant permis l’installation et le maintien d’une végétation à affinités thermophiles tant spontanée qu’exotique. Le site validé en 2010 couvre 3 ha de la commune de Garde. Elle fait l'objet de la fiche ZNIEFF 930020237 - Pointe Sainte-Marguerite[10] à l'Inventaire national du patrimoine naturel.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le vieux village de La Garde est en partie construit sur un éperon rocheux de 63 m d'altitude, de nature volcanique (neck d'andésite, ou peut-être de basalte andésitique). Au Moyen Âge, ce rocher servait de promontoire au château de l'époque. Il était ceint, et comportait plusieurs portes :

  • au nord, la porte de Sainte-Anne,
  • à l'est, la porte de la Vieille Calade et la porte du Puys de Hyères
  • au sud les portes du Bon Puits, de Sainte-Agathe et du Pigeonnier Carré
  • à l'ouest la porte de Saint-Maur.

À l'intérieur se trouvait une autre enceinte, celle du castrum, avec deux portes :

  • à l'ouest, la porte Ouest des premiers remparts
  • à l'est, la porte Est des premiers remparts dite « porte du soleil levant ».

Puis la Révolution est passée par là, le château a été détruit, et le rocher a servi de carrière. Aujourd'hui, il ne subsiste du château que l'église romane et une tour.

Un circuit touristique a été mis en place. Il démarre Place Voltaire, passe par la porte Saint-Maur, donne l'accès à l'ancienne carrière de roche andésique, la tour sud-ouest du château, l'ancienne église Notre-Dame au sommet du promontoire. Il redescend vers la ville par le chemin de la Chapelle.

Bourg castral de Sainte-Marguerite[modifier | modifier le code]

Ce petit castrum moyenâgeux, situé au lieu-dit « Fort Sainte-Marguerite », n'est pas mentionné dans les listes de localités de 1232-1244 et de 1252. « Il existait pourtant dès 1212, lorsque l'évêque de Toulon fit l'acquisition du "Castrum Novum alias Sancte Margarete" auparavant tenu par un seigneur nommé Raimond Datil »[11].

Le bourg castral de Sainte-Marguerite est repris à l'Inventaire national du patrimoine culturel[11].

Coopérative vinicole Le Rocher[modifier | modifier le code]

La coopérative, construite dés 1908 et agrandie à plusieurs reprises, est reprise à l'Inventaire national du patrimoine culturel[12].

Station balnéaire[modifier | modifier le code]

La station balnéaire de Sainte-Marguerite occupe la partie sud de la commune. Dès la fin du XIXe siècle, début du XXe siècle, de grosses villas ont été construites sur le littoral, le long de la RD 42. Mais c'est surtout après la Deuxième Guerre mondiale que s'est développée Sainte-Marguerite.

La station balnéaire est reprise à l'Inventaire national du patrimoine culturel[13].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Ancienne église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Ancienne église Notre-Dame

C'est une ancienne église romane de transition datant du XIIe siècle, remaniée en 1480 par l'ajout au nord, de la chapelle Saint-Jean-Baptiste, et au sud de la chapelle Notre-Dame de l'Annonciade où une chapellenie fut fondée par Élisabeth de Forbin en 1567. Ancienne église paroissiale de La Garde jusqu'en 1782, elle a été restaurée en 1866. Au cours de celle-ci, son clocher qui menaçait ruine a été abattu. En 1793, lors du siège de Toulon, elle a été entièrement dévastée[14].

La chapelle romane est classée Monument historique par arrêté du 4 août 1916[15] sous le vocable « Chapelle de style roman (vieille) ».

Petit oratoire[modifier | modifier le code]

Oratoire Saint-Maur

L'oratoire Saint-Maur se situe au bas du château. Il est classé Monument historique par arrêté du 5 janvier 1925[16] dans la base Mérimée où il est repris sous le vocable « petit oratoire ».

Chapelle Saint-Charles-Borromée de la Pauline[modifier | modifier le code]

Cette chapelle funéraire de style néo-gothique, construite de 1850 à 1852, a été consacrée par l'évêque de Fréjus. était devenue église paroissiale. Elle est inscrite Monument historique par arrêté du 2 décembre 1988[17].

Autres[modifier | modifier le code]

chapelle Sainte-Agathe
Chapelle Sainte-Agathe

La petite chapelle Sainte-Agathe se situe au sud de la vieille cité, peu au nord de la porte éponyme. Devant la façace principale, est une minuscule place.

Église de la Nativité de la Vierge

L'édifice religieux se situe Place Eugène Blanc, proche de la porte de Saint-Maur, en limite de la vieille cité.

Chapelle Saint-Maur

La chapelle se situe à l'ouest de la vieille cité.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La maison devint le rendez-vous des célébrités de l'époque : Michelet, Émile Ollivier, Frédéric Mistral, Edouard Schuré, Ernest Reyer, Gaston Bonnier, Pierre Loti, Juliette Adam, Charles Richet, Antoine Albalat, Monseigneur Jean Calvet, Paul Gaultier et Edme Tassy.

Au mois d’août 1926, la troupe avait émigré à La Garde (Toulon). Le tournage de Napoléon d'Abel Gance (cinéaste) pouvait continuer.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Garde

Blasonnement : Coupé : au premier de gueules à une rose de cinq feuilles d'argent accostée de deux étoiles d'or, au second aussi d'or à un D et un T de sable en chef et une étoile de gueules en pointe; le tout sous un chef d'argent chargé du mot GARDE en lettres capitales de sable.

Le blason daterait de l'an 1200.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]