Mortemart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mortemart
Château de Mortemart.
Château de Mortemart.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Haute-Vienne
Arrondissement Bellac
Canton Mézières-sur-Issoire
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Limousin
Maire
Mandat
Nicole Gontier
2014-2020
Code postal 87330
Code commune 87101
Démographie
Population
municipale
116 hab. (2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 02′ 33″ N 0° 57′ 26″ E / 46.0425, 0.9572 ()46° 02′ 33″ Nord 0° 57′ 26″ Est / 46.0425, 0.9572 ()  
Altitude Min. 254 m – Max. 355 m
Superficie 3,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mortemart

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mortemart

Mortemart (Mòrta Mar en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Mortemart en Haute-Vienne.

Mortemart est situé dans les monts de Blond, premiers contreforts du Massif central à dépasser 400 mètres d'altitude, en venant de l'Atlantique.

Mortemart appartient à l'association Les plus beaux villages de France.

Mortemart est une des dix-huit communes qui composent la Communauté de Communes du Haut-Limousin : Bellac, Berneuil, Blanzac, Blond, Bussière-Boffy, Bussière-Poitevine, Cieux, Gajoubert, Mézières-sur-Issoire, Montrol-Senard, Mortemart, Nouic, Peyrat-de-Bellac, Saint-Barbant, Saint-Bonnet-de-Bellac, Saint-Junien-les-Combes, Saint-Martial-sur-Isop, Saint-Ouen-sur-Gartempe.

D'une superficie de 3,6 km2, la commune est la plus petite du département.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

  • Montrol-Sénard à environ 1 km
  • Nouic à environ 4 km
  • Blond à environ 7 km
  • Mézières-sur-Issoire à environ 9 km
  • Montrollet à environ 10 km
  • Javerdat à environ 10 km
  • Bussière-Boffy à environ 11 km
  • Cieux à environ 12 km
  • Saint-Christophe à environ 13 km
  • Bellac à environ 14 km
  • La Croix-sur-Gartempe à environ 14 km
  • Saint-Bonnet-de-Bellac à environ 14 km
  • Peyrat-de-Bellac à environ 14 km
  • Vaulry à environ 15 km
  • Brigueuil à environ 15 km

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mortemart
Blond
Nouic Mortemart
Montrol-Sénard

Homonymie[modifier | modifier le code]

Dans la forêt de Brotonne (Seine-Maritime), il existe un rond de Mortemart par lequel passe la départementale 131.

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Mortemart existe avant l’an mil et le village s’est développé autour de l’ancienne motte féodale puis du château de pierre construit en 995 par le seigneur de Mortemart, Abon Drut, château qu'il édifie après avoir défendu victorieusement la cité de Bellac, appartenant au comte de la Marche, contre Guillaume le Grand, comte de Poitiers, son suzerain.

Le château est détruit au XIVe siècle par les Anglais. Il est reconstruit sur un site différent, puis démantelé sur ordre de Louis XIII. Il est resté en ruine jusqu'au début du XXe siècle.

Le domaine des Mortemart passe par mariage dans la famille des Rochechouart en 1205. Quelques années plus tard, naît la maison de Mortemart qui donna de grands personnages à la France : Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, la marquise de Montespan (favorite de Louis XIV) ; Louis-Victor, général des galères du Roi Soleil et Marie-Clémentine dite Manuela, sculpteur féministe.

En 1330, le cardinal Pierre Gauvain, natif du village, change totalement le visage de Mortemart. Il fonde trois monastères : les Augustins, les Carmes et les Chartreux (disparu au siècle suivant), un hôtel-dieu et un collège. De nos jours, les religieux sont partis mais les bâtiments ont survécu, ainsi que les maisons anciennes qui font le charme de ce village.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Mortemart (Haute-Vienne).svg

Les armoiries de Mortemart se blasonnent ainsi :

Fascé ondé d’argent et de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Brandy    
mars 2008 En cours Nicole Gonthier [1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Participations aux élections[modifier | modifier le code]

Élection Inscrits Abstentions Votants Blancs
et nuls
Exprimés Résultat
Référendum 1992 (Maastrich) 137 34 (24,82 %) 103 (75,18 %) 6 (5,83 %) 97 (94,17 %) Oui : 48 (49,48 %). Non : 49 (50,52 %)
Européennes 2004 103 33 (32,04 %) 70 (67,96 %) 7 (10,00 %) 63 (90,00 %)
Référendum 2005 108 15 (13,89 %) 93 (86,11 %) 3 (3,23 %) 90 (96,77 %) Oui : 42 (46,67 %). Non : 48 (53,33 %)
Présidentielle 2007 115 8 (6,96 %) 107 (93,04 %) 2 (1,87 %) 105 (98,13 %) Nicolas Sarkozy : 53 (50,48 %). Ségolène Royal : 52 (49,52 %)
Municipales 2008 (11 sièges à pourvoir) 123 7 (5,69 %) 116 (94,31 %) 8 (6,50 %) 108 (87,80 %) Nicole Gonthier

Source : Ministère de l'intérieur

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 116 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
308 208 298 266 273 295 336 317 287
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
296 267 279 305 321 291 300 291 279
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
301 313 261 273 275 247 214 213 217
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
201 200 161 152 126 125 131 116 116
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La halle en bois, sur la place du village
Couvent des Carmes
Couvent des Augustins
  • Le château des Ducs (XVe siècle)[4]: ce petit corps de logis présentant deux tours rondes fut construit par les seigneurs de Mortemart qui n'étaient pas encore ducs. L'élévation à ce titre ne se fit que sous Louis XIV, soit deux siècles après la construction du château.
  • L'église des Augustins (XIIIe siècle)[5]: aujourd'hui église paroissiale, elle est d'une grande austérité. Elle renferme de splendides stalles du XVe siècle de style flamboyant ; le chœur est décoré d'un magnifique retable baroque.
  • Le couvent des Augustins (XVIIIe siècle)[6] : véritable petit château, ce bâtiment monastique était le lieu de résidence des derniers chanoines de la commune, il fut construit sur les plans de l'architecte Joseph Brousseau. C'est aujourd'hui une propriété privée.
  • Le couvent des Carmes (XVIIe siècle)[7] : faisant face à l'église des Augustins, il est d'une grande sobriété mais conserve de nombreux éléments intéressants comme son portail classique et son escalier.
  • La halle : située au centre de la place royale, elle est entièrement en bois.
  • Les maisons des notables : Maison du Sénéchal, Maison de Verdilhac, Maison de l'Échauguette, Maison du Chevalier de Béon.

L'église des Augustins[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Rougerie, éditeur de poésie.
  • Famille de Rochechouart de Mortemart.
  • Cardinal Pierre Gauvain, né à Mortemart, évêque de Viviers (Ardèche), puis d'Auxerre, mort le 14 avril 1335 (un vendredi saint) inhumé dans l'église du Moustiers, à Mortemart.
  • Histoire de Mortemart par Lorgue, 1893, Société historique et archéologique du Limousin.
  • Une partie du tournage du téléfilm 1905, diffusé en 2005 et 2009 sur France 2, a été réalisée à Mortemart.
  • Un téléfilm a récemment été tourné à Mortemart, en mai 2009, avec Philippe Chevalier.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. Charles-Laurent Salch - Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France - p. 818 - Éditions Publitotal - Strasbourg - 1979
  5. Claude Andrault-Schmitt - Limousin gothique - p. 280-286 - Picard Editeur - Paris - 1997 - (ISBN 2-7084-0530-6)
  6. Base Mérimée Couvent des Augustins
  7. Les Chartreux à Mortemart