Brousse-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brousse-le-Château
Image illustrative de l'article Brousse-le-Château
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Canton Saint-Rome-de-Tarn
Maire
Mandat
Denis Bel
2014-2020
Code postal 12480
Code commune 12038
Démographie
Gentilé Broussais
Population
municipale
149 hab. (2011)
Densité 9,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 59′ 54″ N 2° 37′ 33″ E / 43.9983333333, 2.6258333333343° 59′ 54″ Nord 2° 37′ 33″ Est / 43.9983333333, 2.62583333333  
Altitude Min. 220 m – Max. 665 m
Superficie 15,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Brousse-le-Château

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Brousse-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brousse-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brousse-le-Château

Brousse-le-Château est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lestrade-et-Thouels Rose des vents
Connac N Broquiès
O    Brousse-le-Château    E
S
Montclar Saint-Izaire

Site[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune constitue une fraction méridionale du Massif central.

Le bourg chef-lieu de la commune de Brousse-le-Château est situé sur un éperon rocheux entre la rivière du Tarn et la rivière de l'Alrance dans le département de l'Aveyron. Il est situé dans les Raspes à 62 kilomètres de Rodez et à 60 kilomètres de Millau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Article connexe : Famille d'Arpajon.

L'histoire des Arpajons commence à Brousse avec Bernard I. Celui-ci s'installe avec sa femme au château en 1204. C'est à cette époque que le petit village devient un point important par sa situation, en effet, il devient un point obligé de traversée du Tarn pour la population du Rouergue. Les seigneurs en ayant la garde perçoivent une taxe : la pezade[réf. souhaitée]. S'ensuit le règne de Bernard II qui est surtout célèbre pour avoir fondé une chapelle en la cathédrale de Rodez. Puis Hugues I et Béranger I dominent le château de Brousse.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 en cours Denis Bel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 149 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
1 002 752 948 946 910 886 933 873 878
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
912 932 799 741 713 763 712 704 605
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
534 489 401 341 310 268 219 225 203
1999 2004 2006 2009 2011 - - - -
163 177 178 159 149 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le bourg chef-lieu de la commune apparaît dans le classement d'une association nommée « Les Plus Beaux Villages de France ».

Les toits en lauzes et les façades de grès, de gneiss ou de schiste des maisons du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle près du pont gothique résument la richesse géologique de la région.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Château de Brousse  Inscrit MH (1943)[5] des XIIIe siècle, géré par la commune depuis 2008.
  • Vieux pont gothique sur l'Alrance  Inscrit MH (1937)[6].
  • Vestige d'un ancien moulin du Moyen Âge sur le Tarn, ayant subi plusieurs crues. Ce bâtiment plusieurs fois réhabilité a été détruit le 29 mai 2012 pour permettre la construction d'une turbine supplémentaire dans le bâtiment adjacent, abritant une centrale hydro électrique.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Massol, Brousse-le-Château, Lincou, Séverac-le-Château avec les Arpajon, Lincou (12170 Réquista), M. Massol,‎ 1986, 152 p. (notice BnF no FRBNF34872851)
  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Alain Marc), Sant-Roma : Aissenas, Broquièrs, Brossa, Las Còstas, L'Estrada, Sant-Victor, Lo Truèlh / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Sant-Roma, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 1995, ill., couv. ill. ; 28 cm, 239 p. (ISBN 2-907279-20-3, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36688572)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]