Saint-Amand-de-Coly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Amand.
Saint-Amand-de-Coly
Le village de Saint-Amand-de-Coly.
Le village de Saint-Amand-de-Coly.
Blason de Saint-Amand-de-Coly
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Montignac
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Homme
Maire
Mandat
Claude Vilatte
2014-2020
Code postal 24290
Code commune 24364
Démographie
Population
municipale
404 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 52″ N 1° 14′ 53″ E / 45.0644444444, 1.2480555555645° 03′ 52″ Nord 1° 14′ 53″ Est / 45.0644444444, 1.24805555556  
Altitude Min. 114 m – Max. 284 m
Superficie 26,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Amand-de-Coly

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Amand-de-Coly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Amand-de-Coly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Amand-de-Coly

Saint-Amand-de-Coly est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine.

Elle fait partie de l'association Les Plus Beaux Villages de France[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Les champs de maïs de la
vallée de la Chironde

Au cœur du Périgord noir, la commune de Saint-Amand-de-Coly est traversée du sud au nord-est par la Chironde, un maigre affluent du Coly et sous-affluent de la Vézère.

Le bourg est situé, en distances orthodromiques, huit kilomètres à l'est de Montignac, autant au sud-ouest de Terrasson-Lavilledieu et 19 kilomètres au nord de Sarlat-la-Canéda, à l'écart des principales routes.

Au Môyen Âge, Saint-Amand-de-Coly conservait la source du Coly[2], jusqu'à ce qu'elle se diminue.

La commune est desservie par les routes départementales 64 (au sud-est) et 704 (l'ancienne route nationale 704 au sud-ouest).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Amand-de-Coly
Aubas Condat-sur-Vézère
Coly
Montignac Saint-Amand-de-Coly La Cassagne
La Chapelle-Aubareil Saint-Geniès Archignac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune fait référence à saint Amand, ermite venu évangéliser la région au VIe siècle[3] et à la proximité du village de Coly, où les abbés du lieu disposaient d'un château, attesté en 1406 (Castrum de Coly)[4].

En occitan, la commune porte le nom de Sench Amand de Còli[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye de Saint-Amand-de-Coly.

La commune présente en plusieurs lieux des traces d'occupation humaine préhistorique, puis gallo-romaine[3].

Bien que l'abbaye augustinienne ait été construite au XIIe siècle, la première mention écrite connue du lieu remonte au XIVe siècle sous la forme latine Sanctus Amandus prope Montinhacum (« Saint Amand près de Montignac »)[3].

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom d'Amand-le-Vallon[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Amand-de-Coly Blason D'argent au pal de gueules; à la bordure crénelée du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Amand-de-Coly a, dès 1790, été rattachée au canton de la Cassagne qui dépendait du district de Montignac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX (28 janvier 1801) portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Montignac dépendant de l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[6].

Fin 2001, Saint-Amand-de-Coly intègre dès sa création la communauté de communes de la Vallée de la Vézère. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes de la Vallée de l'Homme.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1983[7] (réélu en mars 2014) en cours Claude Vilatte DVG Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Amand-de-Coly depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Saint-Amand-de-Coly[8]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2011, Saint-Amand-de-Coly comptait 404 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 150 1 029 1 054 893 814 978 1 071 1 140 1 151
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 093 1 085 1 018 965 944 951 863 822 794
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
732 667 658 611 572 505 505 451 380
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
354 322 308 301 312 356 372 394 382
2011 - - - - - - - -
404 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Roger Bambuck, athlète et ancien ministre des Sports, y a une maison depuis 1973[13].

Vie locale[modifier | modifier le code]

La fête du village a lieu chaque année le 15 août, avec messe de la Saint-Hubert sonnée par les trompes de chasse, repas avec spécialités périgourdines, bal, animations...

En juillet et août se tient un marché de producteurs de pays sur la place du séchoir à tabac. Chaque mardi, à partir de 17h30, des producteurs proposent leurs produits (viande, conserves, fruits et légumes, vins, fromages, gâteaux,...).

Au mois d'août, l'abbaye accueille plusieurs concerts de musique classique, ainsi que des masterclasses de musique ancienne, dans le cadre du Festival du Périgord noir[14].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Amand-de-Coly sur le site des plus beaux villages de France. Consulté le 14 août 2009
  2. http://books.google.fr/books?id=FC8DAAAAcAAJ&pg=PA33 Maxime Montrond, Dictionnaire des Abbayes et Monastières p.33
  3. a, b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 294-295.
  4. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 113.
  5. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 5 septembre 2013.
  6. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 25 août 2014.
  8. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 21 mars 2014)
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  10. « Inscription du château de la Grande Filolie », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 août 2009
  11. Thierry Hourlier, Les églises fortifiées de Dordogne, Éditions patrimoines & médias, 1997, (ISBN 2-910137-20-1)
  12. « Classement de l'ancienne abbaye de Saint-Amand-de-Coly », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 août 2009
  13. Thierry Dumas, « C'est le pays que j'ai choisi », Sud Ouest édition Dordogne du 30 juillet 2013, p. 12.
  14. Festival de musique classique du Périgord noir