Saint-Benoît-du-Sault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Benoît et Sault.
Saint-Benoît-du-Sault
Vue générale de la commune.
Vue générale de la commune.
Blason de Saint-Benoît-du-Sault
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre
Arrondissement Le Blanc
Canton Saint-Benoît-du-Sault
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Marche occitane - Val d'Anglin
Maire
Mandat
Christian Brec
2011-2014
Code postal 36170
Code commune 36182
Démographie
Gentilé Bénédictins
Population
municipale
626 hab. (2011)
Densité 348 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 29″ N 1° 23′ 29″ E / 46.441388888889, 1.3913888888889 ()46° 26′ 29″ Nord 1° 23′ 29″ Est / 46.441388888889, 1.3913888888889 ()  
Altitude Min. 175 m – Max. 246 m
Superficie 1,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Saint-Benoît-du-Sault

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de Indre
City locator 14.svg
Saint-Benoît-du-Sault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Benoît-du-Sault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Benoît-du-Sault
Liens
Site web saint-benoit-du-sault.fr

Saint-Benoît-du-SaultPrononciation du titre dans sa version originale Écouter est une commune française, située dans le département de l'Indre, en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le sud-ouest[1] du département, dans la région naturelle du Boischaut Sud, au-dessus de la vallée du Portefeuille.

Les communes limitrophes[1] et chefs-lieux[1] sont : Roussines (3 km), Parnac (4 km), La Châtre-Langlin (4 km), Le Blanc (33 km), Châteauroux (47 km), La Châtre (48 km) et Issoudun (72 km).

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux[2] et lieux-dits[2] de la commune sont : Bel-Air, le Bois et la Carrière.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé observé de 1961 à 1990, à la station météorologique de Châteauroux - Déols (36)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,5 1,2 2,6 4,9 8,2 11,2 13,2 13,1 10,9 7,6 3,5 1,1 6,5
Température moyenne (°C) 3,4 4,7 6,9 9,7 13,2 16,5 19,1 18,7 16,3 12,1 6,9 4 11
Température maximale moyenne (°C) 6,3 8,2 11,2 14,5 18,2 21,8 25 24,3 21,6 16,7 10,3 6,9 15,4
Record de froid (°C)
date du record
-22,8
16/01/1985
-15
05/02/1963
-10
03/03/1965
-3,9
12/04/1986
-0,2
08/05/1974
3
05/06/1969
5,8
02/07/1975
4,5
06/08/1967
1,1
19/09/1962
-2,8
25/10/1964
-6,3
23/11/1988
-17
10/12/1967
-22,8
16/01/1985
Record de chaleur (°C)
date du record
18,3
30/01/1967
22,9
24/02/1990
24,3
28/03/1989
26,9
20/04/1968
31,1
27/05/1967
35,6
28/06/1986
36,8
21/07/1990
37,3
16/08/1974
34
17/09/1987
29,5
02/10/1985
21,6
01/11/1984
20,5
16/12/1989
37,3
16/08/1974
Nombre de jours avec gel 13,4 11,6 9,1 2,5 0,1 0 0 0 0 0,8 6,8 12,9 57,2
Ensoleillement (h) 47 76 121 150 181 201 235 203 165 123 63 48 1 613
Record de vent (km/h)
date du record
101
30/01/1983
115
03/02/1990
126
10/03/1982
83
11/04/1985
87
02/05/1988
97
07/06/1987
94
26/07/1983
72
26/08/1986
97
22/09/1987
94
16/10/1987
101
08/11/1982
97
30/12/1981
126
10/03/1982
Précipitations (mm) 61,7 63,2 63,8 56,6 75,3 53,4 51,5 50,6 60,9 59,9 65,7 65,7 728,3
dont pluie (mm) 29,5 28,2 32,4 42,6 39,7 39,7 48,3 43 58,6 43 35,2 35 58,6
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
29,5
12/01/1962
28,2
13/02/1990
32,4
29/03/1978
42,6
18/04/1964
39,7
06/05/1985
39,7
20/06/1977
48,3
22/07/1963
43
29/08/1968
58,6
17/09/1975
43
29/10/1981
35,2
05/11/1962
35
14/12/1979
58,6
17/09/1975
Nombre de jours avec précipitations 11 10,4 11,1 10,3 11,9 8,1 6,6 7,7 7,5 9,1 11 11,1 115,8
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 4,1 4,1 4,5 3,8 5,2 3,7 3,2 2,9 3,6 4,1 4,8 4,5 48,5
Humidité relative (%) 88 85 79 75 76 74 69 70 76 84 88 88 79,33
Nombre de jours avec neige 3,3 3,4 1,9 0,8 0 0 0 0 0 0 1,3 2,7 13,4
Nombre de jours d'orage 0,1 0,2 0,4 1,1 3,4 3,3 0 0 2,1 0,9 0,3 0,3 12,1
Nombre de jours avec brouillard 5,7 4,4 2,3 1,4 1,2 1,1 0 0 2,8 5,9 5,8 6,4 37
Source : Infoclimat.fr
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
6.3
0.5
61.7
 
 
 
8.2
1.2
63.2
 
 
 
11.2
2.6
63.8
 
 
 
14.5
4.9
56.6
 
 
 
18.2
8.2
75.3
 
 
 
21.8
11.2
53.4
 
 
 
25
13.2
51.5
 
 
 
24.3
13.1
50.6
 
 
 
21.6
10.9
60.9
 
 
 
16.7
7.6
59.9
 
 
 
10.3
3.5
65.7
 
 
 
6.9
1.1
65.7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est desservi par les routes départementales[3] : 1, 10, 36 et 46.

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne du Blanc à Argenton-sur-Creuse via Saint-Benoît-du-Sault passait par le territoire communal, deux gares (Saint-Benoît-du-Sault et La Boussinière) desservaient la commune. Les gares ferroviaires les plus proches sont les gares : d'Éguzon[3] (15 km), Saint-Sébastien[3] (17 km) et Argenton-sur-Creuse[3] (21 km).

La commune est desservie par la ligne L du réseau L'Aile Bleue[4].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[3], à 58 km.

Le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée de pays : Vallée de la Creuse et de l'Anglin[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution française, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler l'Ancien régime à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Mont-du-Sault[5].

Ses habitants sont appelés les Bénédictins[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, quelques moines bénédictins détachés de l'abbaye de Fleury ont fondé à Caput Servium (Sacierges-Saint-Martin) une petite colonie, qui du fait de la proximité de la voie romaine et de l'époque incertaine (incursions barbares) l'ont transférée à Salis (Saint-Benoit-du-Sault), roc naturel qui permit de mieux la défendre à partir du Xe siècle.

L'histoire du village est aussi liée aux vicomtes de Brosse, d'où l'aspect toujours médiéval perché sur une butte rocheuse (site inscrit), les maisons XVe siècle et XVIe siècle et autres ruelles et places pittoresques. Les armoiries actuelles du village (3 brosses d'or liées de gueule sur fond d'azur) sont celles de la famille de Brosse.

Le film La Vouivre y fut tourné en 1987.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement du Blanc, du canton de Saint-Benoît-du-Sault, de la première circonscription de l'Indre et de la communauté de communes Marche occitane - Val d'Anglin.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 1973 Gilbert Brisset DVG  ?
1974 mars 1977 Louis-Marie Desfosses DVD Notaire
mars 1977 mars 2001 Jean Chatelut DVG Pharmacien
mars 2001 2003 Marc Dumont[7] DVD  ?
2003 2011 Pierre Level[8] DVD Statisticien retraité
2011 en cours Christian Brec[9] DVD Pharmacien
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune dispose des services suivants :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 626 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 200 973 1 148 1 121 1 243 1 265 1 258 1 208 1 220
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 173 1 072 1 099 1 112 1 078 1 141 1 112 1 096 1 008
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
948 1 031 939 934 872 826 759 801 702
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
699 822 864 836 856 766 714 626 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède comme lieux d'enseignements[16] : une école primaire publique (François Rabelais), qui dépend du RPI[17] : Parnac - Saint-Benoît-du-Sault et un collège public (Hervé Faye). Les lycées publics de secteur[18] se trouvent à Argenton-sur-Creuse (lycée général Rollinat) et à Châteauroux (lycée polyvalent Blaise Pascal).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival des Bouchures.

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique

La commune de Saint-Benoît-du-Sault dépend de l'archidiocèse de Bourges, du doyenné du Val de Creuse[19] et de la paroisse de Saint-Benoît-du-Sault. Le lieu de culte est l'église Saint-Benoît.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est classée parmi les plus beaux villages de France.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Le prieuré.
Le beffroi.
Le beffroi.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Benoît-du-Sault Blason D'azur aux trois gerbes de blé d'or, liées de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Chatelut, Chronique d’un vivant village : du nécessaire aux indispensables initiatives, Saint-Benoît-du-Sault, Payse éditions,‎ 208 (ISBN 2915303037).
  • Les origines de la vicomté de Brosse et de la prévôté de Saint Benoît du Sault, de Roland Aubert, Le Pont-Chrétien-Chabenet, Imprimerie Sodimass S.A,‎ 2005 (ISBN 2952506906).
  • Élie de Beaufort, Recherches archéologiques dans la région de Saint-Benoît du-Sault.
  • Pierre Brunaud, Les cantons de Saint-Benoît-du-Sault et Bélâbre, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton,‎ 2000, 128 p. (ISBN 2842534956).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Site de Lion 1906 : Indre, consulté le 10 septembre 2012.
  2. a, b et c Site du Géoportail : Saint-Benoît-du-Sault, consulté le 15 décembre 2013.
  3. a, b, c, d et e Site de ViaMichelin : Saint-Benoît-du-Sault, consulté le 14 décembre 2013.
  4. Site du conseil général de l'Indre : Les horaires de l’Aile Bleue, consulté le 14 décembre 2013.
  5. Charles Bouyssi, Communes et paroisses d’Auvergne,‎ 2002 (lire en ligne).
  6. « Nom des habitants des communes françaises, Saint-Benoît-du-Sault », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 11 février 2012).
  7. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  8. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  9. « Christian Brec, élu maire de Saint-Benoît-du-Sault », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ 2 octobre 2011.
  10. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  11. Site de Berry Province, consulté le 5 février 2013.
  12. Site de Région de Gendarmerie du Centre : Groupement de l'Indre, consulté le 23 août 2012.
  13. Site du conseil général de l'Indre : Avec le Conseil général des routes encore plus sûres !, consulté le 18 août 2012.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  16. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Coordonnées des établissements scolaires publics et privés sous contrat, consulté le 16 août 2012.
  17. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Carte des communes sans écoles et regroupement pédagogique intercommunaux (RPI), consulté le 18 août 2012.
  18. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 20 août 2012.
  19. Site de l'archidiocèse de Bourges : Doyenné du Val de Creuse, consulté le 4 mai 2013.