Bandol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le village bosniaque, voir Bandol (Travnik).
Page d'aide sur les redirections Pour le vin, voir bandol (AOC).
Bandol
Bandol vu des calanques le soir en été
Bandol vu des calanques le soir en été
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Toulon
Canton Ollioules
Intercommunalité Sud Sainte Baume
Maire
Mandat
Jean-Paul Joseph
2014
Code postal 83150
Code commune 83009
Démographie
Gentilé Bandolais
Population
municipale
7 663 hab. (2011)
Densité 893 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 00″ N 5° 45′ 00″ E / 43.133333, 5.75 ()43° 08′ 00″ Nord 5° 45′ 00″ Est / 43.133333, 5.75 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 221 m
Superficie 8,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Bandol

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Bandol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bandol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bandol

Bandol est une commune française dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

L'exportation des vins locaux (en particulier) via le port de Bandol a donné son nom à l'AOC des vins de Bandol, qui sont l'une des raisons du renom de la commune. Le tourisme balnéaire (notamment au milieu du XXe siècle) est l'autre raison majeure de sa réputation.

Ses habitants sont appelés les Bandolais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sur le littoral méditerranéen, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Bandol est à environ 45 km à l'est de Marseille et 15 km à l'ouest de Toulon, avant-dernière ville à l'ouest du littoral du Var avant d'atteindre le département des Bouches-du-Rhône. C'est en outre le plus gros port de plaisance entre Marseille et Hyères (Bandol serait le 9e port de plaisance français).

Avec un fort dénivelé sur un petit territoire, Bandol offre sur les flancs de ses collines, une vue mer imprenable pour beaucoup d'habitations. Cela peut expliquer en partie son succès immobilier avec un taux de résidences secondaires anormalement élevé même pour la région (et un prix du m² en corrélation[1]), ainsi que son dépassement marqué de la moyenne nationale quant à la proportion de séniors dans sa population (en 2006 [2]: +/-40 % de plus de 60 ans) qui la démarque également des communes voisines.

La commune est en revanche très en retard en ce qui concerne la solidarité urbaine : elle ne propose que 5 % de ses logements en caractère social, quand la Loi SRU en impose 20 %. La municipalité est ainsi, chaque année, à l'amende de plusieurs centaines de milliers d'euros[3].

Limites communales[modifier | modifier le code]

La commune de Bandol est bordée par :

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

  • SNCF : présence d'une gare en centre ville sur la ligne Marseille-Toulon
  • Autoroute : Bandol bénéficie d'une sortie de péage sur l'A50 (sortie numéro 12)
  • Bus : une desserte municipale fonctionne dans la ville certains jours de la semaine, et complète des lignes de bus régionaux vers Sanary-sur-Mer et Saint-Cyr-sur-Mer notamment.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune compte douze quartiers :

  • Pierreplane
  • Peyrière
  • Bellevue
  • Bois Maurin
  • Engraviers
  • Entrechaux
  • Escourche
  • Les Routes
  • Montée Voisin
  • Gare/moulin à vent
  • Centre
  • Hauts de Bandol

Logements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du nom « Bandol » est contestée : est-ce Bendorinum latin (l'extrémité de Tauroentum), Bendoritum gaulois (le gué blanc) ou Bendor arabe (la fille de la colline) ?

Bandol s'écrit : Bandòu en provençal selon la norme mistralienne[4] ; de la même façon en occitan selon la norme classique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Bandol, village riverain de la Méditerranée, entre Marseille et Toulon, disparaît à la fin de l'Antiquité, suite aux invasions barbares. La population fuit dans les villages de l'intérieur, comme La Cadière.

Réapparition dans le second millénaire[modifier | modifier le code]

Ce n'est qu'au début de l'époque moderne que Bandol réapparaît : le duc d'Epernon, à la fin des guerres de religion, y fait construire un fort qu'Henri IV donne en 1596 comme fief à un valeureux militaire, Antoine Boyer. Ce dernier est anobli peu après et ses descendants, la famille de Boyer, crée en 1715 un village avec sept familles pionnières. Grâce aux célèbres vins de Bandol (connus à la table de Louis XV), Bandol se développe fortement et comprend 1 200 habitants en 1789. En 1790, le curé Jean-Baptiste Gardon est élu maire avec 88 % des voix (fait unique en Provence). En 1793, s'ouvre à Bandol une section fédéraliste qui soutient la révolte de Toulon. Ses deux responsables, le curé Jonquier et le tonnelier Barthélémy, seront ensuite guillotinés.

Dates particulières[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Bandol a été récompensée par le label « Ville Internet @@@ »[5].

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Lors du second tour de l’élection présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy est arrivé en tête avec 72,58 % (la moyenne nationale étant de 53,06 %) et Ségolène Royal avec 27,42 % (moyenne nationale 46,94 %)[6].

Lors du second tour de l'élection présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy est arrivé en tête avec 69,69 % (la moyenne nationale étant de 48,36 %) et François Hollande avec 30,31 % (moyenne nationale 51,64 %)[7].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé du maire et de 28 conseillers municipaux dont 8 adjoints[8].

Le conseil municipal des jeunes (CMJ) existe à Bandol depuis novembre 2009.

Bandol
Blason de Bandol

Liste des Maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
14 février 1790 21 mai 1791 Jean-Baptiste Gardon   prêtre
1792  ? Roux    
1807 1815 Jean-André Bellieu    
Avril 1830 21 janvier 1839 Allemand    
31 janvier 1839 mars 1848 Laugier    
1 septembre 1848 6 décembre 1851 Brun    
6 décembre 1851 18 juin 1855 Honoré Caboufigue    
18 juin 1855 25 février 1856 François Olagnier    
25 février 1856 22 novembre 1859 Joseph Cayol    
22 novembre 1859 1 septembre 1863 Combal    
1 septembre 1863 10 août 1870 J-B Blanchely    
10 août 1870 14 septembre 1870 Auguste Caboufigue    
14 septembre 1870 18 octobre 1870 Jean-Baptiste Cayol    
18 octobre 1870 16 février 1874 Jean-Baptiste Rouden    
19 février 1874 18 août 1875 J-B Blanchely    
18 août 1875 21 janvier 1878 Antoine Laurent    
21 janvier 1878 22 septembre 1878 Joseph Baye    
22 septembre 1878 21 janvier 1881 Michel Rouden    
21 janvier 1881 5 juillet 1902 Alfred Vivien    
5 juillet 1902 19 novembre 1911 Lucien Bagarry    
19 novembre 1911 20 septembre 1916 François Clément    
20 septembre 1916 1919 François Coreil    
1919 1925 Maurice Charles    
1925 1930 Henri Suquet    
1930 1941 Octave Maurel    
1941 1944 Louis Bonnaud    
1944 1965 Octave Maurel    
1965 1977 François Fabre    
1977 mars 1983 Christian Goux PS  
mars 1983 juin 1995 Dr Arthur Paecht UDF médecin
juin 1995 mars 2001 Dr Xavier Suquet RPR chirurgien
mars 2001 21 mars 2008 François Barois UMP Militaire
21 mars 2008 31 Mars 2014[9] Christian Palix DVD Pédiatre
4 avril 2014[10]   Jean-Paul Joseph UDI Cardiologue

Sources : Marius Cayol, Histoire de Bandol, annexes. Alain Vignal, Bandol et la Cadière en Révolution, 1789-1795, p. 176-177

Politique environnementales[modifier | modifier le code]

Le tri sélectif est en vigueur à Bandol, et depuis début 2008, le recyclage des déchets électroniques est assuré via un conteneur spécial à la déchèterie. Le site de la mairie[11] est assez complet sur le thème Environnement, mais la municipalité n'a pas adopté à ce jour les véhicules propres pour les services municipaux.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Bandol est jumelée avec les villes de :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 7 663 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 218 1 247 1 240 1 561 1 575 1 705 1 847 3 058 1 968
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 945 1 880 2 001 1 996 1 940 1 782 1 769 1 784 1 930
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 077 2 057 2 162 2 083 2 162 2 529 2 621 3 175 3 457
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
4 198 5 088 6 184 6 706 7 431 7 905 8 647 7 663 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Bandol compte deux groupes scolaires et un collège.

  • Groupe scolaire Octave-Maurel
  • Groupe scolaire du Bois-Maurin
  • Collège Raimu[14]

Ces établissements dépendent de l'Académie de Nice.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le site de la Mairie délivre un programme d'activités culturelles qui culmine avec la saison estivale. De 2003 à 2007, les concerts du M6 Live Festival en août ont été la note dominante annuelle.

Santé[modifier | modifier le code]

En raison de la moyenne d'âge élevée, l'installation de nombreux professionnels de santé sur la commune donne une densité élevée des corporations respectives.

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

En plus du port de 1600 places, Bandol qui est labellisée Station Nautique dispose d'une école de voile[15]. Toute l'offre des loisirs et sports nautiques est proposée sur la commune en saison.

Bandol a son propre stade et un gymnase utilisés notamment pour les sports collectifs. La ville propose également une salle de danse, un skate-park, et compte de nombreuses associations dans ce domaine.

Évènements sportifs[modifier | modifier le code]

Bandol a été plusieurs fois « ville étape » du Tour de France à la Voile[16] en été.

Médias[modifier | modifier le code]

Bandol est le siège de la radio Top fm.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage est supérieur à la moyenne nationale selon les chiffres de 1999[17].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Très tournée vers le tourisme, en plus des commerces et de l'offre d'hôtellerie et restauration, Bandol dispose d'une zone d'activité dite « ZA Les Mattes » où se regroupent plusieurs professions différentes : fabricant de parfums, mécaniciens auto-moto, serrurier, ferronnier d'art, mécanicien voitures américaines ainsi que d'autres entreprises et une autre zone d'activité dite le « Val d'Aran. »

Tourisme[modifier | modifier le code]

La situation géographique de Bandol permet un développement du tourisme, avec un bord de mer important.

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture à Bandol est essentiellement tournée vers la production de vin de Bandol (AOC).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La plage du Barry a été le théâtre (juin 1943) des premiers essais du scaphandre autonome par Jacques-Yves Cousteau, Philippe Tailliez et Frédéric Dumas. Une plaque commémorative y rappelle l'événement.
  • L'île de Bendor[18] est accessible au départ du port de Bandol par navettes régulières. L'aménagement de l'île a commencé vers 1950, grâce à l'industriel Paul Ricard. Une curieuse exposition des vins et spiritueux présente 8 000 bouteilles de vins, apéritifs et liqueurs de 52 pays, sans compter les verres et carafes de cristal. L'île accueille également une exposition rétrospective de l'œuvre picturale de Paul Ricard présentant environ 150 toiles et dessins et un musée des objets publicitaires de la marque de pastis Ricard
  • Bandol a également un kiosque à musique bâti en 1933 par l'architecte Fleury Linossier (en).
  • Le jardin exotique et zoo de Sanary-Bandol est un parc planté de cactées et d'espèces tropicales. Un parcours fléché permet de rencontrer des animaux aussi exotiques que les plantes : singes (ouistitis, saïmiris capucins, gibbons), lémuriens, coatis, fennecs, kinkajous et d'autres plus familiers (daims, poneys, ânes, etc.). Des paons en liberté toisent perroquets et flamants roses.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • salle de cinéma
  • centre culturel et salle d'exposition
  • cyberbase

La nouvelle médiathèque est entrée en service (salle de spectacle) à l'automne 2008 et abrite la cyberbase depuis janvier 2009.

Jardin exotique zoo[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un jardin Exotique Zoo qui présente des dizaines d'espèces animales et des centaines d'espèces végétales[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le blason est actuellement constitué d'une étoile d'or sur champ d'azur. En effet, la devise de la ville est "dux et navigantium securitas", ce qui signifie, "guide et sécurité de ceux qui naviguent", en référence à l'étoile. En 1751, Bandol reçut de son seigneur, Ange Boyer de Foresta, ses armoiries frappées de l'étoile d'or sur champ de sinople (vert) afin qu'elles imitent, mais ne soient pas confondues avec les siennes, qui étaient la même étoile, mais sur champ d'azur (bleu), surmontée de la même devise. Celle-ci était alors à peu près la même qu'actuellement, le terme "salus" (salut, arrivée à bon port…) ayant été remplacé par un homonyme, "securitas"[21].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marius Cayol, Histoire de Bandol, Aris,‎ 1980
  • Raymond Culioli, Bandol, la deuxième vague (1880-1983), Eden,‎ 1997
    226 pages
  • Lucien Grillon, Bandol. Deux siècles d'histoire (1585-1790), Bandol, Presses de Saint-Lambert,‎ 1987
    337 pages
  • Max Moutte, CD-ROM sur l'histoire de Bandol
  • Alain Vignal, Bandol et la Cadière en Révolution, 1789-1795, Toulon, Chez l'auteur,‎ 2003
    219 pages
  • Bandol Mag, magazine municipal édité par la Mairie

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bandol (Var - 83150) : marché immobilier
  2. Bandol (Var - 83150) : démographie
  3. Les cancres de la loi SRU, paru dans le mensuel régional le Ravi, septembre 2011.
  4. Dictionnaire Jules Coupier, édition de 2009, page 1513
  5. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 18/12/2009.
  6. | interieur.gouv.fr - Élection présidentielle 2007 : Bandol - Var (83150)
  7. | interieur.gouv.fr - Élection présidentielle 2012 : Bandol - Var (83150)
  8. voir, en exemple d'un déroulement d'un Conseil, l'article "On n'est pas dans une République Bananière, compte rendu paru dans le mensuel régional le Ravi, avril 2012.
  9. http://www.varmatin.com/bandol/vexe-par-sa-defaite-le-maire-sortant-de-bandol-christian-palix-dvd-part-sans-attendre.1629771.html
  10. http://bandolweb.com/2014/04/04/le-nouveau-conseil-municipal/
  11. site de la mairie
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  14. Collège Raimu
  15. école de voile
  16. Tour de France à la Voile
  17. Bandol (Var - 83150) : emploi et formation
  18. L'île de Bendor
  19. /Site du jardin Exotique zoo
  20. Mention du lieu de l'enterrement, archive du journal Le Monde
  21. Les historiens ne sont pas tous d'accord ni sur l'azur, ni sur la devise. En effet, selon Recherches relatives à la géographie et aux antiquités, ou, Dictionnaire topographique et répertoire archéologique du canton du Beausset avec un appendice sur Bandol, par l'Abbé Magloire Giraud, Publié par l'imprimerie E. Aurel, 13 rue de l'Arsenal, Toulon, 1864, voir cette numérisation, les armes de Bandol ont été données à la communauté par François II de Boyer le 6 octobre 1751, elles sont de sinople à une étoile d'or avec pour devise dux navigantium et salus. Selon Armorial des communes de Provence, ou Dictionnaire géographique et héraldique des villes et villages (etc.), par Louis de Bresc, publié par la Librairie Bachelin-Deflorenne, 3 quai Malaquais, Paris, 1866, voir cette numérisation, les armes de Bandol sont d'azur à une étoile d'or avec pour devise Dux navigantium salus.