Mercurino Gattinara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Mercurino Arborio di Gattinara par Jan Cornelisz Vermeyen (vers 1530)

Le marquis Mercurino Arborio di Gattinara (né le 10 juin 1465 au château Arborio près de Verceil dans le Piémont - mort le 5 juin 1530 à Innsbruck) était un juriste et un homme d'État italien qui a été Grand Chancelier de l'empereur Charles Quint[1].

Origine[modifier | modifier le code]

Gattinara descend d'une famille désargentée de la petite noblesse. Il se marie avec Andreotta Avocado qui lui finance ses études de droit à l'université de Turin. Il commence par la suite à travailler comme avocat en Savoie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Sa carrière politique commence en tant que conseiller juridique du duc Philibert II de Savoie. En 1501, Philibert épouse en secondes noces Marguerite d'Autriche, la seule fille légitime du futur empereur du Saint-Empire Maximilien Ier et marraine du futur empereur Charles Quint. Gattinara devient le conseiller juridique de Marguerite d'Autriche qu'il suit aux Pays-Bas lors de la mort de Philibert II. Il s'occupe alors particulièrement des biens héritées en tant que veuve et du comté de Bresse. En 1508, il est nommé dans le même temps président de la cour de justice de Dole alors siège du parlement de Franche-Comté. Entre temps, Gattinara est toujours au service de Marguerite d'Autriche devenue gouverneur de Pays-Bas et Maximilien Ier le nomme ambassadeur à la cour d'Espagne et à la cour de France. Il participe à l'élaboration du traité de Cambrai en 1508.

En 1517 il perd son long combat contre la noblesse de Franche-Comté et doit démissionner de ses fonctions. C'est là que son ressentiment contre la noblesse trouve ses racines et cette défaite influence fortement sa politique anti-féodale et hégémonique ainsi que l'idée de la monarchie universelle en faveur de Charles Quint. En 1518, Gattinara est nommé Grand Chancelier de tous les pays et tous les royaumes. Lorsque Guillaume de Croÿ, Gattinara devient le conseiller du roi le plus influent.

En tant qu'attaché aux idées d'Érasme, Gattinara est un idéaliste mais il suit toutefois des stratégies réalistes. Gattinara contribue alors à changer la conception de l'empire qu'a Charles Quint. Il passe des racines dynastiques ancrées en Bourgogne et d'une théorie politique séculaire dominante à l'époque en Espagne à une représentation chrétienne et humaniste de l'Empire. Ses idées d'une monarchie universelle se retrouvent alors à l'opposé des théories des États-Nations qui font alors leur apparition.

Dans sa fonction de chancelier, Gattinara pousse Charles Quint à construire un empire dynastique ayant pour but une domination sur le monde (Dominium Mundi). Gattinara se fait le représentant d'un impérialisme chrétien basé sur une chrétienté unie ayant pour but d'amener les Protestants, les Turcs et ceux qui ne croient pas à rejoindre le nouveau monde de l'Église catholique romaine. Sa théorie cherche l'équilibre entre les différentes nations chrétiennes et les exigences liées à la construction d'un empire universel. Son action est de fait davantage orientée vers des conceptions médiévales que modernes. Il propage alors ses idées auprès de Charles Quint et des autres membres importants du gouvernement grâce à de nombreux mémoires.

Le programme de Gattinara semble être le seul programme disponible pour satisfaire la soif de domination de Charles Quint et dans le même temps correspondre idéologiquement. C'est dans une mesure considérable que l'on doit à Gattinara le fait que l'empire universel espagnol ait atteint son expansion maximale sous Charles Quint, même s'il montre dans le même temps les premiers signes de déclin, ce qui est surtout dû à des causes intérieures. On ne parvient alors ni à équilibrer structurellement les différentes parties de l'empire de Charles Quint ni à produire les ressources économiques indispensables au programme. En fin de compte, la politique démesurée mène à la banqueroute de l'État.

En 1529, Gattinara, devenu veuf, est nommé cardinal diacre par Clément VII. Il rédige alors son autobiographie.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir sa biographie : [1]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Carlo Bornate (Éd.): Historia vite et gestorum per dominum magnum Cancellarium Mercurino Arborio di Gattinara. In: Miscellanea di storia italiana. 3. Ser. Volume. 17. 1915, p. 231-585. [Autobiographie de Mercurino Arborio di Gattinara]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John M. Headley: The emperor and his chancellor: A study of the imperial chancellery under Gattinara. New York. Cambridge University Press, 1983.
  • (de) Alfred Kohler: Karl V. 1500 – 1558. Eine Biographie. München 1999, insb.: S. 120f. ISBN 3-406-45359-7