Tavaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tavaux-et-Pontséricourt.

Tavaux
Tavaux
Mairie de Tavaux
Blason de Tavaux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Canton Tavaux
Intercommunalité Grand Dole
Maire
Mandat
Jean-Michel Daubigney
2014-2020
Code postal 39500
Code commune 39526
Démographie
Gentilé Tavellois,Tavelloise
Tavelois, Taveloises
Population
municipale
3 908 hab. (2016 en diminution de 4,98 % par rapport à 2011)
Densité 282 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 39″ nord, 5° 24′ 46″ est
Altitude Min. 189 m
Max. 197 m
Superficie 13,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte administrative du Département du Jura
City locator 14.svg
Tavaux

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Tavaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tavaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tavaux
Liens
Site web ville-tavaux.fr

Tavaux (/ta.vo/) est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants se nomment les Tavellois et Tavelloises ou Tavelois et Taveloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tavaux est composé d'un quartier industriel (Tavaux Cités) lié à l'usine chimique belge Solvay construite en 1930 et d'un village plus ancien (Tavaux Village), datant au moins du XVIIe siècle. Entre les deux s'est développé depuis 1950 un troisième quartier : La Mulotte. Il existe d'autres quartiers tels que L'Avenue et La Marjoux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Abergement-la-Ronce, Damparis Rose des vents
Saint-Aubin N Gevry
O    Tavaux    E
S
Champdivers, Molay

Économie[modifier | modifier le code]

Les usines Solvay se trouvent en partie sur la commune. La plus haute cheminée de l'usine atteint les 92 m de haut. Il s'agit du plus grand site du groupe Solvay, couvrant près de 300 hectares.

L'aéroport de Dole - Tavaux est le principal aéroport du département. Il est géré par la Chambre de commerce et d'industrie du Jura.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Tavaux, que l'on trouve aussi, selon l'époque et le scribe, sous la forme de Tavellum[1], Tavel, Thavels, Tavey, et Taveau[2], serait issu du gaulois tavo, signifiant "silencieux" ou "calme"[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Tavaux conserve le tracé de plusieurs voies romaines, dont deux relativement importantes et deux secondaires. Les premières relient pour l'une Besançon (Vesontio) à Langres (Andemantunnum) et pour l'autre Chalon-sur-Saône (Cavillonum) à Besançon. C'est le long de cette dernière, appelée « Grand Chemin », que s'étire Tavaux-village.

Les secondes relient pour l'une, appelée « Chaussée d'Argant », Poligny à Autun (Augustodunum) et pour l'autre, appelée « Chemin des Romains », les directions de Saint-Jean-de-Losne et Salins-les-Bains.

Outre les voies romaines, des inscriptions, des médailles, des armes, des vases cinéraires, les restes d'un temple et un buste en bronze de Junon sont mis au jour dès la fin du XVIIIe siècle[2].

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Si nous n'avons, à ce jour, aucune trace de Tavaux au Haut Moyen Âge, nous savons que l'existence d'une église, donnée à l'abbaye Saint-Bénigne de Dijon par Hugues III, archevêque de Besançon, en 1092, est attestée et nous permet d'établir la dépendance de Tavaux au diocèse de Besançon pour les affaires spirituelles.

Concernant les affaires temporelles, la terre de Tavaux dépend de la châtellenie de Dole pour sa partie dite d'Amont, située à l'est de l'église, et pour celle dite d'Aval, à l'ouest de l'édifice, de la seigneurie de Gevry : toutes seigneuries relevant d'abord du comté de Bourgogne, puis, à partir de 1676, de la généralité de Besançon.

Les guerres entre Bourguignons puis Français et Comtois, durant le Moyen Âge tardif, puis celles de religion à l'Époque moderne, ainsi que le terrible incendie de 1540, éprouvent Tavaux[2].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Tavaux intègre le département du Jura en 1790 et devient une commune du canton de Saint-Aubin et du district de Dole en 1793, puis du canton de Chemin et de l'arrondissement de Dole en 1801[3].

Deux incendies ravagent le village en 1825 et 1834.

L'église Saint Gervais et Saint Protais qui s'offre aujourd'hui à nos yeux est édifiée de 1843 (nef) à 1852 (clocher) à l'emplacement de l'ancienne démolie deux ans plus tôt.

Le choléra fait près de 150 morts en 1854[2].

L'entreprise de chimie belge Solvay s'implante au tri-point des communes d'Abergement-la-Ronce, Damparis et Tavaux en 1928 et fonde les années suivantes un vaste site industriel (environ 300 ha) ainsi qu'une cité ouvrière, dont la plus grande partie se situe sur le territoire communal de Tavaux, donnant ainsi naissance au quartier Tavaux Cités et à l'église Sainte-Anne, érigée en 1938-1939.

Dans les années 1950 le quartier de La Mulotte se développe entre le village et la cité ouvrière, faisant ainsi la jonction entre ces deux entités jusqu'alors séparées géographiquement, sociologiquement et économiquement.

En 1959 la commune acquiert le Château Loiseau, à l'origine un ancien entrepôt-séchoir à grain, pour y installer la mairie[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Tavaux.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Taillé : au premier d'azur semé de billettes d'or au lion issant du même brochant sur le tout, au second de gueules à l'épi de blé d'or brochant sur une cornue contournée d'argent [1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2001 André Vauchez PS Conseiller général du Canton de Chemin (1992-2011)
Député de 1997 à 2002
mars 2001 En cours Jean-Michel Daubigney[5] UMP puis DVD Conseiller général du Canton de Chemin (2011-2015)
puis conseiller départemental du Canton de Tavaux

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2016, la commune comptait 3 908 habitants[Note 1], en diminution de 4,98 % par rapport à 2011 (Jura : -0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9689341 0721 2131 3881 3151 4151 5051 571
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3631 3171 3671 3551 4381 4961 2991 2841 155
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1211 0631 1009299252 5122 3112 7283 365
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
4 3694 9054 7364 4174 3874 2744 0944 0563 957
2016 - - - - - - - -
3 908--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

L'augmentation de la population en 1930 est conjointe à la création de l'usine Solvay sur le village.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

109 odonymes recensés à Tavaux
au 15 décembre 2013
Allée Avenue Chemin Cour Cours Espace Impasse Montée Parc Passage Place Pont Route Rue Autres Total
5 18 2 [N 1] 2 [N 2] 3 [N 3] 1 [N 4] 10 0 0 0 6 [N 5] 0 0 61 [N 6] 1 [N 7] 109
Notes « N »
  1. Chemin de la Borde et Chemin de la Clé.
  2. Cour de la Colombière et Cour de Paris.
  3. Cours d'Arbois, Cours des Nations et Cours Konrad Adenauer.
  4. Espace du 9-Mai-1950
  5. Dont la place du 19-Mars-1962
  6. Dont Rue du 8-Mai-1945 et Rue du 14-Juillet.
  7. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap & FNACA-GAJE du Jura

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Delamarre Xavier, Dictionnaire de la langue gauloise", Errance, Paris, 2003.
  2. a b c et d Rousset Alphonse, Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté et des hameaux qui en dépendent, Tome 6, Robert, Lons-le-Saunier, 1858. pp.45-49.
  3. Notice communale de Tavaux, sur la base Cassini de l'EHESS
  4. Histoire de Tavaux, sur le site officiel de la commune
  5. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]