Libercourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Libercourt
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Libercourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Canton Carvin
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin
Maire
Mandat
Daniel Maciejasz
2014-2020
Code postal 62820
Code commune 62907
Démographie
Gentilé Libercourtois
Population
municipale
8 431 hab. (2011)
Densité 1 277 hab./km2
Population
aire urbaine
552 694 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 29′ 05″ N 3° 00′ 53″ E / 50.4847222222, 3.01472222222 ()50° 29′ 05″ Nord 3° 00′ 53″ Est / 50.4847222222, 3.01472222222 ()  
Altitude Min. 21 m – Max. 41 m
Superficie 6,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Libercourt

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Libercourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Libercourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Libercourt
Liens
Site web libercourt.com

Libercourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Libercourtois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ville de l’ex bassin minier située au sud de l’aire métropolitaine lilloise, Libercourt se situe à la croisée des grands axes européens. Située à 2 heures de Bruxelles, 2 heures de Paris et 3 heures de Londres, elle possède son échangeur d’accès et une grande façade autoroutière sur l’A1. Sa gare TER, pôle d’échange majeur régional, et sa ligne Lille/Paris/Lens/Douai drainent à longueur d’année des milliers de passagers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Libercourt
Camphin-en-Carembault Phalempin
Carvin Libercourt Wahagnies
Oignies

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune abrite le Bois-d'Épinoy (près de 110 ha[1]), l'une des deux forêts de protection de la région Nord-Pas-de-Calais, instituée en 1984 en application des art. R. 411-1 et s. du code forestier[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le hameau de Libercourt faisait partie intégrante de la commune de Carvin. Dès le XIXe siècle, excentrés par rapport au siège de l'administration communale de Carvin, ses habitants, des ruraux pour l'essentiel, revendiquèrent sur fond de dissensions politiques une place et une reconnaissance qui aboutit à ce que le hameau soit érigé en commune à part entière en 1947.

Dans l'intervalle, deux événements majeurs liés à la révolution industrielle étaient venus militer en faveur du rôle grandissant joué par Libercourt qui accueillit de nombreux ouvriers mineurs et notamment de nombreux immigrés polonais :

  • la découverte de la houille à Oignies à l'origine de la création des fosses et de cités minières vont faire du hameau de Libercourt une ville minière champignon faisant partie de la conurbation minière qui voit le jour sur le territoire de la Cie des mines d'Ostricourt dont le siège se trouve dans la commune voisine de Oignies ;
  • l'ouverture d'une gare sur la ligne de voie ferrée qui conduit à Lille tandis qu'un embranchement raccorde la gare de Libercourt à la gare de Carvin.

Au cours des deux guerres mondiales, Libercourt et ses habitants souffrirent gravement de l'action des belligérants qui savent toute l'importance que revêt pour l'économie régionale ce centre minier et ferroviaire névralgique.

(Synthèse historique établie d'après les publications de la société de recherches historiques de Carvin)

Le 4 avril 1963, l'éboulement d'un terril provoque la mort par ensevelissement de quatre personnes [réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Libercourt dans son canton et son arrondissement
L'hôtel de ville.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Daniel Maciejasz PS Conseiller général

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 8 431 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1954. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
9 704 10 523 10 726 9 837 10 093 9 760 8 854 8 722 8 431
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,3 %, 15 à 29 ans = 21,7 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 16,9 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 19,3 %, 15 à 29 ans = 20,2 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 22,4 %).
Pyramide des âges à Libercourt en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,5 
5,6 
75 à 89 ans
9,5 
11,2 
60 à 74 ans
12,4 
19,4 
45 à 59 ans
19,1 
19,8 
30 à 44 ans
19,0 
21,7 
15 à 29 ans
20,2 
22,3 
0 à 14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture[modifier | modifier le code]

Eclats de cuivres est un festival de Brass band organisé le dernier week-end du mois de mai. Ce festival rassemble chaque année les plus prestigieuses formations comme le brass band Nord-Pas-de-Calais, le Brassband Willbroek et le brass band Buizingen.

Cultes[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame de Libercourt.

La paroisse de Libercourt comprend deux églises, l'église Notre Dame et l'église St Henri.

En 1991, un référendum d'initiative locale concernant un projet de construction de mosquée a rejeté le projet avec 83 % de non (2709 voix) contre 17 % pour (537 voix). Le préfet est passé outre ce référendum et la mosquée a été inaugurée en juillet 1996. Selon Remy Auchedé, secrétaire du PCF du Pas-de-Calais, « le referendum n'est pas la solution sur une telle question »[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Arme de Libercourt

Parti d’azur aux sept besants d’or ordonnés au chef du même, mi parti d’or à l’aigle bicéphale de sable.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Libercourt - Station - 3.JPG

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léon Glovacki, ancien joueur français de football.
  • Guillaume Bieganski, ancien joueur français de football.
  • L'abbé Pierre Carpentier, prêtre résistant déporté et décapité à Dortmund en Allemagne en 1943. Il est né dans cette commune en 1912.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Libercourt - Jumelages.JPG

Activités sportives[modifier | modifier le code]

La ville de Libercourt est dotée de nombreuses salles et espaces où le citoyen peut venir pratiquer des activités sportives.

Le service municipal des sports est créé en octobre 2010. Il a pour but d'agir pour le développement de la pratique sportive sur le territoire communal, afin de contribuer à l'élaboration d'une politique sportive locale.

Les équipements sportifs municipaux sont :

  • le Complexe Sportif Antoine-Victor ;
  • le COSEC Léo Lagrange, les skate-parcs du COSEC et de la Rayère ;
  • les terrains multisports de la Rayère et de la Chapelette ;
  • la salle de sport du Collège Jean de Saint Aubert ;
  • le stade-parc ;
  • le boulodrome et le pas de tir à l'arc.

L'Office municipal des sports est une association (loi du 1er juillet 1901) créée sous l'impulsion de la municipalité le 30 mars 2007. Son objectif est de fédérer le mouvement associatif sportif local.

Les associations sportives sont nombreuses.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Un rideau d'arbres de l'écrivain Olivier De Solminihac, illustré par le photographe Richard Baron (2012, La Madeleine, éditions Light Motiv, 144 pages, ISBN 9782953790825) évoque la vie à Libercourt.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel, page relative aux forêts de protection du Nord/Pas-de-Calais
  2. ar décret du 9 juillet 1984 portant création de la forêt de protection du Bois-d'Epinoy (Pas-de-Calais)JO 21-07-1984 p. 2379-2380.
  3. Les forêts de protection sur Légifrance
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Libercourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  8. Le référendum n'est pas la solution, Jean-Pierre Ravery, L'Humanité.fr, 30 avril 1991