Vieux-Condé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vieux-Condé
Cité de la fosse Trou Martin des mines d'Anzin
Cité de la fosse Trou Martin des mines d'Anzin
Blason de Vieux-Condé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Canton Condé-sur-l'Escaut
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole
Maire
Mandat
Guy Bustin
2014-2020
Code postal 59690
Code commune 59616
Démographie
Population
municipale
10 172 hab. (2011)
Densité 920 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 27′ 37″ N 3° 34′ 09″ E / 50.4602777778, 3.56916666667 ()50° 27′ 37″ Nord 3° 34′ 09″ Est / 50.4602777778, 3.56916666667 ()  
Altitude Min. 13 m – Max. 51 m
Superficie 11,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Vieux-Condé

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Vieux-Condé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vieux-Condé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vieux-Condé

Vieux-Condé est une commune française de la banlieue de Valenciennes, située sur le cours canalisé de l'Escaut (qui sera probablement « dynamisé » par la réalisation du projet de Canal Seine-Nord), dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Au 1er janvier 2010, la commune comptait 10 494 habitants appelés Vieux-Condéens. Elle fait partie de la communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole, qui regroupe 35 communes et 191 000 habitants, en 2006.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vieux-Condé est une petite ville à la frontière belge, la dernière avant la frontière avec la ville belge de Péruwelz.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vieux-Condé
Péruwelz (Belgique)
Hergnies Vieux-Condé Condé-sur-l'Escaut
Odomez Fresnes-sur-Escaut

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vies Condet, Jacques de Guise[1].
Vetus Condatum, cartulaire de Vicogne; 1215.

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve une première mention de Vieux-Condé en 1215 lorsque celui-ci, encore un village, s’appelle « Vetus Condatum », Condatum ayant la même origine que le nom de la ville limitrophe de Condé.

Bien souvent ravagé par la guerre, le village est particulièrement touché en 1645, quand à peine 6 ou 7 maisons demeurent debout.

En 1741, de la houille est découverte à Vieux-Condé.

Sous la Révolution et jusqu’en 1810, Vieux-Condé est rebaptisé « Vieux-Nord-Libre ». La commune se développe surtout au cours du XIXe siècle avec l’industrie houillère.

Archéologie[modifier | modifier le code]

En 1773 découverte de nombreuses médailles des premiers empereurs romains.

Héraldique[modifier | modifier le code]

armes de Vieux-Condé

Les armes de Vieux-Condé se blasonnent ainsi : D'argent à la fasce de gueules chargée d'une divise vivrée du champ. [2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Édouard Wauquier PCF  
  1954 Marcel Caby PS Décédé en cours de mandat
1954 mars 1959 Élise Vernet-Dupont PS Élue en 1954 après le décès du maire en fonction Marcel Caby
1959 1992 Georges Bustin PCF Député (1962-1986) - Conseiller général du Canton de Condé-sur-l'Escaut (1961-1979)
1992 mai 2003 Pierre Lemoine PCF Conseiller général du Canton de Condé-sur-l'Escaut (1998-2003)
Décédé en cours de mandat
mai 2003 avril 2014 Serge Van Der Hoeven PCF Conseiller général du Canton de Condé-sur-l'Escaut depuis 2003
Élu en mai 2003 après le décès du maire en fonction Pierre Lemoine
6 avril 2014[3] en cours
(au 18 avril 2014)
Guy Bustin    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 10 172 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 294 3 133 3 616 3 976 3 865 4 386 4 595 4 720 4 978
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
5 134 5 067 5 160 5 681 6 296 6 568 6 977 7 125 7 550
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
7 777 7 888 7 242 9 505 9 529 9 067 9 008 10 425 11 873
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
11 970 11 514 11 178 10 859 10 641 10 850 10 172 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Vieux-Condé en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,7 
5,8 
75 à 89 ans
9,5 
10,3 
60 à 74 ans
13,9 
21,6 
45 à 59 ans
20,6 
21,7 
30 à 44 ans
18,5 
20,2 
15 à 29 ans
17,9 
20,2 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Jumelages[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tourelle du soldat Beaulieu
  • Hospice fondé en 1850, par Marie-Georges Benezech-de-Saint-Honoré, maire de la commune
  • Tombes de la famille De Croy
  • Église Sainte-Thérèse (Chapelle Notre-Dame de la Solitude) de Guillaume Gillet (architecte) architecte des Trente Glorieuses (Classée ISMH en 2003).
  • La tourelle du soldat Beaulieux
    Le soldat Beaulieux, du 54e Régiment d'Infanterie de Forteresse, a combattu les Allemands lors de l'invasion de 1940 en prenant position aux limites de la ville et en freinant leur progression à l'aide d'une mitrailleuse en tourelle difficilement décelable depuis les positions ennemies. Sa tourelle est toujours à l'entrée de la ville marquée par les trous d'obus qui lui ont couté la vie. La minuscule tourelle de Jules Beaulieux (tourelle démontable modèle 1937) était équipée d'une mitrailleuse Hotchkiss Mle 1914 de 8mm, alimentée par bandes rigides de 25 cartouches. Ce type de tourelle ne pouvait accueillir qu'une personne. Confronté à l'imminence de la traversée de l'Escaut par l'ennemi, il resta seul après avoir convaincu les deux servants de batterie qui l'accompagnaient de fuir par le souterrain dont l'entrée obstruée est toujours visible, à quelques mètres en arrière de la tourelle. Après qu'il eut réalisé une série de tirs précis sur les éléments ennemis, plusieurs obus allemands ont atteint la tourelle et ont bloqué le mécanisme de rotation. Le soldat Beaulieux a été tué à l'intérieur. Il rédigeait une lettre d'adieu à sa mère (la lettre, d'une émotion évidente, sera retrouvée après les combats). Admiratif de son courage, les assaillants lui rendirent les honneurs de la guerre. Le soldat Jules Beaulieux obtint à titre posthume la Médaille militaire et la Croix de guerre 1939-1945 pour sa bravoure. Il a obtenu la mention Mort pour la France.
  • Le Boulon, Centre National des Arts de la Rue, accueille de nombreuses compagnies nationales et internationales en résidence, programme des spectacles arts de la rue / cirque et organise le festival Les Turbulentes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

La localité a depuis longtemps été un lieu de développement de la métallurgie, principalement axée vers le forgeage.

  • En 1828, Philippe Dervaux créa les établissements Dervaux spécialisés dans le forgeage à froid. L'établissement produisit les 2 500 000 rivets de la Tour Eiffel, ainsi que les tire-fond de fixation des rails pour le Transsibérien financé par le fameux emprunt russe. La société fut rachetée par Simca en 1954, devenu Chrysler en 1970, dont les filiales européennes sont rachetées par le Groupe PSA (Peugeot) en 1978 ; elle assure alors la fabrication de la visserie et pièces automobiles diverses (axes, barres de torsion, etc..) ainsi que d'une grande variété de pièces non automobiles. Elle fut ensuite cédée à la Financière du Valois, appartenant à Michel Coencas, qui la baptisa Valmex (1990). Puis au groupe américain Textron (1996), et plus récemment au groupe américain Acument Global Technologies (2006). En mars 2010, Agrati Fastening Systems, groupe industriel italien spécialisé dans la fixation automobile a fait l'acquisition de l'usine implantée sur le site de Vieux-Condé[8].

Évènements[modifier | modifier le code]

  • les Turbulentes, Festival des Arts de la Rue du Valenciennois (16e édition en 2014).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Page 420- Statistique archéologique du Département du Nord - seconde partie- 1867- Librairie Quarré et Leleu à Lille, A. Durand 7 rue Cujas à Paris - archive du Harvard College Library - numérisé par Google Books
  2. http://www.newgaso.fr/lecture_fiche_commune.php3?page=f59616
  3. J. M., « Entre le pouvoir en place et l’opposition, les tensions sont encore vives et une action en justice est déjà lancée », L'Observateur du Valenciennois, no 709,‎ 18 avril 2014, p. 16
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Vieux-Condé en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  8. http://www.lavoixeco.com/actualite/Secteurs_activites/Automobile/Equipementiers/2010/04/12/article_agrati-a-enfin-boucle-l-acquisition-des.shtml