Fruges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fruges
La mairie et le monument aux morts.
La mairie et le monument aux morts.
Blason de Fruges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Canton Fruges
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Fruges et environs
Maire
Mandat
Jean-Marie Lubret
2014-2020
Code postal 62310
Code commune 62364
Démographie
Gentilé Frugeois
Population
municipale
2 521 hab. (2011)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 30′ 55″ N 2° 08′ 04″ E / 50.5152777778, 2.1344444444450° 30′ 55″ Nord 2° 08′ 04″ Est / 50.5152777778, 2.13444444444  
Altitude Min. 84 m – Max. 171 m
Superficie 18,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Fruges

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Fruges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fruges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fruges
Liens
Site web ville-fruges.fr

Fruges est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Frugeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Fruges fut desservi par deux lignes de chemin de fer secondaire à voie métrique, celle d'Aire-sur-la-Lys à Berck-Plage et celle d'Anvin à Calais

Géologie, hydrographie et reliefs[modifier | modifier le code]

La Traxenne au début du XXe siècle, longée par le petit train de la Ligne d'Aire-sur-la-Lys à Berck-Plage

La commune est située sur la rivière Traxenne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fruges
Coupelle-Vieille Radinghem Senlis Lugy
Fruges
Créquy

Coupelle-Neuve

Ruisseauville Canlers Verchin

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Frusiis (1119), Fruisgis (1130), Frugies, (1180).

Frusje[1] et Fruggen en flamand.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’argent au lion de sable armé et lampassé de gueules, au chef du même chargé de trois coqs du champ

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Fruges a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Fruges dans son canton et dans l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Jean-Jacques Hilmoine PS Président de la CCCFE
avril 2014[3] en cours
(au 1er mai 2014)
Jean-Marie Lubret DVD Conseiller général du Canton de Fruges

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Olsberg (Allemagne).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 521 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 518 2 747 2 307 3 000 3 038 3 134 2 952 3 086 3 052
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 901 2 949 2 944 2 980 2 992 2 968 3 172 3 090 3 076
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 080 3 020 2 966 2 935 2 752 2 712 2 796 2 653 2 489
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 499 2 460 2 534 2 465 2 499 2 426 2 523 2 544 2 521
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,6 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 18,6 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 19,5 %) ;
  • 53,6 % de femmes (0 à 14 ans = 17,7 %, 15 à 29 ans = 18,6 %, 30 à 44 ans = 17,8 %, 45 à 59 ans = 18,3 %, plus de 60 ans = 27,6 %).
Pyramide des âges à Fruges en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,4 
75 à 89 ans
12,7 
11,7 
60 à 74 ans
13,7 
20,1 
45 à 59 ans
18,3 
20,7 
30 à 44 ans
17,8 
18,6 
15 à 29 ans
18,6 
21,1 
0 à 14 ans
17,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Source INSEE

Santé[modifier | modifier le code]

La commune est équipée d'une maison de retraite ainsi que d'une maison de santé regroupant l'ensemble des services médicaux de la commune[8].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école publique. On y trouve également l'école Jeanne d'Arc, qui est un établissement privé. Elle compte également deux collèges : le collège public Jacques-Brel et le collège privé Saint-Bertulphe. En outre, on y trouve le lycée professionnel privé Sainte-Marie.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville est construit entre 1840 et 1842. Depuis cette date, l'extérieur du bâtiment n'a pas été modifié, l'intérieur a en revanche été modifié en 1997[9].

L'église Saint-Bertulphe[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Bertulphe.

De style néogothique, l'église Saint-Bertulphe a été construite de 1865 à 1877 sur l'emplacement de la précédente par l'architecte Alexandre Grigny. L'église fait l'objet de travaux au début des années 1990 à la suite de dégâts provoqués par une tempête et un orage. Les statues géantes en bois de tilleul de Sainte Monique et de Saint Augustin, vestiges de l'abbaye Sainte-Marie-au-Bois de Ruisseauville sont inscrites à l'inventaire des objets mobiliers classés[9].

Le musée Abbé-Delétoille[modifier | modifier le code]

Inauguré en 1983, il rassemble une collection de faïences, étains, cuivres datant des XVIIIe, XIXe et XXe siècles que l'abbé avait conservée. On peut y découvrir plus de 600 merveilles dont des pipes, chaussures, 200 cartes postales présentent la ville au début du XXe siècle[9].

Promenade des Digues[modifier | modifier le code]

Cette rue, bordée de marronniers, longe la Traxenne et conduit au moulin de Bat-l'eau avec une roue hydraulique à aubes[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Rollot de Fruges est un fromage au label saveurs en'Or

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  2. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 19/12/2009.
  3. Anthony Hoyer, « « Il n’y aura pas beaucoup de changements, les projets vont être mis en place » : L’ancien maire de Fruges n’a pas tout perdu puisqu’il conserve le fauteuil de président de la communauté de communes avec 2 voix d’avance sur Jean-Marie Lubret qui l’a battu dans le bourg-centre », L'Abeille de la Ternoise, no 8464,‎ 1er mai 2014, p. 37
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Fruges en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 août 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 août 2010)
  8. Carte IGN
  9. a, b, c et d « Patrimoine », sur ville-fruges.fr (consulté le 21 décembre 2013)