Bullecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bullecourt
Monument du Souvenir Français.
Monument du Souvenir Français.
Blason de Bullecourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Croisilles
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Artois
Maire
Mandat
Jules Laude
2008-2014
Code postal 62128
Code commune 62185
Démographie
Gentilé Bullecourtois
Population
municipale
250 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 11′ 35″ N 2° 55′ 43″ E / 50.1930555556, 2.92861111111 ()50° 11′ 35″ Nord 2° 55′ 43″ Est / 50.1930555556, 2.92861111111 ()  
Altitude Min. 74 m – Max. 104 m
Superficie 6,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Bullecourt

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Bullecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bullecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bullecourt

Bullecourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Bullecourtois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé vers le sud-est d'Arras et dans le triangle entre l'autoroute A1, la route D930 et la D939.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bullecourt
Fontaine-lès-Croisilles Hendecourt-lès-Cagnicourt
Croisilles Bullecourt Riencourt-lès-Cagnicourt
Écoust-Saint-Mein Noreuil

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Photo d'un poste allemand de tranchées, prise en 1917 sur le secteur Croisilles - Bullecourt

Comme tout l'Arrageois, Bullecourt a été le théâtre de violents combats durant la Première Guerre mondiale. En 1917, les Alliés envisagent la rupture du front grâce à deux offensives : l'une française au Chemin des dames, l'autre britannique devant Arras. L'attaque de Bullecourt est une opération limitée.

Le 11 avril 1917, deux brigades australiennes attaquent Bullecourt, appuyées par 12 tanks mais sans soutien d'artillerie. Pris sous un feu d'enfilade, les australiens doivent se replier. Les pertes de la 4th Brigade s'élèvent à 2258 sur un effectif de 3000 hommes. Les Allemands capturent 27 officiers et 1137 hommes et n'ont que 750 tués.

Le 3 mai 1917, une deuxième attaque est menée par les 62nd et 2nd Australian Division sur les deux flancs du village. Bullecourt est capturé mais la percée de la ligne Hindenburg n'a pas eu lieu.
Au total, les pertes britanniques et australiennes s'élèvent à 14000 hommes[1].

Jean Letaille (maire de 1977 à 1995) a rassemblé différents objets dans un musée relatif à cette période[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Bullecourt dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1995 Jean Letaille   Agriculteur
1995 en cours Jules Laude UMP Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 250 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
490 522 522 532 583 556 601 617 593
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
543 503 490 527 559 547 488 512 506
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
458 423 396 181 273 281 288 321 330
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
296 264 245 248 260 251 239 250 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 16 %, 15 à 29 ans = 19,3 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 26,1 %, plus de 60 ans = 17,7 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 20 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 17,5 %, plus de 60 ans = 23,4 %).
Pyramide des âges à Bullecourt en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
10,1 
75 à 89 ans
9,2 
7,6 
60 à 74 ans
14,2 
26,1 
45 à 59 ans
17,5 
21,0 
30 à 44 ans
21,7 
19,3 
15 à 29 ans
20,0 
16,0 
0 à 14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bullecourt

Les armes de Bullecourt blasonnent ainsi :

d’or à la fasce de gueules accompagnée de trois maillets de sable.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Croix aux Disparus qui commémore les 2423 soldats australiens qui n'ont pas de tombe connue et qui reposent encore dans le no man's land ou dans un cimetière avec la mention Known unto god
  • Mémorial du Digger - statue de bronze de 2,4 m de haut, œuvre du sculpteur australien Peter Colett, érigée en 1993, qui a représenté le visage de son père qui a combattu à Bullecourt
  • Devant l'église, Monument du Souvenir Français qui commémore l'engagement des troupes britanniques et australiennes en 1917. À côté, est exposé un morceau de chenille du tank Mark IV du lieutenant Davies qui a participé à l'attaque d'avril 1917
  • Dans la mairie, un tableau du peintre James Scott représentant la mort du Major P. Black qui conduisit ses hommes à travers le réseau de barbelés intacts. Son bataillon captura la première puis la seconde ligne allemande. Le Major Black fut retrouvé mort sur les barbelés

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sur les traces des australiens de Bapaume à Bullecourt par l'Association Souvenir, Sauvegarde et Histoire Militaire Régionale
  2. Article dans la Voix du Nord du 09/08/2010 Consulté le 1er septembre 2010
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Bullecourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 août 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 août 2010)