Lillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lillers
La mairie
La mairie
Blason de Lillers
Blason
Lillers
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Canton Lillers (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Artois-Lys
Maire
Mandat
Pascal Barois
2014-2020
Code postal 62190
Code commune 62516
Démographie
Gentilé Lillérois
Population
municipale
10 053 hab. (2011)
Densité 374 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 33′ 52″ N 2° 28′ 59″ E / 50.5644444444, 2.4830555555650° 33′ 52″ Nord 2° 28′ 59″ Est / 50.5644444444, 2.48305555556  
Altitude Min. 18 m – Max. 88 m
Superficie 26,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Lillers

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Lillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lillers
Liens
Site web mairie-lillers.fr

Lillers est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais. Ses habitants sont appelés les Lillérois.

La commune de Lillers comporte plusieurs hameaux : Cantraine, Hurionville (le plus important), La Flandrie, Manqueville, Orgeville et Rieux. Tous les ans y est organisé un grand prix cycliste : le grand prix de Lillers et un festival : la fête de la jeunesse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès et transports[modifier | modifier le code]

À la croisée des D 916 et D 943, Lillers est à une douzaine de kilomètres de la sous-préfecture de Béthune, une trentaine de kilomètres de la préfecture d'Arras, environ 70 kilomètres de Calais, sur la Côte d'Opale, et environ 50 km de Lille, capitale de la Région Nord-Pas-de-Calais. Elle est desservie par l'échangeur no 5 (225 km de Paris) de l'autoroute Calais-Dijon , autoroute A 26 (autoroute des Anglais via Béthune, Arras, Liévin), ainsi que par une gare, située sur la ligne SNCF Paris-Dunkerque.

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à proximité des collines de l'Artois et de la vallée de la Lys, au bord de la plaine de Flandres. La couche géologique superficielle est récente (Éocène inférieur/Paléocène au Quaternaire). L'altitude varie de 18 à 88 mètres, le centre se situant à environ 25 mètres d'altitude[1]. Le risque sismique est faible sur l'ensemble du territoire communal (zone 2 sur 5 du zonage mis en place en mai 2011)[2], comme dans la majorité du Pas-de-Calais.

Le réseau hydrographique est complexe. Le ruisseau d'Hurionville coule à l'ouest, un réseau de fossés au nord, et des bassins de décantation ont été aménagés à l'est[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Le climat est de type océanique tempéré dans ce département ayant une façade maritime, située à environ 64 km de Lillers[3]. Du fait de cette distance, le climat local est légèrement plus continental que celui de la côte. Les amplitudes thermiques sont modérées (un peu plus grande que sur le littoral) et les hivers sont doux avec un temps instable. Il pleut en moyenne environ 650 à 700 mm de pluie par an[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'un nom de personne germanique Leodo, suivi du germanique laar «clairière»[5]: Lelers (1066), Lilar (1065-78), Lillers (1110).
Lillaar en flamand[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'histoire de Lillers débute vers l'an 700, avec un prince d'Irlande qui se serait rendu en pèlerinage à Rome en compagnie de son frère. Venant de Boulogne-sur-Mer et Thérouanne, saint Lugle et saint Luglien auraient été assassinés par des brigands non loin de Ferfay, dans la vallée de la Scyrendale. Enterrés par un serviteur, les deux corps auraient été « miraculeusement » transportés par les eaux d'un orage à Hurionville près du château de l'évêque de Thérouanne qui leur donna une sépulture. Non loin de là, se trouvait dans la forêt, une île au milieu des marécages. C'est là qu'ils auraient construit une chapelle et leurs habitations autour : c'est ainsi que serait né Lillers.

Plus tard, ce village fut protégé par un château-fort puis par des remparts entourés de profonds fossés remplis d'eau.

Après avoir été possédée par les comtes de Flandre, Lillers qui avait été fortifiée contre les Normands fut apportée en dot, en 1179 au roi Philippe Auguste.

En 1327, l'Artois fut érigé en comté par saint Louis. Son frère Robert devint le premier comte d'Artois.

En 1303, la ville de Lillers fut brûlée, pillée par les Flamands. Vers 1340, le roi d'Angleterre prétendit avoir droit au trône de France et ce fut le début de la guerre de Cent Ans marquée par deux célèbres batailles, celle de Crécy en 1346 et celle d'Azincourt, en 1415, où Robert de Wavrin, seigneur de Lillers, trouva la mort parmi la cavalerie de la noblesse française.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1542, les Français brûlèrent à leur tour Lillers. Il ne resta plus cette fois, que deux ou trois maisons et, en 1545, les habitants vivaient encore sous des tentes ou dans les huttes.

Après une période de paix, la guerre de Trente Ans, sous Louis XIII et Richelieu, dévasta encore la région.

En 1637, la ville fut prise par le maréchal de la Ferté, pour les Espagnols. En 1639, elle fut reprise par le maréchal de la Meilleraye pour redevenir française. Elle fut encore conquise par le Cardinal-Infant d'Espagne en 1640, puis par les Français. En 1641, elle appartint de nouveau aux Espagnols.

En 1645, Lillers fut enlevée par les Français, commandés par le duc de Guise. En 1657, Turenne prit Saint-Venant. En 1659, fut conclu le traité des Pyrénées qui donna l'Artois à la France, sauf Saint-Omer et Aire. En 1710, la région fut le théâtre de la guerre de Succession d'Espagne. En 1710, Lillers fut prise par les Espagnols. Les troupes britanniques, allemandes et néerlandaises ravagèrent le pays. Le 10 octobre 1711, le maréchal de Montesquiou rasa une redoute que les alliés venaient de bâtir. Puis Marlborough vint établir son quartier général à Lillers d'où il fut délogé le 10 décembre par le marquis de Goesbriand à la tête des troupes françaises. Le traité d'Utrecht mit fin à la guerre en 1713. Lillers était définitivement française.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Lillers dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1801 1804 Jean François Joseph Cauvet de Blanchonval - -
1804 1809 Emmanuel Fouler - -
1809 1821 Louis Fouler - -
1822 1836 Jacques Delaleau - -
1836 1838 François Berode - -
1842 1843 François Joseph Brongniard - -
1844 1857 Alexandre Louis Bernard Joseph Hulleu - -
1858 1864 Alexis Joseph Arnould Bailly - -
1866 1866 Louis Vast - -
1866 1877 Benoît Joseph Boulinguer - -
1878 1884 Paul Beraude - -
1884 1895 Ovide Omer Fanien - Artisan commerçant
1895 1919 Philogène Delelis - -
1919 15 février 1944 Alphonse Tellier - Député du Pas-de-Calais (1928-1932 ; 1936-1940)-
1944 1945 Jules Godfrin - Employé à la sécurité sociale
1945 1947 Germaine Duez - Commerçante
1947 1958 Albert Duez - Commerçant
1958 1962 Oscar Loubry - Vétérinaire
1962 mars 1977 Jacques Vincent - Enseignant, conseiller général du Canton de Lillers (1967-1979)
mars 1977 mars 1983 André Rosemberg PCF Typographe, conseiller général du Canton de Lillers (1979-1985)
mars 1983 mars 1989 Lucien Andriès PCF Employé à la SNCF
mars 1989 juin 1995 Claude Galametz PS Enseignant, député du Pas-de-Calais (1988-1993)
juin 1995 18 juin 2011 Lucien Andriès PCF Retraité de la SNCF, conseiller général du Canton de Lillers depuis 2002
18 juin 2011 en cours Pascal Barois PCF Cadre de La Poste

Administrations et Services Publics[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville, situé place Roger-Salengro, abrite essentiellement le bureau et le secrétariat du maire, le bureau des adjoints, la direction générale des services, l'état civil ; les autres services administratifs, techniques, le centre social la Maison pour tous, le C.C.A.S.... occupent d'autres bâtiments communaux.

Lillers est également la ville siège de la communauté Artois-Lys, de l'office de tourisme du pays de la Lys romane, du conservatoire d'espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais et de la fédération des foyers ruraux du Nord-Pas-de-Calais.

Autres administrations ou services publics :

  • Pôle emploi
  • Centre des finances publiques : il regroupe la trésorerie municipale, le service des impôts des particuliers et celui des entreprises
  • la poste
  • l'agence locale de l'assurance maladie
  • la SNCF: gare de Lillers
  • la brigade de gendarmerie nationale
  • une annexe du commissariat de police d'Auchel

Services départementaux :

  • Maison du département solidarité (MDS) de l'Artois, site de Lillers.
  • Médiathèque départementale du Pas-de-Calais, antenne de Lillers (territoires de l'Artois et de l'Audomarois)
  • Centre d'exploitation routier

Par ailleurs, plusieurs permanences d'organismes administratifs, sociaux, juridiques se tiennent régulièrement en mairie ou au C.C.A.S.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La cérémonie officielle du jumelage se déroula à Lillers en juin 1968, Jacques Vincent étant maire de Lillers et M. Ising bourgmestre de Marsberg, qui se nommait à l'époque Niedermarsberg. Les échanges entre les deux communes jumelées se font principalement par l'intermédiaire du comité des échanges internationaux du lillérois, ainsi que par les rencontres régulières entre les lycéens du lycée Anatole-France de Lillers et leurs homologues de Marsberg.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 10 053 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 111 4 109 4 154 4 460 4 621 4 724 4 879 5 171 5 422
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 544 5 973 6 414 6 608 7 003 7 353 7 473 7 609 7 801
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7 747 7 993 8 260 8 826 8 507 8 364 8 314 8 557 8 629
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
9 158 9 436 9 421 9 509 9 666 9 775 9 901 9 926 10 055
2011 - - - - - - - -
10 053 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,4 %, 15 à 29 ans = 20,2 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 20,6 %, plus de 60 ans = 15,9 %) ;
  • 52,5 % de femmes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 19,6 %, 30 à 44 ans = 19,6 %, 45 à 59 ans = 20,5 %, plus de 60 ans = 22,9 %).
Pyramide des âges à Lillers en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
4,9 
75 à 89 ans
9,4 
10,6 
60 à 74 ans
12,3 
20,6 
45 à 59 ans
20,5 
21,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,2 
15 à 29 ans
19,6 
21,4 
0 à 14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

Lillers dispose de :

  • trois médecins généralistes ;
  • un cabinet dentaire (deux chirurgiens dentistes) ;
  • un acupuncteur-homéopathe, un angiologue, un cardiologue, un gynécologue, deux cabinets d'orthophonie, un psychiatre, un ostéopathe, dex pédicures-podologues, un sophrologue ;
  • un laboratoire d'analyses médicales ;
  • un cabinet de radiologie ;
  • trois cabinets de massage-kinésithérapie ;
  • quatre pharmacies ;
  • un centre de soins infirmiers et sept infirmiers libéraux ;
  • deux sociétés d'ambulanciers ;

S'ajoutent trois établissements spécialisés :

  • un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ;
  • un centre Médico-Psychologique comprenant un secteur adultes et un secteur enfants ;
  • une maison d'Accueil Spécialisée (MAS) de la Croix rouge française.

À noter enfin l'existence d'un centre vétérinaire.

Enseignement[modifier | modifier le code]

On dénombre quatre établissements publics du second degré : le lycée Anatole-France, le lycée professionnel Flora-Tristan, le collège Léo-Lagrange (qui accueille dans ses murs une SEGPA) et le collège René-Cassin. S'ajoutent cinq écoles primaires publiques (deux en centre-ville, trois dans les hameaux), cinq écoles maternelles publiques (deux en centre-ville, trois dans les hameaux) et une école primaire et maternelle privée en centre-ville.

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

  • Complexe sportif lillérois : rue du Château de Relingue
  • COSEC (Complexe sportif évolutif couvert) : avenue du Général-De-Gaulle
  • Piscine municipale : parc du Brûle
  • Stade du Brûle
  • Salles de sports des établissements d'enseignement secondaire de la ville
  • Salles dédiées en centre-ville et dans les hameaux

Disciplines[modifier | modifier le code]

L'offre proposée par les nombreuses associations sportives existantes est importante, tant en sports collectifs qu'en sports individuels: basket, football, volley-ball, cyclisme, natation, tennis, tennis de table, badminton, arts martiaux, pétanque, fléchettes,... ou encore en sports de détente ou d'entretien, gymnastique féminine et pour les petits, yoga...

Sports régionaux traditionnels[modifier | modifier le code]

  • La colombophilie est représentée par deux sociétés, l'Entente colombophile lilléroise à Lillers-centre et la société colombophile La Revanche, dans le hameau d'Hurionville.
  • Le javelot tir sur cible compte également deux sociétés, La Plume lilléroise à Lillers-centre et la société Les Voltigeurs dans le hameau d'Hurionville.
  • Le tir à l'arc à la perche verticale compte une société à Lillers, Les Archers de Saint-Sébastien, affiliée à l'Union des associations d'archers du Nord de la France.

Économie[modifier | modifier le code]

L'industrie de la chaussure a été très florissante à Lillers, fin du XIXème et dans la première moitié du XXe siècle notamment. De cette activité, totalement disparue, ne subsiste qu'une Maison de la chaussure, créée dans les années 1990. L'industrie agro-alimentaire, contemporaine de celle de la chaussure, demeure présente aujourd'hui avec une importante sucrerie-distillerie, principale activité économique de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lieux et espaces verts[modifier | modifier le code]

  • La ville comporte plusieurs squares et espaces verts, ainsi que deux cimetières.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • Chapelle de la Miséricorde : inscription par arrêté du jeudi 5 avril 1948
  • Collégiale Saint-Omer (origines romanes) : classement par liste de 1875
  • Maison 44 place Roger-Salengro ; 2 rue de Relingue Façades et toitures (cad. AB 540) : inscription par arrêté du 7 octobre 1988
  • Maison dite de l'Argentier 2 rue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny ; 3 rue de Relingue Façades et toitures (cad. AB 677, 859, 863) : inscription par arrêté du 30 décembre 1976

Renseignements issus de : Bases Mérimée

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Structures municipales[modifier | modifier le code]

  • Atelier d'expression: initiation au théâtre, expression corporelle (à partir de 10 ans)
  • École de musique
  • Jardin musical : éveil musical (dès 3 ans)
  • Médiathèque municipale "Louis-Aragon"
  • Kiosque à musique

Structures associatives[modifier | modifier le code]

  • Café-musiques de l'Abattoir.
  • Harmonie Fanien : société musicale fondée au XIXe siècle par la famille Fanien, propriétaire de la Manufacture de chaussures du même nom.
  • Fanfare de Rieux: société musicale fondée en 1896 dans le hameau lilérois de Rieux.
  • Foyer Laïque des Jeunes et d'Education Populaire: association regroupant de nombreuses sections culturelles, de loisirs et de détente (club Histoire, chant, philatélie, arts plastiques, loisirs créatifs, ...).
  • Galerie "César" du Lycée Anatole-France: arts plastiques, peinture.
  • de nombreuses autres Associations de loisirs (Amicales, Clubs, Comités des Fêtes de quartiers ou de hameaux, Sociétés de chasse et de pêche) et Associations patriotiques (Comité de liaison des sociétés patriotiques, Médaillés Militaires, Souvenir français, Union des Anciens Combattants et Victimes de Guerre) viennent compléter une offre très large.

Les géants[modifier | modifier le code]

Trois géants représentent le patrimoine culturel immatériel de la ville: Ovide (1995), cordonnier, dont le prénom est lié à la famille Fanien, fondatrice de la Manufacture de chaussures qui fit la renommée de Lillers; Marie (1996), cressicultrice - les puits artésiens, nombreux à Lillers, ont favorisé la culture artisanale du cresson -, mariée à Ovide le 1er mai 1995, au cours de la fête des Lillériades; et Lilia (2000) - dont le nom évoque l'origine de celui de la commune - , fille d'Ovide et Marie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

de gueules aux trois chevrons d’or

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Visualisation de la carte topographique - Lillers. sur Géoportail. Consulté le 21 septembre 2011.
  2. « Zonage sismique en France au 1er mai 2011. », sur La voix du Nord (consulté le 14 novembre 2011)
  3. Mesure sur Carmen
  4. source : Météofrance, « Les collines de l'Artois, climatologie », sur le site de la direction régionale de l’alimentation,de l’agriculture et de la forêt du Nord Pas de Calais (consulté le 8 octobre 2011), p. 2
  5. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  6. roepstem.net - vlaanderen
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  9. « Évolution et structure de la population à Lillers en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)