Fresnes-lès-Montauban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montauban (homonymie).
Fresnes-lès-Montauban
La mairie et l'église.
La mairie et l'église.
Blason de Fresnes-lès-Montauban
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Vitry-en-Artois
Intercommunalité Communauté de communes Osartis Marquion
Maire
Mandat
André Lacroix
2014-2020
Code postal 62490
Code commune 62355
Démographie
Population
municipale
492 hab. (2011)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 20′ 01″ N 2° 55′ 55″ E / 50.3336111111, 2.9319444444450° 20′ 01″ Nord 2° 55′ 55″ Est / 50.3336111111, 2.93194444444  
Altitude Min. 41 m – Max. 63 m
Superficie 4,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Fresnes-lès-Montauban

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Fresnes-lès-Montauban

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fresnes-lès-Montauban

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fresnes-lès-Montauban
Liens
Site web fresneslesmontauban.fr

Fresnes-lès-Montauban est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fresnes-lès-Montauban
Neuvireuil Izel-lès-Équerchin
Oppy Fresnes-lès-Montauban Vitry-en-Artois
Gavrelle Biache-Saint-Vaast

Histoire[modifier | modifier le code]

Fresnes-lès-Montauban ne forme une seule commune que depuis peu. Aussi loin qu'on peut remonter dans le passé, on retrouve la trace de 3 villages bien distincts : Fresnes, Montauban et Meauville.

Fresnes, appelé successivement Frasinetum, Frasnes, Fresnes, doit son nom à un arbre : le Frêne.

Quelques dates ...

En 1098, Dom Alold, abbé de Saint-Vaast, est chargé de l'église de Fresnes.
En 1214, le village fut ravagé et brûlé lors du règne de Philippe-Auguste.
En 1303, Fresnes est de nouveau ravagé par les troupes flamandes.
En 1601, les gens de loi de Fresnes font une requête contre ceux de Biache qui voulaient faire comparaître les habitants de Fresnes devant leur Tribunal.
En 1604, on parle d'une "place en rietz" à côté du cimetière (la place actuelle), d'une "rue de l'abreuvoir" où l'on "tire le chron", et du "chemin où passent les croix" (actuelle rue de la Croix).
Pendant la Révolution, Fresnes était chef-lieu de canton.
En 1792, on pouvait voir, dans l'église, une pierre tombale rappelant la sépulture de Nicolas le Cat et Marie Sylvain, sa femme, qui avaient fait de grandes donations à la paroisse.
En 1820, Fresnes comptait 355 habitants.

Montauban, est appelé d'abord Mons Albanus (Le "Mont" Blanc). Ce village est situé sur la petite hauteur blanche le long de la route Arras-Douai (appelée anciennement "le grand chemin").
Il y avait à Montauban une "maladrerie", sorte de petit hôpital pour les lépreux, fondée au XIIIe siècle.

Meauvill, a pour origine Mala Villa, "la mauvaise maison".
On a retrouvé près de Meauville des haches celtiques en silex, une monnaie gauloise et les restes gallo-romains de tombes et de débris du IIIe siècle.
Le village ne comptait simplement qu'une ferme qui devint plus tard un château entouré de 2 ou 3 chaumières.
Au XIe siècle, Meauville était un village sur lequel St-Vaast prélevait la dîme, et son Seigneur, Thierry de Mauville, fut un des preux chevaliers qui s'enrôlèrent sous la bannière du Comte de Flandre pour aller porter aide et assistance à l'évêque de Cambrai, retenu prisonnier dans le château d'Oisy.
En 1303, Meauville est brûlée par les Flamands. À peine une dizaine de maisons se reconstruisirent autour du château.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Fresnes-lès-Montauban dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 = en cours André Lacroix    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 492 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
258 320 340 335 381 362 378 378 379
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
385 380 389 365 398 455 453 408 400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
390 370 368 208 289 326 336 314 375
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
370 380 386 454 538 499 481 469 487
2011 - - - - - - - -
492 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 15,8 %, 30 à 44 ans = 23,3 %, 45 à 59 ans = 26,2 %, plus de 60 ans = 13,7 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 19 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 17,8 %, 45 à 59 ans = 28,7 %, plus de 60 ans = 19,9 %).
Pyramide des âges à Fresnes-lès-Montauban en 2007 en pourcentage[2]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
0,8 
2,9 
75 à 89 ans
5,7 
10,4 
60 à 74 ans
13,4 
26,2 
45 à 59 ans
28,7 
23,3 
30 à 44 ans
17,8 
15,8 
15 à 29 ans
14,6 
20,8 
0 à 14 ans
19,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

gueules aux trois hamaides d’argent, au franc-canton senestre d’or chargé d’une croix ancrée du champ

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Fresnes-lès-Montauban
  • L'église Notre-Dame. Elle a été édifiée par Charles Demory et sa sœur Félicité Demory, de 1876 à 1877. Elle a été reconstruite après 1914-1918. Elle comporte 3 flèches de ciment, peintes en blanc depuis la restauration extérieure de l'église en 2002, qui correspondent aux trois communes de Fresnes, Meauville et Montauban.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]