Aire-sur-la-Lys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aire.
Aire-sur-la-Lys
Le bailliage, classé monument historique.
Le bailliage, classé monument historique.
Blason de Aire-sur-la-Lys
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Canton Aire-sur-la-Lys
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Aire
Maire
Mandat
Jean-Claude Dissaux
2014-2020
Code postal 62120
Code commune 62014
Démographie
Gentilé Airois
Population
municipale
9 874 hab. (2011)
Densité 296 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 38′ 22″ N 2° 23′ 51″ E / 50.6394444444, 2.397550° 38′ 22″ Nord 2° 23′ 51″ Est / 50.6394444444, 2.3975  
Altitude Min. 16 m – Max. 48 m
Superficie 33,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Aire-sur-la-Lys

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Aire-sur-la-Lys

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aire-sur-la-Lys

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aire-sur-la-Lys
Liens
Site web ville-airesurlalys.fr

Aire-sur-la-Lys est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Commune moyenâgeuse fortifiée faisant successivement partie du comté de Flandre, du comté d'Artois, du duché de Bourgogne puis des Pays-Bas espagnols, Aire-sur-la-Lys est définitivement rattachée à la France par le traité d'Utrecht (1713). S'ensuit une longue période de stagnation tant économique que démographique qui contraste au XIXe siècle et au début du XXe siècle avec le dynamisme du bassin minier voisin. Aire-sur-la-Lys peut néanmoins bénéficier de sa situation privilégiée au cœur de la région Nord-Pas-de-Calais et surtout de son patrimoine architectural riche de 23 monuments historiques.

Ses habitants sont appelés les Airois[1].

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Aire-sur-la-Lys est située à l'extrémité occidentale de la plaine de la Lys, une section particulièrement large et fertile de la vallée du même nom. Elle est de ce fait au contact de trois régions naturelles majeures du nord de la France, la Flandre romane à l'est, le Westhoek (ou Flandre maritime) au nord et les collines de l'Artois au sud et à l'ouest. À une échelle plus locale, elle est au contact du pays de Weppes à l'est, du Houtland au nord et de l'Audomarois à l'ouest.

Aire-sur-la-Lys est située à 198 km au nord de Paris à vol d'oiseau[2]. Les principaux centres urbains du Nord-Pas-de-CalaisArras (chef-lieu du département), Lille, Dunkerque, Calais et Boulogne-sur-Mer — sont tous situés à une distance comprise entre 50 et 60 km[3], ce qui donne à Aire-sur-la-Lys une position centrale dans sa région.

Aire-sur-la-Lys est entourée des communes suivantes :

Communes limitrophes d’Aire-sur-la-Lys
Roquetoire Blaringhem
Wittes
Boëseghem
Rebecques
Mametz
Aire-sur-la-Lys Thiennes
Saint-Venant
Blessy
Witternesse
Lambres Isbergues

Les communes de Blaringhem, Boëseghem et Thiennes sont situées dans le département voisin du Nord. La limite entre les deux départements n'est en effet située qu'à trois kilomètres au nord-est du centre-ville[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Les façades de certaines habitations donnent directement sur la Lys, comme ici à l'ouest de la rue de Saint-Omer.

Aire-sur-la-Lys est localisée à l'extrémité occidentale de la plaine de la Lys, c'est-à-dire à l'endroit où la Lys quitte les collines de l'Artois pour déboucher dans la plaine de Flandre. La présence au sud et à l'ouest de la ville du relief artésien — où la plupart des vallées sont orientées sud-ouest – nord-est — et de la forêt de Nieppe à l'est fait de la ville un lieu de passage naturel pour les communications nord-ouest – sud-est[Note 1], favorisé par la relative platitude de l'espace communal dont l'altitude ne dépasse jamais 48 mètres. De plus, la Lys devient navigable à partir d'Aire — tout en demeurant aisément franchissable[c 1].

La ville d'Aire-sur-la-Lys est située au confluent de la Lys — une des principales rivières du Nord-Pas-de-Calais, qui se jette dans l'Escaut à Gand — et de la Laquette. Néanmoins, plusieurs autres ruisseaux viennent se jeter dans la Lys à proximité de la ville, notamment le Mardyck, l’Oduel, le Bruveau et la Liauwette. Ces nombreux cours d'eau ont bénéficié tant à la plaine agricole qui entoure la ville qu'à cette dernière qui y a puisé son eau de consommation. La relation qui unit la ville à ses cours d'eau a toujours été très forte, comme l'attestent les façades de certains bâtiments donnant directement sur l'eau[c 1] et l'importance du port d'Aire jusqu'au XVIIIe siècle. Si la ville s'est opposée à la création en 1779 du canal de Neufossé[n 1], et le canal d'Aire à la Bassée en 1880 qui la « court-circuitait » pour les trajets entre la Flandre et le port de Gravelines[n 1], l'extension d'Aire en direction de ce canal et l'incorporation de ce dernier à la liaison Dunkerque — Escaut redonnent à la ville sa place sur le réseau fluvial du Nord-Pas-de-Calais.

Si les crues de la Lys ont pu être utiles à la ville — Vauban avait fait de l'inondation des terres alentour un moyen de protéger la place forte[n 2] — elles sont aujourd'hui davantage vues comme un risque naturel majeur. La ville a été touchée une douzaine de fois par des inondations entre 1988 et 2006[4]. Ces inondations sont généralement liées à des précipitations ininterrompues sur l'Artois pendant quelques jours et surviennent principalement en hiver[5]. Le plan de prévention du risque inondation du bassin aval de la vallée de la Lys a néanmoins été annulé le 17 septembre 2009 par un arrêt de la cour administrative d'appel de Douai suite au recours d'un propriétaire foncier du Nord[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Aire-sur-la-Lys est caractérisée par un climat de type océanique : les amplitudes thermiques saisonnières sont faibles et les précipitations ne sont négligeables en aucune saison. Aire-sur-la-Lys est en effet située à 50 km de la mer du Nord et à 60 km de la Manche, qui influent beaucoup sur son climat.

Les données suivantes proviennent de la station Météo-France de Lille-Lesquin, située à 55 km à l'est mais dont le climat est très semblable :

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Lille-Lesquin[7] 1617 723 19 18 62
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74
Températures et précipitations à Lille selon le mois entre 1971 et 2009
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 1 1 3,1 4,7 8,4 11 13,1 12,9 10,7 7,4 3,8 2,1
Température moyenne (°C) 3,4 3,8 6,6 8,9 12,9 15,5 17,9 18 15 11,1 6,6 4,4
Température maximale moyenne (°C) 5,7 6,7 10,1 13,1 17,5 20 22,7 23,1 19,4 14,7 9,3 6,6
Précipitations (mm) 57 43,6 57,5 50,4 62,6 68,1 61,2 52,8 63,6 66,8 71,5 68,1
Source : fiche climatologique de Lille-Lesquin par Météo-France


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Aire-sur-la-Lys était située jusqu'en 2005 sur la route nationale 43, reliant Metz à Calais via Charleville-Mézières, Douai, Lens, Béthune et Saint-Omer. Cette route a été déclassée en route départementale 943 par un décret du 6 décembre 2005[8]. Elle a en effet été supplantée par l'autoroute A26 (Troyes - Reims - Arras - Calais) depuis l'ouverture de cette dernière en 1981[9]. L'échangeur no 4 de l'autoroute, qui porte le nom de la ville, est situé à 15 km à l'ouest de la ville[3]. L'échangeur no 5, baptisé « Lillers », est lui à 12 5 km au sud de la ville[3]. Cette autoroute a considérablement rapproché Aire-sur-la-Lys des grandes villes avoisinantes. Les temps de trajet théoriques par la route sont ainsi de 30 minutes pour Béthune, 40 minutes pour Arras, 55 minutes pour Calais, une heure 15 minutes pour Valenciennes, deux heures cinq minutes pour Reims et deux heures 35 minutes pour Paris[3]. Saint-Omer, quant à elle, n'est qu'à 25 minutes, Lille et Dunkerque à une heure et Bruxelles à deux heures[3].

Voies fluviales[modifier | modifier le code]

Le centre-ville d'Aire-sur-la-Lys est situé à un peu plus d'un kilomètre de l'axe fluvial Dunkerque - Valenciennes[Note 2]. Ce dernier, achevé en 1968, est canalisé à grand gabarit. Aire-sur-la-Lys correspond à la limite de deux sections de cet axe fluvial, le canal de Neufossé ouvert en 1779 (au nord) et le canal d'Aire à la Bassée ouvert en 1880 (à l'est).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le « Café de la Gare » rappelle le passé ferroviaire d'Aire-sur-la-Lys.

Si Hazebrouck a été préférée à Aire comme nœud ferroviaire, une gare nommée « Aire-sur-la-Lys » a été créée sur la ligne Arras - Dunkerque à l'ouverture de celle-ci[n 3], dans la commune de Molinghem, à six kilomètres à l'est de la ville[3]. Aire-sur-la-Lys posséda ensuite de 1878 à 1990 une gare sur la ligne de Berguette à Arques[n 3]. Cette gare est fermée au trafic voyageurs depuis 1990, tout comme la ligne qui ne subsiste plus qu'en tant qu'embranchement particulier[n 4]. Si l'arrivée du TGV dans le Nord-Pas-de-Calais a rapproché Aire-sur-la-Lys du reste de la France, les Airois doivent néanmoins faire 28 km[3] jusqu'à Béthune s'ils veulent prendre un train vers Paris, et 65 km[3] jusqu'à Lille s'ils veulent se rendre à Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Limoges, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Besançon ou encore Strasbourg.

L'ancienne ligne ferroviaire Berguette - Saint-Omer a été remplacée par une ligne de bus, qui - en 2009 - relie quatre fois par jour Aire à Isbergues et à Saint-Omer[10]. Les Autocars Inglard, quant à eux, relient neuf fois par jour la ville à Hazebrouck[10] (ligne 205 du réseau Arc-en-Ciel[11]), où il est possible de prendre un train pour Lille, Dunkerque ou Paris.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Les aéroports les plus proches sont ceux de Lille - Lesquin, à 55 km[3] à l'est et de Calais - Dunkerque à 60 km[3] au nord-ouest, le second n'assurant aucune ligne commerciale régulière.

Modes doux[modifier | modifier le code]

Certaines des routes qui relient le centre-ville aux quartiers excentrés d'Aire-sur-la-Lys, ainsi qu'à Isbergues et Wittes sont équipées de pistes cyclables. Néanmoins, l'étroitesse des rues à l'intérieur des anciennes fortifications a empêché la création de pistes cyclables dans le centre.

Si la faible extension spatiale de la ville et en particulier du centre — liée aux fortifications qui ont longtemps freiné le développement de la ville — y rend faciles les déplacements à pied, la ville n'a cependant créé aucune zone piétonne. Seule une zone 30 a été instituée en 2006 sur deux artères du centre-ville[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La ville d'Aire-sur-la-Lys a longtemps été caractérisée par son enfermement dans des fortifications étroites, qui empêchaient la ville de s'étendre davantage. Une partie de la population était ainsi installée dans les hameaux situés au-delà de la zone non ædificandi, et donc coupée de la ville-centre[c 2]. Néanmoins, cette situation a complètement changé au cours du XXe siècle. Suite au démantèlement des fortifications à la fin du XIXe siècle, la ville s'est considérablement desserrée, principalement vers l'est et le sud. Les deux tiers des habitants actuels d'Aire-sur-la-Lys vivent ainsi en dehors des anciennes fortifications[c 3].

Le large boulevard Foch est établi sur l'espace autrefois occupé par les murs sud de la ville.

Le centre-ville, délimité par la rocade de boulevards ayant pris la place des fortifications, possède les principales caractéristiques des villes flamandes du Moyen Âge. Ses rues courtes, étroites et pour certaines sinueuses forment un dense réseau viaire. Les places sont nombreuses — Grand-Place, place Saint-Pierre, place du Castel, place du Rivage, place Notre-Dame, place d'Armes, place du Château, place Jehan-d'Aire, place des Béguines et place Bayard — et la ville est parcourue par deux cours d'eau (la Lys et la Laquette). Le cœur historique de la ville, la rue du Bourg[n 5], est légèrement excentré vers le sud par rapport aux fortifications. Le centre actuel de la cité est la Grand-Place, qui accueille notamment l'hôtel de ville.

Si l'extension de la ville dans les secteurs situés immédiatement au-delà des anciennes fortifications a commencé dès la fin du XIXe siècle, le développement urbain dans les secteurs plus éloignés est né de volontés politiques plus récentes. Il s'agit d'une part des différentes zones d'activité installées à l'est — zone commerciale du Val-de-Lys, zone industrielle du Petit Neufpré — puis au nord de la ville — zone artisanale Saint-Martin, parc d'activité Saint-Martin. D'autre part, sous l'impulsion du maire Paul Blondel, l'ancien marais de Lenglet au sud de la ville a été transformé à partir de 1959 en une véritable « ville nouvelle » — selon les termes de la municipalité[n 4] — accueillant logements et services publics (notamment les collège et lycée publics de la ville).

Logement[modifier | modifier le code]

La ville d'Aire-sur-la-Lys compte en 2006 4 061 logements[13], soit moitié plus qu'en 1968[13]. Ce chiffre est relativement faible comparé à la population, d'où un taux moyen de 2,53 habitants par foyer[13] (2,36 en France métropolitaine[14]). Plus de 80 % des logements sont des maisons et un peu plus de 15 % des appartements[13]. Les résidences secondaires ne représentent que 1,1 % de ce total[13] (9,7 % en France[15]), ce qui tend à démontrer le peu d'attrait qu'exercerait la commune sur les activités touristiques et de villégiature locales.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

La ville a vendu en 2006 une partie des bâtiments de l'ancien hôpital Saint-Jean-Baptiste à un promoteur immobilier[16]. La transformation de ces bâtiments en immeubles d'habitation, qui était jusqu'en septembre 2009 bloquée par le plan de prévention du risque inondation du bassin aval de la vallée de la Lys[6], doit permettre la création de 70 logements[16].

La nouvelle majorité municipale issue des élections de 2008 a lancé une nouvelle phase dans le développement du quartier de Lenglet[17]. La déviation de la route départementale 187 depuis le village de Lambres doit donner un dynamisme nouveau à ce quartier situé au sud de la ville[17].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La villa signalée en 847 à proximité de la ville actuelle s'appelait originellement Aria[c 1] ; ce toponyme est devenu au fil des siècles « Aire » par transformation phonétique (en néerlandais : Ariën). En 1982, la commune d'Aire est devenue par décret la commune d'Aire-sur-la-Lys[n 4],[c 3]. Le toponyme « Aire » a été agrémenté de celui de la principale rivière qui traverse la ville, qui est également celui de la plaine dont elle parcourt l'extrémité occidentale.

Arien en flamand[18]

Histoire[modifier | modifier le code]

Une commune flamande puis artésienne (847 - 1499)[modifier | modifier le code]

Aire est citée une première fois en 847[c 1] : elle n'était alors qu'une villa occupant un léger relief au nord de la ville actuelle[c 1]. La ville se développe autour du castrum que Baudoin II, comte de Flandre, fait construire vers l'an 900[n 5] au confluent de la Lys et du Mardyck[Note 3] pour résister aux invasions normandes. Ce château, dont il ne reste rien, était situé à l'emplacement actuel des places des Béguines et de Saint-Pierre[n 5]. L'agglomération se développe le long de la route d'Arras à Saint-Omer, qui fait un angle droit au lieu dit « ad crucem Arie »[n 5].

En 1059, alors qu'un nouveau château est construit[c 1], le comte de Flandre Baudoin V institue un chapitre de chanoines au sein du castrum et ordonne la construction d'une église consacrée à saint Pierre. L'église est consacrée en 1166[n 5], après plus d'un siècle de travaux ; elle était située au même endroit que l'actuelle collégiale mais était plus petite. Aire devient donc à la fin du XIIe siècle un centre religieux important, avec pas moins de 37 chanoines[Note 4],[n 5].

Vers l'an 1200, un nouveau château est construit par Baudouin IX. La ville est entourée d'une muraille en pierres blanches, dont le tracé ne changera pas jusqu'en 1893[n 6],[c 1].

Au début du XIIe siècle, la ville devenue importante — 1 000 à 2 000 habitants peut-être[n 6] — peut obtenir une charte de libertés communales, reconnue en 1188 par le comte de Flandre Philippe d'Alsace[c 1] sous le nom de « charte de l'Amitié »[n 6], mais qui existait déjà sous Clémence de Bourgogne (régente de 1096 à 1100)[19]. Le bourg ne cessera d'obtenir de nouvelles libertés au cours des siècles suivants. La commune est dirigée par un échevin ; un châtelain puis un bailli représentent le comte de Flandres[n 7]. Le nouveau statut de la ville est symbolisé par ses armes, « un loup d'or sur fond de gueule »[n 8] — celui-ci sera plus tard remplacé par les armes actuelles — et par la construction d'un beffroi, signalé à la fin du XIIe siècle[m 1].

Aire, ville flamande dont l'importance est comparable à celle d'Ypres ou de Courtrai[n 8], se soulève en 1213 contre le comte Ferrand de Portugal. Ce dernier assiège la ville, qui ne peut survivre que grâce à un convoi de grains providentiellement envoyé par le roi de France. Le culte que rend la ville à Notre-Dame Panetière serait lié à cet événement[n 8].

Marguerite III de Flandre rattacha l'Artois à la Bourgogne en 1384 par son mariage avec le duc Philippe II.

En 1237, le comté d'Artois est séparé du comté de Flandre et Aire fait partie de la nouvelle entité. Elle devient dès lors une ville frontière marquée par les conflits entre les comtes de Flandre et leur suzerain le roi de France. Néanmoins, si l'Artois est dévasté par la guerre de Cent Ans, les murs d'Aire découragent les Anglais de vouloir prendre la ville[n 9]. Aire devient ainsi un refuge pour les populations rurales des environs[c 1]. La commune refuse de reconnaître le roi Édouard III d'Angleterre en 1338[n 9].

En 1374, Marguerite, comtesse d'Artois, donne à la ville de nouvelles chartes[n 9]. Sa petite-fille Marguerite ayant épousé en secondes noces le duc Philippe II de Bourgogne, l'Artois est rattaché en 1384 au très étendu duché de Bourgogne. C'est à Aire que le futur duc Philippe le Bon fait célébrer en 1415 les funérailles de ses deux oncles tués à Azincourt[n 10].

Si le XIVe siècle avait été une période troublée — les incendies étaient fréquents[Note 5],[n 11] et la peste noire tua 4 000 personnes en 1349[n 11] — le XVe siècle est une période de paix et de prospérité pour Aire et plus largement la Flandre. Aire est alors une ville dynamique tant par son activité économique que par ses fêtes. L'importance religieuse de la ville attirait souvent en ses murs l'évêque de Thérouanne[n 10] : Aire, outre son chapitre de chanoines, comptait en effet trois paroisses, trois couvents, une école latine et l'hôpital Saint-Jean-Baptiste[20].

Si Louis XI s'est emparé de la Bourgogne après la défaite de Charles le Téméraire en 1477, il ne tente pas dans un premier temps de s'emparer d'Aire[n 11]. C'est après avoir acheté le sire de Cohem[n 12], qui gouvernait la place au nom de Marie de Bourgogne, que le maréchal d'Esquerdes prend Aire en 1482[n 12]. Cette occupation ne dura que 17 ans : le roi Charles VIII rendit l'Artois à Maximilien de Habsbourg, veuf de Marie de Bourgogne, pour avoir les mains libres dans sa volonté de conquérir le royaume de Naples[n 12].

Une place forte disputée (1499 - 1713)[modifier | modifier le code]

En 1499, Aire est intégrée aux Pays-Bas bourguignons. Ces derniers font partie des nombreuses terres dont Charles Quint hérite et qui le placent à la tête du plus grand ensemble territorial d'Europe. La transition se fait sans difficulté : le gouvernement français n'a pas bonne presse à Aire[n 13], et l'empereur confirme dès 1516 les privilèges de la ville[n 13]. Il est ainsi reçu avec joie à Aire en 1540[n 13].

Ce plan établi au milieu du XVIe siècle montre le développement d'Aire à cette époque, principalement à l'intérieur de ses fortifications mais aussi le long des quelques artères qui les franchissaient.

La guerre — ininterrompue de 1521 à 1558[n 13] — nécessite de renforcer les défenses de la ville. Aire est en effet une pièce maîtresse du système défensif imaginé par l'empereur contre la France[n 13] : de plus, Aire se trouve à quelques kilomètres seulement de la place forte française de Therouanne[c 1]. Un système de bastions polygonaux est substitué au système ancien de fortifications[n 13], et l'empereur ordonne en 1520 la démolition de la chapelle Notre-Dame hors les murs[n 13], remplacée par une nouvelle église paroissiale.

En 1492, le chantier de construction d'une nouvelle église est lancé par les chanoines de Saint Pierre[c 2]. Il durera près d'un siècle, le chapitre en assurant lui-même le financement[n 14]. La collégiale que nous voyons aujourd'hui était à l'époque l'une des plus grandes églises de style flamboyant des Pays-Bas méridionaux. La Réforme ne trouve pas beaucoup d'écho à Aire ; au contraire, la ville adhère en 1579 à l'union d'Atrecht (Arras en néerlandais) qui demande l'interdiction du culte protestant[n 14].

Les premières années du XVIIe siècle correspondent à une période de paix et de grands travaux. Un corps de garde est construit en 1600 grâce à la levée d'un impôt sur la bière et le vin[n 15] ; l'hôtel de ville est reconstruit à partir de 1625[n 15]. Un collège jésuite est ouvert en 1615 rue de Saint-Pierre, avant de déménager huit ans plus tard dans des locaux plus spacieux rue de Saint-Omer[n 15] ; ce n'est qu'en 1682 que l'évêque d'Ypres posera la première pierre de l'église de ce collège[n 2]. Quant au mur d'enceinte, il est entièrement reconstruit entre 1570 et 1620[n 15].

En 1635, au cours de la guerre de Trente Ans, la France entre en guerre contre l'Espagne aux côtés des Provinces-Unies. 25 000 hommes commandés par le Maréchal de la Meilleraye assiègent Aire à partir du 19 mai 1641[n 16] ; si les pertes sont considérables du côté français, les 2 000 hommes de la garnison d'Aire doivent néanmoins se rendre le 26 juillet[n 16]. La victoire n'est cependant que de courte durée : la population de la ville est farouchement hostile aux Français, et le cardinal-Infant assiège bientôt la ville[n 16] dont les murailles ont été détruites par l'armée française. Le colonel d'Aigueberre, qui a succédé à Meilleraye, capitule le 7 décembre[n 16]. Après sept mois de combats, la ville est en ruines et a été désertée par ses habitants. Les Français restent néanmoins menaçants : le fort Saint-François est donc construit en 1642[n 16].

Aire redevient ensuite une ville prospère grâce aux campagnes agricoles qui l'entourent, à ses nombreuses petites industries[n 17], à sa vitalité religieuse — quatre nouveaux couvents sont créés[n 2] — et surtout à son port. En l'absence de communication fluviale entre l'Aa et la Lys, les marchandises remontant l'Aa depuis le port maritime de Gravelines doivent en effet être transportées par voie routière de Saint-Omer à Aire, avant de descendre la Lys vers la Flandre[n 17].

L'un des moyens imaginés par Vauban pour la défense de la ville était l'inondation volontaire des zones situées à l'ouest et au nord de la ville[n 2].

La guerre reprend en 1667. Le maréchal d'Humières, accompagné de 15 000 hommes, de Vauban et de Louvois, assiège Aire en juillet 1676[21],[n 17]. Pour ne pas répéter les erreurs du passé, l'armée de Schomberg est placée de manière à barrer le passage au général espagnol Villahermosa[n 17]. Louvois fait bombarder de nuit et cible les maisons bourgeoises : la ville ainsi terrorisée se rend le 31 juillet[n 17]. Vauban entreprend ensuite de réorganiser la défense de la ville, en créant de nouvelles casernes et en renforçant les fortifications[n 2].

En 1701, la guerre frappe à nouveau aux portes d'Aire. Les Hauts-Alliés assiègent la ville en septembre 1710[n 2] et celle-ci, défendue par le régiment de Bauffremont-dragons, est remise en novembre aux Hollandais[n 18]. Elle reste hollandaise jusqu'au traité d'Utrecht le 14 avril 1713 : le 1er juin, à la même heure, la France rend Furnes et les Provinces-Unies Aire[n 18]. La ville est désormais définitivement rattachée à la France.

Un long déclin (1713 - 1914)[modifier | modifier le code]

Les nombreux sièges qu'a connu Aire depuis un siècle ont laissé une ville en ruines : c'est maintenant l'heure de la reconstruction. En 1715, Louis XIV autorise la construction d'un nouvel hôtel de ville[n 19]. Le bâtiment actuel est achevé en 1721 et le beffroi en 1724[n 19]. Grâce à l'intervention du cardinal de Fleury, ministre de Louis XV, l'église du chapitre de Saint-Pierre est reconstruite en plusieurs étapes jusqu'en 1788[n 19]. La ville accueille désormais une importante garnison dans ses nombreuses casernes[c 3]. Le 17 novembre 1722, une ordonnance royale fixe pour plusieurs décennies les règles de l'urbanisme à Aire[Note 6],[n 19],[c 3] : la ville se transforme rapidement. Aire est donc aujourd'hui en grande partie une ville du début du XVIIIe siècle. Néanmoins, la ville reste corsetée dans ses murs trop étroits[c 3].

L'administration est beaucoup plus stricte et centralisée que sous les Espagnols[n 20]. Le bailli n'a plus que des pouvoirs très limités et le mayeur est nommé par le Roi. En 1762, le Parlement de Paris décide d'expulser les Jésuites du Royaume de France : le collège est ainsi fermé en 1769[n 20]. Ce n'est qu'après une longue campagne de protestations à Versailles et Arras que le magistrat obtient le rétablissement d'un collège confié aux Pères de la doctrine chrétienne[n 20].

Ce plan du début du XVIIIe siècle montre l'étroitesse des fortifications dans lesquelles Aire était enfermée jusqu'en 1893, qui a contribué au déclin économique et démographique de la ville.

Si des travaux sont menés pour remettre en état les fortifications[n 20], leur état reste déplorable. À la fin du XVIIIe siècle, le château est en ruines faute d'entretien[n 20]. Surtout, le pouvoir royal impose la construction d'un canal de jonction entre la Lys et l'Aa[n 1]. Le port d'Aire, court-circuité par ce canal, est déserté dès l'ouverture de celui-ci en 1771[n 1],[c 3]. De plus, une route est ouverte entre Lillers et Saint-Venant, évitant elle aussi Aire[n 1]. La situation économique à Aire à la fin du XVIIIe siècle est donc des plus moroses.

Les débuts de la Révolution sont enthousiastes à Aire[n 21]. Néanmoins, les désillusions arrivent vite, notamment dans le domaine religieux : la population accepte mal les nouveaux pasteurs et la suppression du chapitre et des couvents[n 21]. La ville, qui espérait être choisie comme chef-lieu du nouveau département du Pas-de-Calais, n'obtient finalement qu'un chef-lieu de canton[n 21]. Aire, de plus, est particulièrement touchée par les guerres et par les famines[Note 7],[n 22]. La ville, qui n'avait pas constitué de Comité de surveillance, s'en voit imposer un : celui-ci accuse en juin 1794 la ville entière d'être « égarée »[n 22]. Une centaine d'Airois sont fait prisonniers et 21 sont exécutés à Arras[n 22]. Après les dures années de la Révolution, le Consulat et l'Empire correspondent à une période d'accalmie : l'église Saint-Pierre est rouverte en 1802[n 23], et deux établissements scolaires sont créés — un collège municipal et une école de filles dirigée par les Ursulines[n 23]. La ville, qui n'aurait pu soutenir un nouveau siège, n'est occupée ni en 1814, ni en 1815[n 23].

Le déclin de la ville au XVIIIe siècle se poursuit au XIXe siècle. André-Camille Dard ne poursuit pas sa Notice historique sur Aire au-delà de 1815, car « depuis cette époque Aire, simple chef-lieu de canton, n'a plus d'histoire et vit oubliée[22]. » La ville passe en effet à côté de l'essor démographique et économique du Nord-Pas-de-Calais. L'armée refuse l'implantation des Aciéries de France sur un terrain jugé trop proche des fortifications ; les aciéries s'installent donc à Isbergues[n 3],[c 3]. La ligne de chemin de fer d'Arras à Dunkerque passe à 5 km à l'est de la ville ; ce n'est qu'en 1878[c 3] qu'Aire obtient une gare sur la modeste ligne de Berguette à Saint-Omer[n 3]. Quant aux sociétés de recherche et de prospection de charbon, elles font toutes faillite faute d'avoir trouvé un filon exploitable[n 24]. La ville ne peut donc vivre que de ses marchés agricoles[c 3] et de sa petite industrie — usine à gaz[c 3], brasserie[c 3], chapeaux Blondel, chaussures fabriquées à domicile pour le compte des Établissements Fanien de Lillers[n 24].

Néanmoins, si la ville connaît un certain déclin économique, elle conserve une forte vitalité intellectuelle et artistique[n 24]. La ville accueille de nombreuses sociétés musicales, des sociétés sportives, ainsi qu'une école de musique et une école de dessin[n 24]. En 1837 paraît le premier numéro de l'Écho de la Lys[n 24], qui est encore en 2010 le principal organe de presse de la ville. De nouveaux établissements scolaires ouvrent leurs portes : une école primaire des Frères des Écoles chrétiennes est créée en 1816[n 3] et une école municipale laïque en 1870[n 3]. Quant à l'église Saint-Pierre, elle est entièrement rénovée par Mgr Édouard Scott, qui fut curé de 1829 à 1887[n 25] ; elle devient le premier monument de la ville classé monument historique en 1862[23].

En 1871, le démantèlement des places fortes de la frontière nord est décidé par l'armée, qui les juge inutiles. La ville doit en assurer le financement et recevoir en compensation les terrains ainsi libérés[n 25]. Les travaux durent trois ans, de 1893 à 1896[n 25],[c 3]. Les 120 hectares ainsi libérés[n 25] permettront l'établissement d'un boulevard circulaire autour de la ville, et l'ancienne zone non aedificandi accueillera les grandes maisons bourgeoises des notables de la ville[n 25],[c 3].

Aire-sur-la-Lys au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts d'Aire-sur-la-Lys rappelle que la ville a été durement touchée par les deux conflits mondiaux du XXe siècle.

La Grande Guerre frappa durement Aire. Située à quelques kilomètres du front, la ville hébergea en permanence 3 000 à 4 000 réfugiés pendant trois ans[n 26]. Le quartier général de la Ire armée britannique s'installa le 1er avril 1915 à Aire[n 26], au château de La Jumelle. Pendant la guerre, Aire reçut la visite du roi George V du Royaume-Uni[Note 8],[n 26], du général Joffre[Note 9],[n 26] et de l'ancien président du Conseil Georges Clemenceau[Note 10],[n 26]. Le 11 avril 1918, une offensive allemande rompt le front et menace Aire qui doit être évacuée[n 26]. Lorsque l'offensive est enrayée en août, la ville, qui a été bombardée jour et nuit pendant quatre mois, est en ruines : trois quarts des maisons ont été touchées[n 27]. La ville, dont 250 habitants ont été tués au front[n 27], reçoit le 12 juin 1921 la Croix de guerre[n 27].

Après la Première Guerre mondiale, Aire doit donc à nouveau être reconstruite. C'est l'occasion de mener des travaux de grande envergure, comme le programme d'adduction d'eau achevé en 1927[n 27]. L'été 1936 sera, comme partout en France, un été de grève générale et de défilés, comme celui organisé le 5 juillet par le Front populaire[n 27]. La ville, qui ne veut pas d'une nouvelle guerre, célèbre par un défilé des associations sportives et culturelles le vingtième anniversaire de l'Armistice de 1918[n 27].

Le 23 mai 1940, une colonne de chars français arrive à Aire, ignorant que des éléments motorisés de la division Totenkopf s'y trouvent depuis la veille[n 27]. Les Français, pris au piège, sont presque tous tués après trois heures de lutte[n 27]. Un avion britannique détruit dans la nuit du 29 au 30 mai les camions allemands chargés d'essence et de munitions qui étaient stationnés dans la cour du collège, qui prend feu[n 28]. À partir de l'armistice du 22 juin, Aire fait partie du commandement allemand de Bruxelles ; la Kommandantur s'installe dans l'immeuble actuel du Crédit agricole et la Gestapo à la Céramique[n 28]. La ville connaît pendant l'occupation des actes de résistance à l'armée allemande : l'organisation « Lord Denys » prend en charge les soldats britanniques pour les aider à gagner la zone libre[n 28] — ses membres recevront à la Libération la Croix d'honneur du mérite franco-britannique[n 29] — et « l'organisation franco-anglaise du capitaine Michel » procède à des opérations de sabotage[n 28], tandis que le réseau « Hunter » renseigne les armées alliées[n 28] — son chef André Robin sera fusillé à Paris le 27 juillet 1944[n 28]. Les bombardements s'intensifient à partir de juin 1944 : l'aviation alliée lâche 2 800 bombes sur la ville dans la nuit du 8 août, faisant 19 victimes civiles et touchant gravement la collégiale Saint-Pierre[n 28]. L'armée polonaise entre finalement dans la ville et la libère le 5 septembre 1944[n 29]. Une nouvelle fois, il s'agit de reconstruire. La paroisse Saint-Pierre, qui s'était réfugiée à l'église Saint-Jacques, ne peut retrouver son église qu'en 1954[n 29] ; la réhabilitation complète de la collégiale n'est toujours pas achevée à ce jour[n 4].

Depuis la Libération, la ville se modernise : si l'abattoir municipal a fermé ses portes en 1968[n 4], un immense silo à grains a ouvert en 1965[c 3] et une zone industrielle a été créée en 1972 sous l'impulsion du maire François-Xavier Becuwe[n 4]. La ville s'est étendue à partir de 1959 sur l'ancien marais de Lenglet, au lieu-dit « Mississippi »[c 3], qui forme aujourd'hui un des cœurs de la cité[n 4]. Si la gare ferroviaire a fermé en 1990[c 3],[n 4], l'ouverture en 1989 de l'hypermarché Catteau[n 4] (aujourd'hui Carrefour) — le plus gros employeur de la ville[24] — est le signe d'une réorientation de la ville vers le secteur du commerce et des services. Néanmoins, Aire — devenue en 1982 Aire-sur-la-Lys par décret[n 4] — conserve aujourd'hui une image de « ville endormie », comme le titrait le 26 juin 2003 l'Écho de la Lys[24].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Aire-sur-la-Lys dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Aire-sur-la-Lys est le chef-lieu d'un canton qui comprend également les 13 communes suivantes : Clarques, Ecques, Herbelles, Heuringhem, Inghem, Mametz, Quiestède, Racquinghem, Rebecques, Roquetoire, Thérouanne, Wardrecques et Wittes. En 1999, ce canton comptait 23 256 habitants (recensement sans doubles comptes), dont environ les deux cinquièmes dans la commune d'Aire-sur-la-Lys. Le conseiller général actuel du canton d'Aire-sur-la-Lys est Jean-Claude Dissaux, soutenu par le Parti socialiste[25].

Aire-sur-la-Lys appartient à l'arrondissement de Saint-Omer, l'un des sept arrondissements du département du Pas-de-Calais. Le centre-ville d'Aire-sur-la-Lys se situe à trois kilomètres environ de la limite du département du Nord, qui forme avec celui du Pas-de-Calais la région Nord-Pas-de-Calais.

La commune d'Aire-sur-la-Lys a absorbé entre 1790 et 1806 les communes voisines du Widdebroucq, de Rincq, de Saint-Martin et de Saint-Quentin[26].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Aire-sur-la-Lys appartient à la communauté de communes du Pays d'Aire (CCPA), dont elle est le siège et dont elle représente près des deux tiers de la population. Cette structure intercommunale a été créée le 10 mai 2000[27] et regroupe cinq communes : Quiestède, Racquinghem, Roquetoire, Wittes et Aire-sur-la-Lys elle-même. Jean-Claude Dissaux en est le président[25].

La communauté de communes du Pays d'Aire adhère avec trois autres communautés de communes et une communauté d'agglomération au Pays de Saint-Omer[27].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Si l'essentiel de la région Nord-Pas-de-Calais est clairement orienté à gauche — le Pas-de-Calais en particulier est un bastion du Parti socialiste — Aire-sur-la-Lys est moins nettement marquée politiquement. Les élections récentes ont en effet montré à plusieurs reprises des variations dans les partis politiques dont sont issus les élus ou les candidats aux élections nationales en faveur desquels la ville se prononce.

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2002, la ville a placé — contrairement aux résultats nationaux — le candidat socialiste Lionel Jospin devant le président du Front national Jean-Marie Le Pen, le candidat RPR et président sortant Jacques Chirac arrivant en tête avec 18,53 % des voix[28]. Si Aire a voté massivement au second tour pour le candidat de la droite parlementaire, le score de Jean-Marie Le Pen a été meilleur (19,61 %)[28] qu'à l'échelle nationale (17,79 %[29]).

Les résultats des trois candidats aux élections municipales de 2008, en pourcentage des suffrages exprimés.

Ségolène Royal est arrivée en tête à Aire-sur-la-Lys à l'élection présidentielle de 2007, devançant Nicolas Sarkozy de quatre points au premier tour, dix au second[30]. Si aux élections législatives, la gauche est arrivée en tête à Aire-sur-la-Lys, ce résultat a été moins net que dans l'ensemble de la 8e circonscription du Pas-de-Calais. Au premier tour, Michel Lefait (PS) obtient 46,55 % des voix à Aire-sur-la-Lys face à la candidate UMP Marie-Françoise Bataille (36,62 %)[31]. Mais à l'échelle de la circonscription, Michel Lefait a obtenu 51,97 % des voix et a ainsi été élu dès le premier tour[31].

Après plus de trente ans de pouvoir de la droite, les électeurs airois ont voté lors des élections municipales de 2008 en faveur de la liste « Aire autrement », soutenue par le Parti socialiste. Au second tour de l'élection, sur un total de 5 063 suffrages exprimés, 2 556 voix sont allées à la liste menée par Jean-Claude Dissaux, contre 1 549 à celle d'André Démaret et 958 à celle de Jean-Claude Wident[32]. Le graphique ci-contre montre la répartition des voix entre les différentes listes[32].

Les chiffres de l'abstention sont légèrement plus faibles à Aire-sur-la-Lys que dans le reste de la France. Au second tour de la présidentielle de 2007, l'abstention a été de 14,46 %[30] (16,03 % en France[33]). Aux élections européennes de 2009, 43,18 % des inscrits se sont déplacés[34], contre 40,65 % à l'échelle du pays[35].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Les institutions municipales d'Aire-sur-la-Lys, très anciennes puisqu'elles sont les héritières des institutions communales qu'avait la ville au Moyen Âge, sont installées dans l'imposant hôtel de ville construit au début du XVIIIe siècle sur la Grand-Place.

La composition du conseil municipal d'Aire-sur-la-Lys
depuis les élections municipales de 2008, en sièges.

Depuis les élections municipales du 16 mars 2008, la gauche est nettement majoritaire au sein du conseil municipal. La liste « Aire autrement », dirigée par Jean-Claude Dissaux et soutenue par le Parti socialiste, a en effet obtenu 23 des 29 sièges du conseil, n'en laissant que quatre pour la liste « Aire, souffle d'avenir »[36] du maire sortant André Démaret — qui a renoncé au siège que lui donnaient les urnes — et deux pour la liste conduite par Jean-Claude Wident[37],[38]. Vingt-deux des 29 conseillers élus en 2008 n'avaient jamais été conseillers municipaux auparavant[37]. Le conseil municipal d'Aire-sur-la-Lys compte 14 femmes et huit adjoints au maire[39].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Depuis la Libération, sept maires ont été élus à Aire-sur-la-Lys :

Période Identité Étiquette Qualité
1945 1945 E. Gosseau    
1945 1945 A. Bar    
1947 1953 E. Gosseau    
1953 1971 Paul Blondel SFIO  
1971 mars 2001 François-Xavier Becuwe RPR  
mars 2001 mars 2008 André Démaret UMP  
mars 2008 en cours
(au 10 novembre 2014)
Jean-Claude Dissaux PS Conseiller général
Président de la CC du pays d’Aire
Réélu pour le mandat 2014-2020[40]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Aire-sur-la-Lys n'accueille les bâtiments d'aucune instance judiciaire sur son territoire communal. Aire-sur-la-Lys relève du tribunal de grande instance de Saint-Omer et de la cour d'appel de Douai. Pour ce qui est du droit administratif, Aire-sur-la-Lys est du ressort du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Aire-sur-la-Lys accueille, en tant que chef-lieu de canton, une gendarmerie et un service déconcentré du Trésor public. De plus, la ville a sous son autorité un service de police municipale.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La préoccupation environnementale est assez récente à Aire-sur-la-Lys. Celle-ci s'est traduite par une politique publique en faveur des transports peu ou pas polluants — création d'une zone 30 en centre-ville en 2006[12], ouverture de pistes cyclables, renforcement des fréquences des lignes de bus — et d'une gestion écologique des déchets. Si le ramassage et le traitement des déchets ménagers sont du ressort de la Communauté de communes[41], un tri sélectif est organisé par l'association Récup'Aire[42]. Les Airois peuvent également acquérir un composteur pour la somme de vingt euros, grâce à la participation de la Communauté de communes, du Syndicat Mixte Lys Audomarois et du Conseil régional[43].

À la diversité du paysage entourant la ville — grands blocs de culture céréalière, marais où est produit le cresson, ballastières au nord de la ville[c 4] — s'oppose l'absence d'espaces verts dans le centre-ville. Il faudra attendre 1974[c 3] pour que la municipalité crée un parc excentré, au nord-ouest de la ville, qui reste en 2006 le seul de la ville[c 4].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville d'Aire-sur-la-Lys est jumelée avec une ville allemande et trois villes britanniques :

Vie militaire[modifier | modifier le code]

Si Aire-sur-la-Lys possède un passé militaire riche de nombreux sièges et batailles, l'Armée a aujourd'hui quitté la ville. Aire a brièvement accueilli le 8e régiment d'artillerie de 1872 à 1873, puis le quartier général de la Ire armée britannique en 1915[n 26]. Aujourd'hui, les seuls témoins restants de ce passé militaire sont les anciennes casernes, les vestiges des anciennes fortifications[45], la gendarmerie installée au sud de la ville et certains noms de rue comme la Rue des Casernes ou le Boulevard de l'Arsenal.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 9 874 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 11],[Note 12].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8 500 8 627 8 408 8 713 8 725 8 717 9 591 8 529 8 781
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8 682 8 297 8 803 8 303 8 357 8 238 8 375 8 409 8 446
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 458 7 999 8 247 8 362 7 619 7 538 7 875 8 213 8 133
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
8 652 9 179 9 184 9 535 9 529 9 661 9 651 9 606 9 861
2011 - - - - - - - -
9 874 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[46] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique Aire-sur-la-Lys.svg
Évolution démographique comparée de la commune d'Aire-sur-la-Lys,
de la région Nord-Pas-de-Calais et de la France entre 1800 et 2006.
Les chiffres sont donnés en base 100 = 1800 pour la région Nord-Pas-de-Calais
et la France, en base 100 = 1801 pour la commune d'Aire-sur-la-Lys
[47],[48].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Comparaison des pyramides des âges entre 1990 et 2006[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de la commune de Aire-sur-la-Lys en 2006[49] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans et plus
1,8 
5,4 
75 à 89 ans
9,5 
12 
60 à 74 ans
15 
20,1 
45 à 59 ans
19 
20,8 
30 à 44 ans
19,7 
20,9 
15 à 29 ans
17,9 
20,3 
0 à 14 ans
17 
Pyramide des âges de la commune de Aire-sur-la-Lys en 1990[50] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
95 ans et plus
0,1 
4,7 
75 à 89 ans
9,2 
11,2 
60 à 74 ans
12,9 
14,6 
45 à 59 ans
15,4 
22,4 
30 à 44 ans
20,3 
24,3 
15 à 29 ans
21,6 
22,8 
0 à 14 ans
20,5 

Comparaison des pyramides des âges de 2007 entre Aire-sur-la-Lys et le Pas-de-Calais[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 20,9 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 20,2 %, plus de 60 ans = 18,1 %) ;
  • 52,5 % de femmes (0 à 14 ans = 16,7 %, 15 à 29 ans = 17,9 %, 30 à 44 ans = 19,5 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, plus de 60 ans = 26,8 %).
Pyramide des âges à Aire-sur-la-Lys en 2007 en pourcentage[51]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,8 
5,5 
75 à 89 ans
9,7 
12,2 
60 à 74 ans
15,3 
20,2 
45 à 59 ans
19,2 
20,7 
30 à 44 ans
19,5 
20,9 
15 à 29 ans
17,9 
20,0 
0 à 14 ans
16,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[52]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'entrée du Lycée Vauban.

Aire-sur-la-Lys est située dans l'académie de Lille.

La ville administre trois écoles maternelles et quatre écoles élémentaires communales[53].

Le département gère un collège, le collège Jean-Jaurès, et la région un lycée, le lycée Vauban qui propose un enseignement tant général que technologique et professionnel et possède des taux de réussite élevés au baccalauréat (au-dessus de 90 % dans la plupart des filières)[54]. Aire-sur-la-Lys compte également trois établissements privés catholiques sous contrat d'association avec l'État, le collège et le lycée agricole Sainte-Marie ainsi que l'école du Sacré Coeur[53].

Ces onze établissements scolaires accueillent un total de 4 500 élèves, dont 1 000 au lycée Vauban et autant au collège Jean Jaurès[24], et emploient plusieurs centaines d'enseignants[24].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Plusieurs fêtes marquent le calendrier de la ville d'Aire-sur-la-Lys. La fête de la Lys a lieu tous les premiers dimanches de juillet à Aire — comme dans d'autres villes baignées par la rivière — et est l'occasion d'activités et compétitions nautiques diverses[55]. Au mois d'août, c'est Notre-Dame Panetière qui est célébrée pendant neuf jours[55] : elle aurait permis l'approvisionnement de la ville en pain durant le siège de 1213[n 8]. Enfin, la fête de l'andouille, au cours de laquelle le maire et ses invités jettent une andouille du haut de la bretèche du bailliage, a lieu chaque premier dimanche de septembre[55],[56].

La place de l'hôtel de ville accueille un marché chaque vendredi matin[55]. La ville accueille également un marché aux fleurs en mai et un marché de Noël en décembre[55].

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital local d'Aire-sur-la-Lys, installé au bord de la Lys, offre une capacité d'accueil de 310 lits[57]. Il a remplacé l'ancien hôpital de la rue de Saint-Omer, qui a fermé ses portes en 1993[n 4]. L'hôpital est principalement orienté vers le traitement des personnes âgées dépendantes, au travers de son unité de soins de longue durée et de sa maison de retraite[57]. Une autre maison de retraite est installée boulevard du Général-de-Gaulle.

La ville accueille un corps médical important en raison de sa taille et de son rôle de centre urbain pour les habitants des communes voisines. On compte ainsi en 2009 une trentaine de médecins — toutes spécialités confondues — quatre pharmacies et trois vétérinaires[58].

Sports[modifier | modifier le code]

Aire-sur-la-Lys est équipée de plusieurs stades — le stade Paul-Nestier, le complexe Germain-Spaës —, de plusieurs salles de sports et gymnases — notamment le complexe sportif régional, la salle Roger-Ducrot et la salle Henri-Berton —, d'une salle de boxe, d'une piscine municipale et d'un cynodrome qui accueille des compétitions nationales[59].

La ville comporte de nombreux clubs sportifs. Il est ainsi possible de pratiquer des sports aussi variés que l'athlétisme, le badminton, le basket-ball, les boules, la boxe, la chasse, la course de lévrier, le cyclisme, la danse, l'équitation, le football, la gymnastique, le judo, le karaté, le moto-cross, la natation, la pêche, la randonnée pédestre et automobile, le tennis, le tir à l'arc, le tir à la carabine ou encore le volley-ball[59].

Un événement notable dans l'histoire récente de la commune a été la rencontre le 3 janvier 2004 à Saint-Omer entre le club amateur de l'Omnisports Airoise et la prestigieuse équipe de l'Olympique lyonnais, en 1/32 de finale de la Coupe de France. Malgré la logique défaite airoise (quatre buts à zéro), la rencontre entre une équipe de promotion d'honneur et le double champion de France en titre avait défrayé la chronique[37],[60],[61].

Médias[modifier | modifier le code]

La ville est le siège de l'Echo de la Lys, journal hebdomadaire fondé en 1837[n 24]. Celui-ci fait aujourd'hui partie du groupe La Voix[62]. Le journal régional la Voix du Nord est quant à lui le principal quotidien d'information vendu dans la commune.

La ville fait partie du territoire desservi par Banquise FM, station de radio dont les programmes — essentiellement musicaux — sont émis depuis Isbergues par la Maison des jeunes et de l'éducation permanente d'Isbergues[63]. Les habitants de la ville reçoivent également, outre certaines stations de radio nationales, les programmes de France Bleu Nord.

Aire-sur-la-Lys est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais Picardie.

Cultes[modifier | modifier le code]

La nef centrale de l'immense collégiale Saint-Pierre.

Après avoir plusieurs fois changé de diocèse, Aire-sur-la-Lys fait aujourd'hui partie du diocèse catholique d'Arras[64]. Les trois paroisses que comptait la ville ont fusionné en 2003 avec celles de Wittes et de Lambres, pour former la nouvelle paroisse Notre-Dame Panetière[37]. Cette dernière a pour curé le Père Bruno Dubreucq[65],et a pour église principale la collégiale Saint-Pierre.

Aire-sur-la-Lys ne possède aucun édifice cultuel appartenant à une autre religion que le catholicisme romain. Les Airois pratiquant les religions protestante, juive ou encore musulmane doivent se rendre dans les grandes villes du Nord-Pas-de-Calais, notamment Lille, Dunkerque, Calais, Arras ou encore Lens pour pratiquer leur culte.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Les revenus de la population d'Aire-sur-la-Lys sont relativement faibles. En 2007, le revenu fiscal médian par ménage était de 14 511 €, ce qui plaçait Aire-sur-la-Lys au 25 434e rang parmi les 30 714 communes de plus de 50 ménages en métropole[66]. Quant au revenu net imposable moyen par foyer fiscal, il était en 2006 de 17 028 euros, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne du département (17 828 euros) mais nettement inférieur à la moyenne nationale (20 752 euros)[67]. Dès lors, la part de la population assujettie à l'impôt sur le revenu est faible : 42,0 % des foyers fiscaux airois paient cet impôt[67], contre 44,0 % de ceux du Pas-de-Calais[67] et 53,8 % des foyers fiscaux français[68].

Néanmoins, la ville est loin d'être uniforme et la situation sociale de ses habitants est très contrastée. Si en 2007, 1 876 foyers fiscaux (34,92 % du total) ont déclaré un revenu fiscal inférieur à 9 400 euros[69], 207 foyers fiscaux (3,85 %) avaient des revenus imposables supérieurs à 48 751 euros[69].

Emploi[modifier | modifier le code]

Aire-sur-la-Lys connaissait en 2006 un taux de chômage de 15,2 % selon l'INSEE (contre 15,6 % en 1999)[70], ce qui est proche de la moyenne de la région Nord-Pas-de-Calais (14,8 %)[71] mais fortement supérieur à la moyenne de la France métropolitaine (11,6 %)[72]. Si Aire-sur-la-Lys, faute de mines ou d'industries lourdes installées sur son territoire, a peu souffert des effets directs de la crise des années 1970, les entreprises installées sur son territoire fournissent peu d'emplois et une grande partie de la population active est obligée d'aller travailler en dehors de la commune, notamment à Arc International (ancienne Verrerie Cristallerie d'Arques)[27]. L'emploi dans la commune a donc souffert indirectement des fermetures de mines et d'usines dans la région.

La répartition de l'emploi par catégories socioprofessionnelles à Aire-sur-la-Lys est globalement caractérisée par une sous-représentation des catégories les plus élevées : les cadres et professions intellectuelles supérieures ne représentaient en 2006 que 10,5 % de la population active[70] (contre 15,4 % en France[72]), et les professions intermédiaires 19,8 %[70] (24,6 %[72]). La répartition par secteur d'activité est plus proche de la moyenne nationale, si l'on excepte la sous-représentation de l'emploi agricole[70] (commun à toutes les communes urbaines) et une légère sur-représentation de l'emploi tertiaire, en particulier dans le commerce (21,2 % de la population active[70] contre 13,3 % en France[72]).

Répartition de l'emploi au lieu de travail par catégorie socio-professionnelle en 2006
Zone Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Aire-sur-la-Lys[70] 1,0 % 5,6 % 10,5 % 19,8 % 33,3 % 30,0 %
Nord-Pas-de-Calais[71] 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
France entière[72] 1,2 % 4,6 % 12,2 % 24,9 % 29,3 % 27,7 %
Diagrammes circulaires représentant les données du tableau précédent

Agriculture[modifier | modifier le code]

Si le secteur agricole a longtemps employé une part significative de la population d'Aire-sur-la-Lys, cette part est aujourd'hui retombée à 1,6 %[70]. L'agriculture de la région s'est en effet considérablement modernisée et intensifiée. En 1965, l'un des plus gros silos à grains de France a ainsi été construit au bord du canal[n 4],[c 3].

Industrie[modifier | modifier le code]

En raison de son enfermement dans ses murs jusqu'en 1893 et de sa mauvaise desserte par le chemin de fer, Aire n'a pas connu le développement industriel de beaucoup de ses voisines. Les recherches de charbon à la fin du XIXe siècle n'ont donné aucun résultat probant[n 24]. Quant à la « Céramique » du groupe Beugin, elle a fermé ses portes en 1985[n 4]. L'industrie à Aire-sur-la-Lys a ainsi longtemps été le fait de petites entreprises, principalement dans les secteurs agro-alimentaire et textile.

Néanmoins, à partir des années 1970, la municipalité a tâché d'attirer des entreprises industrielles sur le territoire de la commune. Le maire François-Xavier Becuwe a lancé en 1972 une zone industrielle à Neufpré, sur laquelle se sont installées les Machines et Verreries du Pas-de-Calais et l'imprimerie Mordacq[n 4]. En 2002, c'est un parc d'activités qui est lancé à Saint-Martin[24].

L'emploi industriel de la commune dépend cependant pour l'essentiel d'entreprises installées en dehors du territoire de la commune. Les usines ArcelorMittal d'Isbergues (anciennes Aciéries d'Isbergues, devenues Ugine puis Usinor puis Thyssen et enfin Arcelor[24]) et Arc International (ancienne Verrerie Cristallerie d'Arques) sont les deux principaux employeurs industriels de la ville[27]. Les réductions d'effectifs dans ces entreprises, en particulier à Isbergues, touchent donc rudement le marché du travail airois[24].

Commerce[modifier | modifier le code]

Le secteur commercial a toujours été important dans une ville qui joue le rôle de centre urbain au cœur d'une région agricole au peuplement relativement dense. Les rues du centre-ville accueillent ainsi de nombreux petits commerces, fréquentés tant par les Airois que par les habitants des villages voisins. Néanmoins, cette importance du petit commerce a été contrariée depuis 1989 par l'ouverture de l'hypermarché Catteau — Carrefour aujourd'hui — qui a entraîné la fermeture de nombreuses enseignes dans le centre[24]. L'hypermarché Carrefour, installé au sud-est de la ville, est en effet devenu le premier employeur tertiaire — et même le premier employeur privé — de la ville[24].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le beffroi d'Aire-sur-la-Lys fait partie des 56 beffrois français et belges inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Si la ville bénéficie d'un patrimoine culturel fort de 23 monuments historiques[73] et d'un beffroi inscrit au patrimoine mondial de l'humanité depuis 2005[74]voir infra — le secteur touristique a longtemps été délaissé à Aire-sur-la-Lys. Aujourd'hui encore, il souffre de l'image négative de la région Nord-Pas-de-Calais, davantage associée dans les esprits aux mines de charbon et à l'industrie lourde qu'à un riche patrimoine architectural.

Aujourd'hui, la municipalité cherche au contraire à promouvoir le tourisme à Aire. En témoignent les travaux de ravalement de 376 façades du centre-ville — dont beaucoup sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques — menés depuis 1992 avec le soutien financier de la ville[24]. Les rues du Bourg et de Saint-Pierre, en plein centre-ville, ont été réaménagées en 2005 pour 1,4 million d'euros[16]. La tour de la collégiale Saint-Pierre, quant à elle, a été restaurée entre 2005 et 2007, pour un montant d'un million d'euros[16], et l'intérieur du beffroi est en cours de réhabilitation. Aire a en outre accueilli des manifestations culturelles et religieuses sous le nom d'« Aire 1213 », dans le cadre de Lille 2004, capitale européenne de la culture[37].

Les infrastructures de la ville restent cependant insuffisantes pour accueillir un important développement du tourisme. La ville ne compte que trois hôtels, dont un seul dans le centre-ville, et un camping[75]. Aire possède en outre une quinzaine de restaurants — restauration rapide comprise — et quelques cafés[76]. Un office de tourisme est installé au rez-de-chaussée de l'ancien bailliage.

Secteur public[modifier | modifier le code]

Outre le rôle joué par l'Armée, le secteur public représente une part importante des emplois et par conséquent de l'économie de la ville. Cette importance du secteur public est liée aux rôles d'Aire-sur-la-Lys en tant que chef-lieu de canton et centre urbain pour les communes voisines. Les administrations municipales, l'hôpital, la maison de retraite, les établissements scolaires ou encore la gendarmerie emploient ainsi plusieurs centaines de personnes à Aire.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Aire-sur-la-Lys comptait, au 31 décembre 2006, 539 établissements actifs, dont 57,0 % dans les services, 28,6 % dans le commerce et les réparations, 8,5 % dans l'industrie et 5,9 % dans la construction[67]. Il s'agit pour l'essentiel de petites et moyennes entreprises : seuls 13,5 % de ces établissements emploient dix salariés ou plus[67]. En effet, l'économie airoise est caractérisée par l'importance du petit commerce et du secteur public[27].

Dans ce tissu de PME, seuls les Voyages Inglard, l'imprimerie Mordacq[27] et l'hypermarché Carrefour tirent leur épingle du jeu. Ce dernier est issu des Établissements Catteau, qui ont employé jusqu'à 700 personnes à Aire[24] grâce à leur magasin et surtout à leur filiale de stockage Logidis. Celle-ci, désormais installée à Saint-Martin, emploie 300 salariés et ravitaille les magasins du groupe situés au nord de Paris[24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Aire-sur-la-Lys possède un patrimoine architectural riche, témoin de son importance politique et économique passée. Vingt-trois édifices de la commune sont enregistrés aux monuments historiques[73], dont cinq sont classés et 18 sont inscrits à l'inventaire supplémentaire. Le beffroi est de plus inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO[74].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le bailliage[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Bailliage d'Aire-sur-la-Lys.

Le bailliage a été bâti à partir de 1600[m 2], à l'angle de la Grand'Place, de la rue du Bourg et de la rue d'Arras. Cet édifice est de taille réduite (125 m² de surface au sol[m 2]) mais comporte quatre niveaux, et possède des façades richement ornées de style Renaissance. Classé Monument historique[m 3], le bailliage accueille depuis 1970 l'office de tourisme de la ville[m 3].

L'hôtel de ville et le beffroi[modifier | modifier le code]
L'hôtel de ville d'Aire-sur-la-Lys.

Si l'emplacement de l'hôtel de ville d'Aire n'a guère varié au cours des siècles, restant invariablement à l'extrémité orientale de la Grand'Place, le bâtiment a été reconstruit à plusieurs reprises. L'édifice actuel date du début du XVIIIe siècle. En 1715, le Magistrat obtint du roi Louis XIV le droit de construire un nouvel hôtel de ville plus prestigieux que l'édifice qui existait alors à Aire[m 4]. Les travaux durèrent cinq ans, de 1716 à 1721[m 4], et furent entrepris sur les plans d'Héroguel, architecte du Roi à Arras[m 4].

La façade imposante de l'édifice est percée de deux portes centrales, donnant accès à un escalier monumental et au passage des Hallettes[m 5] — ce dernier permet d'accéder à la rue de Saint-Omer et accueille depuis 1891 la bibliothèque municipale[m 6]. Le second niveau est quant à lui percé de onze larges ouvertures — trois au centre et quatre sur chaque aile — séparées par les dix pilastres qui soutiennent une balustrade richement sculptée[m 5]. L'imposant fronton qui émerge de la partie centrale de l'édifice porte les armes de la ville et est encadré par deux statues représentant la force et la justice[m 5]. La « halle » du premier étage est devenue une salle des fêtes et le greffe la salle des mariages[m 5]. L'hôtel de ville a été classé Monument historique en 1947[m 5].

Le beffroi — situé à l'arrière de l'hôtel de ville et légèrement décalé par rapport à celui-ci de façon à se trouver dans l'axe du passage des Hallettes[m 5] — a été reconstruit dans la foulée de la construction de l'hôtel de ville, et achevé en 1724[m 1]. Un premier « cloquier » est signalé à Aire dès 1179[m 1] ; ce bâtiment servait à la fois de tour de guet, de prison et de salle de réunion, et accueillait les cloches et le trésor de la ville[m 1]. Le bâtiment actuel compte sept étages et s'élève à 58 mètres au-dessus des rues de la ville[m 7]. Touché à plusieurs reprises par des incendies, notamment en 1872[m 1] et 1914[m 7], le beffroi a été classé monument historique en 1947[m 7]. Depuis 2005, le beffroi d'Aire-sur-la-Lys fait en outre partie des 56 beffrois français et belges inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO[m 7],[74].

La rue de Saint-Omer et ses nombreux monuments historiques.
Autres édifices[modifier | modifier le code]

Le centre-ville d'Aire-sur-la-Lys compte de nombreux bâtiments typiques de l'architecture du XVIIIe siècle, dont beaucoup ne sont que de simples maisons ou hôtels particuliers. Les rues du Bourg, de Saint-Omer, la Grand'Place et la rue Saint-Pierre en particulier comptent chacune plusieurs bâtiments inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques. L’hospice de Saint-Jean-Baptiste par exemple comporte une porte en anse de panier et deux rangées de fenêtres en arc surbaissé[77]. L’hôtel du Gouverneur, auquel on accède en passant sous une voûte en grès rue du Général-Leclerc, possède une façade ornée de pilastres ioniques et corinthiens et un portail rappelant celui de la Vieille Bourse de Lille[77]. La surprenante maison des têtes, rue du Bourg, possède une façade très chargée inspirée librement de multiples styles architecturaux[77].

Depuis le démantèlement des fortifications d'Aire-sur-la-Lys en 1893, les vestiges du passé de ville fortifiée de la cité sont rares. La porte de Beaulieu, qui était jusqu'en 1893 protégée par un bastion du XVIIe siècle, permet à la Lys d'entrer en ville par un parcours souterrain de 50 mètres[m 8]. Le bastion de Thiennes, situé à l'est de la ville, protégeait le chemin menant à la ville du même nom ; il a été construit aux XVIe et XVIIe siècles et mesure actuellement six mètres de hauteur[78].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Grâce à son passé religieux riche, Aire-sur-la-Lys possède plusieurs édifices religieux catholiques qui contribuent au riche patrimoine architectural de la ville.

La façade de la chapelle Beaudelle.

La collégiale Saint-Pierre a été bâtie entre 1492 et 1634[m 9] et a ensuite connu tant des destructions partielles (lors du bombardement du 8 août 1944 notamment[m 9]) que des restaurations. Ses dimensions impressionnantes — plus de 105 mètres de longueur[m 9] — ne lui permettent pas cependant de prétendre à un titre supérieur à celui de collégiale, en l'absence d'un évêché à Aire-sur-la-Lys. La collégiale possède un important mobilier, même si celui-ci date essentiellement du XIXe siècle[m 10]. Elle a été classée monument historique en 1863[m 10].

L'église Saint-Jacques le Majeur et Saint-Ignace (également connue sous le nom de chapelle des Jésuites) est l'ancienne chapelle du collège fondé à Aire par la Compagnie de Jésus au début du XVIIe siècle ; elle a été construite de 1682 à 1688[m 11]. Après l'expulsion des jésuites du Royaume de France en 1762, la chapelle a difficilement échappé à la destruction[m 11] avant d'être classée monument historique en 1942[m 11]. De style baroque, la chapelle forme un rectangle dont un des petits côtés (15 mètres[m 11]) donne sur la rue de Saint-Omer et possède une façade de pierres blanches de trois étages[m 12]. L'intérieur est composé d'une seule nef surmontée d'une voûte à plein cintre[m 12]. Le mobilier ancien ayant presque entièrement disparu, l'aménagement intérieur actuel date de 1853[m 12].

La chapelle Beaudelle est l'un des seuls vestiges de l'hospice construit dans les années 1860 à la place d'un ancien couvent, grâce au legs du riche Airois Jean-Baptiste Beaudelle[m 13]. De style néo-gothique[m 14], la chapelle a été construite près du confluent de la Lys et de la Laquette. Elle a été inscrite en 2003 à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[m 14].

Dans le hameau de Saint-Quentin, une église, dont les différentes parties ont été construites entre le XIe et le XXIe siècle[79], a été classée monument historique en 1989[78]. De style gothique, elle comporte actuellement deux nefs débouchant sur un chœur éclairé par des vitraux aniconiques du XIXe siècle[m 15]. De nombreuses statues, des fonts baptismaux, des reliquaires, un tableau représentant la Crucifixion et un Chemin de croix inauguré en 2003 forment le mobilier intérieur[m 15].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le passage des Hallettes, dans l'aile droite de l'hôtel de ville, accueille la bibliothèque municipale d'Aire-sur-la-Lys.

La ville possède de nombreuses infrastructures consacrées à la culture. L'espace culturel Aréa accueille une programmation assez dense de spectacles — concerts, danse, théâtre, cinéma, etc[80] — et accueille un atelier de théâtre pour les jeunes[81]. Le « Cyb'@ire centre » permet l'accès à huit d'ordinateurs et propose des ateliers d'initiation au multimédia (services offerts en octobre 2009)[82]. Quant aux écoles de musique et de dessin, elles accueillent respectivement 300 et 150 enfants en 2009[24].

La bibliothèque municipale d'Aire-sur-la-Lys, installée depuis 1891 au rez-de-chaussée de l'aile droite de l'hôtel de ville[m 6], est l'héritière de la « bibliothèque publique » ouverte en 1839[m 6]. Elle comptait 10 434 volumes en 1900[m 6] (dont de nombreux ouvrages imprimés entre le XVIe et le XVIIIe siècle[m 16]), 18000 dans les années 1990[m 6], ce qui fait d'elle l'une des plus importantes bibliothèques de cette partie du Nord-Pas-de-Calais. Outre ce fonds documentaire et littéraire, la bibliothèque est dépositaire des archives municipales de l'Ancien Régime[m 16], de plusieurs collections privées qui lui ont été léguées[Note 13],[m 17] ainsi que des registres paroissiaux et d'état civil de 1589 à 1934[m 17]. Elle offre ainsi de vastes ressources non seulement aux Airois mais aussi aux historiens et généalogistes de la région.

La ville accueille en outre un tissu associatif relativement dense, héritier de ce que fut Aire aux XVIIIe et XIXe siècles. Celui-ci est notamment développé autour des domaines musical, ludique, culturel et sportif[83].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La gastronomie airoise est principalement connue par l'andouille d'Aire-sur-la-Lys, fabriquée depuis des siècles par les charcutiers de la ville[56]. Celle-ci est composée à 80 % de viande de porc maigre, à laquelle s'ajoutent de la poitrine de porc grasse, des échalotes, de la sauge, des épices et des boyaux[56]. Elle est consommée cuite ou crue dans la potée airoise, une soupe à base d'andouille et de légumes[56]. Un festival est consacré chaque premier dimanche de septembre depuis 1962 à l'andouille d'Aire-sur-la-Lys, et est couronné chaque année par le « jet de l'andouille » des fenêtres du bailliage par le maire de la ville[56].

Une autre spécialité airoise, moins connue, est la mastelle. Ce petit gâteau sec à base d'amande en poudre, de cassonade et de fleurs d'oranger[56] a été créé à la fin du XVIIIe siècle par un dénommé Cyrille Faes[56], et est toujours vendu par les pâtissiers de la ville.

Aire-sur-la-Lys et la littérature[modifier | modifier le code]

Dans ses Pensées express, courtes fables à la morale en forme de calembour, l'écrivain et humoriste Alphonse Allais écrit :

Train manqué

Dans Aire-sur-la-Lys, il advint une fois,
Qu'un voyageur manquât son train. C'est une affaire
Qui n'a rien d'extraordinaire.
Il s'était attardé : tant pis pour lui, ma foi !

Moralité :
Si tu ne vas pas à la gare d'Aire
la gare d'Aire n'ira pas à toi.

(Alphonse Allais, Les Pensées, éditions Le Cherche midi, page 51)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'artiste-peintre belge François Roffiaen, dont la mère était originaire d'Aire-sur-la-Lys.

Naissance[modifier | modifier le code]

Sont nées à Aire-sur-la-Lys les personnalités suivantes :

  • Michault Taillevent (entre 1390 et 1395-entre 1448 et 1458), poète célèbre pour son Passe Temps ;
  • Antoine de Laforêt (1756-1846), comte, ambassadeur, ministre français des affaires étrangères en 1814 ;
  • Denis Gauldrée-Boileau (1773-1830), député des Landes ;
  • Jules Hunebelle (1818-1900), maire de Clamart de 1856 à 1900 ;
  • René Goblet (1828-1905), journaliste, député de la Somme puis de la Seine, président du Conseil de 1886 à 1887 ;
  • Maurice Berger (1885-1939), député du Loiret de 1928 à 1932 ;
  • Éric de Bisschop (1891-1958), navigateur, célèbre pour ses expéditions en voilier dans le Pacifique ;
  • Louis Frémaux (1921), chef d'orchestre ;
  • René Sillou (1944), footballeur puis entraîneur ;
  • Yoann Lachor (1976), footballeur, champion de France avec le RC Lens en 1998.

Décès[modifier | modifier le code]

François Modius (1556-1597) - Érudit, écrivain et humaniste, chanoine de la collégiale d'Aire

Autre[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Aire-sur-la-Lys

Les armes d'Aire-sur-la-Lys se blasonnent ainsi :

de gueules à l'aigle d'argent becquée et membrée d'or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Agnès Maillard-Delbende (dir.) et Alain Verhille, Nouvelles chroniques locales d'Aire-sur-la-Lys : Petite histoire d'Aire racontée à ses visiteurs, Aire-sur-la-Lys, Association Historique et Culturelle d'Aire-sur-la-Lys et de sa région,‎ 2009, 80 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Association Historique et Culturelle d'Aire-sur-la-Lys et de sa région, Aire-sur-la-Lys : Monuments historiques, Aire-sur-la-Lys, Office de tourisme d'Aire-sur-la-Lys, 24 p.. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Karl-Michael Hoin, Aire-sur-la-Lys au temps des fortifications, Aire-sur-la-Lys, AtelierGaleriÉditions,‎ juin 2009, 40 p. (ISBN 978-2-916601-03-8)
  • Henri Platelle et Denis Clauzel, Histoire des provinces françaises du Nord, vol. 2 : Des principautés à l'empire de Charles Quint (900-1519), Dunkerque, Éditions des Beffrois,‎ 1989, 279 p. (ISBN 2-87789-004-X)
  • Alain Salamagne, Vauban en Flandre et Artois : les places de l'intérieur, Saint-Léger-Vauban, Association des amis de la Maison Vauban,‎ 1995, 102 p. (ISBN 2-904576-16-9)
  • [PDF] (Version HTML) Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'environnement du Pas-de-Calais et al., « Carnet de ville d'Aire-sur-la-Lys », sur septentrion-nwe.org, 23 pages,‎ mai 2006 (consulté le 30 octobre 2009) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une voie romaine passait d'ailleurs à proximité du site actuel d'Aire-sur-la-Lys.
  2. Depuis le démantèlement des fortifications, l'espace bâti se développe jusqu'à ce canal
  3. Depuis les aménagements du XVIIIe siècle, c'est maintenant la Laquette qui occupe le lit du Mardyck au niveau de l'ancien castrum.
  4. 14 canonicats avaient été institués par Baudouin ; Philippe d'Alsace en institua 23 autres.
  5. Un incendie en 1405 détruisit la moitié de la ville.
  6. Un arrêté municipal rappellera un siècle plus tard que cette ordonnance est toujours en application.
  7. Il n'y a plus de pain à Aire pendant trois jours à partir du 25 novembre 1795.
  8. Le roi du Royaume-Uni et le Prince de Galles séjournèrent à Aire en octobre 1915.
  9. Joffre vint à Aire le 7 avril 1916.
  10. Georges Clemenceau — qui redeviendra président du conseil quelques mois plus tard — séjourna à Aire du 4 au 6 mai 1916.
  11. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  12. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  13. Citons en particulier la collection privée du Baron André Joseph Camille Dard, dont la ville a acquis une trentaine de volumes relatifs à la ville d'Aire et à sa région.

Références[modifier | modifier le code]

  • Agnès Maillard-Delbende (dir.) et Alain Verhille, Nouvelles chroniques locales d'Aire-sur-la-Lys : Petite histoire d'Aire racontée à ses visiteurs, Aire-sur-la-Lys, Association Historique et Culturelle d'Aire-sur-la-Lys et de sa région,‎ 2009, 80 p.
  1. a, b, c, d et e p.35
  2. a, b, c, d, e et f p.26
  3. a, b, c, d, e et f p.42
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n p.58
  5. a, b, c, d, e et f p.4
  6. a, b et c p.6
  7. p.8
  8. a, b, c et d p.7
  9. a, b et c p.9
  10. a et b p.10
  11. a, b et c p.11
  12. a, b et c p.12
  13. a, b, c, d, e, f et g p.13
  14. a et b p.16
  15. a, b, c et d p.18
  16. a, b, c, d et e p.21
  17. a, b, c, d et e p.22
  18. a et b p.28
  19. a, b, c et d p.29
  20. a, b, c, d et e p.34
  21. a, b et c p.37
  22. a, b et c p.40
  23. a, b et c p.41
  24. a, b, c, d, e, f et g p.44
  25. a, b, c, d et e p.48
  26. a, b, c, d, e, f et g p.50
  27. a, b, c, d, e, f, g et h p.52
  28. a, b, c, d, e, f et g p.56
  29. a, b et c p.57
  • Association Historique et Culturelle d'Aire-sur-la-Lys et de sa région, Aire-sur-la-Lys : Monuments historiques, Aire-sur-la-Lys, Office de tourisme d'Aire-sur-la-Lys, 24 p..
  1. a, b, c, d et e p.5
  2. a et b p.3
  3. a et b p.4
  4. a, b et c p.7
  5. a, b, c, d, e et f p.8
  6. a, b, c, d et e p.19
  7. a, b, c et d p.6
  8. p.16
  9. a, b et c p.9
  10. a et b p.10
  11. a, b, c et d p.11
  12. a, b et c p.12
  13. p.13
  14. a et b p.14
  15. a et b p.18
  16. a et b p.20
  17. a et b p.22
  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j p.1
  2. a et b p.16
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r p.2
  4. a et b p.10
  • Autres
  1. David Malescourt, « Aire-sur-la-Lys », sur le site de la sarl Patagos (consulté le 27 avril 2013).
  2. « Calcul de l'orthodromie entre Aire-sur-la-Lys et Paris » (consulté le 27 avril 2013).
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Données calculées grâce au calculateur d'itinéraire de Google Maps, depuis le centre-ville d'Aire-sur-la-Lys.
  4. « Risques et catastrophes naturelles sur Aire-sur-la-Lys », sur le site commercial de la sarl Advercity (consulté le 27 avril 2013).
  5. [PDF]« Atlas zones inondables - Région Nord-Pas-de-Calais - Vallée de la Lys supérieure », sur nord-pas-de-calais.ecologie.gouv.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  6. a et b Jennifer-Laure Djian, « Le PPRI annulé, Aire-sur-la-Lys souffle dans le dossier Hôpital Saint-Jean-Baptiste », sur le site du quotidien La Voix du Nord (consulté le 27 avril 2013).
  7. « L'encyclopédie des villes de France : Lille - Nord », sur un site commercial de la société CCM Benchmark Advertising (consulté le 27 avril 2013).
  8. Décret 2005-1499 du 5 décembre 2005 relatif à la consistance du réseau routier national
  9. Autoroute française A26
  10. a et b « Les horaires de bus », sur le site de la mairie (consulté le 27 avril 2013).
  11. « Réseau Arc-en-Ciel », sur icars-vivacar.com (consulté le 29 octobre 2009)
  12. a et b « Arrêté de l'instauration d'une zone 30 en centre ville », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 7 novembre 2009)
  13. a, b, c, d et e « Résultats du recensement de la population - 2006 - Aire-sur-la-Lys », sur recensement.insee.fr (consulté le 4 novembre 2009)
  14. « Résultats du recensement de la population - 2006 - France métropolitaine », sur recensement.insee.fr (consulté le 4 novembre 2009)
  15. « Résultats du recensement de la population - 2006 - France », sur recensement.insee.fr (consulté le 4 novembre 2009)
  16. a, b, c et d Agnès Maillard-Delbende (dir.) et Alain Verhille, Nouvelles chroniques locales d'Aire-sur-la-Lys, p. 1d
  17. a et b Agnès Maillard-Delbende (dir.) et Alain Verhille, Nouvelles chroniques locales d'Aire-sur-la-Lys, p. 1h
  18. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  19. André Chédeville, « Le mouvement communal en France aux XIe et XIIe siècles, ses éléments constitutifs et ses relations avec le pouvoir royal » in Robert Favreau, Régis Rech et Yves-Jean Riou (directeurs), Bonnes villes du Poitou et des pays charentais (XIIe ‑ XVIIIe siècles) : Actes du colloque tenu à Saint-Jean-d’Angély les 24-25 septembre 1999, publiés par la Société des antiquaires de l'Ouest in Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest et des Musées de Poitiers, 5e série, tome VIII (2002), à Poitiers. ISBN 978-2-9519441-0-7, p 10
  20. Agnès Maillard-Delbende (dir.) et Alain Verhille, Nouvelles chroniques locales d'Aire-sur-la-Lys, p. 10-11
  21. Martin Barros, Nicole Salat et Thierry Sarmant. Vauban - L’intelligence du territoire. Éditions Nicolas Chaudun et Service historique de l'armée, Paris, 2006. Préface de Jean Nouvel. 175 p, ISBN 978-2-35039-028-4, p 167
  22. André Camille Dard, Notice historique sur Aire, cité par Agnès Maillard-Delbende (dir.) et Alain Verhille, Nouvelles chroniques locales d'Aire-sur-la-Lys, p. 42
  23. « Église Saint-Pierre », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Agnès Maillard-Delbende (dir.) et Alain Verhille, Nouvelles chroniques locales d'Aire-sur-la-Lys, p. 1b
  25. a et b « Fiche biographique de Jean-Claude Dissaux », sur pasdecalais.fr (consulté le 29 octobre 2009)
  26. « Aire-sur-la-Lys », sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui (cassini.ehess.fr) (consulté le 29 octobre 2009)
  27. a, b, c, d, e et f Agnès Maillard-Delbende (dir.) et Alain Verhille, Nouvelles chroniques locales d'Aire-sur-la-Lys, p. 1a
  28. a et b « Vote sur Aire-sur-la-Lys : Présidentielle 2002 », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 2 novembre 2009)
  29. « Résultats de l'élection présidentielle - Dimanche 5 mai 2002 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 2 novembre 2002)
  30. a et b « Vote sur Aire-sur-la-Lys : Présidentielle 2007 », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 2 novembre 2009)
  31. a et b « Législatives 2007 : les résultats du premier tour. Aire-sur-la-Lys - 8e circonscription (62) », sur lemonde.fr (consulté le 2 novembre 2009)
  32. a et b « Elections municipales 2008 : Informations et résultats sur RFO », sur elections.rfo.fr (consulté le 2 novembre 2009)
  33. « Résultats de l'élection présidentielle - Dimanche 6 mai 2007 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 2 novembre 2002)
  34. « Vote sur Aire-sur-la-Lys : Européennes 2009 », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 2 novembre 2009)
  35. « Européennes 2009 : les résultats du scrutin », sur vie-publique.fr (consulté le 2 novembre 2009)
  36. Gwenaëlle Lavenant, « André Démaret présente l’équipe de « Aire, souffle d’avenir » », sur lavoixdunord.fr,‎ 14 février 2008 (consulté le 29 octobre 2009)
  37. a, b, c, d et e Agnès Maillard-Delbende (dir.) et Alain Verhille, Nouvelles chroniques locales d'Aire-sur-la-Lys, p. 1f
  38. Gwenaëlle Lavenant, « Jean-Claude Dissaux s'offre Aire-sur-la-Lys, et détrône la droite qui était solidement installée », sur lavoixdunord.fr,‎ 17 mars 2008 (consulté le 29 octobre 2009)
  39. « Conseil municipal », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 2 novembre 2008)
  40. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ 3 juillet 2014 (consulté le 10 novembre 2014)
  41. « Déchets végétaux », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 12 novembre 2009)
  42. « Tri sélectif », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 12 novembre 2009)
  43. « Compostage », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 12 novembre 2009)
  44. a et b « Associations culturelles », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  45. Association Historique et Culturelle d'Aire-sur-la-Lys et de sa région, Aire-sur-la-Lys : Monuments historiques, p. 16-17.
  46. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  47. « Notices communales avec tous les recensements », sur cassini.ehess (consulté le 3 novembre 2009)
  48. Recensements dans la commune d'Aire-sur-la-Lys, la région Nord-Pas-de-Calais et la France, INSEE.
  49. « Pyramide des âges de Aire-sur-la-Lys en 2006 », sur site de l'INSEE (consulté le 5 avril 2010)
  50. « Pyramides des âges de Aire-sur-la-Lys en 1999 et en 1990 », sur site de l'INSEE (consulté le 5 avril 2010)
  51. « Évolution et structure de la population à Aire-sur-la-Lys en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  52. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  53. a et b « Les établissements scolaires », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  54. « Le mot du proviseur », sur lyceevauban.net (consulté le 3 novembre 2009)
  55. a, b, c, d et e « Fêtes et traditions », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 13 novembre 2009)
  56. a, b, c, d, e, f et g Spécialités airoises : L'andouille, les mastelles et le café Lysor, Office de tourisme d'Aire-sur-la-Lys
  57. a et b « L'hôpital », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  58. « Adresses », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  59. a et b « Sports », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  60. « Hachemi : "Spécial pour Aire-sur-la-Lys" », sur fff.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  61. « Le bon bol d'Aire », L'Équipe,‎ 3 janvier 2004
  62. « À la Une - le Journal de la Lys », sur lechodelalys.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  63. « CSA - Reconduction de Radio Banquise (62) », sur radioactu.com (consulté le 3 novembre 2009)
  64. « Le diocèse d'Arras », sur arras.catholique.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  65. « Notre Dame Panetière », sur arras.catholique.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  66. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'INSEE (consulté le 4 mai 2010)
  67. a, b, c, d et e « Statistiques locales : Aire-sur-la-Lys », INSEE (consulté le 30 octobre 2009)
  68. « Impots.gouv.fr - Documentation » (consulté le 30 octobre 2009)
  69. a et b « L'impôt sur le revenu en 2007 - Pas-de-Calais », sur impots.gouv.fr (consulté le 30 octobre 2009)
  70. a, b, c, d, e, f et g « Résultats du recensement de la population - 2006 - Aire-sur-la-Lys », INSEE (consulté le 30 octobre 2009)
  71. a et b « Résultats du recensement de la population - 2006 - Nord-Pas-de-Calais », INSEE (consulté le 30 octobre 2009)
  72. a, b, c, d et e « Résultats du recensement de la population - 2006 - France », INSEE (consulté le 30 octobre 2009)
  73. a et b « Aire-sur-la-Lys », sur Base Mérimée (consulté le 4 novembre 2009)
  74. a, b et c « Beffrois de Belgique et de France », sur whc.unesco.org (consulté le 3 novembre 2009)
  75. « Hôtels », sur ot-airesurlalys.fr (consulté le 4 novembre 2009)
  76. « Restaurants », sur ot-airesurlalys.fr (consulté le 4 novembre 2009)
  77. a, b et c Aire-sur-la-Lys, Circuit pas à pas, édité par l'office de tourisme d'Aire-sur-la-Lys.
  78. a et b Association Historique et Culturelle d'Aire-sur-la-Lys et de sa région, Aire-sur-la-Lys : Monuments historiques, p. 17.
  79. Association Historique et Culturelle d'Aire-sur-la-Lys et de sa région, Aire-sur-la-Lys : Monuments historiques, p. 17-18.
  80. « Aréa », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  81. « L'atelier théâtre », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  82. « Cybercentre municipal », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 3 novembre 2009)
  83. « Associations diverses », sur ville-airesurlalys.fr (consulté le 3 novembre 2009)
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 19 novembre 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.