Calaisis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

50° 56′ 53″ N 1° 51′ 23″ E / 50.94806, 1.85639

Calaisis
Pale of Calais (en)

Pays Reconquis (fr)

1346 – 1558

Drapeau Blason

Devise : Veritas Temporis Filia
Vérité, Fille du temps.

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le Calaisis (en jaune) en 1477.

Informations générales
Capitale Calais
Langue Anglais, français, flamand
Religion Catholique
Monnaie Livre sterling
Roi d'Angleterre
1346-1377 Édouard III
1553-1558 Mary Ire

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Calaisis (en anglais : The Pale of Calais) est une région historique de France sous autorité anglaise depuis sa conquête, le 4 août 1347 jusqu’à sa reconquête, le 8 janvier 1558.

Historique[modifier | modifier le code]

Après la victoire anglaise à la bataille de Crécy le 26 aout 1346, le roi Édouard III d’Angleterre est venu mettre, le 4 septembre 1346, le siège devant la ville de Calais qui tombe, le 3 août 1347, après un siège désespéré commémoré par la sculpture les Bourgeois de Calais de Rodin. La prise de Calais a fourni à Édouard III un avant-poste défendable où son armée pouvait se regrouper. La position de la ville sur la Manche signifiait, en outre qu’elle serait facile à réapprovisionner par voie maritime. Son maintien a été confirmé par le traité de Brétigny, signé le 8 mai 1360, par lequel Édouard III renonçait au trône de France, en échange d’un certain nombre de territoires importants en France, à savoir la Guyenne, la Gascogne, Calais, le Ponthieu et Guînes. Il conserve également le Poitou, le Périgord, le Limousin, l’Angoumois et la Saintonge. Il devient ensuite souverain de l’Armagnac, de l’Agenais, du Quercy, du Rouergue, de Bigorre et du comté de Gaure, conformément au traité de Brétigny, signé le 8 mai 1360. En contrepartie, Édouard III renonce à la Normandie, la Touraine, le comté du Maine et de l’Anjou, ainsi qu’à la suzeraineté sur la Bretagne et les Flandres. Surtout, chose la plus importante, il renonce à revendiquer la couronne de France.

Lorsque le roi d’Angleterre eut disposé des six bourgeois de Calais, il envoya ses deux maréchaux et Gautier de Manny prendre possession de la ville et du château, avec ordre de mettre en prison les chevaliers qui avaient défendu la place, et de faire partir simplement tout le reste de la ville, hommes, femmes et enfants, voulant repeupler la ville de purs Anglais. Il ne resta dans Calais qu’un prêtre et deux vieillards, connaissant les lois et ordonnances de Calais, pour reconnaître les limites des terres et des biens. Édouard donna à la reine Philippa les maisons et les biens de Jean d’Aire, l’un des six bourgeois auxquels elle avait sauvé la vie. Il fit aussi don à Gautier de Manny, au baron de Stafford, à lord Cobharn et à quelques autres, de plusieurs des hôtels et propriétés de la ville conquise. Nombre de bijoux et d’ornements, de flacons d’or et d’argent, de meubles et de linge de toute espèce, provenant du pillage de Calais finirent dans les maisons anglaises.

Le 12 août 1347, Édouard publia une ordonnance pour inviter ses sujets d’Angleterre à venir peupler sa nouvelle conquête, en promettant de grandes franchises à ceux qui s’y établiraient. Trente-six riches bourgeois et sages hommes, leurs femmes et leurs enfants, et plus de trois cents hommes de moindre condition, répondirent à son appel. Le nombre croissait toujours car le roi donna et scella beaucoup de libertés et de franchises. Le roi de France compensa les Calaisiens expulsés de leur perte par une ordonnance du 8 septembre 1347 leur concédant « toutes les forfaitures, les biens et héritages qui lui échoiraient pour quelque cause que ce fût. » Il leur accorda également tous les offices vacants dans ses domaines et dans ceux de ses fils. Ses successeurs, les rois Jean le Bon et Charles Ier, s’inquiétèrent aussi de pourvoir au sort des anciens habitants de Calais, comme le montrent plusieurs de leurs édits[1].

En 1453, à la fin de la guerre de Cent Ans, le Calaisis était la seule partie du territoire français encore aux mains des Anglais. Facile à ravitailler et à défendre par voie maritime, Calais dépendait, en l’absence de tout moyen de défense naturel, de fortifications entretenues et mises en place à grands frais. Sa principale défense fut néanmoins la convoitise des Français et Bourguignons rivaux qui, briguant chacun la ville, préféraient encore la voir aux mains des Anglais plutôt que celles de leurs rivaux. Avec la division des Pays-Bas bourguignons entre la France et l’Espagne, les circonstances politiques avaient évolué de telle façon que la restitution par l’Angleterre, en 1550, de la zone autour de Boulogne prise par Henry VIII en 1544, a ouvert les abords de Calais[2].

Le Calaisis est resté sous domination anglaise jusqu’à ce que, à la suite préparatifs secrets, 30 000 troupes françaises, menées en 1558 par François Ier de Lorraine, duc de Guise, reprend la ville le 7 janvier 1558, mettant fin à 211 ans d’occupation anglaise. Sa perte a été reconnu par le traité de Cateau-Cambrésis signé avec l’Angleterre les 2 et 3 avril 1559. Toutefois, les conséquences de la perte du Calaisis ne furent pas aussi graves qu’on aurait pu le craindre, car à cette époque, l’Angleterre, sous le règne de Marie Ire, concentrait son commerce sur les Pays-Bas[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Calaisis en 1360.

Une grande partie de la surface du Calaisis se composait de zones humides. Le territoire se divisait grossièrement en hautes terres dans l’ouest et le bas pays de l’Est[4]. Sa superficie est difficile à cerner à cause des limites qui n’étaient pas clairement définies, en raison des terres marécageuses et des cours d’eau artificiels[4] qui changeaient constamment, mais s’étendaient de Gravelines presque à Wissant et couvraient environ 52 km carrés[2]. En outre, les Français récupéraient sans cesse de petites parties de leur territoire, en particulier dans le sud-ouest[2].

Le secteur du Calaisis comprenait les communes de : Andres ; Balinghem ; Bonningues-lès-Calais ; Calais ; Campagne-lès-Guînes ; Coquelles ; Coulogne ; Fréthun ; Guemps ; Guînes ; Hames-Boucres ; Hervelinghen ; Marck ; Nielles-lès-Calais ; Nouvelle-Eglise ; Offekerque ; Oye-Plage ; Peuplingues ; Pihen-lès-Guînes ; Sangatte ; Saint-Tricat ; Vieille-Église et Saint-Pierre-lès-Calais. Pendant l’occupation anglaise, les habitants de la zone de Calais avaient conservé leur identité francophone et néerlandophone[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le héros de la reddition de Calais, Eustache de Saint-Pierre, revint à Calais avant le départ d’Édouard pour l’Angleterre, le 10 octobre 1347, en laissant Jean de Montgommery comme gouverneur de la ville, et un Lombard, Aimery de Pavie, pour garder le château. Édouard, par des lettres du 8 octobre 1347, lui accorda une pension considérable et pour lui et pour ses héritiers, ses biens et maisons dans la ville de Calais, en considération des services qu’il rendrait pour maintenir le bon ordre dans la ville et veiller à sa garde. Les faveurs du roi Édouard profitèrent au seul Eustache de Saint-Pierre car, lorsqu’il mourut, quatre ans après, en 1351, ses héritiers, qui étaient demeurés fidèles au roi de France, furent privés de ses biens..
  2. a, b et c (en) George Amelius Crawshay Sandeman, Calais under English Rule, 114 p. (lire en ligne).
  3. (en) Jocelyn Hunt, The Renaissance, New York, Routledge,‎ 1999, 97 p. (ISBN 0-203-98177-4, lire en ligne).
  4. a et b (en) Eve Darian-Smith, Bridging divides: the Channel Tunnel and English legal identity in the new Europe, University of California Press,‎ 1999, 77 p. (ISBN 0-520-21610-5, lire en ligne).
  5. (en) Theodor Dumitrescu, The early Tudor court and international musical relations, England, Ashgate Publishing Limited,‎ 2007, 53 p. (ISBN 978-0-7546-5542-8, lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Guizot, Édouard III et les bourgeois de Calais, ou les Anglais en France, Hachette, 1854.
  • Jacques Barthélemy Lefebvre, Histoire générale et particulière de la ville de Calais et du Calaisis ou pays reconquis, Paris, G.F. Debure le jeune, 1766.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]