Lallaing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lallaing
Image illustrative de l'article Lallaing
Blason de Lallaing
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Douai
Canton Douai-Nord
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Douaisis
Maire
Mandat
Francis Dureux
2014-2020
Code postal 59167
Code commune 59327
Démographie
Gentilé Lallinois
Population
municipale
6 496 hab. (2011)
Densité 1 084 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 23′ 27″ N 3° 10′ 09″ E / 50.3908333333, 3.16916666667 ()50° 23′ 27″ Nord 3° 10′ 09″ Est / 50.3908333333, 3.16916666667 ()  
Altitude Min. 16 m – Max. 30 m
Superficie 5,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Lallaing

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Lallaing

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lallaing

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lallaing

Lallaing est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais. La Compagnie des mines d'Aniche y a ouvert la fosse Bonnel.

Géographie[modifier | modifier le code]

La géographie explique les origines du village.

L'emplacement de Lallaing en bordure de la Scarpe a déterminé ses origines, son développement et marque encore sa vie. Les circonstances physiques ont imposé un remodelage par l'homme pour drainer, assainir et permettre sa mise en culture. Originellement, dans cette plaine très humide, seule une petite partie des terrains en bordure de Scarpe était à peu près sèche et dégagée (elle correspond actuellement à la place et ses environs immédiats).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lallaing
Douai Anhiers - Flines-lez-Raches
Sin-le-Noble Lallaing
Dechy Montigny-en-Ostrevent Pecquencourt

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est sur cette partie de terre ferme que s'est installé, à une date très reculée, une communauté qui, en 1365, date du premier dénombrement connu, rassemblait déjà 60 « feux » soit 250 personnes environ. Mais cette situation au bord d'une rivière, lorsque l'absence de route imposait le recours à la voie d'eau, a très vite été considérée comme stratégique car la rivière servait de frontière entre les possessions de la Flandre et celles du Hainaut.

Dès 1184, il existait un château féodal sur une motte naturelle partiellement aménagée de 50 ares, puisque le comte de Hainaut y avait placé une forte garnison. C'est sans doute peu avant cette date que s'était installée à Lallaing une famille de seigneurs venus de Forest-sur-Marque, dans la région Lilloise, les Forest, qui prirent ensuite le nom de Lalaing quand ils se détachèrent de leur lieu d'origine.

En 1285, Jacques Bretel cite Simon et Simars de Lalaing parmi les invités du comte de Chiny, venus au tournoi de Chauvency-le-Château, en compagnie des Hondschoote, Ligne, Haussy, Montigny et des fils des comtes de Hainaut et Flandres

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Isigny-sur-Mer

De gueules à dix losanges d'argent accolés et aboutés, trois, trois, trois et un.
Ce blason est bien visible sur l'aquarelle de l'album de Croÿ consacrée à Lallaing[1].
De plus, l'armorial Lalaing lui-même (1560-1570)[2] donne ce blasonnement.

Famille de Lalaing

Description des armoiries dans l'armorial du Tournoi de Chauvency.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1849 1851 François Philippe Joseph Houseaux    
1857 1870 Félix Lambrecht    
1871 1871 Félix Lambrecht    
1872 1872 Édouard    
1874 1877 Joseph Morel (père)    
1878 1879 Alexandre Delattre    
1880 1900 Joseph Morel (père)    
1913 1913 Joseph Morel (fils)    
1920 1920 Alphonse Caudron    
1928 1928 Joseph Tredez    
1944 1944 Théophile Caron    
1950 Alphonse Caudron    
mars 1971 Georges Vandenabeele MRP, CDS  
octobre 1994 Émile Roger PCF  
juin 1995 Roland Caron PCF intérim
mars 2008 Francis Dureux Divers Droite  
mars 2014 Thierry Dancoine PCF  
en cours Francis Dureux Divers Droite  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 496 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 218 1 108 1 217 1 389 1 559 1 612 1 692 1 837 1 831
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 911 1 991 2 081 2 099 2 072 2 063 2 025 2 001 2 059
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 217 2 328 2 712 2 576 3 683 3 632 3 540 3 937 4 658
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
7 631 8 795 8 399 8 174 8 001 6 999 6 631 6 538 6 521
2011 - - - - - - - -
6 496 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Lallaing en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,9 
7,1 
75 à 89 ans
12,8 
11,2 
60 à 74 ans
13,3 
21,5 
45 à 59 ans
19,3 
17,7 
30 à 44 ans
16,9 
21,4 
15 à 29 ans
18,8 
20,9 
0 à 14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Brasserie, malterie[modifier | modifier le code]

brasserie malterie Charles Dufour, renommée Dufour-Dumont en 1927, puis Dufour Delhaye en 1946, construite en 1905 par Charles Dufour. Elle a cessé de fonctionner à la fin des années 1970 et est actuellement désaffectée. En 1927 la production s'élevait à 8000 hectolitres de bière conditionnée en bouteilles ; en 1946 la production de bière de fermentation haute et conditionnée en bouteilles atteignait les 5000 hectolitres. On y trouve : un atelier de fabrication à deux étages carrés sous un même toit (à longs pans brisés, couvert d'ardoises) que le logement patronal qui comprend sous-sol, un étage carré et étage de comble ; une pièce de séchage à trois étages carrés est couverte d'une terrasse ; un germoir à un étage carré avec toit à croupe ; passage couvert avec charpente métallique apparente ; et bureau au rez-de-chaussée.

La ferme de Germignies[modifier | modifier le code]

Construite au XVIIe siècle il s'agit d'une des plus vielles fermes du Nord

Le terril de Lallaing, sur lequel a été construit le premier grand lagunage naturel de la région[modifier | modifier le code]

La borne de Quéviron[modifier | modifier le code]

En 1210 cette borne a été placée par les moines de l'Abbaye de Marchiennes et de l'Abbaye d'Anchin pour des différents de chasses et de pêche. Chacune de ces 4 faces représentent une commune Flines-lez-Raches, Lallaing, Marchiennes et Pecquencourt Elle est située à 500 m de la ferme de Germignies au lieu dit « Marais des Six Villes ».

Le chateau de Lallaing[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle le site est occupé évoluant vers une motte castrale puis une forteresse. Au XIIIe siècle les seigneurs de Lallaing possède le château dont le mur d’enceinte intègre l’église. Dans les Albums de Croÿ, trois gouaches donnent une vue précise du lieu à cette époque. Au XVIIe siècle le fief passe à la maison d'Arenberg. Après les guerres de Louis XIV le château se détériore rapidement. En 1904 la princesse d'Arenberg le vend à M. Morel, ses successeurs en 1943 le cède à la compagnie des mines d'Aniche. En 1959 la ville achète le bien et l’architecte de Douai M. Coisne conçoit le nouvel Hôtel de Ville sur l’emplacement du château. Les derniers éléments sont ainsi déconstruits. Il subsiste le pont et la porte d’entrée ainsi que dans le parc un pilori[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Stèle funéraire du baron Scalfort au porche de l'église de Lallaing

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://douaisis.ifrance.com/page_523/lallaing.jpg
  2. (Bibliothèque Nationale de France, FR.24049)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Lallaing en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  7. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=LOCA&VALUE_98=%20Lallaing&NUMBER=1&GRP=0&REQ=%28%28Lallaing%29%20%3aLOCA%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=1&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=100&MAX3=100&DOM=Tous
  8. Page ii - Notice historique et généalogique ancienne et illustre famille et comtes du nom de Lalaing par Félix Brassrt -Publié par Adam d'Aubers en 1847 archivé à l'Université de Gand numérisé par Google Books